Cœur fidèle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cœur fidèle

Réalisation Jean Epstein
Scénario Jean Epstein et Marie Epstein
Acteurs principaux

Léon Mathot (Jean)
Gina Manès (Marie)
Edmond Van Daële (Petit Paul)
Claude Benedict (Le père Hochon)
Madeleine Erikson (La femme du port)

Sociétés de production Pathé Consortium Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Sortie 1923
Durée 96 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cœur fidèle est un film français réalisé par Jean Epstein, sorti en 1923 en France.

Synopsis[modifier | modifier le code]

A Marseille. Jean, honnête docker, aime Marie. Mais les parents adoptifs de cette dernière, êtres méprisants, lui préfèrent un autre mari, Petit-Paul, un mauvais garçon aux manières teigneuses, que Marie n’aime pas mais dont les relations séduisent les parents de la belle.

Analyse[modifier | modifier le code]

De par une véritable réflexion sur la technique du gros plan notamment, lequel semble capturer toute l'expression photogénique des acteurs (et dont le cinéaste en fera une quête esthétique toute sa vie durant, comme en témoigne ses Écrits sur le cinéma), Jean Epstein propose avec ce film un morceau de bravoure du cinéma impressionniste français des années 1920. Même si le scénario peut sembler un peu léger, il n'est qu'un prétexte pour le cinéaste qui expérimente au gré de différentes surimpressions, comme par exemple la superposition des eaux du port de Marseille avec le visage mélancolique de l'actrice principale Gina Manès, afin de révéler une beauté mystérieuse et poétique au spectateur. La scène des chevaux de bois, d'une grande virtuosité technique pour l'époque, mêle la vitesse du mouvement de la caméra à un montage rapide des images selon un système de correspondances qui provoque un sentiment de vertige étonnant.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film a été restauré par Marie Epstein sous l'égide d'Henri Langlois à la Cinémathèque française au début des années 1950.

Citation[modifier | modifier le code]

Lors d'une conférence, Jean Epstein présente son film devant l'association des étudiants de Montpellier en 1924 en ces mots :

« Quant aux symboles, le film en est rempli. Ce manège, cette fête foraine ne peuvent-ils être l'image de la vie et si, à la fin du drame, vous voyez Jean et Marie revenir à la fête bruyante, cet épisode n'a pour moi qu'un sens, celui d'un retour à la vie. »

- Jean Epstein, Écrits sur le cinéma, I, « présentation de Cœur fidèle », Éditions Seghers, 1974, p: 125

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Coeur Fidèle, Prosper Hillairet, Editions Yellow Now, Collection Côté Film, 2008
  • Écrits sur le cinéma, Jean Epstein, I & II, Éditions Seghers, 1974

Lien externe[modifier | modifier le code]