Candido Portinari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cândido Portinari)
Aller à : navigation, rechercher
De gauche à droite : Candido Portinari, Antonio Bento, Mario de Andrade et Rodrigo Melo Franco en 1936.[réf. nécessaire]

Candido Torquato Portinari, né à Brodowski le 29 décembre 1903, mort à Rio de Janeiro le 6 février 1962, est un peintre brésilien. Auteur de près de 5000 œuvres, qui vont de petites esquisses à de vastes peintures murales, il est l'un des plus importants artistes brésiliens dans le courant du néo-réalisme.

Son pays natal est empreint d'un univers d’expériences, apparaît comme un thème fondateur dans les poésies, apparentées à l'expression de rêveries matérielles vers l’enfance d’où surgit la couleur fondamentale. L’œuvre de Candido Portinari est consacrée à la représentation de l’être humain, il tire de son engagement politique.[pas clair]

Biographie[modifier | modifier le code]

Candido Portinari est né dans une plantation de café, Santa Rosa, dans l'Ètat de São Paulo. Il est le deuxième enfant d'une fratrie de douze. Ses parents Giovan Battista Portinari et Domenica Torquato sont des immigrants italiens. De famille humble, il a arrêté très tôt les études mais très jeune déjà il a manifesté une vocation artistique. À 6 ans, il commence à dessiner et en 1912 il participe pendant plusieurs mois à la restauration de l'église de Brodowski, aidant des peintres italiens. La même année, il dessine un portrait du compositeur brésilien Carlos Gomes.

En 1918 Portinari, appelé familièrement « Candinho », se rend à Rio de Janeiro pour entrer dans l'École nationale des beaux-arts, dans laquelle il étudie sous la direction de Rodolfo Amoedo, Batista da Costa, Lucílio de Albuquerque et Carlos Chambelland. En 1922, Portinari réalise un portrait qu'il envoie au Salon des beaux-arts et obtient une médaille de bronze.

En 1928, il remporte le Prêmio de Viagem ao Estrangeiro, du Salon des beaux-arts. En 1929 Portinari part pour l'Europe et voyage en Italie, en Angleterre, en Espagne et s'établit en France jusqu'en 1930. Il va quotidiennement dans les musées et découvre la peinture moderne. Il discute dans les cafés et n'a presque pas le temps de peindre. Il rencontre à Paris Maria Martinelli, avec qui il se mariera plus tard.

De retour à Rio de Janeiro, il reprend le travail à un rythme effréné, en plus de participer à la commission destinée à promouvoir la réforme du Salon national des beaux-arts, dans lequel les artistes modernes seront enfin admis.

En 1932, Candido Portinari expose seul. Trois ans après, son tableau Café reçoit une récompense à l'Exposition international de l'Institut Carnegie, aux États-Unis. En 1936 il peint sa première fresque pour le Monument routier de l'autoroute Rio-São Paulo. À cette époque, il est nommé professeur de peinture de l'Institut d'arts de l'université du District Fédéral. En novembre 1939 il expose 269 travaux au musée national des beaux-arts. Il réalise aussi trois grands panneaux pour le pavillon brésilien de la foire internationale de New York. La même année naît son unique enfant, Joao Candido.

En janvier 1962 il souffre d'une intoxication au plomb, comme en 1954. À cette époque, il préparait une grande exposition avec près de 200 œuvres sur l'invitation de la municipalité de Milan. Candido Portinari meurt le 6 février 1962.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Portinari est célèbre pour ses fresques Guerre et paix conservée au siège de l'ONU à New York. Il est l'auteur de 6 000 œuvres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carlos Albert Murad, Matière et imagination picturale dans l’œuvre de Portinari, Université Paris I, 1982, thèse de 3e cycle en Art sous la direction de Jean-Claude Passeron, éditeur ?
  • Joseane Lucia Silva, L'anthropophagisme dans l'identité culturelle brésilienne, collection « Pouvoirs comparés », éditions L'Harmattan, février 2009.

Lien externe[modifier | modifier le code]