Bruno Frank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frank.

Bruno Frank

Activités écrivain
Naissance 13 juin 1887
Stuttgart Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès 20 juin 1945 (68 ans)
Beverly Hills Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture allemand

Œuvres principales

Tage des Königs (1924)

Bruno Frank, né le 13 juin 1887 à Stuttgart en Allemagne, mort le 20 juin 1945 à Beverly Hills aux États-Unis, est un écrivain allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un banquier de Stuttgart, Bruno Frank étudie le droit et la philosophie à Tübingen, Munich, Strasbourg, Heidelberg. Reçu docteur à Tübingen, il sert comme soldat pendant la Première Guerre mondiale. Il entretient une amitié étroite avec Lion Feuchtwanger et le jeune Klaus Mann.

Après l'incendie du Reichstag, il émigre le 28 septembre 1933 en Autriche, puis en Suisse, en France et en Angleterre. Dans l'exil, il écrit son deuxième grand roman historique après Trenck (1926), Cervantes (1934). En 1937 paraît le roman Le Passeport (Der Reisepass), qui décrit la vie en Allemagne sous le Troisième Reich.

Frank soutient les efforts de Klaus Mann pour céer une revue regroupant les différents groupes antinazis de l'émigration, Die Sammlung. Toutefois, il se montre de plus en plus sceptique, devant les conflits qui opposent milieux de gauche et milieux conservateurs. Son seul écrit politique reste Le Mensonge comme principe d'État (Lüge als Staatsprinzip, 1939), dans lequel il dénonce la dictature hitlérienne[1]

Il connaît le succès avec Une Tempête dans un verre d'eau (Sturm im Wasserglas, 1930), comédie portée à l'écran en Grande-Bretagne en 1936 et en 1960 en Allemagne, avec Josef von Báky à la mise en scène, Therese Giehse, Peter Lühr. Une autre comédie, Nina, paraît en 1931. Il a également écrit des essais et des scénarios, comme Le Sonneur de Notre-Dame (Der Glöckner von Notre-Dame, 1939).

En 1939, il s'installe aux États-Unis, où il réside jusqu'à sa mort en 1945. Ses restes reposent au cimetière de Forest Lawn Memorial Park, à Glendale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Die Schatten der Dinge, poèmes (1912)
  • Die Fürstin, roman (1915)
  • Tage des Königs, histoire (1924)
  • Trenck, roman (1926)
  • Politische Novelle, nouvelle (1928)
  • Der Magier, nouvelle 1929
  • Sturm im Wasserglas, comédie (1930)
  • Nina, comédie (1931)
  • Cervantes, roman (1934)
  • Der Reisepass, roman (1937)
  • Lüge als Staatsprinzip (1939)
  • Die Tochter, roman (1943)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la postface de Martin Gregor-Dellin in Bruno Frank, Cervantes, Munich, Nymphenburger Verlag, 1978 (ISBN 3485003093)