Cæcotrophie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La cæcotrophie est l'ingestion d'excréments mous, (verts chez les lagomorphes) et entourés d'une couche mucilagineuse (dits « cæcotrophes »). Ces excréments sont ré-ingérés et traversant donc une seconde fois le tube digestif en passant par le cæcum pour être rejetés sous forme de crottes dures et sèches.

Cette ingestion d'excréments permet à l'animal concerné de récupérer des nutriments et micro-organismes (communautés bactériennes[1] et fongiques) qu'ils contiennent. Chez le lapin, sauf perturbation anormale, ces communautés restent stables au cours de la vie du lapin[1].

D'un point de vue métabolique, c'est une pratique qui est d'un certain point de vue comparable à la rumination.

Exemples d'espèces cæcotrophes[modifier | modifier le code]

Sont cæcotrophes la plupart des musaraignes[2] qui sont de petits mammifères insectivores, de nombreux rongeurs comme les marmottes, les castors[3] ou les chinchillas[4], de même que des lagomorphes, lièvres et lapins[5],[6].

Ainsi le jeune lapin adopte-t-il ce comportement alimentaire nocturne entre le 22ème et 28ème jour, quand il entame son sevrage, après l'ingestion de ses premiers aliments solides. Au 28 ème jour des « cæcotrophes » sont trouvés dans le fundus dont ils représentent 25 à 30% du contenu stomacal[7]. Le lapin récupère ces déjections dès leur émission, par aspiration directement à l'anus, pour les ré-ingérer aussitôt[8].

Rôle[modifier | modifier le code]

La cellulose des végétaux et d'autres composés (biopolymères) ingérés par les animaux cæcotrophes ont du mal à être décomposée en nutriments par leurs enzymes intestinales. Elle est donc envoyée vers le cæcum qui contient des bactéries capables de décomposer la cellulose. Les cæcotropes formés sont envoyés vers le côlon et réingurgités dès leur excrétion afin d'absorber les nutriments devenus assimilables par l'intestin, tels que la vitamines B.

Chez le lapereau, il a été démontré que la coprophagie commence à la période du sevrage, vers trois semaines, mais sa flore intestinale met un peu plus de temps à s'adapter à ce nouveau régime alimentaire, cause d'amaigrissement temporaire et d'augmentation de la mortalité.
Dans le cas d'un sevrage précoce, et afin de minimiser les effets de cette période délicate pour les lapereaux, un apport en flore cæcale de lapin adulte permet d'anticiper cette pratique qui constitue un ensemencement naturel[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michelland, R combes, Cauquil L, Gidenne T, Monteil SV Fortun-Lamothe L (2007) Caractérisation comparée des communautés bactériennes du contenu cæcal, des cæcotrophes et des fæces dures chez le lapin adulte par CE-SSCP des gènes codant pour l'ARN16S, INRA, 12èmes journées de la recherche cunicole, 27-28 nov 2007, Le Mans, France
  2. musaraigne sur Terra Nova consulté en septembre 2011
  3. (en) Richard R. Buech, [ftp://mcpd.mt.gov/public/Maxell/Beaver/Buech,%20R.R.%20%201984.%20%20Ontogeny%20and%20diurnal%20cycle%20of%20fecal%20reigestion%20in%20the%20North%20American%20beaver%20%28Castor%20canadensis%29.%20%20Journal%20of%20Mammalogy.pdf Ontogeny and Diurnal Cycle of Fecal Reingestion in the North American Beaver (Castor canadensis)], dans Journal of Mammalogy, volume 65, n° 2 (Mai 1984), pages 347-350.
  4. (en) A.E. Spotorno, C.A. Zuleta, J.P. Valladares, A.L. Deane et J.E. Jiménez, “Chinchilla laniger”. Publié par l’American Society of Mammologists dans “Mammalian Species” n° 758, pp. 1-9, 3 ill., 15 déc 2004. Lire le document PDF
  5. De Blas, C., García, J., & Carabaño, R. (1999). Role of fibre in rabbit diets. A review. In Annales de zootechnie (Vol. 48, No. 1, pp. 3-13). EDP Sciences (résumé avec Inist CNRS)
  6. Gidenne T., Lebas. (2005), Le comportement alimentaire du lapin. In: 11èmes J. Rech. Cunicole, Bolet G. (Ed), 29-30 nov. Paris. ITAVI publ., PP.183-196
  7. J Orengo, T Gidenne - Bolet, G, (2005), Comportement alimentaire et cæcotrophie chez le lapereau avant sevrage  ; 11èmes Journées de la Recherche Cuni cole, 29-30 novembre 2005, Paris
  8. [Le lapin excrète deux types de fèces], Vie du lapin, Open Archive Toulouse Archive Ouverte (OATAO)
  9. A. Salse et P. Reaynaud, [Étude sur la flore cæcale du lapin. Essai préliminaire d’implantation précoce de la flore adulte chez le lapereau] Ann. rech. Vét. 1985 - 16 (4), pp. 357-362.

Voir aussi[modifier | modifier le code]