Bug (film, 2007)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bug (film))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bug.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film de William Friedkin. Pour le film de Phil Hay et Matt Manfredi, voir Bug.

Bug

Titre original Bug
Réalisation William Friedkin
Scénario Tracy Letts
Acteurs principaux
Sociétés de production Lions Gate Films
L.I.F.T. Production
DMK Mediafonds International
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Thriller psychologique
Horreur
Sortie 2006
Durée 103 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bug est un thriller américano-allemand réalisé par William Friedkin et sorti en 2007.

C'est l'adaptation d'une pièce de théâtre de Tracy Letts de 2004. Celui-ci est également l'auteur du scénario du film.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Contexte général[modifier | modifier le code]

Serveuse solitaire au passé tragique, Agnès (Ashley Judd) loge dans un vieux motel et vit dans la peur de son ex-mari violent, Jerry Goss (Harry Connick Jr), qui vient d'être libéré sur parole. Elle retrouve espoir en esquissant une romance avec Peter (Michael Shannon), un homme calme, excentrique et mystérieux, jusqu'à ce qu'il lui révèle que des insectes particulièrement rares s'introduisent sous sa peau.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Agnès, échouée dans un motel peu fréquenté au bord d'une route perdue dans l'immensité de la plaine américaine, est fragilisée par un harcèlement (répétition d'appels téléphoniques anonymes). On ignore si ce mode de vie aussi retiré est la conséquence de la relative médiocrité de son parcours professionnel (serveuse dans un bar) et des rares personnes qu'elle fréquente (une collègue lesbienne) ou si la vie dans ce trou perdu est un choix délibéré, une fuite, pour ne pas être retrouvée par son mari, dont elle vient d'apprendre la prochaine sortie de prison. Sa collègue lui fait rencontrer un nouveau client du bar, Peter, auquel elle s'attache, justement parce qu'elle lui découvre une personnalité parfaitement opposée à celle de son mari violent : Peter est doux, poli, posé, voire timide. Le mystère qu'il entretient sur son vécu de militaire se lève peu à peu, chacun livrant à l'autre des pans de son passé. Piqué par un insecte, au lit, après leur nuit d'amour, Peter s'avère obsédé par les « aphides ». La peur de retomber sous l'emprise de son mari (qui, venant de débarquer par surprise, la frappe à nouveau, en annonçant qu'il va lui imposer d'ici quelques jours de revivre avec lui), la crainte de se retrouver seule à nouveau, de perdre un homme possédant de telles qualités d'écoute (qu'elle trouve par ailleurs pas mal « quand il est nu »), l'entraîne à (accepter de ?) partager le délire destructeur de son compagnon (auto-mutilation[1], meurtre puis suicide).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné en 21 jours[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Nomination de la meilleure actrice au Saturn Awards 2008 pour Ashley Judd[4],[5] ;
  • Nomination de la meilleure actrice au Fright Meter Awards 2007 pour Ashley Judd[5],[6];
  • Nomination du meilleur acteur au Fright Meter Awards 2007 pour Michael Shannon[5],[6].
  • Nomination de la meilleur affiche au Golden Trailer Awards 2008[5],[7]

Box-office[modifier | modifier le code]

Box-office[8],[9] Nbre de sem. Classement TLT[a] Copies[9] Date
Box-office Drapeau de la France France 29 486 entrées 1 sem. - 66 au 27/02/07
42 110 entrées - - - au 8/01/10
Box-office Île-de-France 17 009 entrées 1 sem. - 13 au 27/02/07
24 926 entrées - - - au 8/01/10
  1. « Tous les temps » - All Time

Analyse[modifier | modifier le code]

Film rythmé aussi par la bande-son[modifier | modifier le code]

Le scénario est régulièrement parsemée d'éléments déclencheurs (pour créer un climat d'angoisse ou de suspense, et pour appuyer l'incrémentation dans la profondeur du délire dans lequel sombre le couple) :

  • l'insistance et la fréquence de la sonnerie stridente du téléphone[10], au début du film, marquent à chaque fois plus intensément le visage de l'héroïne, par l'exaspération et la douleur psychique[11] ;
  • la rotation des grandes pales du ventilateur du plafond avivent tellement en Peter les souvenirs de guerre que le spectateur entend aussi, comme lui, le bruit d'un hélicoptère[12], qui est suggéré dès le début du film par un long zoom plongeant sur le motel[13]. Cette assimilation des pales de ventilateur à celle d'hélicoptères est loin d'être neuve dans le cinéma. La dimension salvatrice de l'amour réciproque est soulignée par « le symbolisme messianique de l'hélicoptère qui n'est plus à démontrer » selon Michel Cieutat : « évacuation de blessés dans M*A*S*H, recherche de criminel dans Dirty Harry et Nighthawks, puissance purificatrice dans Apocalypse Now et Blue Thunder, sauvetage lors de catastrophes...). L'Amérique en période de crise a besoin d'un rédempteur et son cinéma aime accentuer la dimension céleste de la venue de ce dernier. »[14],[15] !

(pour la suite, rédaction partiellement commencée ... sourçage existant mais à préciser et retrouver !)

Espace et confinement, amour et renaissance[modifier | modifier le code]

Agnes, au début du film, est peinte comme perdue dans sa solitude : vue aérienne du paysage, avec la route et le motel, tout petit, qui se rapprochent. Le spectateur plonge ainsi jusqu'à l'intérieur de la chambre[16]. Qu'est-ce qui s'abat ainsi sur l'occupante de cette chambre ? Un insecte (titre du film) ? ou le destin ? Agnes, à la fin du film, n'est plus seule. Elle accompagne jusqu'à l'extrême le compagnon qu'elle a enfin trouvé, et dont le délire psychotique la cloître dans un huis-clos[17].

« Un amour perdu peut se retrouver, amour et seconde chance constituant alors le meilleur des ménages ... L'amour est ici synonyme de nouvelle naissance comme pour Richard Beymer qui surmonte sa dépression post-opératoire dans Hemingway's Adventures of a Young Man grâce à son amour pour l'infirmière Susan Strasberg, ou pour Stockard Channing dans Dandy, The All-American Girl, qui renonce à son obsession (une Ferrari Dino) par amour pour son avocat Sam Waterson. Cette re-naissance, d'ailleurs, peut parfois être renforcée très symboliquement par la proximité antinomique d'un décor en ruines, les vieilles pierres contrastant avec le couple dont l'émotion intense est tournée vers l'avenir : Flesh and the Devil, The Story of Dr. Wassell, Tycoon, A time to Love and a Time to Die. », écrivait en 1991 Michel Cieutat[18].

Dans Bug, on peut voir une allégorie comparable : un couple, une renaissance par l'amour, un décor en ruines (non de vieilles pierres, mais un appartement aux cloisons recouvertes de feuilles d'alu, et un embrasement final, fantasmé ou pas).

Dénonciation de la guerre à travers le personnage du soldat perturbé ?[modifier | modifier le code]

Friedkin, dans une interview, répondit ceci à propos du personnage de Peter, ancien militaire : « Qui vous dit qu’il est vraiment militaire ? Personnellement, je ne crois pas tout ce qu’il raconte ; l’important c’est que, lui, le croit. Tout le monde a son univers fantasmé et d’ailleurs, la plupart des gens se mentent. Parfois, ils ont des idées complètement fantastiques à propos de leur vie qui n’ont rien à voir du tout avec la réalité »[19].

Séquences remarquables[modifier | modifier le code]

  • Première apparition du mari (joué par Harry Connick Jr), émergeant d'un nuage de fumée tel un démon sortant des ténèbres (en fait la buée de la douche)[20].
  • Seule et unique scène d'amour, aussi magnétique que l'étreinte désespérée dans Ne vous retournez pas, de Nicolas Roeg[20]. Cette ellipse de la contagion (thème qu'avait déjà traité Friedkin dans L'Exorciste ou La Chasse (Cruising)), est très clairement illustrée par les plans fondus de salive et de sueur mêlées, comme la description clinique d'une contamination réciproque[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-François Rauger, « "Bug" : la folie paranoïaque d'un couple hanté par les insectes »,‎ 20 février 2007 (consulté le 6/12/2014)
  2. a et b Marc Godin, « Sympathy for the Devil : rencontre avec William Friedkin (2/3) »,‎ 2012 (consulté le 6/12/2014)
  3. « FIPRESCI - Awards 2006 » (consulté le 14/12/2014)
  4. (en) Debi Moore, « Saturn Awards Nominees Announced - Dread Central »,‎ 27 février 2008 (consulté le 14/12/2014)
  5. a, b, c et d (en) « Bug - Awards - IMDb » (consulté le 14/12/2014)
  6. a et b (en) « Fright Meter Awards » (consulté le 14/12/2014)
  7. (en) « Golden Trailer Awards » (consulté le 14/12/2014)
  8. « Bug (Horreur) 2006 - DVD - Comme Au Cinéma » (consulté le 6/12/2014)
  9. a et b CBO Box Office, « Bug » (consulté le 6/12/2014)
  10. « Le cabinet des rugosités: Bug »,‎ 14 mars 2013 (consulté le 6/12/2014)
  11. Nicolas Lemâle, « Il était une fois le cinéma - La passion du cinema »,‎ avril 2012 (consulté le 6/12/2014)
  12. Virginie Gaucher (Pariscope), « Critiques Bug » (consulté le 6/12/2014)
  13. Bertrand Tavernier, « Films américains : de John Stahl à Ron Howard »,‎ 17 avril 2014 (consulté le 6/12/2014)
  14. Michel Cieutat, Les Grands Thèmes du cinéma américain : Ambivalences et croyances, t. II, Cerf, coll. « 7e Art »,‎ 1991, p. 322
  15. Extrait vidéo consultable sur www.allocine.fr
  16. Houseofgeeks, « Grosse claque : BUG de William Friedkin »,‎ 8 janvier 2008 (consulté le 6/12/2014)
  17. Erin, « L'odyssée du cinéma : Bug de William Friedkin » (consulté le 6/12/2014)
  18. Les Grands Thèmes du cinéma américain, par Michel Cieutat (tome II, éd. Cerf, coll. 7e Art, 1991), p. 93-94
  19. Adrien Sene, « Le choc Bug : l'Interview du réalisateur William Friedkin »,‎ 20 février 2007 (consulté le 5/12/2014)
  20. a et b Fausto Fasulo, « Trailer Trash - Les Insectes de feu de Jeannot Szwarc », Mad Movies, no 194,‎ février 2007
  21. Jérôme Momcilovic, dans Chronic'art

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :