Céphalophorie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue céphalophore de saint Denis

Une céphalophorie, du grec képhalê (tête) et phorein (porter), est un épisode où un personnage décapité se relève et prend sa tête entre les mains avant de se mettre en marche. Le personnage lui-même s'appelle céphalophore.

Saints céphalophores[modifier | modifier le code]

C'est un thème courant de l'hagiographie chrétienne.

Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Bien d'autres saints céphalophores sont ou étaient célébrés en France. On peut citer sainte Quitterie, princesse wisigothe ou portugaise, selon les versions, dont le culte était particulièrement important à Aire-sur-Adour, ou encore saint Nicaise évangélisateur du Vexin. Ce dernier décapité près de l'Epte aurait ensuite traversé cette rivière et donné son nom, selon une légende, à la petite ville de Gasny dans l'Eure (Gué de Nicaise)[1].

De nombreux saints céphalophores faisaient l'objet d'un culte. Leurs reliques, et en particulier leur chef, étaient réputées guérir les maladies mentales (liées à la « tête »).

Espagne[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Étymologie fantaisiste comme souvent et qui ne correspond aucunement aux formes anciennes du nom : Wadiniacus 876; Wadiniacum v. 1025. Nom de type gallo-roman en -i--acum, composé avec le nom de personne germanique Wadinus. Même étymologie que Vagney (Vosges) et Guenay (hameau de Jaunay en Indre-et-Loire). in François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Éditions Picard 1981. ISBN 2-7084-0067-3

Liens externes[modifier | modifier le code]