Brundibár

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Brundibár est un opéra pour enfants écrit par Adolf Hoffmeister et le compositeur tchèque-allemand Hans Krása en 1938. Il fut interprété pour la première fois le 23 septembre 1943 par les enfants déportés du Camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie occupée. En tchèque commun, "Brundibár" désigne un bourdon et dans cette pièce il s'agit d'un personnage de méchant, un joueur d'orgue de barbarie inspiré d'Adolf Hitler.

Fable[modifier | modifier le code]

La fable de l'opéra reprend des éléments des contes d'Hansel et Gretel et Les Musiciens de Brême. Aninka et Pepíček sont frères et sœurs, orphelins de père. Leur mère est malade et le docteur dit qu'elle a besoin de lait. Mais les enfants n'ont pas d'argent. Ils décident de chanter sur la place du marché pour en avoir. Mais le tyrannique Brundibár les pourchasse et étouffe leurs chants avec son orgue de barbarie. Avec l'aide des enfants des rues, d'un oiseau vif, d'un chat gourmand (d'oiseaux) et d'un chien savant, Aninka et Pepíček vont chercher à s'en débarrasser...

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Krása et Hoffmeister écrivirent l'opéra en 1938 pour un concours lancé par le Ministère de l'enseignement et de l'éducation populaire, mais celui-ci fut annulé suite aux bouleversements politiques. Les premières répétitions eurent lieu à l'orphelinat juif de Prague, utilisé comme lieu d'accueil et d'école pour les enfants séparés de leurs parents par la guerre. En hiver 1942 eut lieu la première représentation, en même temps que Krása et le scénographe Frantisek Zelenka étaient déportés à Terezín. En juillet 1943, presque tous les enfants du chœur original ainsi que tout le personnel de l'orphelinat furent déportés à leur tour. Seul le librettiste Hoffmeister put s'échapper de Prague à temps.

Au camp, Krása reconstitue la partition de l'opéra à partir de quelques parties de piano conservées et de sa mémoire. Il adapte l'opéra aux instruments disponibles dans le camp de concentration: flûte, clarinette, guitare, accordéon, piano, percussions, 4 violons, violoncelle et contrebasse. Un décor est recréé par Zelenka, ancien metteur en scène du Théâtre national tchèque: peints au fond des baraquements, les panneaux possèdent des trous dans lesquels les chanteurs peuvent insérer la tête pour figurer des chats, des chiens et des oiseaux. Le 23 septembre 1943, c'est la première de Brundibár à Terezín. Un nouveau livret est réécrit par le poète Emile Saudek. Le spectacle est dirigé par Zelenka, chorégraphié par Camilla Rosenbaum, et fut représenté 55 fois dans l'année qui suivit.

Une représentation de Brundibár eut lieu en 1944 pour une visite du camp par le Croix-Rouge organisée par le Reich pour nier l'existence des camps. Ce que ne savaient pas les représentants de la Croix-Rouge à l'époque, c'est que l'intégralité de leur visite était une mise en scène : le camp était déguisé en "ghetto confortable". À l'approche de la visite, un grand nombre de résidents furent transférés au camp d'Auschwitz pour donner une meilleure image du camp, bondé auparavant. Les pièces furent repeintes et des fausses boutiques furent construites à la hâte. Plus tard, l'opéra fut filmé dans Theresienstadt (film) un film de propagande nazi, pour faire croire à une vie agréable dans les camps. Des extraits y figurent dans le documentaire Voices of the Children, dans lequel les survivants alors choristes Zuzana Justman et Ela Weissberger reviennent sur leur vie au camp de Terezín.

La plupart des participants à cette production, dont le compositeur, furent exterminés à Auschwitz.

Symbolique[modifier | modifier le code]

L'opéra aboutit sur la victoire des démunis solidaires sur un homme tyrannique et égoïste, mais ne fait pas directement référence au contexte historique. La réécriture de la pièce au camp laisse toutefois quelques sous-entendus anti-nazis très implicites. Si, en 1938, le texte contient des notions de valeurs patriotes, celles-ci sont effacées par la suite et remplacées par celles de justice.

L'adaptation de Kushner et Sendak[modifier | modifier le code]

En 2003, l'opéra est adapté en album jeunesse par Tony Kushner, avec des illustrations de Maurice Sendak. La symbolique anti-nazie y est renforcée et Brundibár affublé d'une moustache d'Hitler. Kushner et Sendak ré-adapteront en 2004 l'album en opéra. La mise en scène et la scénographie sont confiées à Sendak et Kushner rédige le livret.