Buzet (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buzet.
Buzet
Désignation(s) Buzet
Appellation(s) principale(s) buzet[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1973
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble du Sud-Ouest
Sous-région(s) moyenne Garonne
Localisation Lot-et-GaronneFlag.gif Lot-et-Garonne
Climat tempéré océanique dégradé
Superficie plantée 2 091 hectares en 2008[2]
Cépages dominants muscadelle B, sauvignon B, sémillon B, cabernet franc N, cabernet sauvignon N, côt N et merlot N[3]
Vins produits rouges, rosés et blancs
Production 115 003 hectolitres[2]
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 55 à 66 hectolitres par hectare[4]

Le buzet[1] est un vin français d'appellation d'origine contrôlée produit sur une partie du Lot-et-Garonne, autour de Buzet-sur-Baïse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le site de Buzet a été occupé depuis la période préhistorique. À l’époque romaine des villae (exploitations agricoles) étaient réparties sur la terrasse.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, un bourg s’est développé autour du château, sur l’éperon rocheux qui domine la vallée du ruisseau de Bénac et la vallée de la Baïse. Il y avait vraisemblablement plusieurs châtelains (des co-seigneurs) qui possédaient chacun un bâtiment : pour l’un il reste la tour dans le parc du château actuel et pour l’autre un château à l’origine de type « gascon » qui correspond au corps de logis situé entre les deux tours du XVe siècle.

À la fin du Moyen Âge, il n’y avait plus qu’un seul seigneur qui a modernisé le château en lui ajoutant les deux tours puis une autre tour-escalier sur la façade sud et au XVIIIe siècle deux ailes aujourd’hui disparues. Ce sont les familles Flamarens, Beaumont puis Noailles qui jusqu’en 1929 ont occupé le château de Buzet (actuellement propriété privée).

Période moderne[modifier | modifier le code]

Vraisemblablement à partir de la fin des guerres de religion, le petit hameau de vignerons situé au bord du ruisseau de Bénac (ruisseau de la Paix) s’est développé. Le bourg de Lagravère est progressivement devenu plus peuplé que le bourg du haut qui fut abandonné entre 1830 et 1860. Les châtelains ont d’ailleurs racheté toutes les maisons qui restaient ainsi que l’ancien hôtel-de-ville et l’église paroissiale pour créer un superbe parc paysager.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Les Buzéquais ont donc développé Lagravère en y bâtissant un nouvel hôtel-de-ville (1838), un presbytère (1858) et une église (terminée en 1858 et consacrée en 1862). C’est donc un village rue aux maisons assez simples datant pour la plupart du XIXe siècle. Le creusement du canal latéral à la Garonne (inauguré en 1856) a quelque peu modifié le paysage de Buzet mais a surtout permis le développement des activités commerciales déjà importantes grâce à la Baïse.

L’activité principale a toujours été la viticulture ce dont attestent les documents d’archives ainsi que la carte de Belleyme (fin du XVIIIe siècle). Buzet est désormais connu dans le monde entier grâce à la Cave des Vignerons qui a vu le jour dans les années cinquante grâce à la volonté d’une poignée de viticulteurs ayant voulu s’affranchir de la tutelle des négociants. C’est une réussite autant qualitative que commerciale, au-delà des espérances de ses créateurs. L'appellation Contrôlée fut obtenue en 1973.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Délimité par la Garonne et les limites de la grande forêt des Landes, il s'étend sur 1800 hectares en production.

Orographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le terroir viticole du Pays d'Albret se situe dans la zone climatique océanique. Mais, il s'agit d'un climat océanique dégradé avec une amplitude thermique annuelle plus marquée et des précipitations moins abondantes que sur le littoral aquitain. De plus, à la différence du littoral, le printemps (surtout à sa fin) y est plus arrosé que l'hiver. Les vents dominants sont d'ouest sans être exclusifs[5].

Données climatiques Lot-et-Garonne (Agen)[6] Moyenne nationale
Insolation 1984 heures / an 1973 heures / an
Précipitations 716 millimètres / an 770 millimètres / an
Brouillard 70,6 jours / an 40 jours / an
Orage 30 jours / an 22 jours / an
Neige 4,8 jours / an 14 jours / an
Mois Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes °C (Agen)[6] 3,1 4,5 5,0 6,7 10,6 13,2 15,4 15,1 13,0 10,6 6,6 4,0 8,2
Températures maximales moyennes °C (Agen)[6] 8,5 10,8 13,6 16,4 20,2 23,8 26,9 26,2 24,1 19,0 12,5 8,8 17,6
Températures moyennes °C (Agen)[6] 5,1 6,7 8,6 11,3 14,8 18,2 20,8 20,2 18,0 14,0 8,6 5,6 12,6

Vignoble[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Le vignoble s'étend sur 27 communes de : Ambrus, Anzex, Barbaste, Bruch, Buzet-sur-Baïse, Calignac, Caubeyres, Damazan, Espiens, Feugarolles, Lavardac, Leyritz-Moncassin, Moncaut, Montagnac-sur-Auvignon, Montesquieu, Montgaillard, Nérac, Pompiey, Puch-d'Agenais, Razimet, Sainte-Colombe-en-Bruilhois, Saint-Léon, Saint-Pierre-de-Buzet, Sérignac-sur-Garonne, Vianne, Villefranche-du-Queyran et Xaintrailles[7].

Encépagement[modifier | modifier le code]

Les cépages utilisés sont :

Méthodes culturales[modifier | modifier le code]

Terroir et vins[modifier | modifier le code]

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Poulet sauce rouilleuse.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

« Le Buzet, un grand vignoble grand comme la main ». Ce slogan montre la spécificité de ce vin : situé sur un tout petit territoire, mais dont on ne peut dénier la qualité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. a et b Le guide hachette des vins 2010, éditions hachette, page 867. (ISBN 978-2-01-237514-7)
  3. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  4. Décret du 9 octobre 2009.
  5. Les hivers froids ne sont pas rares et des gelées très fortes sont enregistrées dans ce département(-23,5°C à Lavardac en janvier 1985). Agen peut connaitre de longues journées sans dégel à cause du fameux brouillard glacé garonnais.Papy Louis, Atlas et géographie du Midi atlantique, p.27, Paris, Flammarion, 1982
  6. a, b, c et d Données météorologiques en ligne de la station d'Agen-La Garenne sur le site d'Infoclimat : http://www.infoclimat.fr/climatologie/index.php?s=07524&aff=details
  7. http://www.sommelier-a-domicile.com/pages/z_vins_aoc_buzet.html#fichetechnique

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bulletin périodique, Les amis des côtes-de-buzet, Tome I, n° 1 à 9, automne 1963 à automne 1967, Buzet-sur-Baïse.
  • Bulletin périodique, Les amis des côtes-de-buzet, Tome II, n° 10 à 18, printemps 1968 à automne 1972, Buzet-sur-Baïse.
  • Bulletin périodique, Les amis des côtes-de-buzet, hors série, n° 19 et 20, printemps 1973 et automne 1973, Buzet-sur-Baïse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]