Cétose (diététique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cétose (homonymie).

La cétose est un état du métabolisme humain induit par les diètes faibles en glucides. Dans certaines circonstances (diabète de type I), cet état peut aussi conduire à celui, dangereux, d'acidocétose.

Les diètes faibles en glucides ont pour effet de maintenir un faible taux d'insuline et un taux élevé de glucagon. Si peu de glucides sont consommés pendant une période de quelques jours consécutifs, ce ratio insuline/glucagon aura pour effet d'induire l'état de cétose. Cet état métabolique est caractérisé par la synthèse de corps cétoniques par le foie et leur utilisation comme source d'énergie, à la place du glucose, par les principaux organes (notamment le système nerveux central).

On peut représenter l'état de cétose par un modèle à deux sites :

- site 1 : la cellule adipeuse. Le faible taux d'insuline provoque la dégradation des triglycérides stockés et la libération, dans le flux sanguin, d'acides gras.

- site 2 : le foie. Le taux élevé de glucagon provoque la libération du glycogène stocké dans le foie, lequel vient rapidement à manquer. Par la suite, le foie utilise les acides gras abondants dans le flux sanguin pour synthétiser des corps cétoniques.

Les utilisateurs des diètes faibles en glucides affirment que ces dernières se comparent avantageusement aux autres types de diètes hypocaloriques en ce que le poids perdu l'est davantage sous forme de masse graisseuse que sous forme de tissu maigre. Cette affirmation se fonde sur le fait que les organes utiliseront les corps cétoniques comme source d'énergie et que ces corps cétoniques sont synthétisés à partir d'acides gras provenant du tissu adipeux.

L'acidocétose, quant à elle, est un état qui réfère à une accumulation excessive de corps cétoniques dans le sang, ce qui a pour effet de déséquilibrer le pH sanguin. Cet état critique et dangereux ne se produit toutefois que chez les diabétiques de type I.

Précautions particulières[modifier | modifier le code]

Inventer son propre régime pour créer un état de cétose est fortement déconseillé. La baisse des lipides et glucides dans l’alimentation s’accompagne d’un besoin significatif en protéines. En initiant le programme soi-même, la cétose présente deux risques majeurs :

  • un risque important de carences alimentaires si les apports en protéines sont insuffisants (minimum 1,05g/kg de poids de corps/jour) pouvant entrainer une fonte de la masse maigre et une grande fatigue.
  • un risque élevé d’échec du régime si le seuil maximum de glucides autorisé chaque jour (50 g) n’est pas respecté. Il en va de même si les apports alimentaires en lipides ne sont pas limités de manière suffisante pour permettre une mobilisation efficace des réserves en graisses.

Avertissement : mettre son organisme en état de cétose doit être encadré par un protocole permettant d’atteindre les quantités de glucides, lipides et protéines adéquates tout en garantissant un apport satisfaisant en minéraux et vitamines[1].

Provoquer une cétose est contre indiqué dans certains cas. Contre-indications absolues :

  • Insuffisance rénale, hépatique ou cardiaque, ainsi qu’infarctus récent
  • Diabètes insulinodépendant, et non-insulinodépendant en absence d’un encadrement médical
  • Problèmes de thyroïde
  • Grossesse – allaitement
  • Pour toute personne au-delà de 4 semaines, sans suivi médical
  • Période de croissance (enfant, adolescent)
  • Contre-indications relatives (à déterminer avec un médecin)
  • Durant un traitement diurétique ou corticoïde
  • En cas de troubles du comportement alimentaire
  • Problèmes digestifs
  • Personnes âgées (grand sénior)
  • Problèmes psychiatriques
  • Intervention chirurgicale

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cetose.fr/

Articles connexes[modifier | modifier le code]