Bud Spencer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bud et Spencer.

Bud Spencer

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Bud Spencer en décembre 2009.

Nom de naissance Carlo Pedersoli
Naissance 31 octobre 1929 (85 ans)
Naples (Italie)
Nationalité Drapeau de l'Italie italienne
Profession Acteur
Scénariste
Producteur
Films notables On l'appelle Trinita (1970)
On continue à l'appeler Trinita (1971)
Deux Super-flics (1976)

Carlo Pedersoli, dit Bud Spencer, né le 31 octobre 1929 à Naples, est un acteur, scénariste et producteur italien. Notamment connu pour ses comédies d'action tournés en duo avec Terence Hill, il est également apparu en vedette unique de nombreux autres films.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de la bourgeoisie napolitaine, il survit au bombardement de sa maison[réf. nécessaire]. En 1940, sa famille émigre vers Rome. En 1947, il suit son père, industriel, ruiné par la guerre, en Amérique du Sud (d'abord au Brésil, puis en Argentine), où il tente de refaire sa vie. Carlo Pedersoli revient en Italie, à l'âge de vingt ans, et reprend ses études[1]. Carlo croit au communisme jusqu'à un voyage dans sa patrie, l'Union soviétique[réf. nécessaire]. Ne pratiquant plus la natation en Amérique du Sud, il revient dans les bassins à son retour dans la péninsule et réussit de bons temps. Ainsi malgré le manque d'entraînement, il devient le premier Italien sous la minute sur 100 mètres nage libre. Le 19 septembre 1950, il réalise 59 s 5. Il décide de persévérer dans la natation, même s'il le reconnait lui-même, il ne s'investit jamais pleinement dans la pratique de son sport. Il réussit, néanmoins, à abaisser le record d'Italie à 58 s 2. Il obtient sept titres nationaux et la médaille d'argent du 100 mètres nage libre des Jeux méditerranéens de 1951, derrière Alex Jany. Il joue également au water-polo à un haut niveau, puisque avec sa sélection nationale, il remporte la médaille d'or aux Jeux méditerranéens de 1955[1] et le championnat d'Italie 1956 avec la section nautique de la Lazio[2]. Cependant, il atteint ses limites aux Jeux olympiques, car en 1952, comme en 1956, il ne dépasse pas les demi-finales du 100 mètres. Aujourd'hui, il se remémore plus ses nombreux voyages, plutôt que ses déceptions olympiques. En 1956, il fut ainsi invité à l'Université Yale, qui s'intéressait à ses performances. En 1957, lassé de la vie de sportif amateur, il part en Amérique du Sud[1]. Au Venezuela, il dirige, notamment, une équipe de construction de la Panaméricaine[2].

De retour en Italie, il épouse Maria Amato en 1960 avec laquelle il a trois enfants, Giuseppe, Christine et Diamante. Il aime relever des défis, devenant tour à tour chanteur ou inventeur[réf. nécessaire]. Grâce à un physique imposant, il entame en 1967 une longue série de westerns spaghetti où sa truculence rappelle Obélix. Comme la plupart des acteurs italiens de western spaghettis, il adopte un pseudonyme anglo-saxon, Bud Spencer (Bud d'après la bière Budweiser, Spencer en hommage à son idole Spencer Tracy). Selon le producteur Matthias Wendlandt, si Terence Hill respectait les dialogues, Bud Spencer était plutôt là pour s'amuser. Les films dans lesquels il a joué montrent une certaine continuité avec son passé de sportif de haut niveau, refusant de se faire doubler jusqu'au début des années 1990. Avec Terence Hill, ils tournent dix-sept films ensemble, sur une période de vingt-sept ans. Malgré une qualité relative, la plupart reçoivent un succès international[1].

Aux élections générales italiennes de 2006, il est candidat dans le Latium sur la liste de Forza Italia. Son entrée en politique était motivée par sa volonté de répondre aux appels du Premier ministre d'alors, Silvio Berlusconi[réf. nécessaire]. Aujourd'hui, éloigné du cinéma, il ne dédaigne pas les invitations de la fédération italienne de natation. Le comblant d'aise, il a, ainsi, reçu ses diplômes d'entraîneur à titre honorifique, lui, le dilettante. Il a été invité, également, à remettre des médailles lors des Mondiaux de Rome en 2009. Il est actuellement à la rédaction du troisième tome de ses Mémoires, destiné au public allemand. Les deux premiers livres se sont vendus à plus de deux cent mille exemplaires[1].

C'est un pilote accompli, possédant des brevets de pilote d'avion mais aussi d'hélicoptère[3].

Palmarès sportif[modifier | modifier le code]

Natation[modifier | modifier le code]

Water-polo[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Le 17 janvier, il reçoit le Caïman d'Or de la Fédération Italienne de Natation[9].
  • 2007 : Le 24 janvier, il reçoit des mains du président de la Fédération Italienne, Paolo Barelli, un diplôme d'entraîneur de natation et de water-polo[10].

Filmographie complète[modifier | modifier le code]

Les films avec Terence Hill[modifier | modifier le code]

Article connexe : Terence Hill.

17 films ensemble (16 sortis en France en DVD - il manque "Les Deux Missionnaires" toujours inédit en DVD)

Films en solo[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Carlo Pedersoli
Sous le nom de Bud Spencer

Télévision[modifier | modifier le code]

Ses personnages récurrents[modifier | modifier le code]

  • Jack « Extralarge » Costello : 13 téléfilms (1991-1993)
  • Jack Clémenti « Le Professeur » : 6 téléfilms (1988-1989)
  • Inspecteur Rizzo « Piedone » (« pieds plats ») : 4 films (1974-1979)

Anecdote[modifier | modifier le code]

Dans la version italienne de ses films en duo avec Terence Hill, Bud Spencer n'avait pas postsynchronisé sa propre voix pour éviter d'imposer son accent romain à des personnages américains. Par conséquent, il fut doublé par le comédien Glauco Onorato.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Claude Bertrand a été la voix française la plus régulière de Bud Spencer entre 1972 et 1985 (à noter que les premiers films de Bud Spencer sont sortis en France à partir de 1972, après le succès des Trinita). Tout comme Spencer, Bertrand mesurait dans les 1,90 m et était physiquement très massif[11].

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Farce de la nature », article de Pierre-Étienne Minonzio, publié dans le quotidien L'Équipe du jeudi 18 juillet 2013.
  2. a, b et c (it) « Auguri Bud Spencer L'affetto della Federnuoto », sur www.federnuoto.it,‎ 30 octobre 2009 (consulté le 26 février 2014)
  3. (it) « Bud Spencer vola sempre più in alto », sur www.vogliadivolare.it (consulté le 26 février 2014)
  4. Records d'Italie
  5. Palmarès des Jeux Méditerranéens 1951
  6. « Le rapport officiel des JO 1952 (volume 2), cf p.222 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 26 février 2014)
  7. « Le rapport officiel des JO 1952 (volume 2), cf p.233 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 26 février 2014)
  8. « Le rapport officiel des JO 1956 (volume 2), cf p.231 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 26 février 2014)
  9. Pedersoli reçoit le Caïman d'Or (en italien)
  10. Pedersoli reçoit 2 diplômes d'entraîneur (en italien)
  11. Interview de Dominique Paturel sur l'édition DVD d'Attention les dégâts.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :