Brusturi (Bihor)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brusturi.
Brusturi
Blason de Brusturi
Héraldique
Image illustrative de l'article Brusturi (Bihor)
Administration
Pays Roumanie Roumanie
Région Transylvanie
Département Bihor
Maire
Mandat
Ioan Petruț PNL
2008-2012
Code postal 417 090
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 4 064 hab. (2007)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 27″ N 22° 14′ 20″ E / 47.157402, 22.238767 ()47° 09′ 27″ Nord 22° 14′ 20″ Est / 47.157402, 22.238767 ()  
Altitude 151 m
Superficie 10 337 ha = 103,37 km2
Divers
Fondation 1360
Localisation
Localisation de Brusturi dans le județ de Bihor
Localisation de Brusturi dans le județ de Bihor

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (administrative)

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Brusturi

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (relief)

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Brusturi

Brusturi (Tataros en hongrois) est une commune roumaine du județ de Bihor, en Transylvanie, dans la région historique de la Crișana et dans la région de développement du Nord-Ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Brusturi est située dans le centre-est du județ, au sud des Monts Plopiș, à 38 km au nord-est d'Oradea, le chef-lieu du județ.

La municipalité est composée des huit villages suivants, nom hongrois, (population en 2002)[1] :

  • Brusturi, Tataros (1 331], siège de la commune ;
  • Cuieșd, Kövesd (579) ;
  • Loranta, Loránta (101) ;
  • Orvișele, Orviseltanya (597) ;
  • Păulești, Felsőtótfalu (399) ;
  • Picleu, Szóvárhely (895) ;
  • Țiganești de Criș, Cigányfalva (372) ;
  • Vărăsău, Varaszótanya (153).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite du village de Brusturi date de 1360 sous le nom de Tatarpatak.

La commune, qui appartenait au royaume de Hongrie, en a donc suivi l'histoire.

Après le compromis de 1867 entre Autrichiens et Hongrois de l'Empire d'Autriche, la principauté de Transylvanie disparaît et, en 1876, le royaume de Hongrie est partagé en comitats. Brusturi intègre le comitat de Bihar (Bihar vármegye).

À la fin de la Première Guerre mondiale, l'Empire austro-hongrois disparaît et la commune rejoint la Grande Roumanie au Traité de Trianon.

En 1940, à la suite du Deuxième arbitrage de Vienne, elle est annexée par la Hongrie jusqu'en 1944, période durant laquelle sa petite communauté juive est détruite par les nazis. Elle réintègre la Roumanie après la Seconde Guerre mondiale au traité de Paris en 1947.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil Municipal de Brusturi compte 13 sièges de conseillers municipaux. À l'issue des élections municipales de juin 2008, Ioan Petruț (PNL) a été élu maire de la commune[2].

Élections municipales de 2008[3]
Parti Nombre de conseillers
Parti national libéral (PNL) 5
Parti conservateur 3
Parti social-démocrate (PSD) 3
Parti démocrate-libéral (PD-L) 2

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, la composition religieuse de la commune était la suivante[4] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1910, à l'époque austro-hongroise, la commune comptait 3 605 Roumains (76,43 %), 903 Hongrois (19,14 %), 97 Slovaques (2,06 %) et 35 Allemands (0,74 %)[5],[1].

En 1930, on dénombrait 5 413 Roumains (89,69 %), 286 Hongrois (4,74 %), 165 Slovaques (2,73 %), 109 Tsiganes (1,81 %) et 48 Juifs (0,80 %)[1].

En 1956, après la Seconde Guerre mondiale, 6 315 Roumains (90,46 %) côtoyaient 391 Hongrois (5,60 %), 195 Slovaques (2,79 %), 64 Tsiganes (0,92 %) et 12 Juifs (0,17 %)[1].

En 2002, la commune comptait 3 859 Roumains (88,36 %), 208 Slovaques (4,76 %), 176 Tsiganes (4,03 %) et 119 Hongrois (2,72 %)[4].

Évolution démographique
1880 1890 1900 1910 1920 1930 1941 1956 1966
2 408 3 065 3 801 4 717 4 896 6 035 7 124 6 981 6 641
1977 1992 2002 2007 - - - - -
6 216 4 823 4 367 4 064[6] - - - - -


Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose sur l'agriculture et l'élevage.

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

La route régionale DJ767 se dirige au sud-est vers les villages de Picleu, Țiganești de Criș, la commune de Tileagd et la route nationale DN1 qui permet de rejoindre Oradea et au nord-ouest vers la commune de Spinuș

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

Le village de Brusturi possédait une très belle église en bois datant de 1785 qui a été démontée et reconstruite dans la station thermale de Băile Felix, près d'Oradea en 1961.

  • Brusturi, église catholique romaine datant de 1800 ;
  • Țiganești de Criș, église orthodoxe en bois des Sts Archanges datant de 1600, classée monument historique[7] ;
  • Cuieșd, église orthodoxe datant de 1890[7].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Carte interactive du județ de Bihor

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (hu) Recensements de 1850 à 2002
  2. (ro) Liste des maires élus en 2008
  3. (ro) Résultats des élections municipales de 2008
  4. a et b (ro) Statistiques officielles du recensement de 2002
  5. Jusqu'à la fin de la Première guerre mondiale, il n'existait pas de nationalité juive ou tsigane, c'est pourquoi de nombreux habitants juifs, de culture allemande et le plus souvent germanophones, se déclaraient allemands, à ne pas confondre avec les communautés allemandes (principalement d'origine souabe) installées en Transylvanie, les statistiques de l'Entre-deux guerres permettent de faire la distinction
  6. La population de Brusturi en 2007 sur le site de l'Institut National de Statistiques de Roumanie
  7. a et b Lieux de culte en Roumanie