C/1992 J1 (Spacewatch)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

C/1992 J1 (Spacewatch)

Description de cette image, également commentée ci-après

Orbite de la comète C/1992 J1 par rapport à Uranus, Neptune et Pluton.

Caractéristiques orbitales
Époque 10 septembre 1993
(JJ 2449240,5)
Demi-grand axe 77 102,7179487 ua
Excentricité 0,999961
Périhélie ua
Aphélie 154 202 ua
Période ~21 4 millions a
Inclinaison 124,3187°
Dernier périhélie 5 septembre 1993
Prochain périhélie inconnu


Caractéristiques physiques
Découverte
Découvreurs David Rabinowitz (SPACEWATCH)
Date 1er mai 1992
Désignations C/1992 J1 (Spacewatch)

C/1992 J1 (Spacewatch) est une comète non-périodique découverte le 1er mai 1992 par David Rabinowitz. L'orbite de cet astre fut calculée par Nakano[1]. C'est la comète du système solaire connue qui s'éloigne le plus du Soleil, atteignant à son aphélie la distance de 154 202 UA, soit 2,44 années lumière[2].

Ce fut aussi la toute première comète découverte par le projet Spacewatch et le tout premier corps détecté avec le système automatique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Découverte[modifier | modifier le code]

Capteur CCD.

La plupart des théories avancèrent que le nuage d'Oort devrait avoir une limite de 44 000 UA[3], voire 100 000 UA[4] mais aucune comète ne semblait être connue pour dépasser cette distance. Cependant, un petit corps dénommé C/1992 J1 fut découvert en 1992.

En 1980 fut lancé Spacewatch, un projet de l’université d'Arizona qui est spécialisé dans l’étude des corps mineurs. En 1989, les membres du projet débutèrent la recherche au moyen d'un système automatique de détection de corps célestes.

C/1992 J1 fut la première comète découverte avec ce système (mais un astéroïde fut découvert plus tôt avec cette méthode le 5 septembre 1990 : (11885) 1990 SS[5]). On utilisa le 2Kx2K CCD pour la détecter (capteur photographique)[6].

Observations[modifier | modifier le code]

Orbite de C/1992 J1 vue du système solaire externe.

Les premières observations furent effectuées le 1er mai 1992 par David Rabinowitz dans le cadre du projet Spacewatch. Cette découverte fut possible car l'astre s'approchait de son point le plus proche du Soleil. Cependant son périhélie n'a pas donné l'occasion d'avoir plus d'informations et l'orbite de la comète l’amenant au confins du système solaire, il n'y aura sans doute aucune autre information à son sujet.

Elle était au plus près du Soleil le 5 septembre 1993. On put l'observer durant deux ans mais le 2 février 1995, la comète fut trop loin de la Terre pour que l'on puisse l'observer. Il y eut au total 214 observations du corps durant 1007 jours.

Contrairement aux comètes périodiques que l'on retrouve souvent dans notre ciel comme la comète de Halley qui s'approche assez souvent de la Terre, cette comète ne va réapparaître que dans 21,4 millions d'années[7].

Désignation[modifier | modifier le code]

Avant le 1er janvier 1995, les comètes recevaient une désignation provisoire constituée par l'année de la découverte suivie d'une lettre en minuscule correspondant à l'ordre de la découverte. Cependant, cette comète reçu une dénomination correspondant à la nomenclature d'après 1er janvier 1995, plus simple en raison du nombre important de découverte de corps mineurs.

Ainsi pour C/1992 J1 (Spacewatch) :

  • C/ indique qu'il s'agit d'une comète à longue période (éventuellement non périodique).
  • 1992 indique que la comète a été découverte en 1992.
  • J indique qu'elle a été découverte au cours de la première quinzaine de mai.
  • 1 indique qu'il s'agit de la première comète découverte au cours de cette période.
  • Spacewatch est le nom du projet ayant permis sa découverte.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Orbite[modifier | modifier le code]

Orbite de la comète dans le système solaire interne.

Le demi-grand axe de l'orbite de C/1992 J1 est d'environ 77 102 ua. Cet demi-grand axe se trouve en plein milieu du nuage d'Oort et est d'une très rare importance. Mais du fait de l'excentricité très prononcée de cette orbite, la distance entre la comète et le Soleil varie entre ua au périhélie et 154 202 ua à l'aphélie. L'année de ce corps est déduit une période de 21,4 millions d'années terrestres par l'application brute de la 3e loi de Képler[8].

Durant son voyage, elle traverse la ceinture principale, les centaures, la ceinture de Kuiper, le nuage de Hills et le nuage d'Oort. Elle possède le plus grand demi-grand axe connu dans le système (77103 UA ce qui équivaut à 1,22 année-lumière). Une fois passé la ceinture de Kuiper vers 50 UA, elle se heurte à l'influence des géantes gazeuses, en particulier Neptune, et accélère sa course à l'intérieur du système solaire par l'influence gravitationnelle des géantes.

La comète possède une inclinaison sur le plan de l'écliptique 124,3 187 °. Son excentrique est de 0,999961. Cette inclinaison est importante en comparaison à d'autres corps comme Pluton qui est à 17,14 175 ° où des orbites des planètes classiques qui sont quasi-circulaires et coplanaires de l'écliptique (seule Mercure possède une orbite inclinée (7°}) et excentrique (0,2) de manière significative).

Certaines théories affirment que des comètes pourraient se trouver encore plus loin, à plus de 200 000 UA[9],[10]. Cependant, situées aux limites de la sphère d'influence gravitationnelle du Soleil, de telles comètes seraient soumises à des perturbations d'origine stellaire, susceptibles de les expulser du nuage d'Oort, soit vers l'extérieur.

Parmi ces comètes certaines ont une orbite calculée à une distance bien plus grande. C'est le cas de la comète C/2008 C1, qui d'après le site Jet Propulsion Laboratory de la NASA, aurait un aphélie de 312 174 ua, ce qui place ce point en dehors du système solaire. Cependant, cette valeur correspondant à celle de l'orbite osculatrice, c'est-à-dire que c'est un point "mathématique" correspondant à l'extrapolation du mouvement de l'objet à une date donnée, point par lequel l'objet ne passera pas forcément réellement si son orbite est perturbée (à une telle distance, l'influence des objets hors du système solaire, en l'occurrence des autres étoiles les plus proches, ne sont plus négligeables et la comète quitterait probablement le système solaire : vue depuis le système solaire, l'orbite (osculatrice) serait alors hyperbolique avec un aphélie mathématiquement négatif). De plus, la marge d'erreur des paramètres orbitaux est très importante et sa distance maximal du Soleil est très incertaine[11].

Survie de la comète[modifier | modifier le code]

C/1992 J1 voyage jusqu'à la ceinture d'astéroïde, ici notée asteroid belt.

Quand C/1992 J1 s'approche du soleil, avec l'effet du vent solaire, de la pression de radiation et de la gravitation, elle perd de sa matière.

Seulement 10 % des comètes à longues périodes peuvent survivre à plus de 50 passages, tandis que seulement 1 % d'entre elles survivent plus de 2000 passages[12].

S’agissant d'une comète de longue période, sa durée de vie est donc a priori limitée. Cependant, son excentricité extrême pourrait lui permettre de ne pas être détruite : en effet, si la comète ne s'échappe pas du Système solaire, son orbite actuelle rend ses passages dans les zones intérieures extrêmement rares : sa période actuelle (c'est-à-dire à nouveau celle correspondant à son orbite osculatrice) dépasse les 20 millions d'années. Si l'on suppose, bien que soit physiquement impossible, une orbite non perturbée sur cette période, cinquante passages équivalent à environ 1 milliard d'années ; et 2000 passages à plus de 40 milliards d'années, presque 10 fois l'âge du Système solaire et le triple de l'âge actuel de l'Univers.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site internet[modifier | modifier le code]

Logiciel[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paramètres orbitaux de la Nasa
  2. application de la formule UA* 150.000.000 (valeur en kilomètre)/C*SA (vitesse de la lumière * nbre de secondes dans une année)
  3. Solarviews
  4. Astronome
  5. Historique des découvertes
  6. Historique de Spacewatch Project
  7. Données orbitales de la Nasa
  8. Le carré du temps (révolution sidérale en années) est égal au cube de la distance (demi-grand axe exprimé en unités astronomiques).
  9. Solstation Nuage d'oort
  10. (en) Harold F. Levison, Luke Donnes, Lucy Ann Adams McFadden (éditeur), Torrence V. Johnson (éditeur) et Paul Robert Weissman (éditeur), Encyclopedia of the Solar System, Amsterdam; Boston, Academic Press,‎ 2007, 2e éd. (ISBN 0120885891), « Comet Populations and Cometary Dynamics », p. 575–588
  11. C/2008 C1 (Chen-Gao), Jet Propulsion Laboratory NASA
  12. The Size-Frequency Distribution of Dormant Jupiter Family Comets