Bury (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bury.
Bury
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Mouy
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Clermontois
Maire
Mandat
David Belval
2014-2020
Code postal 60250
Code commune 60116
Démographie
Population
municipale
2 974 hab. (2011)
Densité 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 52″ N 2° 20′ 39″ E / 49.3144444444, 2.3441666666749° 18′ 52″ Nord 2° 20′ 39″ Est / 49.3144444444, 2.34416666667  
Altitude Min. 33 m – Max. 124 m
Superficie 17,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Bury

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte topographique de Picardie
City locator 14.svg
Bury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bury

Bury est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes

La commune se situe à 65 kilomètres au sud d'Amiens, à 23 kilomètres à l'est de Beauvais, à 37 kilomètres à l'ouest de Compiègne et à 50 kilomètres au nord de Paris[Note 1].

Communes limitrophes de Bury
Angy Ansacq
Mouy Bury Cambronne-lès-Clermont
Balagny-sur-Thérain Cires-lès-Mello
Mello
Rousseloy

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend entre 33 mètres et 124 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le point le plus bas se trouve dans le lit du Thérain, près du hameau de Saint-Claude. Le point culminant du territoire se localise au lieu-dit Les Raies Tortues, à l'est de la commune. La mairie se situe à 50 mètres d'altitude. Situé en partie dans la vallée du Thérain, le territoire se prolonge jusqu'aux coteaux du plateau de Cambronne-lès-Clermont, à l'est (buttes d'Henno cavée Broquette, côte de Bury et côte du Baudron, au nord, côte du val, près du bourg). Le hameau de Mérard se situe à 57 mètres d'altitude, Lombardie à 56 mètres, Saint-Épin à 39 mètres et Saint-Claude à 42 mètres au-dessus du niveau de la mer. L'ouest du territoire, donnant sur la vallée du Thérain, se compose de nombreux vallons naissant sur le plateau (vallées de Boisicourt et Monnet au nord, Boulinval, vallée Gauthier et fond du val près du chef-lieu, fond d'enfer près de Saint-Claude)[1]. La commune se situe en zone de sismicité 1. Les mouvements de terrains sont parfois potentiels[2].

Hydrographie et eau potable[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Thérain.

La commune se situe sur la rive gauche du Thérain, sous-affluent de la Seine prenant sa source à Grumesnil et se jettant dans l'Oise à Saint-Leu-d'Esserent. Son cours sert de limite communale vers les communes de Mouy et Balagny-sur-Thérain en passant à l'ouest du bourg et au sud hameau de Saint-Claude. Avant de quitter le territoire communal, celui-ci se divise en plusieurs bras[3]. Plusieurs ruisseau affluents de ce cours d'eau sont également présents sur la commune : les rus du Moineau[4] et de Boisicourt[5], le ruisseau de Saint-Claude[6] et le fossé l'Évêque[7]. Le rû de Boisicourt, prenant sa source dans le fond de Berneuil (commune de Cambronne-lès-Clermont), rencontre un autre petit ruisseau lors de son arrivée sur le territoire. Il traverse ensuite un étang et passe à proximité du hameau de Mérard, près d'une petite mare, après la sa confluence dans le rû du Moineau, prenant sa source à Ansacq. Le ruisseau de Saint-Claude, naissant dans le fond d'Enfer, traverse également un étang avant de rejoindre les marais de Saint-Claude. Le fossé l'Évêque se sépare du Thérain à l'ouest de la commune, passe près du chef-lieu et rejoint le cours d'eau initial à Saint-Épin. L'étendue entre le Thérain et le fossé comporte deux petits étangs. Un petit ruisseau intermittent suit la vallée Gauthier et le fond du Val où se trouve en amont quelques bassins. La commune dispose d'un réservoir près du lieu-dit les Trous[1]. Il existe deux lavoirs, l'un dans le bourg, l'autre à Saint-Claude ainsi qu'un puits à Mérard.

La commune est parfois assujettie à des inondations[2], les zones les plus basses du territoires sont situées au-dessus de plusieurs nappes phréatiques[8].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Mouy-Bury

La route départementale 929, ancienne route nationale 329 reliant Beaumont-sur-Oise à Clermont-en-Beauvaisis et Brunvillers-la-Motte à Albert, constitue une partie de la limite communale avec Angy, au nord-ouest. La route départementale 12, reliant Therdonne à Saint-Leu-d'Esserent, est le principal axe routier traversant la commune. Son itinéraire, suivant la vallée du Thérain, en arrivant d'Angy, passe à l'ouest du bourg puis près de Saint-Épin avant de traverser le hameau de Saint-Claude par la rue Fernand Buisson. Elle rejoint ensuite Mello. La route départementale 137, reliant Noailles à Maimbeville, arrive depuis Mouy par la rue Duvivier en croisant la route départementale 12, puis traverse le bourg par les rues Pillon Crouzet et Albert Martin. Elle quitte le chef-lieu par l'est avant de rejoindre l'agglomération de Liancourt. La route départementale 137D se sépare de la D137 au pont de la rue Anatole France avant de croiser la route départementale 12 puis le sud de Mouy. La route départementale 144, débutant à Angy, traverse le hameau de Mérard par la rue Pasteur avant de rejoindre Ansacq. Plusieurs routes communales relient les différents écarts de la commune : les rues Aristide Briand, Noël Ruffier et Jean Jaurès mènent le bourg à Saint-Épin par le hameau de Lombardie, le hameau de Mérard est joignable par les rues de Beauvais et des Roses, la route de Boisicourt et la rue Brivois relient Mérard à la D137 par Boisicourt et Brivois, et une voie débutant à Saint-Épin rejoint Balagny-sur-Thérain. Une autre voie se sépare de la D137 pour rejoindre la D110 près de Rousseloy[1].

La gare de Mouy-Bury, située sur la ligne de Creil à Beauvais, est desservie la ligne 20 du TER Picardie reliant Beauvais à Creil[9]. Bury est desservie par plusieurs lignes de transports scolaires reliant la commune au collège de Mouy, ainsi qu'aux établissements secondaires de Clermont, de Montataire et de Creil[10]. Une navette de regroupement pédagogique intercommunal dessert le bourg jusqu'à Rousseloy par les hameaux de Saint-Epin, Saint-Claude et Martincourt[11]. Une seconde navette de regroupement pédagogique intercommunal relie l'école primaire communale de Mouy à Mérard, au lieu-dit du Moineau, à Ansacq et à Bailleul-sur-Thérain[12]. L'aéroport de Beauvais-Tillé se trouve à 21,6 km à l'ouest de la commune[13] et l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle se trouve à 37 km au sud-est[14]. Il n'existe aucune liaisons entre la commune et ces aéroports par des transports en commun.

La commune est traversée par le Sentier de grande randonnée n°124 (GR124), reliant Cires-lès-Mello (Oise) à Rebreuviette (Pas-de-Calais). Son itinéraire balisé arrive sur le territoire depuis Cires-lès-Mello par les marais de Saint-Claude, au sud, puis traverse le hameau du même nom par la rue Raspail. Il pénètre dans les bois d'Arcy, Beauvais et de Louard avant de rejoindre Lombardie par la rue du château vert. Il suit une partie de la rue Jean Jaurès, puis rejoint le bourg par un chemin, et la rue Émile Zola. Il quitte celui-ci par Boulinval puis traverse Mérard par la côte du Baudron. Il quitte ce hameau par la rue Pasteur avant de prendre le chemin des Carrières et rejoindre Ansacq[1].

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Hormis les surfaces urbanisées et agricoles, la commune se compose de zones boisées et marécageuses. Les bois se situent le long des coteaux des différents vallons (bois du Louard, de Beauvais, d'Arcy et dernier bois, au sud) ainsi que dans les vallées du Thérain et du rû de Boisicourt (bois Travers). Les marais de Saint-Claude, près du hameau du même nom, se situent au confluent entre le Thérain et le ruisseau de Saint-Claude[1]. Les coteaux de la vallée de Mérard ainsi que les bois périphériques de la forêt de Hez-Froidmont (la Garenne Ouverte) sont inscrits en zone ZNIEFF de type 1 [15],[16]. Les différents coteaux font partie d'un corridor écologique potentiel[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les usines de Bury, avant la Première Guerre mondiale

Présence humaine à l'époque gallo-romaine grâce à la présence de tombes.

En 1358, une entrevue a lieu entre le futur Charles V et le roi de Navarre à Domaslieu, un hameau de Bury aujourd'hui disparu.

En 1591, le village est détruit pendant la Ligue catholique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1992[18] 2014 Jean-Claude Godin DVD  
mars 2014[19] en cours
(au 26 août 2014)
David Belval    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 974 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 107 1 114 1 249 1 268 1 409 1 430 1 466 1 638 1 576
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 538 1 655 1 881 2 222 2 169 2 433 2 448 2 370 2 412
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 408 2 428 2 481 2 242 2 230 2 109 1 930 1 913 2 084
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 139 2 540 2 662 2 657 2 822 2 891 2 971 2 982 2 974
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2004[21].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 23 %, plus de 60 ans = 13,7 %) ;
  • 51 % de femmes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 23,4 %, 45 à 59 ans = 22,3 %, plus de 60 ans = 18,3 %).
Pyramide des âges à Bury en 2007 en pourcentage[22]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,5 
4,1 
75 à 89 ans
6,8 
9,5 
60 à 74 ans
11,0 
23,0 
45 à 59 ans
22,3 
24,0 
30 à 44 ans
23,4 
17,5 
15 à 29 ans
16,1 
21,8 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[23]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bury

Les armes de Bury se blasonnent ainsi :

taillé : au premier d'azur aux trois bandes d'or, au second d'azur semé de fleurs de lys d'or ; à la barre d'argent brochant sur la partition bordé d'or.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade sud-ouest de l'église.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune possède un unique monument historique sur son territoire.

Article détaillé : Église Saint-Lucien de Bury.
  • Église Saint-Lucien (XIe, XIIe et XIIIe siècles) : L'église Saint-Lucien (ancienne collégiale) fut fondée en 1140. L'édifice possède une partie romane (nef) et une partie gothique (chœur et transept). Elle possède une nef romane et façade avec tour cylindrique de 1140. La tour est désignée sous le nom de clocher Sainte-Barbe. En 1239, on construisit le chœur de l'église et ses deux transepts, qui présentent tous les caractères du style ogival à lancette. Dans le croisillon sud, se trouve un retable de la Passion de 1548. On peut y voir également des tableaux de Nicolas Bertin. Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[24].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Portail de ferme du XIIIe siècle, rue Pillon-Crouzet. Une maison au fond de la cour comporte également des éléments médiévaux.
  • Maison du XIVe siècle : Maison à un étage située au 236 rue A.-Martin. Elle fait partie d'une ferme.
  • Lavoir couvert de la fontaine de l'Orme, rue Gambetta
  • Chapelle Saint-Maur de Mérard : Elle date du XVe siècle.
  • Manoir dit Cloître de Damaslieu, au hameau de Mérard : C'est une construction du XIIIe siècle qui fut la possession des religieuses de l'ordre de Sainte-Ursule. Tour d'allure moyennageuse. Tourelles d'escalier à flêches-écailles du XIIe siècle. Dans le bas-côté gauche, personnages sculptés (atlantes) aux retombées des voûtes.
  • Chapelle Saint-Claude de Dury, au hameau de Saint-Claude : Fondée en 1527 par Claude de Durant, chevalier et seigneur de Thury-sous-Clermont, puis de Dury-Saint Claude.
  • Lavoir couvert de Saint-Claude, rue de la Plaine.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine-Joseph Warmé, Mouy et ses environs : Bury, Beauvais, Impr. de D. Père,‎ 1873, 520 p. (lire en ligne), p. 227-317

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 2 septembre 2013)
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Carte 1/25 000e sur Géoportail.
  2. a et b « Risques naturels majeurs », sur macommune.prim.net (consulté le 9 septembre 2013)
  3. « Le rû du Moineau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 14 septembre 2013)
  4. « Le rû du Moineau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 14 septembre 2013)
  5. « Le rû de Boisicourt », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 14 septembre 2013)
  6. « Le ruisseau de Saint-Claude », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 14 septembre 2013)
  7. « Le fossé l’Évêque », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 14 septembre 2013)
  8. « Carte de remontée des nappes de la commune de Bury », sur www.inondationsnappes.fr (consulté le 9 septembre 2013)
  9. « Gare de Mouy-Bury », sur Ter-Sncf.com (consulté le 2 septembre 2013)
  10. « Lignes de transports en commun desservant Bury (carte et lignes) », sur Oise mobilité (consulté le 10 septembre 2013).
  11. « Navette de regroupement pédagogique intercommunal », sur Oise mobilité (consulté le 10 octobre 2013).
  12. « Navette de regroupement pédagogique intercommunal », sur Oise mobilité (consulté le 10 octobre 2013).
  13. « orthodromie : distance à vol d'oiseau de Bury à Tillé (Oise) », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 2 septembre 2013)
  14. « orthodromie : distance à vol d'oiseau de Bury à Roissy-en-France (Val d'Oise) », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 2 septembre 2013)
  15. « Coteaux de Mérard, fiche znieff détaillée », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 6 octobre 2013)
  16. « Bois périphériques de la forêt de Hez-Froidmont, fiche znieff détaillée », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 6 octobre 2013)
  17. « Corridor écologique potentiel sur la commune de Bury (carte) », sur www.donnes.picardie.developpementdurable.gouv.fr (consulté le 9 septembre 2013)
  18. Patricia Haute-Pottier, « Jean-Claude Godin a tenu son dernier conseil municipal », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3281,‎ 19 mars 2014, p. 14
  19. « Les clés de la mairie », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3283,‎ 2 avril 2014, p. 13
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  22. « Évolution et structure de la population à Bury en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  23. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  24. « L'église Saint-Lucien », base Mérimée, ministère français de la Culture