CANT Z.506

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
CRDA CANT Z.506 Airone
{{#if:
Un hydravion CANT Z.506 sur une plage en Sicile.
Un hydravion CANT Z.506 sur une plage en Sicile.

Constructeur Drapeau : Italie CANT
Rôle Hydravion
Statut Retiré du service
Premier vol 1935
Mise en service 1936
Date de retrait 1959
Nombre construits voir variantes ci-dessous
Équipage
5
Motorisation
Moteur Alfa Romeo 126 RC.34 à hélice métallique tripale à pas variable
Nombre 3
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 560 kW
Dimensions
Envergure 26 50 m
Longueur 19 24 m
Hauteur 7 45 m
Surface alaire 86,26 m2
Masses
À vide 8,750 kg
Carburant essence kg
Avec armement 12,705 kg
Performances
Vitesse maximale à 4 000 m  370 km/h
Vitesse de décrochage 120 km/h
Plafond 7,000 m
Endurance 2 300
Armement
Interne 1 mitrailleuse 12,7 mm Breda SAFAT
3 mitrailleuses de 7,7 mm
Bombes : 1 200 kg ou
1 torpille de 800 kg

Le CANT Z.506 Airone (italien : héron) était un hydravion monoplan trimoteur produit à partir de 1935 par CANT (Cantieri Aeronautici e Navali Triestini). Il servit comme aéronef de transport et avion postal sur les lignes aériennes « Ala Littoria ». Pendant la Seconde Guerre mondiale il fut utilisé comme avion de reconnaissance, bombardier et avion de sauvetage en mer, par les Regia Aeronautica et Regia Marina, Aeronautica Cobelligerante del Sud, Aeronautica Nazionale Repubblicana italiennes et la Luftwaffe. La version militaire se révéla un des meilleurs hydravions jamais construits. Malgré sa structure en bois, il pouvait opérer dans les mers les plus agitées[1]. Un certain nombre d'aéronefs Z.506S du secours en mer restèrent en service jusqu'en 1959[2].

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le CANT Z.506 a été conçu initialement comme hydravion de transport bi-flotteurs de 12 à 14 sièges, propulsé par trois moteurs en étoile de 455 kW (610 ch) Piaggio Stella IX. Il était dérivé d'un hydravion plus gros et plus lourd, le Z.505[3]. Le Z.506 entra en production en 1936 sous l'appellation de Z.506A, mû par des moteurs en étoile à neuf cylindres, plus puissants, des 560 kW (750 ch) Alfa Romeo 126 RC.34 (en) qui lui donnaient une puissance maximum de 780 ch au décollage et de 750 ch à 3 400 mètres. Le fuselage avait une structure en bois recouverte de lamelles en bois de tulipier. Les ailes étaient construites avec une structure en trois longerons en caissons reliés par des nervures couvertes de contreplaqué. Les flotteurs étaient faits en duraluminium, couverts en écailles de 12,5 metres de long. L'armement consistait en une mitrailleuse calibre 12,7 (0,5 inch) Breda-SAFAT en position dorsale et en trois mitrailleuses calibre 7,7 mm (0,303 inch) de carlingue, une ventrale et deux latérales. Il embarquait un équipage de 5 personnes[4]. Il a été produit par les usines Cantieri Riuniti dell 'Adriatico et Cantiere Navale Triestino (CRDA CANT), situées respectivement à Monfalcone et Finale Ligure. Il fut aussi produit par Piaggio sous licence. Le Z.506A entra en service avec la compagnie aérienne Ala Littoria qui desservait la Méditerranée.

Une version militaire fut développée sous la désignation de Z.506B. Elle fut propulsée par trois moteurs 560 kW (750 ch) Alfa Romeo 127 RC 55 et entra en service en 1939. Cette version fut aussi un casseur de records[5]. Une plus grande version du Z.506A fut construite en 1937 sous la désignation de Z.509.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Utilisation civile[modifier | modifier le code]

Le Z.506A entra en service en 1936 avec la compagnie aerienne Ala Littoria sur les routes aériennes autour de la Méditerranée, parmi lesquelles celles de la ligne de l'Empire Rome-Syracuse-Benghazi.


Records[modifier | modifier le code]

Piloté par le pilote d'essais Mario Stoppani, le Z.506A établit un certain nombre de records d'altitude, de vitesse et de distance dans sa classe entre 1936 et 1938, incluant les records de vitesse de 308,25 km/h sur 5 000 km, 319,78 km/h sur 2 000 km et 322,06 km/h sur 1 000 km. Il vola consécutivement 5 383,6 km en circuit fermé. Il transporta une charge de 2 000 kg à 7 810 m et de 5 000 kg à 6 917 m[3].

Militaire[modifier | modifier le code]

Le Z.506B fut d'abord utilisé comme avion de reconnaissance et torpilleur dans la Guerre civile espagnole. Au début de la Seconde Guerre mondiale, 97 avions étaient opérationnels avec deux Stormi da Bombardamento Marittimo (voir unités de bombardement) et quelques Squadriglia da Ricognizione Marittima. Le 31e Stormo B.M. "autonomo" avec 22 avions était basé à l'aéroport de Cagliari-Elmas, en Sardaigne ; le 35e Stormo B.M., avec 25 Z.506 à Brindisi (Pouilles). Il fut utilisé intensivement en 1940-1941 en France et en Grèce[6]. Ce modèle eut son baptême du feu le 17 juin 1940, le jour suivant l'attaque de quelques bombardiers français sur la base d'Elmas, tuant 21 aviateurs et détruisant quelques CANT. Z.501. Dans la soirée du 17 juin, quatre 506B de la 31e escadrille attaquèrent des cibles en Afrique-du-Nord française, chacun déversant des bombes de 250 kg et trois de 100 kg. Le modèle prit aussi part dans la bataille de Calabre. Dans la guerre contre la Grèce, il fut utilisé contre des cibles côtières et le canal de Corinthe. Il joua un rôle important dans la conquête de plusieurs îles grecques, y compris Corfou, Céphalonie et Zante. Du fait de sa vulnérabilité face aux chasseurs, il fut restreint dans son utilisation à des unités de reconnaissance (Squadriglie da Ricognizione). Plus tard dans la guerre, il fut utilisé dans les patrouilles maritimes et les missions de sauvetage en mer. Le 506 dut souvent faire des atterrissages forcés en Espagne[7], du fait de pannes de moteurs, de dommages de combat ou de manque de carburant. Une version spéciale de sauvetage en mer, le Z.506S Soccorso, fut utilisée en petit nombre par la Luftwaffe.

Quand l'Italie entra en guerre le 10 juin 1940, quatre escadrilles (Squadriglie) de missions de sauvetage en mer furent constituées à Orbetello. C'étaient la 612a à Stagnoni, avec des avions marqués DAMB, GORO, BUIE, CANT (le prototype) et POLA, ainsi que la 614a à Benghazi, avec DUCO, ALA, DODO and DAIM. Les deux autres sections avec chacune deux aéronefs basées à Torre del Lago et en mer Égée à Leros. La dernière fut ultérieurement transférée à Rhodes[8]. Ces unités subirent de sérieuses partes car beaucoup de pilotes alliés ne cessèrent pas leurs attaques contre ces aéronefs même après avoir été estampillés avec des croix rouges. Par exemple, le 12 juin 1942, au large de Malte, un Hawker Hurricane du 46 Squadron abattit un CANT, puis en descendit un autre qui avait été envoyé secourir l'équipage du premier. Le sergent Etchells, dans 249 at Malta rappelait :

« J'ai descendu un Cant Z506 près de la Sicile, peint en blanc, qui avait des croix rouges sur les ailes, et qui était apparemment un avion de sauvetage en mer. Le Sqn Ldr Barton désapprouva mais l'AOC approuva. Je n'avais pas vu les croix rouges sur ses ailes à ce moment-là et je ne sais pas si j'aurais agi différemment si je les avais vues[9]. »

Un Cant 506 devint célèbre chez les Alliés, parce qu'il fut le seul avion volé par des prisonniers de guerre sur le Front ouest (il fut alors utilisé par la RAF depuis Malte)[1],[10].

Variantes[modifier | modifier le code]

Z.506
Prototype, un seul construit.
Z.506A
Version civile.
Z.506B
Version militaire, 324 construits.
Z.506S
version sauvetage en mer
Z.506 avion terrestre
Un aéronef fut converti en avion terrestre dans une tentative de Mario Stoppani pour un record d'endurance. Elle n'eut pas lieu à cause du mauvais temps.
Z.509
Une version plus grande et plus lourde du Z.506B, trois construits.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand.
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Flag of Poland.svg Pologne
Flag of Spain (1938 - 1945).svg État espagnol - forces nationalistes
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
  • La Royal Air Force captura un aéronef qui fut très peu de temps opérationnel depuis Malte
Après-guerre
Drapeau de l'Italie Italie

Spécifications (Z.506B Series XII)[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. a et b Gunston 1984 p. 216.
  2. Mondey 1996 p. 21-32.
  3. a et b Mondey 1996, p. 31.
  4. De Marchi 1994, p. 25.
  5. Bignozzi, p. 9.
  6. De Marchi 1994, p. 13.
  7. voir Philippe Conrad, p. 58 : Ramón Franco (frère cadet du général Franco), commandant de la base aérienne de Majorque se tua en pilotant cet engin. Il est vrai qu'il comptait peu d'heures de vol sur ce type d'avion et que la météo était exécrable à h 5 du matin. Le sabotage a été exclu.
  8. De Marchi 1994, p. 18.
  9. Cull 2004, pp. 10-11.
  10. Mikhail Devyatayev vola un Heinkel He 111 sur le Front de l'Est
  11. Green 1962, p. 102.

Philippe Conrad, Franco, Chroniques de l'Histoire,‎ 1997, 128 p.

Bibliographie
  • (it) Bignozzi, Giorgio. Aerei d'Italia. Milano, Edizioni E.C.A 2000
  • (en) Brian Cull, Frederick Galea, 249 at Malta: Malta top-scoring Fighter Squadron 1941-1943, Wise Owl Publications, Malta, 2004, ISBN 978-9993232520.
  • (it) De Marchi, Italo - Tonizzo, Pietro. CANT. Z. 506 "airone"- CANT. Z. 1007 "alcione" . Modena, Mucchi Editorr, 1997. NO ISBN.
  • (en) Green, William. War Planes of the Second World War: Volume Six - Floatplanes. London:Macdonald, 1962.
  • (it) Gunston, Bill. Gli aerei della seconda guerra mondiale. Milano, Alberto Peruzzo Editore, 1984
  • (en) Mondey, David. The Hamlyn Concise Guide to Axis Aircraft of World War II. London: Bounty Books, 2006. ISBN 0-7537-1460-4.
  • (en) The Illustrated Encyclopedia of Aircraft (Part Work 1982-1985), 1985, Orbis Publishing