Brusson (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brusson (homonymie).
Brusson
Image illustrative de l'article Brusson (Italie)
Nom francoprovençal Breutzon
Nom alémanique Britse (Greschòneytitsch)
Brützu (Éischemtöitschu)
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Valle d'Aosta-Stemma.svg Vallée d'Aoste 
Province Blason ville It Aoste.svg Aoste 
Syndic Giulio Grosjacques
2005
Code postal 11022
Code ISTAT 007012
Code cadastral B230
Préfixe tel. 0125
Démographie
Gentilé brussonins en français

breutzonet en francoprovençal

Population 859 hab. (31-12-2010[1])
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 00″ N 7° 44′ 00″ E / 45.76667, 7.7333345° 46′ 00″ Nord 7° 44′ 00″ Est / 45.76667, 7.73333  
Altitude Min. 1 338 m – Max. 1 338 m
Superficie 5 500 ha = 55 km2
Divers
Saint patron Maurice d'Agaune
Fête patronale 22 septembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Brusson

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Brusson

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Brusson
Liens
Site web http://www.comune.brusson.ao.it

Brusson est une commune alpine de la Vallée d'Aoste, en Italie du Nord, située dans le moyen Val d'Ayas.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune de Brusson à l'intérieur de la Vallée d'Aoste


La commune de Brusson de trouve dans le moyen Val d'Ayas, entre les communes de Challand-Saint-Anselme, en aval, et celle d'Ayas en amont.

Le chef-lieu est formé par les trois villages de Fontaine, La Pila et Pasquier, pour cette raison la route principale s'appelle Rue des trois villages.

Les hameaux principaux sont Arcésaz (aux bords d'une clairière où se trouvait un lac autrefois), Vollon, Curien, Fénille, Estoul, Graines, La Servaz et Extrepierre.

Dans cette commune se trouve aussi une station météorologique.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Entre parenthèses sont indiqués les noms en patois brussonin.

Pasquier (Pahqui), La Croix (A Crouch), Vollon, Estoul (Ehtò), La Pila (A Pila), Arcésaz (Artséza), Extrepierre (Ehtrépira), Fontaine (Fontana), Graines (Grana), Curien (Crièn), Fénille (Fénéya)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ayas, Challand-Saint-Anselme, Emarèse, Gaby, Gressoney-Saint-Jean, Issime, Saint-Vincent

Lacs[modifier | modifier le code]

Selon les études de Séraphin Vuillermin[2], les lacs naturel présents sur le territoire brussonin sont les suivants :

  • Les lacs des collines de Palasinaz :
    • Le lac de Litteran ;
    • Le lac Vert ;
    • Le lac du Coliou ;
    • Le lac de la Pauchaz ;
    • Le lac Long ;
    • Le lac de la Chaudière ;
    • Le lac de la Bataille, où, selon une ancienne tradition, l'armée française aurait repoussé une attaque des troupes autrichiennes pendant la Guerre de Trente Ans
  • Les lacs du vallon de Frudière :
    • Le lac de Frudière
  • Le lac de Bringuez

Toponyme[modifier | modifier le code]

D'après l'opinion de l'abbé Louis Bonin[3], le nom de Brusson pourrait dériver du bas latin Bruxeum = aurifère, en raison du quartz aurifère présent dans les environs[3]. Cette hypothèse n'est toutefois pas confirmée par aucun document ou source écrite médiévale, où jamais la graphie Bruxeum n'est attestée pour nommer Brusson.

Histoire Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le territoire de Brusson faisait partie du patrimoine de l'abbaye valaisanne de Saint-Maurice d'Agaune, le saint patron de la commune, liée aux seigneurs de Challant. La commune leur appartint comme fief à partir de 1263.

La mine de Chamoursière[modifier | modifier le code]

Connue surtout sous le nom en francoprovençal valdôtain de Tchamoursira ou Chamorsira, qui indique un lieu où vivent des chamois, cette gîte aurifère a été exploitée par la Société des Mines d'or de l'Évançon de 1898 à 1902, et ensuite par The Évançon Gold Mining Company Ltd. jusqu'à 1908, à l'épuisement du filon.

Le barrage et le lac artificiel[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, un barrage a été bâti en localité Isollaz, dans la commune de Challand-Saint-Victor. Cette structure aujourd'hui appartient à la Compagnie valdôtaine des eaux S.A..

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités principales sont liées au tourisme, aussi bien en été qu'en hiver.

L'élevage et la production du fromage, parmi lesquels on remarque la Fontine biologique, joue un rôle primaire dans l'économie locale. La Fromagerie du haut val d'Ayas recueille le lait des éleveurs du territoire, ainsi que des communes limitrophes d'Ayas et de Challand-Saint-Anselme.

Culture[modifier | modifier le code]

Patois et francophonie[modifier | modifier le code]

Le patois parlé dans la commune appartient à la famille du francoprovençal. Il se différencie toutefois du patois valdôtain en raison des contacts dans le passé avec le Valais germanophone.

La compagnie théâtrale lé falabrac (=les connards) met en scène des pièces en patois valdôtain.

Le français est toutefois également bien connu, ainsi que le dialecte piémontais, en raison des liens commerciaux avec le Piémont.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Maison Beretta
  • La Miéte di Yonzo, en patois brussonin la « maison Yonzo », du nom de famille des anciens propriétaires présents à Brusson depuis 1600, siège de la bibliothèque communale et d'un petit musée consacré aux sabotiers brussonins, situé 36 rue de la Pila ;
  • Entre 1968 et 1974, l'architecte milanais Mario Galvagni a réalisé la Maison Beretta, selon les principes de l'écologie formelle. Elle se trouve près du carrefour de la route du Col de Joux ;
  • La Villa Helvetia, typique villa du début du XXe siècle (bâtie en 1913), en face de la chapelle Saint-Antoine, patron du hameau La Pila ;
  • La Villa Rollandin, construite en 1941 et restaurée entièrement en 2010 ;
  • La maison Quey, au hameau Extrepierre, bâtie au XVe siècle, encore aujourd'hui elle porte des inscriptions du XVe-XVIe siècles et le blason de la famille Quey ;
  • Au lieu-dit Fontaine, la Maison du Comte, appartenant au comte de Challant qui octroya en 1433 les franchises au fief de Graines et restaurée au XVIIe siècle.

Architecture militaire[modifier | modifier le code]

  • Le Château de Graines, au croisement des vallées de Graines et d'Ayas. C'est le seul château valdôtain dont le plan originaire, datant du Xe siècle, n'ait pas subi de modifications importantes.

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

Près du lac de Frudière se trouvent les mines d'or déjà exploitées par les Salasses et par les Romains.

Sport[modifier | modifier le code]

Dans cette commune se pratique le tsan, l'un des sports traditionnels valdôtains.

Station de ski équipée pour tous les types de sport d'hiver, Brusson a accueilli notamment plusieurs éditions de la Coupe du monde de ski de fond.

L'équipe de football de la Reggina Calcio évoluant en Serie A italienne, effectue ses stages estivaux à Brusson.

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Un petit domaine skiable a été aménagé. Il compte 17 km de pistes.

Administration[modifier | modifier le code]

Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1948 1956 Serafino Giuseppe Court   Syndic
1956 1957 Giuseppe Grosjacques   Syndic
1957 1960 Federico Vicquéry   Syndic
1960 1965 Cornelio Colombatto   Syndic
1965 1970 Arduino Vuillermin   Syndic
1970 1975 Giampietro Turcotti   Syndic
1975 1978 Augusto Rollandin   Syndic
1978 1980 Ignazio Lévêque   Syndic
1980 1985 Roberto Vicquéry   Syndic
1985 2005 Elso Gérardin   Syndic
En charge depuis le 9 mai 2005 en cours Giulio Grosjacques Union valdôtaine Syndic
Les données manquantes sont à compléter.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Louis Bonin, Vallée de Challand - Brusson - Guide et folklore. Mondovi (CN), Mondovì Tipografia Commerciale, 1928
  • Séraphin Bruno Vuillermin, Brusson notices historiques. Aoste, La librairie valdôtaine, 1985
  • Jean-Auguste Voulaz, Histoire de papier - Edition de quelques documents des archives historiques communales de Brusson. Quart, Commune de Brusson - Musumeci éditeur, 2000
  • Jean-Auguste Voulaz, Inventaire des documents conservés à l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune en Valais concernant le fief de Graines, d'après les "cahiers" du chanoine Charles. Éditeur: Aoste, Imprimerie valdôtaine, 1997
  • Extrait de: Bulletin de l'Académie Saint-Anselme, VI (Nouvelle série), Aoste
  • Jean-Auguste Voulaz, L'or de l'Evançon. Extrait de : Le flambeau - Lo Flambò, 1986, n. 3, Aoste

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Séraphin Bruno Vuillermin, Brusson - notices historiques, éd. La Librairie Valdôtaine, Aoste, 1985 (œuvre originale de 1923)
  3. a et b Abbé Louis Bonin, Vallée de Challand - Brusson - Guide et folklore, Mondovì, Typographie commerciale, 1928.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Brusson (Italie).

Sur les autres projets Wikimedia :