Bryum argenteum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bryum argenteum

Description de cette image, également commentée ci-après

Bryum d'argent

Classification
Règne Plantae
Division Bryophyta
Sous-embr. Musci
Classe Bryopsida
Sous-classe Bryidae
Ordre Bryales
Famille Bryaceae
Genre Bryum

Nom binominal

Bryum argenteum
Hedw.,1801

Attention : Le titre d'affichage «<span lang="la"><i>Bryum argenteum</i></span>» remplace l'ancien titre d'affichage «<i><span class="lang-la" lang="la">Bryum argenteum</span></i>».

Bryum argenteum, le bryum d'argent, est une mousse rustique et assez commune, dont la particularité dans le genre Bryum, est son aspect argenté. Elle se développe typiquement dans les interstices des rues piétonnes, en compagnie de Sagina procumbens.

Plante non ramifiée ou dichotome de 0,5 à 1,5 cm de long, Bryum argenteum se présente sous la forme d'un gazon ras et dense. Ses feuilles ovoïdes se rétrécissent progressivement et se recouvrent partiellement comme les tuiles d'un toit de telle manière que la tige feuillée prend l'aspect d'un chaton. Ses nervures dépassent à peine le milieu de la feuille. Les feuilles ressemblent à des coussinets blancs argentés par la présence de très nombreux poils hyalin ou de couleur toute verte dans les stations humides et ombragées[1].

Largement répandue dans tout l'hémisphère nord, elle est abondante depuis la plaine jusqu'à la limite des neiges[1].

Elle présente de nombreuses formes sur calcaire sec ou humide, sur le sable ou les graviers. Relativement insensible aux contraintes mécaniques, c'est une espèce pionnière. Elle peut donc se glisser dans les fissures des architectures citadines. Elle forme, avec la caryophyllacée Sagina procumbens, le syntaxon Bryo-Saginetum procumbentis que l'on retrouve typiquement dans les interstices des pavés ou dans les murs[2].

Les variations pluriannuelles depuis 1957 de l'épaisseur de la couche d'ozone dans l'antarctique peuvent aussi être mesurées par le taux de flavonoïdes contenus dans cette mousse conservée dans des herbiers[3].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Guide des fougères, mousses et lickens d'Europe, H-M. Jahns, Delachaux et Niestlé, 1989, ISBN 2-603-00684-3
  2. Guide des groupements végétaux de la région parisienne. Bassin parisien - Nord de la France (Écologie et Phytogéographie), Gérard Arnal, Christian Bock, Marcel Bournérias, 17/01/2002, Belin, Collection Botanique ISBN 2-7011-2522-7
  3. Ryan Ken G. et al, Historical ozone concentrations and flavonoid levels in herbarium specimens of the Antarctic moss Bryum argenteum, périodique Global change biology, volume 15, p. 1694-1702, 2009

Référence taxonomique[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :