C. T. C. Wall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wall.

Charles Terence Clegg Wall

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Wall à la conférence satellite de géométrie algébrique de l'ICM 2006 à Ségovie (coll. MFO)

Naissance 14 décembre 1936 (77 ans)
Bristol (Angleterre)
Nationalité Drapeau de Grande-Bretagne Britannique
Champs Mathématiques
Institutions Université de Liverpool
Diplôme Marlborough College
Trinity College (Cambridge)
Directeur de thèse Christopher Zeeman (et Frank Adams)
Étudiants en thèse Dennis Barden (en),
Michael Boardman (en),
James Bruce,
Andrew Casson (en),
Andrew du Plessis, etc.[1]

Charles Terence Clegg (« Terry ») Wall, né le 14 décembre 1936 à Bristol (Angleterre), est un mathématicien britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wall a fait ses études au Marlborough College dans le comté de Wiltshire, puis au Trinity College de Cambridge, dont il a été Fellow de 1959 à 1964. Il y a soutenu en 1960 une thèse dirigée par Christopher Zeeman (et Frank Adams)[1]. En 1960-61, il était à l'Institute for Advanced Study. En 1964, il a été professeur à Oxford (et Fellow du St Catherine's College (en)). Il est professeur émérite de l'université de Liverpool, où il a été nommé en 1965.

Terry Wall a épousé Sandra Hearnshaw en 1959 et ils ont eu quatre enfants[2]. Il a été trésorier de la zone Wirral du Parti social-démocrate (en), de 1985 jusqu'à sa fusion en 1988 avec le Parti libéral de l'époque et depuis, de la circonscription du Wirral Ouest du Parti libéral-démocrate[2],[3]. Wall a été missionné par le responsable local de l'éducation pour diriger la grammar school de West Kirby (en) à partir de 1987[2],[4]. Il a aussi été trésorier de l'orchestre de chambre de Hoylake depuis 2000[2],[5].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Dès sa thèse en topologie algébrique, Wall a fait des recherches sur le cobordisme. Il a travaillé principalement sur les variétés, en particulier sur la topologie géométrique et l'algèbre abstraite inhérente, composante de la théorie de la chirurgie dont il fut l'un des fondateurs. En 1964, il a introduit le groupe de Brauer-Wall (en) d'un corps — une généralisation du groupe de Brauer. Sa monographie de 1970, Surgery on Compact Manifolds, est un ouvrage de référence en topologie géométrique.

En 1971, il a conjecturé que tout groupe de type fini est accessible (en). Cette « conjecture de Wall » a suscité beaucoup de progrès dans la compréhension des décompositions de groupes par extension HNN ou produit libre amalgamé. En 1985, Martin Dunwoody (en) a démontré cette conjecture pour les groupes de présentation finie. Le cas général resta un problème ouvert jusqu'à ce qu'en 1991, à la surprise de la plupart des mathématiciens d'alors, Dundwoody trouve un contre-exemple.

Depuis le milieu des années 1970, Wall a surtout travaillé sur la théorie des singularités (en) qu'avaient développée Thom, Milnor et Arnold, en particulier sur la classification des singularités isolées (en) d'applications différentiables et de variétés algébriques. Il a écrit deux monographies sur la théorie des singularités, The Geometry of Topological Stability en 1989 (contenant beaucoup de résultats nouveaux) avec Andrew du Plessis, et Singular Points of Plane Curves en 2004.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en)/(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en anglais « C. T. C. Wall » (voir la liste des auteurs) et en allemand « C. T. C. Wall » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b (en) C. Terence C. (Charles) (Clegg) Wall sur le site du Mathematics Genealogy Project
  2. a, b, c et d (en) C. T. C. Wall, « Curriculum Vitae »
  3. (en) « Wirral West Constituency », sur Liberal Democrats
  4. (en) « Governing Body », sur West Kirby Grammar School
  5. (en) John J. O’Connor et Edmund F. Robertson, « Charles Terence Clegg Wall », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]