Bruce Bawer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bruce Bawer, né le 31 octobre 1956 à New York, est un critique littéraire, écrivain et poète américain. Son œuvre porte surtout sur la critique de l'islam et les questions connexes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bawer obtient son BA, sa maîtrise et son Ph.D. en anglais (en) à l'Université d'État de New York à Stony Brook, où il donne aussi des cours de littérature et de composition.

En 1998, il déménage à Amsterdam, où il croit pouvoir vivre mieux en tant qu'homme homosexuel dans une société plus libérale. Il déménage ensuite à Oslo en 1999 et traduit plusieurs livres du norvégien à l'anglais au fil des ans. Il vit actuellement avec son compagnon à Oslo, en Norvège.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Bawer ont paru dans des revues telles que The New Republic, The Nation, Newsweek, The Wall Street Journal, The New Criterion (en), The American Spectator (en) et The Hudson Review (en).

Dans A Place at the Table, Bawer plaide en faveur de ce qu'il considère comme une philosophie politique centriste dominante en contradiction avec la gauche gay. Dans Stealing Jesus, Bawer formule de vives critiques contre les églises évangélique, pentecôtiste et autres du christianisme mooderne, y compris le prémillénarisme et l'apologie évangélique du capitalisme.

Dans While Europe Slept, Bawer écrit que la rectitude politique de l'Europe défend et protège le fondamentalisme islamique (en) qui s'en prend à ses systèmes sociaux libéraux. Il argue que les islamistes profitent du bien-être social et des subventions religieuses pour financer les mosquées extrémistes et les imams au passé violent. Une fois établis dans les pays de l'Europe de l'Ouest, soutient Bawer, les islamistes évitent de s'intégrer et obéissent seulement à la charia tout en évitant les systèmes juridiques des pays d'accueil, ce qui permet la violence envers les femmes, les gays, les juifs et les non-musulmans. Bawer arrive à la conclusion que les taux de natalité croissants chez les musulmans et le « refus » de s'intégrer permettront à ces derniers de dominer la société européenne d'ici trente ans et que la seule façon d'éviter un tel désastre, c'est d'abolir le multiculturalisme politiquement correct qui, selon lui, sévit sur le continent.

While Europe Slept fut désigné pour le National Book Critics Circle Award de 2006 dans la catégorie des critiques, ce qui donna matière à controverse. Lors de la communication de la sélection des candidats au prix, Eliot Weinberger (en), l'un des membres du conseil d'administration du Circle (en), déclara que le livre de Bawer était un exemple de « racisme érigé en critique ». Après cela, le président du Circle, John Freeman (en), déclara : « Je n'ai jamais été aussi embarrassé par une sélection que par celle de When Europe Slept de Bruce Bawer. Sa rhétorique hyperventilée bascule de la critique réelle à l'islamophobie[1]. » Bawer répndit : « Comme moi et de nombreux autres l'ont signalé des millions de fois, l'islam radical n'est pas une race[2]. » J. Peder Zane, membre du comité de sélection, dit que Freeman « a été tout à fait injuste envers Bruce Bawer » et insulté le comité[1].

Depuis 2009, Bawer est aussi un associé de l'organisation Human Rights Service (en), établie à Oslo[3].

L'extrémiste d'extrême-droite Anders Behring Breivik, qui a perpétré les attentats de 2011 en Norvège, cita Bawer dans son manifeste[4]. Bawer fait remarquer que toutes ces citations résultent de la reproduction massive d'essais de Fjordman par Breivik[5].

Dans une critique, Stephen Pollard (en) décrit Surrender: Appeasing Islam, Sacrificing Freedom (2009) de Bawer comme un exposé de l'argument que la capitulation gauchiste ouvre la voie à un remplacement de la civilisation européenne par la culture islamique[6]. Tim Rutten y voit un livre médiocre où l'auteur manque l'occasion d'analyser l'intersection du fondamentalisme islamique et du multiculturalisme occidental[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Innocence: eight poems, ralia Press, 1988.
  • Coast to coast: poems, Story Line Press, 1993, ISBN 978-0-934257-51-0.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Patricia Cohen, « In Books, a Clash of Europe and Islam », The New York Times,‎ 8 février 2007 (lire en ligne).
  2. (en)Bruce Water, « Memo from Europe: Bruce Bawer's blog », sur Blogue de Bruce Water,‎ 29 janvier 2007.
  3. (en) Bruce Bawer, « Bruce Bawer joins forces with HRS », Human Rights Service (HRS),‎ 2009 (lire en ligne).
  4. (en) Bruce Bawer, « Inside the Mind of the Oslo Murderer », The Wall Street Journal,‎ 25 juillet 2011 (lire en ligne).
  5. Bruce Bawer, The New Quislings, p. 12.
  6. (en) Stephen Pollard, « The Appeasers », The New York Times,‎ 26 juillet 2009 (lire en ligne).
  7. (en) Tim Rutten, « 'Surrender' by Bruce Bawer », Los Angeles Times,‎ 20 mai 2009 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site de Bruce Bawer.
  • (en) Bruce Bawer, « While Europe Sneered », City Journal,‎ 1er mai 2010 (lire en ligne).
  • (en) Bruce Bawer, « An Anatomy of Surrender », City Journal, vol. 18, no 2,‎ 2008 (lire en ligne).
  • (en) Bruce Bawer, « The Peace Racket », City Journal,‎ été 2007 (lire en ligne).
  • (en) Bruce Bawer, « Hating America », The Hudson Review, vol. LVII, no 1,‎ printemps 2004 (lire en ligne).
  • Bruce Bawer, Norway Embraces Islamist Tyranny (La Norvège embrace la tyrannie islamiste), 16 novembre 2011.
  • Andrew Sullivan, Bawer vs Bawer, 25 juillet 2011.