Cécile Bruyère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bruyère (homonymie).

Cécile Bruyère

Naissance 12 octobre 1845
Paris
Décès 18 mars 1909
Ryde
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession première abbesse de l'Abbaye Sainte-Cécile de Solesmes
Famille
Louis Bruyère (grand-père)
Jean-Jacques-Marie Huvé (grand-père)
Jean Eynaud de Faÿ (petit-neveu)
Jacques Eynaud de Faÿ (petit-neveu)

Madame Cécile Bruyère (1845-1909), première abbesse de l'Abbaye Sainte-Cécile de Solesmes, est une figure marquante de l'histoire de la spiritualité française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Cécile est son prénom de religion, puisque ses parents l'appelaient "Jenny".

Vie[modifier | modifier le code]

Fille spirituelle de dom Guéranger, elle fonde en 1866 à Solesmes le premier monastère féminin de la Congrégation bénédictine de France (qui deviendra la « Congrégation de Solesmes »). Nommée abbesse à 24 ans par le pape Pie IX le 20 juin 1870, alors que son monastère lui-même n'était qu'un prieuré. Il faut probablement y voir un geste de largesse et de remerciement du pape envers dom Guéranger qui avait tant fait au moment du concile Vatican I en faveur de la définition du dogme de l'Infaillibilité pontificale.

Sa pensée et sa doctrine spirituelle, héritée entièrement de dom Guéranger mais présentée avec la finesse et la pertinence d'une femme qui a longuement médité et pratiqué la vie bénédictine est bien résumée dans un livre de nombreuses fois réédité en plusieurs langues et toujours très actuel : la vie spirituelle et l'oraison, d'après la Sainte Écriture et la tradition monastique. Elle y explique la primauté de la liturgie dans la vie religieuse, en développant spécialement la grâce spécifique issue du sacrement du baptême. Ses moniales apprennent le latin et chantent en grégorien, ce qui n'était absolument pas courant à l'époque.

Elle meurt en 1909 en exil en Angleterre, où les lois anti-religieuses du début du XXe siècle l'ont forcée à se réfugier avec toutes ses moniales.

Elle est la petite-fille de Louis Bruyère et de l'architecte Jean-Jacques-Marie Huvé, de l'Institut.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]