Céramique d'Iznik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'appellation céramique d'Iznik désigne les productions réalisées à partir de la moitié du XVe siècle dans la ville d'İznik (anciennement Nicée) en Turquie.

chope aux animaux, Musée des Arts Décoratifs, Paris
plat d'Iznik, British Museum

Ce n'est qu'à partir des années 1950 que les historiens de l'art ont attribué les nombreuses pièces céramiques, conservées dans les collections publiques et privées, à la production d'Iznik. Jusqu'alors prévalait les dénominations douteuses de "céramiques ottomanes", "céramiques de Rhodes"[1] ou "faïences de Lindos"[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Pichet d'Iznik, céramique siliceuse à décor peint sur engobe et sous glaçure transparente, v. 1560–1570, musée du Louvre

La prise de Byzance par Mehmed II en 1453 va entraîner un renouveau de la capitale impériale. L'embellissement voulu par le sultan, décidé à en faire la capitale de son empire va générer une demande accrue de pièces de décor et d'objets d'art. Désignée en turc ottoman par le terme « çini » et destinée initialement à satisfaire la demande de la cour ottomane de Byzance, la céramique d'Iznik va rapidement s'exporter vers l'occident, essentiellement en Italie, bénéficiant des liens commerciaux avec les marchands vénitiens et génois et de la demande accrue des républiques de la péninsule.
Par décret du Sultan, en 1585, Iznik aura l'obligation de consacrer toute sa production de faïences au Palais, ce sera l'une des raisons du déclin de cet art. La dernière grande commande impériale se fera pour la Mosquée Bleue (1609-1617). Plus de 2000 carreaux de revêtement. En 1648, il ne reste plus que 9 ateliers alors qu'on en dénombrait 300 au début du siècle.
À partir du début du XVIIe siècle, la céramique d'Iznik va connaître un lent déclin de son inventivité et de sa qualité de fabrication. En 1719, les derniers fours d'Iznik seront définitivement abandonnés[3]. Les productions de la ville de Kütahya vont alors prendre le relais tout au long du XVIIIe siècle.

Avec la guerre d'indépendance et les pogroms nationalistes du XXe siècle, la grande majorité des maitres potiers restants, qui étaient soient arméniens soient grecs, fuient la région et une grande partie du savoir-faire disparait. Dans les années 1950 on trouve aussi de la céramique d'Iznik rouge de très faible qualité. Cette production est plus proche de la poterie mais reprend les motifs sur des émaux crème et ocre. Depuis les années 1980 et avec le retour de la notoriété d'Iznik en Turquie, beaucoup de faïences originaires de Kütaya sont seulement peintes et signées à Iznik.
Néanmoins certains céramistes turcs ont travaillé afin de retrouver ce savoir-faire. Parmi eux ressortent les noms de Faik Kirimli (1935-), Faruk Şahin (1950-), Ismail Yiğit (1963-) dont certaines pièces sont au Victoria & Albert Museum de Londres.

Les fouilles des fourneaux d'Iznik n'ont commencé qu'à partir de 1967 sous la direction du Prof.Dr. Oktay Aslanapa, président du département d'Archéologie et d'Histoire d'art à l'université d'Istanbul. Il a ainsi été établi que les revêtements des constructions ottomanes du 16e et 17e siècles provenaient bien des fours d'Iznik.
Les travaux se sont poursuivis depuis 1994, sous la direction du Prof. Dr.Ara Altun, enseignant dans le même département, avec la participation de ses étudiants et de nombreux scientifiques[3].

Particularités de la céramique d'Iznik[modifier | modifier le code]

Les techniques utilisées pour la céramique d'Iznik vont permettre aux potiers d'augmenter notablement la productivité et la rentabilité de leur production. Celle-ci comporte plusieurs particularités:

  • la pâte est siliceuse, (jusqu'à 80 % de quartz) mais de la fritte riche en plomb y est ajoutée sous forme de verre broyé afin d'abaisser la température de cuisson et d'économiser ainsi du matériau de combustion. La présence de fritte est essentielle car elle fond lors de la cuisson et crée un tissu vitreux liant les particules de quartz entre elles.
  • Comme toute pâte siliceuse, sa faible teneur en argile la rend peu plastique et difficile à tourner ; on devait donc utiliser une matrice placée sur le tour et d’un moule extérieur pour obtenir certaines formes comme les plats à marli éversé ou les grandes vasques[4].
  • les céramiques sont recouvertes avec un engobe de même composition que la pâte : il s'agit donc du premier engobe siliceux. Le décor est ensuite peint sous glaçure incolore, à main levée ou à l'aide de poncifs. L'engobe blanc, particulièrement lumineux, donne à cette faïence siliceuse un aspect de porcelaine, même si elle n'en a ni la dureté, ni la sonorité. La glaçure, très pure et transparente, pourrait s’expliquer par une étape de purification des cendres, technique utilisée à Venise pour produire le verre cristallo à partir du milieu du XVe siècle et qui a pu être connue des potiers d’Iznik[4].
  • la pièce subit une seule cuisson, sans cuisson de dégourdi, à une température d'environ 900 °C. Les fours sont en briques, semi enterrés pour limiter les déperditions. La cuisson dure une vingtaine d'heures et le refroidissement une semaine, afin d'éviter un retrait de l'émail amenant l'apparition de craquelures.
Plat à décor en réserve sur un fond bleu de cobalt, vers 1480. Il s’inspire de porcelaines bleues et blanches de l’époque Yuan (1271-1368) - Istanbul Archeological Museum (Çinili Köşk)
plat d'Iznik, fin du XVIe siècle, musée d'Écouen
Plat d'Iznik vers 1560-1565, le coloris vert apparait à partir de 1530

Caractères stylistiques[modifier | modifier le code]

Renommés pour la perfection technique de leurs pièces, les potiers d'Iznik développent des décors et des coloris qui rencontrent un succès grandissant tout au long du XVIe siècle. Les couleurs utilisées sont tout d'abord le bleu de cobalt, qui domine entre 1480 et 1520, plus ou moins délayé. Il permet d’obtenir de nombreuses nuances de bleu jouant avec le fond blanc. Il s'enrichit à partir de 1520 d'un bleu turquoise à base d'oxyde de cuivre.
Les gammes des verts, du sauge à l'olive, apparaissent dans les années 1530 avec le rose, le gris, le noir. Le pourpre et le brun complètent la gamme mais c'est le rouge tomate, réalisé avec de l'oxyde de fer, qui va faire la réputation des céramiques d'İznik. L’introduction du rouge est visible pour la première fois dans le décor de céramique de la Suleymaniye (achevée en 1559) et donne un repère pour dater les vaisselles qui portent cette couleur[4]. On le retrouve souvent sous l'appellation Bol d'Arménie.
Dans les dernières décennies du XVe siècle, la palette autorise toutes les compositions et les décors à dominante végétale du début sont peu à peu supplantés par un foisonnement créatif dans lequel animaux, oiseaux, fleurs ou bateaux nourrissent des décors extraordinairement variés [4].

Après la période d'oubli liée au déclin du XVIIe siècle, la présentation des pièces vendues par Auguste Salzmann au musée de Cluny en 1833 va contribuer à la redécouverte des motifs d'Iznik et devenir une source d'inspiration pour les céramistes occidentaux [5]: Théodore Deck (1823-1891), Edmond Lachenal (1855-1930), Leon Parvillée (1830-1885), et Jules Vieillard en France. William de Morgan (1839-1917) en Angleterre. Milkos Zsolnay (1857-1922) en Hongrie. Emile Samson (1837-1913) en fera des copies à Paris[3].

Musées et collections[modifier | modifier le code]

Avec 450 pièces, le musée national de la Renaissance d'Écouen possède la plus importante collection de céramiques d'Iznik. Celle-ci aura connu bien des péripéties puisqu'on en doit l'origine à un artiste photographe alsacien Auguste Salzmann (1824-1872). Ayant fait plusieurs séjours sur l'iles de Rhodes (1852 - 1866), il avait constitué cette collection à partir de céramiques remarquées sur les murs dans les habitations locales. Cette provenance leur a valu longtemps l'appellation de céramiques de Rhodes. On pensait à l'époque qu'elles étaient d'époque renaissance. Elles furent donc acquises par le Musée de Cluny (alors musée de la Renaissance) quand Auguste Salzmann chercha à vendre toute sa collection[6]. Le musée mentionna 532 numéros dans son catalogue de 1883.

Les salles du musée du Louvre sur l'art ottoman comportent également une impressionnante collection de carreaux et de vaisselle d'Iznik [7].

Une autre collection remarquable, celle de Calouste Gulbenkian, né en 1869 à Üsküdar, a fait l'objet très récemment d'une exposition en Turquie dans le musée Sakip Sabanci [8]. La collection comporte 112 pièces de forme et environ 800 carreaux et plus encore dans les réserves d'après le livre « Iznik çinileri ve Gulbenkian koleksyonu » Sitare Turan Bakir, Kültür Bakanliği Osmanli Eserleri, 1999[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nurhan Atasoy, Julian Raby et Yanni Petsopoulos, "Iznik. La poterie en Turquie ottomane", Chêne, 1996.
  • Walter B. Denny, "Iznik. La céramique turque et l'art ottoman", Citadelles et Mazenod, Paris, 2004.
  • Frédéric Hitzel, chargé de recherches au CNRS, et Mireille Jacotin, conservateur du Patrimoine, « Iznik, l'aventure d'une collection », musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, RMN, 2005, Paris.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Entre autres en raison de la provenance supposée du principal fonds du Musée de Cluny.
  2. Article Larousse
  3. a, b, c et d Patricia Kaur : Origines et productions contemporaines d'Iznik
  4. a, b, c et d Iznik et la céramique ottomane sur le site du Louvre
  5. Iznik dans la céramique européenne
  6. Les faïences d'Iznik au Château d'Ecouen
  7. http://www.insecula.com/salle/tabloid_MS00461.html (un aperçu de la collection sur le net et des indications sur l'acquisition mentionnant à plusieurs reprises un achat de la collection d'Albert Sorlin Dorigny --1895).
  8. du 15 avril au 28 mai 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]