Bulle de Gniezno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Bulle de Gniezno (en latin Ex commisso nobis, en polonais Bulla gnieźnieńska) est une bulle du pape Innocent II par laquelle il abroge l’autorité de l’archevêché de Magdebourg sur l’Église polonaise, confirmant l’indépendance de l’Église polonaise.
Promulguée le 7 juillet 1136, elle contient la première référence écrite de la langue polonaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1133, le pape Innocent II, subissant les pressions du Saint-Empire, publie une bulle refusant l’indépendance de l’archevêché de Gniezno. Tous les évêchés polonais sont rattachés à celui de Magdebourg. Les Polonais font appel de cette décision et se rapprochent de l’antipape Anaclet II.
En août 1135, à Mersebourg, Boleslas III le Bouche-Torse se reconnaît vassal de l’empereur Lothaire II et accepte de lui payer un tribut annuel. En échange, il obtient la reconnaissance de l’indépendance de l’archevêché polonais mais la Poméranie occidentale devient fief de l’empereur.

Le 7 juillet 1136, la « Bulle de Gniezno » du pape Innocent II confirme l’indépendance de l’Église polonaise.

La « Bulle de Gniezno » est le plus ancien document contenant quelques phrases isolées en polonais. Elle énumère 410 noms de personnes ou de localités à consonance polonaise.

Articles connexes[modifier | modifier le code]