Broualan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Broualan
Mairie de Broualan.
Mairie de Broualan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Pleine-Fougères
Intercommunalité communauté de communes de la Baie du Mont Saint-Michel
Maire
Mandat
Didier Gouablin
2014-2020
Code postal 35120
Code commune 35044
Démographie
Population
municipale
371 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 25″ N 1° 39′ 01″ O / 48.473718, -1.650202 ()48° 28′ 25″ Nord 1° 39′ 01″ Ouest / 48.473718, -1.650202 ()  
Altitude 105 m (min. : 60 m) (max. : 116 m)
Superficie 12,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Broualan

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Broualan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Broualan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Broualan

Broualan est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne. Ses habitants sont appelés les Broualanais et les Broualanaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Geologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Landal -
  • l'Hermitiere -
  • la Ribardiere -

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Broualan provient du breton "bro" qui signifie "pays" et de l'anthroponyme "Alan". Alain 1er, seigneur du château de Landal.

En 1228, Mathilde, dame de Landal, donne toutes ses dîmes de Epiniac à l'Abbaye Notre-Dame du Tronchet[1]

Au XVe siècle, Broualan est intégré au site de La Boussac. Dès le XVIIe siècle, le site de Broualan devient célèbre pour ses pèlerinages en l'honneur de "Notre-Dame de Toutes Joyes"[2].

Le 4 juin 1853, la section de Broualan appartenant à la paroisse de La Boussac fut érigée en paroisse.

Le 2 avril 1887, la paroisse de Broualan devient officiellement une commune à la suite de sa séparation de la commune de la Boussac.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la commune a abrité un maquis important dans le bois de Buzot.

À la fin XXe siècle, le maquis de Broualan fut l'un des plus importants du département.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Broualan Blason D'or au croissant de vair; au chef de gueules chargé de quatre fusées accolées d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1900  ? M. Dessent    
mars 2001 en cours Didier Gouablin[3] DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 371 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1891. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
815 745 714 676 701 604 544 548 500
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
470 457 445 372 299 268 279 290 297
2011 - - - - - - - -
371 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-Toutes-Joies de Broualan.

La commune compte deux monuments historiques :

  • L’église Notre-Dame, portant la date de 1483, caractérisée par une source qui tombe dans une vasque de pierre sous le maître-autel. Elle a été classée par arrêté du 4 août 1911[6].
  • Le château de Landal, mentionné dès le XIIe siècle, comporte encore des éléments de deux tours du XVe. Il a été complètement reconstruit après avoir été incendié en 1758. Le château et ses dépendances ont été inscrits par arrêté du 6 octobre 1981[7]. Le château de Landal, avec son domaine de 350 hectares, a été acheté par Maurice de Thomasson en 1892 au comte Louis du Breil (1844-1917)[8](une association intitulée "château de landal" fait découvrir son histoire sur le site http://www.chateau-landal.fr).

Deux sites naturels présentent un intérêt particulier :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. GdC, Pouillé, IV, p. 553. cité par Michel Pelé dans: Les établissemnts religieux dolois, Combourg, Rennes, 1975-2099. p. 5.
  2. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine, Editions Le Flohic, Paris, 2000.
  3. « Didier Gouablin retrouve son fauteuil de maire », Ouest-France, 1er avril 2014.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Notice no PA00090512 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Notice no PA00090511 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Fonds de Thomasson - château de Landal en Broualan, Archives I&V, fonds 138 J, (7,80 ml), (1892-1938).
  9. a et b Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, p. 64.


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :