Brontinos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Brontinos (en grec ancien : Βροντῖνος) de Métaponte, était un philosophe pythagoricien du VIe siècle av. J.-C., ami et disciple de Pythagore. Alcméon de Crotone lui dédia ses œuvres ainsi que Léon et Bathylle[1]. Les avis divergent quant à savoir s'il était le père ou le mari de Théano[2].

Deux poèmes orphiques ont été attribués à Brontinos : Sur la nature (Physika)[3] et un autre, La robe et le filet a également été attribué à Zopyre d’Héraclée, l’un des Homérides[4].

Sa renommée était suffisante pour qu'une œuvre apocryphe lui fût attribuée dans la littérature néo-pythagoricienne. Syrianos se réfère à Brontinos[5] comme un auteur posant que la monade, ou cause première, « transcende toutes sortes de raison et d'essence en puissance et en dignité »[6], tentative permettant d'insérer un élément de platonisme dans le pythagorisme[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diogène Laërce, VIII, 83.
  2. Diogène Laërce, VIII, 42 ; Souda, Theanô ; Jamblique, Vit. Pyth. § 267.
  3. Clément d'Alexandrie, Stromates, I, 131
  4. Kathleen Freeman, The pre-Socratic philosophers : a companion to Diels, Fragmente der Vorsokratiker, 1959, p. 6.
  5. Syrianos, In Metaph., 166.
  6. Philip Merlan, Monopsychism mysticism metaconsciousness: Problems of the soul in the neoaristotelian and neoplatonic tradition, La Haye, Nijhoff, 1963, p. 8.
  7. Elisabeth Gellert, Jelena O. Krstovic, Classical and Medieval Literature Criticism: Excerpts from Criticism of the Works of World Authors from Classical Antiquity Through the Fourteenth Century, Gale/Cengage Learning, 2001, p. 236 (ISBN 0-7876-5155-9)