Busserolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Busserole.
Busserolles
La place du Puits, dans le bourg de Busserolles.
La place du Puits, dans le bourg de Busserolles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Périgord vert nontronnais
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Périgord
Maire
Mandat
Guy Beauzetier
2014-2020
Code postal 24360
Code commune 24070
Démographie
Gentilé Busserollais
Population
municipale
545 hab. (2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 35″ N 0° 38′ 29″ E / 45.676278, 0.64144445° 40′ 35″ Nord 0° 38′ 29″ Est / 45.676278, 0.641444  
Altitude Min. 135 m – Max. 303 (ou 305) m
Superficie 32,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Busserolles

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Busserolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Busserolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Busserolles
Liens
Site web busserollesenperigordvert.a3w.fr

Busserolles est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

Commune la plus au nord du département, elle est intégrée au parc naturel régional Périgord-Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Trieux à l'ouest du bourg de Busserolles.

Localisée en Périgord vert, tout au nord du département de la Dordogne, la commune de Busserolles est bordée au nord-est par la Tardoire et arrosée par son affluent le Trieux et le ruisseau de l'Étang Grolhier. Celui-ci forme la retenue de l'étang Grolhier, réserve ornithologique d'une superficie d'environ 27 hectares[1] qui se situe pour moitié sur la commune.

Le territoire communal s'étend sur 32,45 km2. Parsemé de nombreux étangs, il repose sur des roches métamorphiques et sur le socle granitique du massif de Piégut-Pluviers[2].

Son altitude minimale, 135 mètres, se situe à l'ouest, près du lieu-dit Paugnac, là où la Tardoire quitte la commune pour s'écouler entre celles d'Écuras et de Bussière-Badil. L'altitude maximale, 303 ou 305 mètres, est atteinte au sud-est, dans le bois de Puyrocher[Note 1],[3].

Le bourg de Busserolles, à la jonction des routes départementales (RD) 88 et 90, est situé, en distances orthodromiques, sept kilomètres au nord-ouest de Piégut et onze kilomètres à l'est de Montbron.

La commune est également desservie au nord et au nord-ouest par les RD 90E1 et 699, et brièvement, au sud, par les RD 91 et 91E2. Entre Bussière-Badil et Piégut-Pluviers, le sentier de grande randonnée GR 4 traverse le territoire communal sur environ quatre kilomètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Busserolles est limitrophe de sept communes dont une dans la Haute-Vienne et deux en Charente.

Communes limitrophes de Busserolles
Roussines
(Charente)
Maisonnais-sur-Tardoire
(Haute-Vienne)
Écuras
(Charente)
Busserolles Champniers-et-Reilhac
Bussière-Badil Saint-Estèphe Piégut-Pluviers

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Outre le bourg de Busserolles proprement dit, la commune se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[4] :

la Barrière · Beaulieu · Bellevue · Bois de Puyrocher · Bost Pertus · la Brousse · le Buisson · le Chalard · Chantalouette · les Chareyroux · la Chataignolle · le Chêne Blanc · chez Bigot · chez Gabarier · chez Garot · chez Gauchou · chez Giraudeau · chez la Lyre · chez Levraut · chez Nadaud · chez Peynaud · Clargourt · Cluzance · Coiraud · Croix de Rougier · le Cros de l'Ouvrage · le Dagois · l'Étang Grolhier · Fargeas · les Fontenelles · la Forêt · la Forge de Lavallade · Forge-Neuve · le Fraisse · la Garenne · le Graffeuil (hameau au nord-est) · le Graffeuil (lieu-dit à l'ouest) · le Grand Bost · le Grand Clos · le Grand Villotte · l'Isle · les Joncs · Lacaud · Lamandeau · Langlade · Leymeronie · Ludieras · la Maillerie · Malègue · le Mangot · les Meynieux · Mirambeau · le Moulin de Coiraud · le Moulin de Grolhier · Moulin de Leymeronie · le Moulin de Ludieras · Nanteuil · Paugnac · le Petit Villotte · le Poirier · les Potences · le Reclos · la Ribière · le Roc · Trepeix · Varachaud · le Verger · le Villard · Villautrange · Villeneuve.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient de l'occitan boissiera désignant un lieu planté de buis[5].

En occitan, la commune porte le nom de Bussairòla[6].

Les habitants de Busserolles se nomment les Busserollais[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a été occupé dès l'époque gallo-romaine[5].

La première mention du lieu, sous la forme Buxerolla remonte à la fin du XIIIe siècle, postérieurement à l'édification de son église[5]. Au siècle suivant, il est mentionné comme Buysserola[5].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Buxerolles[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Busserolles est rattachée au canton de Bussière-Badil (nommé canton de Bussière dans un premier temps) qui dépendait du district de Nontron jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Nontron[9].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[10]. La commune est alors rattachée au canton du Périgord vert nontronnais.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2000, Busserolles intègre dès sa création la communauté de communes du Périgord vert granitique. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes du Haut-Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2010, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[11],[12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Busserolles.
Plaque mortuaire de Martial Faurie-Laroche, maire de Busserolles.
Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
(1880 ou avant) mai 1884 Jean Lavoix    
mai 1884 juin 1917 Martial Faurie-Laroche[Note 2]   Propriétaire
juin 1917 décembre 1919 Jean Fernand Morellet   Adjoint faisant fonctions de maire
Maître d'hôtel
décembre 1919 mai 1929 Jean Fernand Morellet   Maître d'hôtel
mai 1929 mai 1935 François Lavoix   Cultivateur
mai 1935 octobre 1937 Georges Larousserie   Cultivateur
octobre 1937 mai 1945 Jean Cheminade[Note 3]   Sabotier
mai 1945 mai 1953 Antoine Morellet Rad.soc. Cultivateur
mai 1953 mars 1965 Georges Maveyraud Rad.soc. Boulanger
mars 1965 juin 1995 Guy Michelin   Boulanger
juin 1995[14] (réélu en mars 2014) en cours Guy Beauzetier UMP Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Busserolles relève[15] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, Busserolles comptait 545 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Busserolles[16]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 766 1 626 1 655 2 153 2 187 2 109 2 171 2 241 2 207
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 117 1 950 2 022 1 874 1 937 1 946 2 019 2 033 1 923
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 829 1 850 1 762 1 545 1 521 1 307 1 308 1 123 1 090
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
941 818 728 616 569 507 540 548 560
2012 - - - - - - - -
545 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2013, Busserolles est organisée en regroupement pédagogique intercommunal[18] (RPI) avec les communes de Bussière-Badil et Varaignes au niveau des classes de primaire. La commune se charge des classes de cours moyen. Le cours préparatoire a lieu à Bussière-Badil et les classes de cours élémentaire s'effectuent à Varaignes.

Économie[modifier | modifier le code]

L'usine de « Périgord farine ».

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009[19], la population active totale de la commune représente 202 personnes, soit 36,1 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (18) est resté stable par rapport à 1999 (17) et le taux de chômage de la population active s'établit à 8,9 %.

Entreprises[modifier | modifier le code]

En 2013, parmi les 50 premières entreprises en termes de chiffre d'affaires HT par secteur économique, ayant leur siège social en Dordogne, se trouve « Périgord farines minoterie Allafort » (fabrique de produits alimentaires), implantée à Busserolles. Elle se classe 6e dans l'agroalimentaire avec 19 599 k€[20].

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, la commune compte 95 établissements dont 48 dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, 28 au niveau des commerces, transports ou services, douze dans la construction, quatre dans l'industrie et trois dans l'administration publique, l'enseignement, la santé ou l'action sociale[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Parc naturel régional Périgord-Limousin[modifier | modifier le code]

Depuis sa création en 1998, le parc naturel régional Périgord-Limousin intègre la commune de Busserolles[26], confirmée en 2011[27].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal, les vallées de la Tardoire, du Trieux et du ruisseau de l'Étang Grolhier appartiennent à une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1, remarquable pour sa flore et la qualité des eaux[28],[29].

Site remarquable[modifier | modifier le code]

Au sud-est du territoire communal, l'étang Grolhier est un site naturel inscrit depuis 1979[30].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

  • Étang Grolhier, aménagé en espace de détente
  • Le GR 4 qui va de Royan à Grasse traverse la commune.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Géoportail affiche deux valeurs différentes : 303 mètres dans la boîte « Communes » et 305 mètres sur la carte.
  2. Décédé en fonctions.
  3. Élu maire en octobre 1937 après que François Lavoix, précédemment élu, refuse la fonction.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Étang Grolhier sur le site du Périgord vert, consulté le 22 février 2013.
  2. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501-4761-5), p. 19
  3. Bne 305 sur Géoportail. Consulté le 20 février 2013..
  4. Busserolles sur Géoportail. Consulté le 21 février 2015.
  5. a, b, c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 76
  6. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 12 février 2014.
  7. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 20 février 2015.
  8. Buxerolles sur Géoportail. Consulté le 20 février 2013.
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 21 février 2015).
  11. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 20 février 2015.
  12. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 20 février 2015.
  13. Registres de délibérations communales (période 1880-1995) de la mairie de Busserolles, vus le 1er août 2013.
  14. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 15 août 2014.
  15. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 21 février 2015).
  16. « Calendrier de recensement », sur Insee (archive) (consulté le 20 février 2015)
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  18. École élémentaire publique à Busserolles sur le site de l'académie de Bordeaux, consulté le 2 août 2013.
  19. [PDF] Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4, p. 5 sur le site de l'Insee, consulté le 26 juillet 2013.
  20. Sud Ouest éco Dordogne, supplément au journal Sud Ouest, édition Dordogne du 13 novembre 2014, p. 32.
  21. [PDF] Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1, p. 16 sur le site de l'Insee, consulté le 20 février 2015.
  22. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 20 février 2013.
  23. Panneau concernant l'oratoire Notre-Dame des Champs, à l'intérieur de l'église de Busserolles, vu le 1er août 2013.
  24. Alberte Sadouillet-Perrin et Guy Mandon (ill. Paul Laparre), Pèlerinages en Périgord : Le culte de Marie et des saints, Périgueux, Pierre Fanlac,‎ , 158 p. (ISBN 2-86577-079-6), « Busseroles Notre-Dame des Champs », p. 54-55
  25. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 70.
  26. Décret 98-150 du 9 mars 1998 sur Légifrance, consulté le 22 juillet 2013.
  27. Décret 2011-998 du 24 août 2011 sur Légifrance, consulté le 22 juillet 2013.
  28. [PDF] Vallées du réseau hydrographique de la Tardoire et du Trieux sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 22 juillet 2013.
  29. Carte des vallées du réseau hydrographique de la Tardoire et du Trieux sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 22 juillet 2013.
  30. [PDF] Etang de Grolhier sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 22 juillet 2013.