Burgan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Burgan
Image illustrative de l'article Burgan
L'ellipse en tons plus foncés au sud de la ville de Koweït city désigne le grand Burgan, qui inclut les champs de Magwa et Ahmadi.
Présentation
Coordonnées 29° 06′ 39″ N 47° 58′ 00″ E / 29.110944, 47.96677829° 06′ 39″ Nord 47° 58′ 00″ Est / 29.110944, 47.966778  
Pays Drapeau du Koweït Koweït
Exploitant Kuwait Oil Company
Historique
Découverte 1938
Début de la production 1946
Pic de production de pétrole 2005

Géolocalisation sur la carte : Koweït

(Voir situation sur carte : Koweït)
Point carte.svg

Burgan, situé au Koweït, est le deuxième gisement pétrolier conventionnel de la planète en taille, après Ghawar en Arabie saoudite.

Il a été découvert en 1938, et représente la première découverte de pétrole dans le pays. La production commença juste après la Seconde Guerre mondiale, pour atteindre 1 Mbbls/j en 1955, puis 2 en 1968, et un pic à 2,41 en 1972, quantité qui ne sera sans doute jamais égalée. On parle souvent de la zone « Greater Burgan », incluant aussi les gisements Al-Magwa et Al-Ahmadi.

Selon un document publié en janvier 2006 par Petroleum Intelligence Weekly (PIW), le gisement possède 88 Gbbls de pétrole initialement en place. De ce volume, « au moins » 26,5 Gbbls ont déjà été extraits (ou brûlés pendant la Guerre du Golfe de 1991), il reste 15 Gbbls de réserve prouvée et 5,3 de réserve probable. Cela correspondrait à un taux de récupération de 47 % minimum et 53 % maximum, taux plus élevé que la moyenne, mais normal pour un gisement de ce type (très grand réservoir, pétrole assez fluide, réservoir très perméable).

On arriverait donc à un taux productible ultime de 41 à 46 Gbbls, inférieur à la quantité de 60 Gbbls traditionnellement donnée. La production actuelle de la zone (Greater Burgan) est d'environ 1,6 Mbbls/j. Il y a quelques années, la KOC (compagnie nationale) pensait l'accroître jusqu'à 2 Mbbls/j, mais finalement un niveau de 1,7 est apparu le maximum « soutenable ». Selon certaines sources, les plus importants horizons productibles du gisement seront remplis d'eau vers 2010, et le débit diminuera donc fortement.