Côtes-de-millau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Côtes-de-millau
Bouteille de vin Côte de Millau AOP.JPG
Bouteilles de côtes-de-millau
Désignation(s) Côtes-de-millau
Appellation(s) principale(s) côtes-de-millau[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 2010
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble du Sud-Ouest
Sous-région(s) Massif central méridional (Rouergue) Blason Rouergue.svg
Localisation Aveyron
Climat tempéré océanique dégradé avec influences montagnarde et méditerranéenne
Superficie plantée 50 hectares
Cépages dominants syrah N, fer servadou N, gamay N, cabernet sauvignon N, mauzac B et chenin B[2]
Vins produits 70 % rouges, 25 % rosés et 5 % blancs[3]
Production 2 000 hectolitres
Rendement moyen à l'hectare maximum 40 hectolitres par hectare

Le côtes-de-millau[1] est un vin français AOC dont le vignoble est situé dans le département de l'Aveyron

Historique[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le vignoble de Millau date probablement de l'époque romaine. Millau, Condatomagus sous l'Empire romain, était un grand centre de production de poteries sigillées, comme l'ont prouvé les fouilles du site archéologique de La Graufesenque.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, les vignes sont entretenues pour servir de vin de messe et de boisson aux pèlerins, en particulier à Compeyre où le vin est apprécié par les Papes en Avignon, grâce entre autres à la qualité de sa conservation dans les 80 caves à fleurines que recense cette commune. L'aristocratie locale veut ensuite avoir sa production et les abords de Millau sont encépagés.

Période moderne[modifier | modifier le code]

À la Révolution, les parcelles sont redistribuées ; elles fournissent le vin de consommation familiale. Dans les années 1870, le vignoble subit les assauts du phylloxéra et du chemin de fer. Le vin bon marché arrive par le train du Languedoc voisin. Beaucoup de parcelles sont abandonnées, les autres étant replantées soit en cépages venus d'ailleurs, gamay par exemple ou en hybrides producteurs directs. Entre 1914 et 1918, de nombreuses parcelles sont aussi abandonnées, faute de bras pour les travailler.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Paradoxalement, c'est le gel de 1956 qui va amorcer le renouveau du vignoble moribond. Les producteurs qui décident de replanter sont les seuls motivés par la viticulture. Les parcelles sont encépagées avec des cépages de qualités, conservant le gamay, redécouvrant les cépages locaux et introduisant la syrah. Une cave coopérative est créée et le vin devient vin de pays des gorges et côtes de Millau. En 1994, il est reconnu comme VDQS et raccourcit son nom en côtes de Millau.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Orographie[modifier | modifier le code]

Le vignoble est implanté sur des bandes de terres en terrasses (les fáyssos) qui s'étirent tout au long de la vallée du Tarn qui a creusé la roche caussenarde.

Géologie[modifier | modifier le code]

Son terroir est établi en bas de pente sur des éboulis argilo-calcaires à l'est et des grès du Trias à l'ouest.

Climat[modifier | modifier le code]

Les vignes sont en exposition sud, sur des terres peu riches où l'eau ne stagne pas, à l'abri des vents dominants, vent du nord et vent d'autan. Trois influences climatiques se font sentir :

  • Au printemps et en automne, les vents d'ouest et du sud-ouest déterminent un climat de type océanique.
  • En été, les vents du sud-est font prédominer un climat de type méditerranéen mais ces vents peuvent aussi perturber le cours normal des saisons à toute époque de l'année.
  • En hiver, les vents du nord soumettent ce pays aux rigueurs du climat continental.
Relevé météorologique
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1 1 3 4 8 12 14 14 11 8 4 2 7
Température maximale moyenne (°C) 6 7 11 13 17 22 25 25 20 15 9 7 14,75
Record de froid (°C)
date du record
−17,5
1985
−19,4
1963
−12,9
1971
−5,5
1986
−2
1960
3
1969
6
1954
4,9
1984
1,6
1977
−4,1
2003
−10,3
1952
−13
1973
−19,4
1963
Record de chaleur (°C)
date du record
15,9
1968
21,8
1990
23,5
1990
26,7
2005
29,2
2001
35,1
2003
37,5
1983
38
2003
34,1
1987
26,8
1997
23,9
1952
19,1
1987
38
2003
Précipitations (mm) 36,2 27 23,9 43,8 46 34,9 22,9 31,1 50 60,1 45,1 37,7 458,6
Source : http://meteo.msn.com, L'Internaute.


Vignoble[modifier | modifier le code]

Il est implanté autour de Millau, une trentaine de kilomètres vers l'amont et une vingtaine vers l'aval.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le vignoble s'étend sur 17 communes de l'Aveyron : Aguessac, Broquiès, Castelnau-Pégayrols, Compeyre, Comprégnac, Creissels, La Cresse, Millau, Montjaux, Mostuéjouls, Paulhe, Peyreleau, Rivière-sur-Tarn, Saint-Georges-de-Luzençon, Saint-Rome-de-Tarn, Le Truel et Viala-du-Tarn[4].

Encépagement[modifier | modifier le code]

Les vins rouges sont élaborés à base de syrah, fer servadou, gamay et cabernet-sauvignon. Les rosés, sont issus de syrah et gamay. Les vins blancs sont obtenus avec du mauzac et du chenin.

Méthodes culturales et réglementation[modifier | modifier le code]

La production annuelle est de 2 000 hl[3].

Terroir et vins[modifier | modifier le code]

Le vignoble produit 60 % de rouges, fruités et tanniques, les rosés, qui représentent 30 % de la production, sont des vins aux arômes de petits fruits rouges, les blancs donnent des vins floraux avec une touche de fruits secs.

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Selon les sources INAO de 2005, il y avait 52 ha produisant 1 991 hl. on compte 17 viticulteurs et 10 vinificateurs (6 caves particulières, 2 caves coopératives et 2 négociants.

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

Les rouges, au nez agréable et parfumé, ont une réelle persistance aromatique. Ils peuvent vieillir entre trois à quatre ans. Les rosés, aux notes fruitées, et les blancs, beaucoup plus floraux et longs en bouche sont à boire jeunes et très frais.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  3. a et b Fiche technique
  4. Aire géographique des côtes-de-millau

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]