BusinessEurope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

BusinessEurope

Création 1958
Siège social Bruxelles
Direction Jürgen Thumann (président depuis 2009)
Activité lobbying
Site web www.businesseurope.eu

BusinessEurope est une association patronale européenne qui défend les intérêts des entreprises privées.

Elle est l'un des trois partenaires sociaux européens reconnus par la Commission européenne pour participer au dialogue social européen. Elle représente les employeurs du secteur privé, tandis que le Centre européen des entreprises à participation publique et des entreprises d'intérêt économique général représente les employeurs publics et la Confédération européenne des syndicats représente les salariés[1].

BusinessEurope a été fondée en 1958. Elle regroupe 41 organisations nationales d'entreprises de 35 pays d'Europe[2].

Elle exerce des actions de lobbying auprès des institutions européennes afin d'influencer la législation en faveur des intérêts de ses membres. BusinessEurope joue notamment un rôle de premier plan dans la mise en avant de politiques d'austérité au niveau européen[3].

En 2010, BusinessEurope a également reçu le titre de « Worst Climate Lobbying » (Pire lobbying sur le climat) à l'occasion de la remise des Worst EU Lobbying Awards[4].

Organisation[modifier | modifier le code]

L'organisation est placée sous l'autorité de son directeur général, Philippe de Buck, et de son président, actuellement Jürgen R. Thumann.

Depuis 1990, elle a été présidée par[5] :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Partenaires sociaux européens reconnus par le Traité de Lisbonne
  2. Présentation sur le site officiel
  3. « Business against Europe », Corporate Europe Observatory,‎ mars 23, 2011 (consulté le 4 mars 2013)
  4. Worst EU Lobbying Awards : « Le groupe de pression d’affaires BusinessEurope prétend soutenir la nécessité de stopper le changement climatique provoqué par l’homme mais a effectivement contribué à fragiliser les plans de réduction des émissions de CO2 à l’échelle européenne. Prétendant représenter les intérêts de la communauté de l’industrie européenne auprès des institutions européennes, il a principalement exercé des pressions dans l’intérêt des industries les plus consommatrices d’énergie, comme celle du pétrole, de l’acier et des produits chimiques, bloquant ainsi les politiques climatiques effectives au niveau de l’UE »
  5. Site de l'organisation ; Handelsblatt.com du 29 juin 2009