Brucine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brucine
Structure
Structure
Identification
Synonymes

2,3-diméthoxy-strychnine

No CAS 357-57-3
No EINECS 206-614-7
Apparence cristaux incolores ou poudre cristalline blanche[1].
Propriétés chimiques
Formule brute C23H26N2O4  [Isomères]
Masse molaire[2] 394,4635 ± 0,0218 g/mol
C 70,03 %, H 6,64 %, N 7,1 %, O 16,22 %,
Propriétés physiques
fusion 178 °C[1]
ébullition 470 °C[1]
Solubilité dans l'eau : faible[1],
bonne dans l'alcool
Précautions
Directive 67/548/EEC
Très toxique
T+



Transport
-
   1570   
SIMDUT[3]
D1A : Matière très toxique ayant des effets immédiats graves
D1A,
SGH[4]
SGH06 : Toxique
Danger
H300, H330, H412,
Écotoxicologie
LogP 0,98[1]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La brucine est un alcaloïde à saveur amère fortement apparenté à la strychnine. On peut le trouver dans certaines espèces végétales, dont la variété la mieux connue est Strychnos nux-vomica, un arbre que l'on trouve en Asie du Sud-Est.

Elle fut découverte conjointement en par Joseph Bienaimé Caventou et Pierre Joseph Pelletier, qui avaient déjà découvert la strychnine. La brucine se trouve sous forme de nitrate dans les eaux-mères de la préparation de la strychnine, il suffit alors de la faire précipité à l'ammoniac.

Bien que la brucine soit apparentée à la strychnine, elle n'est pas si toxique. Si un humain consomme plus de 2 milligrammes de brucine pure, il subira certainement de symptômes d'empoisonnement ressemblant à ceux provoqués par la strychnine.

La brucine possède un goût amer intense du même ordre que l'octaacétate de saccharose et la quassine. Son seuil de détection moyen de l'amertume chez l'homme est de 4,5ppm[5].

La Brucine a certains usages médicaux. Elle est utilisée principalement pour la régulation de la pression sanguine.

Apparitions[modifier | modifier le code]

Dans les romans[modifier | modifier le code]

  • Par Alexandre Dumas :
    • Dans Le Comte de Monte-Cristo, le docteur d'Avrigny soigne la tétraplégie du général Noirtier à la brucine qui l'immunise contre le poison que sa bru lui fait absorber.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e BRUCINE, ANHYDRIQUE, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. « Brucine » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  4. Numéro index 614-006-00-1 dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)
  5. (en) Consumer Product Safety Commission - Study on Aversive Agents, 11/92 Final Report. [PDF]