Built to Spill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Built to Spill

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Built to Spill en 2006, au Vegoose Music Festival de Las Vegas.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rock indépendant
Années actives Depuis 1992
Labels Warner
Site officiel builttospill.com
Composition du groupe
Membres Doug Martsch
Jim Roth
Brett Netson
Steve Gere
Jason Albertini
Anciens membres Ralf Youtz
Andy Capps
Scott Plouf
Brett Nelson

Built to Spill est un groupe américain de rock indépendant formé en 1992 à Boise (État de l'Idaho). Il est considéré comme l'un des groupes les plus influents du rock indépendant américain durant les années 90. Le style du groupe se caractérise par des mélodies complexes et alambiquées ainsi qu'une grande virtuosité instrumentale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le groupe se forme en 1992 à Boise (Idaho) à l'initiative de Doug Martsch, auparavant guitariste et chanteur dans Treepeople[1],[2]. Il conçoit Built To Spill, « un nom qui ne veut rien dire », comme une formation à géométrie variable lui assurant le contrôle dont il a besoin[1]. Avec Brett Netson (basse, guitare) et Ralf Youtz (batterie), Built To Spill enregistre Ultimate Alternative Wavers, premier album qui sort en 1993[2]. L’année suivante, un deuxième album plus accessible intitulé There's Nothing Wrong With Love permet à Built To Spill de se constituer une solide base de fans aux États-Unis[2]. Enregistré à Seattle par Phil Ek[2], l’album est qualifié à l’époque par Doug Martsch de « moins expérimental, doté d'un son merdique et légèrement lo-fi »[1]. En 1995, Built To Spill fait la tournée Lollapalooza et obtient le parrainage d’artistes tels que Sonic Youth et Foo Fighters[1]. La même année, le groupe signe sur la major Warner[2]. En 1996, le label K Records publie une compilation de singles et de raretés intitulée The Normal Years[2],[3]. Toujours en 1996, Doug Martsch recrute Brett Nelson (basse) et Scott Plouf (batterie) pour l’enregistrement d’un nouvel album[2]. Le groupe s’y prend à deux reprises car le master de la première session a été endommagé[4],[2].

C’est en 1997 que sort Perfect From Now On. L’album se compose de huit morceaux longs, complexes, atmosphériques, aux arrangements sophistiqués et à la production nettement plus soignée que sur les enregistrements précédents du groupe[5],[6],[7]. Cet album est souvent considéré comme l’un des meilleurs et des plus représentatifs de Built To Spill[4],[2]. En 2003, Pitchfork classe Perfect From Now On à la vingt-deuxième position des cent meilleurs albums des années 1990. En 1999 sort l’album Keep It Like A Secret[8],[9]. Celui-ci marque un retour à un format rock et pop classique. L’album connaît le succès commercial aux États-Unis, une première pour Built To Spill[4],[2]. L’album suivant, Ancient Melodies Of The Future, sort en 2001[10]. Sam Coomes du groupe Quasi participe à l’enregistrement[4]. Suivent les albums You In Reverse en 2006[11] et There Is No Enemy en 2009[12].

En février 2013, le groupe change de section rythmique : Steve Gere remplace Scott Plouf à la batterie, Jason Albertini remplace le bassiste Brett Nelson[13]. Ce remaniement retarde l'enregistrement d'un nouvel album dont la sortie était initialement prévue pour 2013[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • Ultimate Alternative Wavers (1993) C/Z Records
  • There's Nothing Wrong with Love (1994) Up Records
  • Perfect from Now On (1997) Warner Bros.
  • Keep It Like a Secret (1999) Warner Bros.
  • Ancient Melodies of the Future (2001) Warner Bros.
  • You in Reverse (2006) Warner Bros.
  • There is No Enemy (2009) Warner Bros.

EP[modifier | modifier le code]

  • Built to Spill Caustic Resin (1995) Up Records
  • Carry the Zero (1999) Warner Bros.
  • Center of the Universe (1999) City Slang Records

Live[modifier | modifier le code]

  • Live (2000) Warner Bros.

Compilation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]