Bushmills (distillerie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bushmills.
Old Bushmills
Image illustrative de l'article Bushmills (distillerie)
Distillerie
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Ville Bushmills (Comté d'Antrim, Irlande du Nord)
Coordonnées 55° 12′ 07″ Nord 6° 31′ 11″ Ouest / 55.20191, -6.51964  
Fondée en 1608
Détenue par Beckmann
Alcools produits single malt blend
Principales
marques
Bushmills
Processus de distillation
Alambics 4 wash stills
5 spirit stills
Capacité de production
(litres d'alcool/an)
3 000 000
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
Old Bushmills

Old Bushmills est la plus ancienne distillerie officielle de whisky du monde. Elle a obtenu sa licence officielle de fabrication de whisky en avril 1608. Elle a, depuis cette date, toujours été en service. Détenu précédemment par le groupe de spiritueux Diageo, elle est vendu en 2014 à la famille Beckmann qui détient José Cuervo[1].

La distillerie est située à Bushmills dans le Comté d'Antrim en Irlande du Nord à quelques kilomètres de la Chaussée des Géants. C’est la dernière distillerie en activité en Irlande du Nord. On trouvait dans la région une douzaine de distilleries au début du XXe siècle. On n’en dénombrait plus que trois dans les années 1950. La distillerie de Comber ferma ses portes en 1953 et celle de Coleraine en 1978.

L’histoire de Bushmills est assez chaotique. Ses origines officielles remontent à 1608, mais on pense que la distillation était pratiquée à ce même endroit depuis le XIIe siècle[réf. nécessaire]. En 1276 Sir Robert Savage, propriétaire de la ville de Bushmills faisait boire de l’aqua vitae à ses troupes pour leur donner du courage. En 1490 le Book of Leinster mentionne un alcool local servi dans la ville de Bushmills.

C’est à partir de 1860 que la distillerie commence à grandir. Elle est alors rachetée pour à peine 500 livres. Après avoir été en partie détruite en 1885 suite à un incendie, elle est reconstruite dans un pur style écossais avec des cheminées de fours de maltage en style de pagode comme les distilleries écossaises de la même époque. Elle abandonne au même moment le irish pot still pour fabriquer des single malts.

En 1923 Old Bushmills est rachetée par un négociant de Belfast, Samuel Boyd. En 1972 la distillerie intègre le grand groupe de spiritueux irlandais Irish distillers.

Old Bushmills produit à la fois des blends et des Single malt. Elle possède 4 wash stills, 5 spirit stills et produit 3 millions de litres d’alcool par an.

Les whiskeys[modifier | modifier le code]

Les Blends[modifier | modifier le code]

Les blends sont fabriqués sur place à partir du single malt de la distillerie. La proportion de single malt est très importante (entre 40 % et 90 % selon les versions). Le single malt est complété par un single grain distillé à Midleton.

  • Bushmills Original 40 % (35 à 40 % de single malt)
  • Black Bush 40 % (80 % de single malt)
  • Bushmills 12 ans 1608 40 % (90 % de single malt)

Les single malts[modifier | modifier le code]

  • Bushmills 10 ans 40 %
  • Bushmills 12 ans Distiller's Edition
  • Bushmills 12 ans Carribean Rum casks
  • Bushmills 16 ans Three woods finish 40 %
  • Bushmills 1990 Bourbon cask 57,5 % embouteillé au degré naturel.
  • Bushmills 1991 Sherry Cask 53,7 %
  • Bushmills 21 ans Madeira
  • Bushmills 1988 Rum Barrel 54,1 %
  • Le millésime le plus rare est le Bushmills Millenium". Il a été distillé en 1975 et mis en vente après 25 ans de maturation. Il a été vendu dès la mise en fût.

Caractéristiques du Bushmills[modifier | modifier le code]

  • Terroir : Comté d'Antrim en Irlande du Nord
  • Distillerie : Bushmills
  • Maitre distillateur : Colum Egan
  • Âge : 10 ans
  • Particularité : Non tourbé et issu d'une triple distillation
  • Notes : Malt, herbe fraiche, agrumes, vanille
  • Corps : Frais et onctueux

Références[modifier | modifier le code]

  1. Diageo gives up Bushmills for control of Don Julio tequila, Martinne Geller, Reuters, 3 novembre 2014