Bulbul tarang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le bulbul tarang (vague de rossignol) ou benju ou banjo ou taisho koto est un instrument à cordes pincées indien de la famille des cithares (et non des luths (sitars) indiens) et ressemblant à une épinette des Vosges ou à un dulcimer. On le rencontre aussi au Pakistan, en Afghanistan et au Japon.

Lutherie[modifier | modifier le code]

Bulbul

Sa caisse de résonance de forme rectangulaire avec une ouïe circulaire est solidaire d'un couvercle qui fait ressembler l'ensemble à une petite valise souvent équipée d'une poignée pour son transport.

Les cordes, tendues au-dessus d'une touche frettée collée en surépaisseur sur la table de résonance, sont de calibre très fin. Elles sont fixées avec des pointes au niveau du cordier et sont accordées à l'aide de chevilles en métal. Il y a cinq chanterelles et un bourdon, en général accordé à l'octave grave ou à la quinte des chanterelles.

Jeu[modifier | modifier le code]

On met les cordes en vibration à l'aide d'un médiator ou d'un plectre, et on fait varier la hauteur des notes en les raccourcissant à l'aide de touches de machine à écrire (ou de clavier), sur lesquelles figurent uniquement des chiffres, qui reviennent à leur place initiale grâce à de petits ressorts quand on les lâche. Cet instrument donne par les cliquètements dus aux ressorts et à son apparence étrange une impression de bricolage génial.

C'est un instrument rare qui se rencontre au détour d'une rue et dont les enfants raffolent. Le son très ténu en est souvent amplifié électriquement. Seule la musique folklorique ou de film, y est jouée.

Au Balouchistan, il est associé à la vielle sorud, dans des rituels de guérison.

Au Japon, c'est un instrument pédagogique souvent à clavier, au même titre que le mélodica.

Liens[modifier | modifier le code]