Cône de signalisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cône et Lübeck (homonyme).
Cônes de chantier. Photo prise à Birmingham, Angleterre.

Un cône de signalisation, cône de chantier, ou cône de Lübeck (Lübecker Hütchen, « petit chapeau de Lübeck » en allemand), est un objet de forme conique en plastique, souvent de couleur rouge orangée et blanc en Belgique et en France, utilisé à la délimitation d'une zone de balisage. Au Canada on l'appelle communément le cône orange.

Également appelé plot, c'est une signalisation routière temporaire se trouvant principalement près des chantiers ou d'un lieu d'accident. Ils imposent à l'usager de ne pas utiliser une partie de la chaussée ou du trottoir, sur laquelle ont lieu les opérations de construction ou de sauvetage.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cônes triangulaires en usage en Angleterre pour indiquer l'interdiction de stationnement.

Pour une utilisation optimale, les cônes sont placés en diagonale sur la chaussée avant l'obstacle à signaliser :

  • ils sont visibles dans l'axe de la route depuis toutes les voies de circulation, mais aussi perpendiculairement à la route (donc éventuellement d'une route en intersection) ;
  • ils matérialisent une trajectoire de contournement de l'obstacle.

Le cône le plus proche de l'axe médian de la route (le plus à gauche dans les pays où l'on circule à droite) doit être au moins au niveau de l'extrémité de l'obstacle.

Si l'obstacle, le chantier, est long, on place également des cônes dans l'axe de la chaussée, le long de l'obstacle. S'il est nécessaire de circuler autour de l'obstacle, il faut prévoir une marge suffisante.

Les cônes sont une signalisation de proximité. Ils sont suffisants dans les zones où l'on roule lentement (par exemple en agglomération, la vitesse étant en général limitée à 50 km/h), mais ils doivent être complétés par une présignalisation dans les zones à vitesse élevée (route, autoroute).

D'autres signalisations peuvent être employées simultanément pour signaler le problème : feu orange clignotant, panneau rectangulaire à chevrons rouges, agent de circulation… Les intervenants doivent porter des vêtements à haute visibilité compatibles avec le type de route (vitesse de circulation) et les conditions de visibilité (couleurs fluorescentes, bandes rétroréfléchissantes).

Historique[modifier | modifier le code]

Le cône orange est devenu un symbole des travaux de voirie à Montréal.
  • L'expression « cône de Lübeck » vient du fait que ces derniers ont longtemps été produits à Lübeck[1], en Allemagne.
  • En Belgique, les cônes de chantier sont appelés familièrement « cuberdons », par analogie avec la traditionnelle friandise conique[2].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Le caricaturiste montréalais Serge Chapleau en a fait un personnage de l'émission ICI Laflaque appelé Le cône[3]. Dans une entrevue de 2011 Chapleau dit: « Pour cette raison, les cônes orange sont probablement les vedettes de l'année: on les retrouve partout, dans tous les contextes, dont une rigolote petite famille qui expliquerait leur multiplication dans la grande région montréalaise [4] ».

Les cônes de signalisation.

Les cônes de signalisation ont fait l'objet d'une série TV sur Nickelodeon[5].

Icône[modifier | modifier le code]

C'est un cône de signalisation qui est l'icône ou logotype du logiciel VLC media player.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Lübecker Hütchen
  2. Le cuberdon - Le goût des Belges
  3. « ICI Laflaque Le cône », sur laflaque.radio-canada.ca,‎ 5 novembre 2014 (consulté le 5 novembre 2014)
  4. « Serge Chapleau exagère », sur www.lapresse.ca,‎ 5 novembre 2014 (consulté le 5 novembre 2014)
  5. Un dessin animé belge sur Nickelodeon

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :