Burnsville (Nouveau-Brunswick)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Burnsville
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Municipalité Paroisse de New Bandon
Statut Autorité taxatrice
Maire
Mandat
aucun
aucun
Démographie
Langue(s) parlée(s) Français
Géographie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burnsville.

Burnsville est une autorité taxatrice de la paroisse de New Bandon, située dans le comté de Gloucester, au nord-est du Nouveau-Brunswick.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le hameau de Burnsville est nommé ainsi en l'honneur de Kennedy Francis Burns, qui fait passer le chemin de fer au village[1]. Le village porte à l'origine le nom de Milltown jusqu'en 1885, et comprenait l'établissement de Millville[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Burnsville est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Gespegeogag, qui comprend le littoral de la baie des Chaleurs[2]. Il y a une population micmacque au village jusqu'au tournant du XXe siècle.

Le village moderne de Burnville est fondé en 1874[1] grâce à la Free Grants Act (Loi sur les concessions gratuites) et peuplé par des Acadiens de la région[3]. Le bureau de poste de est fondé en 1876[1]. Le chemin de fer Caraquet & Gulf Shore passe à Burnsville en 1885[1]. Le bureau de poste ferme en 1970[1].

La Paroisse de Paquetville est l'une des localités organisatrices du IVe Congrès mondial acadien, en 2009.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Péninsule, un organisme basé à Tracadie-Sheila faisant partie du réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique de la région[4].

L'économie de la Péninsule acadienne région est basée sur les ressources naturelles ainsi que les services et la fabrication[4]. En fait, le développement au village est avant tout résidentiel et l'une des principales opportunités économiques sont les emplois dans la fonction publique à Caraquet et Tracadie-Sheila[4]. La population active est d'ailleurs très mobile et 20 % des hommes travaillent à l'extérieur de la Péninsule[4]. L'activité économique des environs est quant à elle centrée sur le village de Paquetville.

Administration[modifier | modifier le code]

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Burnsville fait partie de la circonscription de Nepisiguit, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Ryan Riordon, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Burnsville fait partie de la circonscription fédérale d'Acadie-Bathurst. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Yvon Godin, du NPD. Il fut élu lors de l'élection de 1997 contre le député sortant Doug Young, en raison du mécontentement provoqué par une réforme du régime d’assurance-emploi[5].

Vivre à Burnsville[modifier | modifier le code]

La population de Burnsville est dépendante des localités environnantes, notamment Paquetville et Caraquet, pour ses services[4].

Existant depuis le 20 juillet 1995, la Commission de gestion des déchets solides de la Péninsule acadienne (COGEDES) a son siège-social à Caraquet. Les déchets sont transférés au centre de transbordement de Tracadie-Sheila et les matières non-recyclables sont ensuite enfouies à Allardville.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Burnsville », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 18 septembre 2011).
  2. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  3. Ganong 1904, p. 150
  4. a, b, c, d et e « District de services régionaux 4 », sur Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables (Rapport Finn), sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 28 juillet 2011).
  5. Réal Fradette, « Qui arrivera à défaire Yvon Godin », dans L'Acadie Nouvelle, 20 décembre 2008 [lire en ligne (page consultée le 20 décembre 2008)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • Donat Robichaud, Paquetville, pays de buttes et d'érables, Nouveau-Brunswick: Donat Robichaud, 1993 (ISBN 0969170629).

Articles connexes[modifier | modifier le code]