Côtes-du-rhône villages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Côtes-du-rhône villages
Sablet.JPG
Le vignoble de Sablet, producteur d'une appellation villages.
Désignation(s) Côtes-du-rhône villages
Appellation(s) principale(s) côtes-du-rhône villages
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 1966
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble de la vallée du Rhône
Sous-région(s) vallée du Rhône méridionale
Saison deux saisons sèches (hiver et été)
deux saisons pluvieuses (automne et printemps)
Climat tempéré méditerranéen sous influence du mistral
Sol maigre et aride gréseux ou argilo-calcaires
Superficie plantée 7 698 hectares
dont 5 487 ha en dénomination
Cépages dominants clairette B, bourboulenc B, roussanne B, grenache blanc B, grenache N, carignan N, cinsault N, camarèse N, syrah N et mourvèdre N
Vins produits rouges, rosés et blancs
Production 282 618 hl en 2005, dont 203 019 hl pour les dénominations[1]
Pieds à l'hectare 4 000 pieds par ha,
soit maximum 2,5 m² par pied
Rendement moyen à l'hectare 44 à 50 hl/ha,
41 à 45 hl/ha pour les dénominations[2]

Le côtes-du-rhône villages[3] est un vin d'appellation d'origine contrôlée produit sur une large partie du vignoble de la vallée du Rhône méridionale, sur quatre départements : l'Ardèche, la Drôme, le Gard et le Vaucluse.

Le nom de l'appellation peut être complété par une des dénominations géographiques suivantes :

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la création des appellations d'origine contrôlée, le classement en côtes-du-rhône villages est le résultat, à la demande des vignerons, de la reconnaissance par la justice ou l'INAO d'un « terroir jouissant d'une incontestable notoriété constatée par des usages locaux, loyaux et constants ».

La première action fut menée dans les côtes-du-rhône gardoises, en 1942, par les syndicats de vignerons de Chusclan et de Laudun. Ils demandèrent au tribunal d'Uzès une reconnaissance judiciaire de la qualité et de la valeur originales de leurs vins. Cette demande jointe à un cahier des charges qui proposait un statut spécial et plus sévère pour la production fut agréée[4]. Le procès ayant traîné, les responsables vignerons demandèrent alors de bénéficier des dispositions du décret du 13 juillet 1951.

La législation ayant changé, le 24 novembre 1953, à la demande de l'INAO, plusieurs arrêtés ministériels furent pris reconnaissant à des villages de la Drôme, du Gard et du Vaucluse, le droit d'utiliser sur leurs étiquettes l'expression « côtes-du-rhône » suivie du nom de leur commune. Il s'agissait de Chusclan pour cinq communes, de Laudun, pour trois, de Cairanne et de Gigondas.

Le 21 juin 1955, Vacqueyras obtenait le même droit pour sa commune et celle de Sarrians, puis ce fut le tour de Vinsobres, le 7 septembre 1957.

Le 16 juin 1965, un nouveau décret imposa l'épreuve de la dégustation préalable[5]. Ce qui permit de classer en côtes-du-rhône village en date du 2 novembre 1966 : Rochegude, Saint-Maurice-sur-Aygues, Vinsobres, pour la Drôme ; Laudun et Chusclan, pour le Gard ; Cairanne, Gigondas[6], Rasteau, Roaix, Séguret, Vacqueyras, Valréas et Visan, pour le Vaucluse.

En une décennie furent classés : Rousset-les-Vignes et Saint-Pantaléon-les-Vignes en date du 18 mars 1969 ; Sablet suivis de Saint-Gervais, le 9 mai 1974 puis de Beaumes-de-Venise avec les communes de Lafare, La Roque-Alric et Suzette le 27 juillet 1979.


Entretemps, en 1967, avait été officialisée l'AOC régionale côtes-du-rhône villages. Elle concernait alors les meilleures parcelles des terroirs de soixante-quatorze communes des Côtes du Rhône[7]. Elles sont aujourd'hui au nombre de quatre-vingt-quinze[8].

Géographie[modifier | modifier le code]

Une diversité géographique importante caractérise l'ensemble des vignobles appartenant à cette appellation. Robert W. Mayberry dans son ouvrage sur les vins de la vallée du Rhône[9]a réussi pourtant à en faire une synthèse. Deux éléments sont toujours communs, le premier est climatologique, c'est le mistral, le second est lié aux sols, c'est l'exposition des coteaux où est plantée la vigne.

« L'importance du mistral pour ces vignobles en coteaux est double et dépend de quelle façon les pentes sont orientées face au vent. Une exposition nord, face au mistral, par exemple pour les vignes d'AOC Laudun de Saint-Victor-la-Coste, provoque un assèchement des grappes et une concentration du jus. Une exposition sud, procurera un abri contre le vent et quelquefois un micro-climat chaud comme à Vinsobres[10] avec des récoltes plus précoces. »

De plus, les pentes des coteaux, par la façon dont elles drainent l'air, offrent au vignoble une bonne protection contre les problèmes de moisissure, de pourriture grise, de coulure ou encore contre les gelées printanières. Leur pédologie est aussi primordiale. L'argile des coteaux est un sol froid excellent pour le corps et l'acidité du vin tandis que le calcaire est dit l'être pour les arômes et que le sable est facteur de finesse comme à Sablet ou sur les hauteurs de Saint-Gervais.

Terroirs et vins[modifier | modifier le code]

Bouteilles d'AOC côtes-du-rhône villages au Palais du vin
AOC côtes-du-rhône villages avec nom de commune

Pierre Charnay, inspecteur régional de l'INAO et qui fut l'un des principaux acteurs de la création de cette appellation villages[11], a commenté ainsi ses terroirs et ses vins :

« Cette distribution nominative est éparpillée sur tout le territoire des côtes-du-rhône méridionales. Les sols et les mésoclimats accusent, par conséquent, des différences d'une commune à l'autre et déterminent des nuances... Nous dirons simplement que Rasteau, Cairanne, Sablet, Vacqueyras[12] et Visan, offrent les vins les plus puissants et les plus amples, les plus virils. Les treize autres villages ont une harmonie plus légère, au corps plus féminin. Ces variations de style ne changent rien à la qualité de chacun. Mieux, elles nous éloignent de cette uniformité si dangereuse dans les vins d'appellation d'origine. »

Les degrés alcooliques ont été définis par décret : pour leurs trois couleurs, les villages régionaux doivent titrer 12°, tandis que les villages communaux doivent plafonner à 12° pour les blancs et les rosés et à 12,5° pour les rouges. Sur des sols argilocalcaires, les vins produits sont généreux, amples, colorés et charnus. Ils dégagent à l'agitation des arômes puissants. Sur des terres arides et caillouteuses, le même encépagement va donner des vins fins, élégants et fruités dont le nez révélera des arômes de fruits blancs ou rouges sinon floraux pour les blancs et les rosés.

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

Le rouge qui possède une grande aptitude au vieillissement, - dix ans et plus - est traditionnellement conseillé sur du gibier et de la venaison et il s'accorde parfaitement avec les daubes (avignonnaise ou provençale), le civet de cerf ainsi que les civets de lièvre ou de sanglier. Le rosé, en fonction de sa vinification - par saignée ou par pressurage - peut se garder entre 2 ou 4 ans. C'est à boire à table avec les charcuteries et les fromages. Il s'accorde parfaitement avec la cuisine asiatique. Quant au blanc, tout en finesse et en fraîcheur, il fait un mariage heureux avec les poissons de mer ou de rivière les fruits de mer, les crustacés et tous les fromages de chèvre.

Les millésimes[modifier | modifier le code]

Ils correspondent à ceux du vignoble de la vallée du Rhône. Ils sont notés : année exceptionnelle Article de qualité, grande année Bon article, bonne année ***, année moyenne **, année médiocre *.

Millésimes 2000
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Caractéristiques Article de qualité *** *** Bon article Article de qualité Bon article Bon article *** Bon article Bon article
Millésimes 1990
1999 1998 1997 1996 1995 1994 1993 1992 1991 1990
Caractéristiques *** *** ** *** Bon article ** ** ** *** Article de qualité
Millésimes 1980
1989 1988 1987 1986 1985 1984 1983 1982 1981 1980
Caractéristiques Article de qualité Article de qualité Bon article *** Article de qualité ** Bon article *** Bon article Article de qualité
Millésimes 1970
1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 19722 1971 1970
Caractéristiques Bon article Article de qualité Bon article ** *** Bon article *** ** ** Article de qualité
Millésimes 1960
1969 1968 1967 1966 1965 1964 1963 1962 1961 1960
Caractéristiques ** * Article de qualité Article de qualité *** *** ** ** *** Article de qualité
Millésimes 1950
1959 1958 1957 1956 1955 1954 1953 1952 1951 1950
Caractéristiques Bon article Bon article Article de qualité Bon article Bon article *** Bon article Article de qualité ** Article de qualité
Millésimes 1940
1949 1948 1947 1946 1945 1944 1943 1942 1941 1940
Caractéristiques Article de qualité Article de qualité Article de qualité Bon article Article de qualité ** Article de qualité Bon article ** **
Millésimes 1930
1939 1938 1937 1936 1935 1934 1933 1932 1931 1930
Caractéristiques * Bon article Bon article *** ** Article de qualité Article de qualité ** ** **
Millésimes 1920
1929 1928 1927 1926 1925 1924 1923 1922 1921 1920
Caractéristiques Article de qualité Article de qualité ** Bon article ** Bon article Bon article ** Bon article Bon article
Sources : Yves Renouil (sous la direction), Dictionnaire du vin, Éd. Féret et fils, Bordeaux, 1962 ; Alexis Lichine, Encyclopédie des vins et alcools de tous les pays, Éd. Robert Laffont-Bouquins, Paris, 1984, Les millésimes de la vallée du Rhône & Les grands millésimes de la vallée du Rhône

Soit sur 90 ans, 24 années exceptionnelles, 26 grandes années, 16 bonnes années, 22 années moyennes et 2 années médiocres.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Dans les décrets d'appellation, une division est faite entre le cépages principaux (indiqué par "M"), les variétés supplémentaires (indiqué par "S") et celles autorisées (indiqué par "(A)").

Cépage Appellations régionales
Côtes du Rhône[13] Côtes du Rhône Villages[14]
Rouge et rosé Blanc Rouge Rosé Blanc
Bourboulenc B (A) M (A) M
Brun Argenté (Camarèse ou Vaccarèse) (A) (A) (A)
Carignan N (A) (A) (A)
Cinsaut (A) (A) (A)
Clairette B (A) M (A) M
Clairette rose (A) (A)
Counoise (A) (A) (A)
Grenache blanc (A) M (A) M
Grenache gris (A) (A)
Grenache noir M M M
Marsanne (A) M (A) M
Marselan (A)
Mourvèdre S S S
Muscardin (A) (A) (A)
Piquepoul blanc (A) (A) (A) (A)
Piquepoul noir (A) (A) (A)
Roussanne (A) M (A) M
Syrah S S S
Terret noir (A) (A) (A)
Ugni blanc (A) (A) (A) (A)
Viognier (A) M (A) M
Vins blancs
Vins rosés
  • Cépages principaux : 50 % minimum de grenache, 20 % minimum de syrah et/ou mourvèdre[16]
  • Cépages secondaires : 20 % maximum de tous les autres cépages de l'AOC côtes-du-rhône
Vins rouges
  • Cépages principaux : 50 % minimum de grenache, 20 % minimum de syrah et/ou mourvèdre[17]
  • Cépages secondaires : 20 % maximum de tous les autres cépages rouges de l'AOC côtes-du-rhône

Côtes-du-Rhône Villages avec mention de village ou de lieux-dit[modifier | modifier le code]

En 2013, 43 communes peuvent faire suivre l'appellation Côtes-du-Rhône Villages du nom de l'un des 19 villages ou lieux-dits suivants :

Cairanne[modifier | modifier le code]

Cairanne rouge, Cuvée Antique, médaille d'or aux Vinalies.

Le point culminant du terroir de Cairanne[18], le belvédère des côtes-du-rhône, est situé à 320 mètres d'altitude. La commune étend son vignoble entre le talweg de l'Aygues, rivière torrentueuse et ses dépôts alluvionnaires. Il s'abaisse graduellement de la colline de Ventabren[19] par terrasses et coteaux jusqu'à la plaine caillouteuse du Plan-de-Dieu.

Des fouilles au quartier Saint-Michel, au lieu-dit des Plantades, ont mis au jour des débris d'amphores et une statuette de bronze. Un monument élevé à son fils par Cassius Severianus, intendant de la Narbonnaise pour l'empereur Probus, est la preuve de son passage ou de sa résidence en ce lieu[20].

Perché au sommet d'une colline, le village fut un fief de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui dut le rétrocéder au pape Jean XXII en 1320. Le souverain pontife se réserva la dîme annuelle qui s'élevait à douze tonneaux de vin du cru.

En 1766, une délibération du Conseil de Ville ordonna que désormais : « Les aubergistes et cabaretiers ne pourront vendre aux particuliers que du vin du lieu et en bouteilles cachetées. Les messieurs de la police sont chargés de mettre le sceau aux dites bouteilles et les vendeurs devront justifier l'origine de leur vin ». Au siècle suivant, vers 1850, il y eut une forte demande de vin blanc. Celui-ci était consommé « bourru » sur les places de Saint-Étienne et Lyon.

Les vignerons de la commune obtinrent la dénomination côtes-du-rhône cairanne en 1953, puis fut classé en AOC côtes-du-rhône villages cairanne en 1967. Aujourd'hui le vignoble s'étend sur 760 hectares et produit 24 540 hectolitres par an.

Ses vignes ont conquis garrigues et coteaux. Les rouges évoluent des arômes de fruits à noyaux en leur prime jeunesse vers des notes de cuir et de truffes en vieillissant. Ce sont des vins de grande garde.

Chusclan[modifier | modifier le code]

Le village dépendait au XVIIe siècle de la Viguerie d'Uzès qui portait le nom de la « Côte du Rhône ». Côtes-du-rhône villages Chusclan[21] est une AOC attribuée aux communes de Chusclan, d'Orsan, de Bagnols-sur-Cèze, de Codolet et de Saint-Étienne-des-Sorts. Elle fut d'abord accordée pour les vins rosés en 1967 puis, en 1971, pour les rouges. Les vignes sont implantées sur des terrasses gréseuses et caillouteuses ainsi que sur quelques bancs sableux.

L'histoire de la gastronomie a retenu que le vin de Chusclan fut fort apprécié à la cour de Louis XIV grâce aux « lapins d'Arbousset », une recette concoctée par le maréchal de Grammont.

Les vins rouges colorés, équilibrés, aux notes fruitées sont marqués par des arômes de laurier et d'épices. Vins de semi-garde, ils s'apprécient, généralement, avant leur cinquième année.

Gadagne[modifier | modifier le code]

Depuis le 30 octobre 2012[22], les vins rouges produits dans les communes de Caumont-sur-Durance, Châteauneuf-de-Gadagne, Morières-lès-Avignon, Saint-Saturnin-lès-Avignon et Vedène (département de Vaucluse) peuvent, à leur tour, bénéficier de l'appellation Côtes-du-Rhônes Villages avec nom de commune. À noter que le nom initialement revendiqué était le nom d'un des villages de cette zone (Châteauneuf-de-Gadagne), mais les producteurs ont dû renoncer à cette appellation suite à une longue procédure contre les producteurs de Châteauneuf-du-Pape[23].

Laudun[modifier | modifier le code]

Tout comme Chusclan, le village dépendait de la Viguerie de la « Côte du Rhône ». L'AOC villages laudun[24] regroupe les communes de Laudun, Tresques et Saint-Victor-la-Coste. Le vignoble a colonisé les pentes pierreuses et gréseuses de ces trois communes avec une préférence pour les sols squelettiques peu humides.

Les rouges souples et fins, aux tannins élégants et ronds, où domine l'assemblage grenache/mourvèdre/syrah, donnent des vins au potentiel aromatique important avec une belle capacité de maturation.

Massif d'Uchaux[modifier | modifier le code]

Vignobles du Massif d'Uchaux à Lagarde-Paréol.

L'AOC villages massif-d'uchaux[25] est un nom géographique qui regroupe les communes de Lagarde-Paréol, Mondragon[26], Piolenc, Sérignan-du-Comtat et Uchaux. L'altitude de ce massif, situé au nord d'Orange, constitue un terroir est assez vallonné avec des hauteurs oscillant entre 100 et 280 mètres d'altitude.

Dans ce paysage encore très boisé, le vignoble s'inscrit en damiers, chaque parcelle étant isolée de l'autre par la garrigue ou des oliveraies. Le terroir viticole est essentiellement composé d'un substrat daté du secondaire où la vigne se complaît sur des grès siliceux ou calcaires. Cette AOC Villages a été reconnue par le décret du 25 août 2005.

Les rouges ont une robe profonde à la couleur chatoyante. Ces vins équilibrés et charpentés, sont caractérisés par un nez qui évolue d’un bouquet juvénile de fruits où domine la marasque (cerise noire) et l'arbouse, vers des nuances de menthe sauvage, de sous-bois et de venaison en vin de garde.

Plan de Dieu[modifier | modifier le code]

Le Bois des Dames, vignoble historique de l'abbaye de Prébayon.
AOC côtes-du-rhône villages Bois des Dames.

L'AOC villages Plan-de-dieu[27] ne porte pas un nom de commune, mais de lieu-dit. Il reçut son nom des religieuses de Prébayon quand elles quittèrent le massif des Dentelles de Montmirail pour s'installer ici. C'était pour elles le meilleur terroir à vignes, la « plaine de Dieu ».

Le nom de Plan de Dieu (Plan Dei) est attesté pour la première fois le 18 septembre 1326 dans la rédaction d'un acte réglant entre les habitants de Camaret et de Travaillan les limites de leurs vignes et pâturages[28].

Cette terrasse du diluvium alpin, qui sépare l'Eygues et l'Ouvèze, descendus des Baronnies, est constituée de galets à prédominance calcaire et de teinte gris clair. Ces rivières au régime torrentueux ont charriées, après la dernière glaciation du Riss, des alluvions chargées qui se sont déposées en un puissant dépôt de galets roulés formant une terrasse entre leurs lits. Ces galets sont liés entre eux dans une matrice argilo-sableuse rouge qui sert de réserve hydrique.

Ce terroir se partage entre les communes de Camaret-sur-Aigues, Jonquières, Travaillan et Violès.

Puyméras[modifier | modifier le code]

Dégustation à la cave des vignerons.

L'AOC villages Puyméras[29] regroupe cinq communes sur un terroir très vallonné à savoir Puyméras, Mérindol-les-Oliviers, Mollans-sur-Ouvèze, Faucon et Saint-Romain-en-Viennois.

Le vignoble s'est installé sur des coteaux entre 220 et 600 mètres d'altitude. Il est cultivé sur des terrasses caillouteuses au sol de galets englués dans une matrice sablo-caillouteuse rouge. La période médiévale vit la culture de la vigne développée par les moines venus de l'Isle-Barbe (Lyon) et de l'abbaye de Cluny.

Zone de polyculture traditionnellement arboricole, les oliviers et les fruitiers subirent le gel de 1956. Seule la vigne résista. Ce vignoble a eu ses vins classé en côtes-du-rhône villages en 1979. Le décret du 25 août 2005 l'a fait accéder en côtes-du-rhône villages avec nom de commune.

Un « Salon des jeunes vignerons d'Europe » est programmé chaque année à Mérindol-les-Oliviers au début du mois d'août[30].

Rasteau[modifier | modifier le code]

Rasteau et son vignoble.

Le village émerge au-dessus de ses vignes plantées soit en terrasses, soit en croupes arrondies. Tout comme Cairanne, Rasteau a la quasi-totalité de son vignoble sur la montagne de Ventabren. Cette ancienne terrasse du diluvium alpin est composée d'une matrice d'argile rouge, très riche en galets roulés de quartz et de calcaire gris. Ce vignoble, qui couvre les pentes des coteaux exposés plein sud et qui font un paravent au mistral, produit des vins d'une grande qualité tant en rouge, blanc et rosé.

Les rouges dégagent à l'agitation un nez de cassis et d'épices douces. Charnus et bien structurés, ils ont un beau potentiel de vieillissement. Ils sont classés en cru (ou appellation communale) depuis le décret daté du 9 juin 2010[31]. Seuls les blancs restent en AOC côtes-du-rhône villages communale, les rosés réintégrant l'AOC côtes-du-rhône[32].

Sur la commune, une chapelle du XVIIe siècle est placée sous le vocable de Notre-Dame des Vignerons.

Roaix[modifier | modifier le code]

Roaix et son vignoble.

Une partie des vignes de l'AOC villages Roaix[33] sont implantées sur les coteaux de Ventabren. La présence de silex taillés et de débris de poteries gallo-romaines prouve que ce territoire fut occupé de la Préhistoire à l'Antiquité.

Au cours du XIIe siècle, les templiers de la commanderie de Richerenches, installèrent ici un de leurs temples. Ce furent eux qui développèrent le vignoble sur les terres caillouteuses des hautes terrasses du lit de l'Ouvèze ou sur les pentes des coteaux composées d'argile rouge décalcifiée.

Les vignes fournissent des rouges élégants et légers qui se révèlent parfaits entre quatre et cinq ans.

Rochegude[modifier | modifier le code]

Vignoble de Rochegude.

L'AOC villages Rochegude[34] remonte à l'antiquité romaine. Comme à Cairanne, Cassius Severianus, l'intendant de la Narbonnaise, résida à Rochegude. Il fit graver un cippe, stèle funéraire[35] dont l’inscription rappelait son affection et celle de son épouse Veltia Maternilla pour Infantus, leur enfant chéri.

Le baron Le Roy de Boiseaumarié trouvait ce vin rouge remarquable par sa finesse, sa générosité et surtout par un bouquet sui generis que ne possédait aucun autre vin des côtes-du-rhône. Ses rouges élégants, légers tout en étant chaleureux dégagent un bouquet complexe de notes fruitées.

Rousset-les-Vignes[modifier | modifier le code]

L'AOC villages Rousset-les-vignes[36] apparaît dans les textes dès le XIe siècle. C'est l'époque à laquelle, les moines bénédictins de Saint-Pantaléon construisirent à Rousset un monumental prieuré adossé à la montagne de la Lance qu'ils placèrent sous la protection de dom Mayeul de Cluny et commencèrent à implanter le vignoble sur les coteaux gréseux.

Trois cuvées différentes de l'AOC Rousset-les-vignes

Puis, ils firent entourer de remparts leur établissement et l'agglomération qui s'était créée autour. Un château, construit au XIIe siècle par les comtes de Valentinois[37], somma le village ; ses fortifications furent reprises au XIVe siècle et elles furent totalement restaurées au cours du XVe siècle.

Ce fut lors de la présence des papes à Avignon que cette commune devint une enclave pontificale en terre baronniarde. En 1451, elle fut assiégée par des bandes pillardes qui ne purent forcer les remparts. La paix revenue le village médiéval pris son aspect Renaissance.

Le prieuré clunisien fut abandonné lors de la Révolution, c'est aujourd'hui une propriété privée.

Le vignoble est resté sur les pentes élevées des coteaux du village. Il donne des vins rouges aux arômes de petits fruits rouges qui, grâce à la finesse de leurs tanins, se révèlent de bonne garde.

Sablet[modifier | modifier le code]

Vignoble de Sablet sur collines de saffre

Le terroir de l'AOC villages Sablet[38] est constitué de collines de saffre[39] dominées par des dalles du miocène quasi verticales. À ces sols gréseux et sableux s'ajoutent des terres où domine l'argile décalcifiée mélangée à des galets.

Le village est devenu célèbre dans le monde de la littérature contemporaine grâce à sa « Journée du Livre » qui se tient chaque année à la fin du mois de juillet. Un lien étroit s'est créé entre les auteurs et leurs amis vignerons. D'ailleurs, tous les ans, ceux-ci sortent en cette occasion une « Cuvée spéciale » millésimée qui leur est offerte.

Les vins rouges amples et pleins de corps se caractérisent par des saveurs de fruits mûrs et secs.

Saint-Gervais[modifier | modifier le code]

Situé dans la vallée de la Cèze, le vignoble de Saint-gervais[40] a depuis longtemps délaissé le fond des vallons pour partir à la conquête des pentes des coteaux.

Ceux-ci sont composés d'un sol gréseux où se retrouvent des plaques d'argile rouge. Le sommet du plateau, où déjà les cisterciens de l'abbaye de Valbonne avaient implanté leurs vignes est composé de sols caillouteux ou sableux[41].

Le vignoble produit des vins rouges où dominent des arômes de fraises, cassis et framboises. Ces vins équilibrés, amples et onctueux se conservent très bien en cave.

Tonneau du XIIIe siècle à la cave des vignerons de Saint-Maurice-sur-Eygues.

Saint-Maurice-sur-Eygues[modifier | modifier le code]

Aux portes des Baronnies, l'AOC villages Saint-maurice-sur-eygues[42] jouit d'un climat particulièrement clément à l'abri de la violence mistral. Son terroir est composé de sols argilo-calcaires plus ou moins gréseux.

Ce fief des Dauphins du Viennois a toujours produit des vins réputés. De nos jours sa production atteint des sommets de qualité en particulier avec ses vins blancs remarquables par leur fraîcheur et leur persistance aromatique. Ses rouges pleins d'élégance supportent parfaitement le vieillissement.

Dans le hall d'accueil de la cave des vignerons est exposé un tonneau du XIIIe siècle, un des plus anciens de la vallée du Rhône.

Saint-Pantaléon-les-Vignes[modifier | modifier le code]

Dégustation au caveau des vignerons de Saint-Pantaléon-les-Vignes.

Au Xe siècle, en plaine, fut édifiée une abbaye bénédictine par les moines de Saint-Saturnin-du-Port, maison-mère de Cluny pour toute la partie méridionale du Royaume d'Arles. Elle fut placée sous la protection de saint Pantaléon. Une population de paysans et d'artisans s'installa sous la protection des clunisiens et un important vignoble fut implanté tout autour. C'est l'origine de l'AOC villages Saint-pantaléon-les-vignes[43].

Ce fut au cours du XIVe siècle, alors que les papes s'étaient installés à Avignon, que la commune, qui dépendait jusqu'alors du comté de Valentinois, devient une enclave pontificale.

En 1451, des bandes pillardes investissent le village qui est rasé avec son château[44], son église abbatiale et ses bâtiments conventuels. Pour se protéger, la population et les moines se réfugient derrière l'enceinte de Rousset-les-Vignes. Le danger passé, les Saint-Pantaléonnais retournent chez eux. Mal leur en prit puisque cette fois c'est le baron des Adrets, la terreur des guerres de religion. Ce qui contraignit les habitants à un nouveau retour à Rousset.

C'est en 1918, que le conseil municipal demanda que la commune puisse rajouter à son nom le qualificatif "les Vignes", ce qui lui fut accordé[45].

Le vignoble produit des rouges charnus aux tanins ronds permettant de conserver et d'apprécier des bouteilles de 10 ans d'âge.

Séguret[modifier | modifier le code]

Confrérie de Séguret, lors du Ban des Vendanges 2010, à Avignon.

Le vignoble de l'AOC villages séguret[46] a colonisé les collines de safre de cette commune reliquat d'une « mer voconcienne ». Le village médiéval est perché sur un éperon. Ses fortifications partaient du front des maisons au pied de la colline pour remonter jusqu'à son sommet. Il en reste de remarquables vestiges avec la Porte Reynier dite aussi Portail de la Bise et la Porte des Huguenots qui a conservé ses vantaux en bois ferrés.

Les vignerons du village élaborent des rouges élégants marqués par des notes d'épices et d'amande. Ce sont des vins de semi-garde à consommer dans les 5 ans.

Une confrérie vineuse existait ici depuis 1685, elle plaça à sa tête une femme, la « bailleresse ». Ce fut le 4 septembre 1984, qu'eut lieu la renaissance de la « Confrérie des Chevaliers du Gouste-Séguret, Compagnons de Saint-Vincent », héritière de celle du XVIIe siècle. C'est une confrérie mixte qui comprend : bayle, baylesse, chambellan, épistolioère, argentier, archiviste, maître de ripailles, maître des chais, cellerier, bouteiler, tabellion et bannerets. Elle s'est fixée deux chapitres annuels, celui de la Saint-Vincent, et celui d'été lors de la fête locale qui correspond maintenant à la « fête des vins ». Au cours de ces chapitres ont lieu les intronisations parmi lesquelles celles de Daniel Ceccaldi, Jean Ferniot, Éric Champ, du professeur émérite René Grosso, Corinne Le Poulain, Jean Raspail, Pierre Tchernia[47].

Signargues[modifier | modifier le code]

Sous ce nom de lieu-dit se regroupent en AOC villages Signargues[48] les communes de Domazan, Estézargues, Rochefort-du-Gard et Saze.

Ce lieu est entré dans l'histoire en 736, après une victoire de Charles Martel contre les Sarrasins dans la plaine de Signargues, près de Remoulins. La légende veut qu'il fallût trois jours entiers pour enterrer les morts. En commémoration, le roi Franc fit construire sur ces lieux, une chapelle dédiée à Saint-Jean des Vignes.

Valréas[modifier | modifier le code]

Valréas, un terroir très favorable à la vigne

L'AOC villages valréas[49] est produit sur la commune éponyme. Celle-ci est au centre d'un bassin miocène riche en coquilles de lamellibranches, débris d'oursins et de très nombreuses dents de requins. C'est un terroir très favorable à la vigne. C'est ce que savait Jean XXII quand le 13 août 1317 il acheta Valréas au Dauphin du Viennois pour 16 000 livres tournois.

Ses terroirs diversifiés permettent d'obtenir soit des rouges souples, fins et peu tanniques, aux notes fraîches de fruits et d'anis, parfaits à déguster entre 3 et 5 ans, soit de remarquables vins de garde, dans les vallons où souffle le pontias[50] qui acquièrent en vieillissant un nez puissant de musc, de champignons des bois et de cuir.

L'hôtel de Simiane[51]a été édifié aux XVIIe et XVIIIe siècle par François de Royers de la Valfrenière et son fils Louis-François. C'est l'ancienne demeure de Pauline de Grignan, la petite-fille de Madame de Sévigné.

La « Nuit du Petit Saint-Jean » se célèbre depuis plus de cinq siècles. Le défilé historique en costumes d'époque qui accompagne le char du petit saint Jean à travers les rues de la ville a lieu traditionnellement chaque nuit du 23 juin, veille de la fête.

Visan[modifier | modifier le code]

Notre-Dame des Vignes, Posuerunt me custodem in vinæ.

L'AOC villages visan[52] est situé dans l'Enclave des Papes. Son village est entouré de collines couvertes par le vignoble. La diversité de leurs sols est importante. On trouve des terrains sablonneux sur celles de Frigollet et de Roussillac, un substrat argilocalcaire à Notre-Dame et Coste-Chaude et un terrain caillouteux à Rousseton et La Bastide.

Les vignes de Visan produisent des rouges de garde, vins de grande ampleur à la bouche qui évoluent des notes fruitées et minérales vers des senteurs de fruits mûrs et de venaison. Ils possèdent un beau potentiel de vieillissement.

Un peu à l'écart du village se trouve l'antique chapelle de « Notre-Dame des Vignes » où chaque année la « Confrérie des Vignerons de Visan » se rend en pèlerinage lors de la fête d'été. Une inscription est gravée sur ses murs qui affirme : « Posuerunt me custodem in vinæ »[53].

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Les dix-huit appellations villages des côtes-du-rhône avec nom de commune ou indication géographique
AOC Surface et production Communes ayant droit à l'appellation villages
hectares hectolitres
Cairanne 760 24 540 Cairanne
Chusclan 259 9 576 Chusclan, Orsan, Bagnols-sur-Cèze, Codolet, Saint-Étienne-des-Sorts
Laudun 298 11 315 Laudun, Saint-Victor-la-Coste, Tresques
Massif-d'uchaux 178 5 830 Lagarde-Paréol, Mondragon, Piolenc, Uchaux et une partie de Sérignan-du-Comtat
Plan-de-dieu 367 2 851 Camaret-sur-Aigues, Jonquières, Travaillan, Violès
Puyméras 81 3 243 Mérindol-les-Oliviers, Mollans-sur-Ouvèze, Faucon, Saint-Romain-en-Viennois, Puyméras
Rasteau 733 26 655 Rasteau
Roaix 96 3 176 Roaix
Rochegude 135 4 462 Rochegude
Rousset-les-vignes 52 2 041 Rousset-les-Vignes
Sablet 230 8 163 Sablet
Saint-gervais 137 5 019 Saint-Gervais
Saint-maurice-sur-eygues 136 4 982 Saint-Maurice-sur-Eygues
Saint-pantaléon-les-vignes 61 2 037 Saint-Pantaléon-les-Vignes
Séguret 268 9 176 Séguret
Signargues 600 18 000 Domazan, Estézargues, Rochefort-du-Gard, Saze
Valréas 479 16 883 Valréas
Visan 419 14 510 Visan

Côtes-du-rhône villages sans nom de commune[modifier | modifier le code]

En 2008, 90 communes peuvent accoler le nom d'AOC Côtes du Rhône village; la liste de ces communes s'établit comme suit :

Ardèche

Bourg-Saint-Andéol, Saint-Just-d'Ardèche, Saint-Marcel-d'Ardèche, Saint-Martin-d'Ardèche

Drôme

Bouchet, Mirabel-aux-Baronnies, Montbrison-sur-Lez, Nyons, Le Pègue, Piégon, Suze-la-Rousse, Taulignan, Tulette, Venterol

Gard

Aiguèze, Castillon-du-Gard, Cavillargues, Comps, Cornillon, Fournès, Gaujac, Montfrin, Pont-Saint-Esprit, Pujaut, Roquemaure, Sabran, Saint-Alexandre, Saint-Hilaire-d'Ozilhan, Saint-Marcel-de-Careiret, Saint-Michel-d'Euzet, Saint-Nazaire, Saint-Pons-la-Calm, Sauveterre, Valliguières, Vénéjan

Vaucluse

Bédarrides, Bollène, Buisson, Caumont-sur-Durance, Châteauneuf-de-Gadagne, Courthézon, Grillon, Morières-lès-Avignon, Orange, Richerenches, Saint-Marcellin-lès-Vaison, Saint-Roman-de-Malegarde, Sainte-Cécile-les-Vignes, Saint-Saturnin-lès-Avignon, Sorgues, Vaison-la-Romaine, Vedène, Villedieu

La Fête tournante des côtes-du-rhône villages[modifier | modifier le code]

Elle fut créée, en 1971 à Vacqueyras par Maurice Seignour, maire du village et président national des courtiers en vin. Le principe adopté fut que chaque année une commune de l'AOC côtes-du-rhône villages accueillerait cette manifestation.

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source ; déclaration de récolte 2005.
  2. Décret du 23 octobre 2009
  3. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine
  4. Après désignation des experts judiciaires, le tribunal d'Uzès statua lors de son audience du 6 février 1947. Il reconnut l'originalité de l'appellation « Chusclan » sur les terroirs de cette commune ainsi que sur ceux d'Orsan, Bagnols-sur-Cèze, Codolet et Saint-Étienne-des-Sorts ; de même pour l'appellation « laudun » sur cette commune et celles de Tresques et de Saint-Victor-la-Coste.
  5. Seuls alors les vins de l'appellation locale lirac étaient soumis à cette épreuve.
  6. Le terroir de Gigondas est passé par décret en appellation locale au cours de l'année [1971.
  7. Seules les communes ayant obtenus avant ce décret l'AOC côtes-du-rhône villages conservèrent alors le droit d'utiliser le nom de leur commune.
  8. Les Côtes-du-rhône villages sans nom de commune
  9. Robert W. Mayberry, op. cit..
  10. En 1987, lors de l'édition de Wines of the Rhône Valley, a guide to origins, le village de Vinsobres faisait encore partie des Côtes-du-rhône villages. Il a accédé à l'appellation locale depuis le 17 février 2006.
  11. Pierre Charnay, in Le Grand Livre des côtes-du-rhône.
  12. Vacqueyras est depuis 1999 passé en appellation locale des cCôtes-du-rhône.
  13. Décret sur l'AOC Côtes du Rhône, version du 14 octobre 2009 sur Légifrance
  14. Décret sur l'AOC Côtes du Rhône villages, version du 23 octobre 2009 sur Légifrance
  15. Le premier encépagement conseillé était composé à 80 % minimum de clairette, bourboulenc et roussanne
  16. L'encépagement originel prévoyait 60 % maximum de grenache, 15 % maximum de carignan, 15 % minimum de cinsault et camarèse
  17. Le premier encépagement retenu était composé à 65 % maximum de grenache, 25 % minimum de syrah, mourvèdre et cinsault
  18. Cairanne
  19. D'après le toponymiste Charles Rostaing, Ventabren trouve ses racines dans un nom préceltique VIN-T, signifiant hauteur et que l'on retrouve dans Ventoux, et un suffixe celte bren désignant une colline.
  20. En 280, l’empereur Probus avait annulé le décret de Domitien sur les vignes, mettant fin à la pénurie créée par l’édit de Dèce, trente ans plus tôt. Le gouverneur de la Narbonnaise Cassius Severianus ordonna de replanter massivement le vignoble en Narbonnaise et en Aquitaine.
  21. Chusclan
  22. Décret du 30 octobre 2012
  23. http://www.laprovence.com/article/avignon/gadagne-gomme-son-chateau-et-se-fait-un-nom-dans-les-villages
  24. Laudun
  25. Massif d'Uchaux
  26. En 1290, une charte donnait l'autorisation de la vente de vin sur la commune de Mondragon.
  27. Plan de Dieu
  28. Présentation du Plan de Dieu
  29. Puyméras
  30. Salon des jeunes vignerons d'Europe
  31. Pour le Rasteau AOC rouge, il y a une demande de rétrocativité sur le millésime 2009
  32. Rasteau
  33. Roaix
  34. Rochegude
  35. ce cippe découvert sur le territoire de Rochegude, est aujourd’hui au Musée Calvet d’Avignon. Elle mesure 1, 16 mètre de haut sur 0, 75 mètre de large.
  36. Rousset-les-Vignes
  37. De cette construction du XIIe siècle, il ne reste que les soubassements. Ce château était désigné comme le castrum de Rosseuf en 1214.
  38. Sablet
  39. Le saffre ou safre est du sable jaune à grésification irrégulière d'âge helvien. C'est lui qui a donné son nom à Sablet.
  40. Saint-Gervais
  41. Le lieu-dit Les Cellettes a un terroir uniquement composé de sable.
  42. Saint-Maurice-sur-Eygues
  43. Saint-Pantaléon-les-Vignes
  44. Le château actuel date du XVIIIe siècle.
  45. Cet ajout mettait fin à la confusion postale entre le Saint-Pantaléon de la Drôme et le Saint-Pantaléon du Vaucluse.
  46. Séguret
  47. Robert Bailly, Confréries vigneronnes et ordres bachiques en Provence, Édisud, Aix-en-Provence, 1988, pp. 103 à 105.(ISBN 2857443439)
  48. Signargues
  49. Valréas
  50. Vent frais qui descend des Préalpes.
  51. L'Hôtel de Simiane est de nos jours le siège de la mairie de Valréas.
  52. Visan
  53. Ce qui se traduit par « Ils m'ont placé là pour être la gardienne de leurs vignes ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Pierrefeu et Pierre Le Roy de Boiseaumarié, Circuit touristique Côtes-du-Rhône, Drôme-Vaucluse. Vin, tourisme, soleil, Éd. Havas, Avignon, 1956.
  • Ph. Huguier, Vins des côtes-du-rhône, Éd. A. Robert, Marseille, 1973.
  • P. Le Roy de Boiseaumarié, Histoire de l'appellation côtes-du-rhône, Éd. Reflets Méditerranées, Avignon, 1978.
  • Pierre Charnay, Vignobles et vins des côtes-du-rhône, Éd. Aubanel, Avignon, 1985.
  • Robert W. Mayberry, Wines of the Rhône Valley, a guide to origins, Rowman & Littlefield Publishers, Totawa, New Jersey, U.S.A. , 1987.
  • Guy Jacquemont et Patrick Galant, Le Grand Livre des côtes-du-rhône, Éd. du Chêne, Paris, 1988.
  • Charles Pomerol, sous la direction de, Terroirs et vins de France. Itinéraires œnologiques et géologiques, Éd. du BRGM, Orléans, 1990.