Bronzes dorés de Cartoceto di Pergola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les bronzes dorés de Cartoceto di Pergola

Les bronzes dorés de Cartoceto di Pergola sont le seul groupe monumental équestre en bronze doré de la civilisation romaine qui s’est conservé jusqu’à nos jours. Il est composé de deux chevaliers (de l’un desquels il ne reste que peu de fragments), deux chevaux et deux femmes debout.

Découverte[modifier | modifier le code]

Quelques centaines de fragments en bronze doré, pesant plusieurs centaines de kilos, furent découverts par hasard entre juin et juillet 1946 à Santa Lucia di Calamello, dans la paroisse de Cartoceto di Pergola (province de Pesaro et Urbino), un village des Marches, en Italie. La découverte fut signalée par le chanoine Giovanni Vernarecci, qui était à l’époque inspecteur archéologique de Fossombrone. Grâce à son témoignage dactylographié nous connaissons les circonstances fortuites de la découverte et de son effectuation en état d’urgence. La récupération des pièces a été effectuée par Vernarecci et Nereo Alfieri, inspecteur de la "Soprintendenza alle antichità delle Marche" (Direction des antiquités des Marches).

La restauration a été accomplie en plusieurs phases entre 1949 et 1988 et a permis de recomposer les 318 fragments en quatre personnages, dont deux masculins montés et deux féminins debout.

Emplacement originel[modifier | modifier le code]

Le groupe a été découvert en dehors d’un contexte urbain, pas très loin de l’intersection de la via Flaminia et de la via Salaria Gallica. Le lieu de la découverte, isolé et marginal dans le contexte historique ancien, fait penser que le groupe a été déplacé de son emplacement originel et déposé dans un débarras dans l’Antiquité tardive ou au Moyen Âge byzantin ; selon certains, à cause d’une damnatio memoriae. Le lieu de l’emplacement originel est toujours douteux. L’hypothèse la plus crédible est que le groupe reposait sur un socle dans le terrain publique (peut-être le forum) d’une des villes romaines voisines du lieu de la découverte : "Forum Sempronii" (Fossombrone), la plus proche, "Sentinum" (Sassoferrato), où l’existence d'une fonderie de grandes statues est attestée, ou bien "Suasa", car de gros fragments d’un cheval semblable en bronze doré, conservés au Walters Art Museum de Baltimore, États-Unis, viennent de cette ville.

Identifications[modifier | modifier le code]

Le groupe est composé de deux chevaliers, deux femmes et deux chevaux. Tous les personnages appartenaient apparemment à une même famille de rang sénatorial. L’identification des personnages est douteuse et plusieurs hypothèses se sont succédé. Au début on identifiait le groupe à la famille impériale des Julio-Claudiens, en datant les statues entre l’an 20 et l’an 30. On interprétait les chevaliers comme les fils de Germanicus (Néron Caesar et Drusus III), les femmes comme Livia Drusilla et Agrippine l'Aînée.

Actuellement, l’hypothèse la plus crédible fait remonter les statues à l’âge de César, entre l’an -50 et l’an -30, et identifie les personnages à des membres d’une prestigieuse famille liée au territoire de la découverte, l’Ager Gallicus. Au-dedans de cet encadrement historique les hypothèses sont toujours plurielles : les plus importantes voient dans les statues, d’un côté la famille des Domitii Ahenobarbi, de l’autre le couple composée de Marcus Satrius (sénateur et patron de Sentinum) et Lucius Minucius Basilus (un futur assassin de César venant de Cupra Maritima, l’actuelle Cupra Marittima).

Selon une autre hypothèse le groupe était placé, à l’origine, dans l’exèdre de l’Héraïon de Samos, et les personnages appartiennent à la famille de Cicéron : cette thèse identifie le chevalier à Cicéron lui-même.

Le chevalier
Le chevalier le mieux conservé est un homme âgé d’environ quarante ans, dont les vêtements (paludamentum et tunique) l’identifient à un militaire de haut rang en temps de paix : cette circonstance est confirmée par le bras droit levé en signe de paix. De l’autre chevalier il ne reste que peu de fragments.
La femme
La femme est représentée d’un âge avancé, et la coiffure hellénistique (typique de la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C.) a permis d’attribuer au groupe une date antérieure. La femme est habillée d’une étole et d’une palla. Les personnages féminins aussi présentent un état de conservation divers : tandis qu’une femme est presque entière, de l’autre on n’a trouvé que la part de la ceinture jusqu’aux pieds.
Les chevaux
Les chevaux sont en marche avec un patte de devant levée. Le poitrail est décoré de triton et néréide, cheval marin et dauphins. Les harnachements sont ornés de phalères métalliques sur lesquelles, en fonction protectrice, apparaissent plusieurs dieux : Jupiter, Vénus, Mars, Junon, Minerve, Mercure.

Technique et matériaux[modifier | modifier le code]

La technique de fonte est à cire perdue indirecte ; l’alliage utilisé est de cuivre avec des traces de plomb. Après la fonte on a appliqué une dorure à la feuille.

La querelle[modifier | modifier le code]

Pour son extraordinaire importance archéologique, le groupe a été objet d’une longue et violente querelle entre la "Soprintendenza per i Beni Archeologici delle Marche" (Direction des Biens Archéologiques des Marches) et la commune de Pergola pour la prise en garde des statues et leur détention (au Musée archéologique national d’Ancône ou au Musée des bronzes dorés et de la ville de Pergola). Maintenant on est arrivé à un compromis, selon lequel les bronzes originaux et une copie exacte sont detenus à tour de rôle par les deux musées. Une autre copie représentant les bronzes dans leur splendeur originale est située sur le toit du palais Ferretti (le siège du Musée archéologique national) comme symbole de l’archéologie des Marches.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. (en) (it) Musée des Bronzes dorés de la ville de Pergola
  2. (it) Soprintendenza per i Beni Archeologici delle Marche