Bureau du recensement des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
United States Census Bureau
Image illustrative de l'article Bureau du recensement des États-Unis

Création 1er juillet 1903
Type Administration
Suitland Federal Center 4600 Silver Hill Road, Suitland, Maryland
Coordonnées 38° 50′ 49″ N 76° 55′ 48″ O / 38.8470612, -76.930089 ()38° 50′ 49″ N 76° 55′ 48″ O / 38.8470612, -76.930089 ()  
Effectifs 5 593 (2006)
Directeur Steven H. Murdock
Affiliation(s) Département du Commerce des États-Unis
Site web www.census.gov

Géolocalisation sur la carte : Maryland

(Voir situation sur carte : Maryland)
United States Census Bureau

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
United States Census Bureau

Le Bureau du recensement des États-Unis (United States Census Bureau) dépend de l'Economics and Statistics Administration du département du Commerce des États-Unis. La Constitution du pays édicte que tous les dix ans, le Bureau comptera la population du pays et, avec cette information, changera le nombre des représentants par État au Congrès. De plus, le bureau rassemble des statistiques sur le pays, les citoyens et l'économie.

Il a créé et gère la Population Clock, compteur qui donne l'instantané estimé des populations américaine et mondiale.

Le Code des États-Unis codifie l'autorité légale du Bureau du recensement.

Le recensement aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le premier recensement ayant eu lieu aux États-Unis fut le recensement de 1790 (3 929 000 habitants).

Le dernier dépouillement de recensement ayant eu lieu selon des méthodes manuelles eut lieu en 1880. Herman Hollerith y participa, puis travailla au Bureau américain des brevets et des marques de commerce, où il mit au point la carte perforée qui porte son nom. Cette méthode servit à l'automatisation des opérations en 1890, qui fut la première application d'envergure des techniques mécanographiques dans l'Histoire.

Le recensement est obligatoire aux États-Unis, mais les réponses sont libres[1]. La question de la race a été posée dès le départ de l'histoire du pays parce que l'esclavage obligeait à un tel décompte. La question reste toujours posée, mais s'est diversifiée au fil des recensements. Asiatiques déclinés entre pays d'origine puis Hispaniques selon l'origine exacte ont enrichi le corpus de données statistiques. Depuis l'an 2000[2], il est possible de choisir plusieurs origines ethniques, seuls les métis noir-blanc furent recensés au XIXe siècle. Ces questions sont facultatives : chacun est libre de cocher ou non les cases concernant l'appartenance ethnique ou linguistique (par exemple pour le groupe hispanique). Mais civisme aidant, le taux de non-réponse est minime. De toute façon, l'origine de l'individu n'est indiquée sur aucun document d'identité (permis de conduire, carte de sécurité sociale ou passeport). La carte d'identité n'existe pas aux États-Unis[1]. Les réponses servent cependant aux nombreux programmes sociaux d'aide à des groupes ciblés. Depuis 1990, le Bureau du recensement permet aux homosexuels de se déclarer concubins au moment de l'enquête démographique[3].

Le recensement permet d'observer les évolutions sociales et culturelles du pays et d'adapter les politiques en matière d'emploi, de santé ou de retraite.

Régions recensées[modifier | modifier le code]

Régions de recensement

Le siège du Bureau est situé au 4600 Silver Hill Road, Suitland-Silver Hill, dans le Maryland.

Il existe neuf régions de recensement, qui englobent chacune plusieurs États :

Des bureaux régionaux se trouvent dans douze villes : Boston, New York, Chicago, Philadelphie, Détroit, Kansas City, Seattle, Charlotte, Atlanta, Dallas, Denver et Los Angeles. Des bureaux supplémentaires sont utilisés pour faciliter les opérations lors des recensements décennaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicole Bacharan, Faut-il avoir peur de l’Amérique ?, Paris, éditions du Seuil, 2005 (ISBN 2-0207-9950-2), p. 144
  2. Le prochain visage de l'Amérique - Sylvie Kauffmann, Le Monde, 19 novembre 2006
  3. Baptiste Coulmont, « Géographie de l’union civile au Vermont », dans Mappemonde no 71/3, 2003

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]