Broût-Vernet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Broût-Vernet
Prieuré d'Aubeterre  sur la commune de Broût-Vernet
Prieuré d'Aubeterre sur la commune de Broût-Vernet
Blason de Broût-Vernet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Escurolles
(Bellerive-sur-Allier à partir de 2015)
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Gannat
Maire
Mandat
Pierre Hoube
2014-2020
Code postal 03110
Code commune 03043
Démographie
Population
municipale
1 185 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 20″ N 3° 16′ 26″ E / 46.1888888889, 3.2738888888946° 11′ 20″ Nord 3° 16′ 26″ Est / 46.1888888889, 3.27388888889  
Altitude Min. 253 m – Max. 331 m
Superficie 31,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Broût-Vernet

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Broût-Vernet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Broût-Vernet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Broût-Vernet

Broût-Vernet est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à cheval sur la route nationale 9, aujourd'hui RD 2009, qui relie la ville de Clermont-Ferrand et celle de Moulins, à mi-chemin entre Gannat et Saint-Pourçain-sur-Sioule. Le bourg est à quelques centaines de mètres à l'est de cette route.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Broût-Vernet résulte de la fusion, en 1831, des communes de Broût (partie orientale de l'actuelle commune) et du Vernet-sur-Sioule (partie occidentale).

De la fin de 1939 à février 1944, 340 enfants juifs, souvent issus de familles d'Europe orientale, furent accueillis au château des Morelles, une des maisons d'enfants créées par l'Œuvre de secours aux enfants[1]. Malgré la descente de la Gestapo, le 2 novembre 1943, et l'arrestation de l'économe, Joseph Cogan et de ses enfants Fanny et Albert, qui furent déportés à Auschwitz et n'en revinrent pas, la plupart des enfants furent sauvés : ils furent dispersés et cachés[Note 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Louis Jaffuel    
mars 2008 en cours
(au 2 septembre 2014)
Pierre Houbé[2] SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 185 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 103 1 060 1 154 1 179 1 290 1 775 1 713 1 910 1 760
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 764 1 632 1 577 1 624 1 671 1 657 1 699 1 665 1 558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 599 1 538 1 506 1 286 1 235 1 216 1 214 1 191 1 134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 094 1 061 994 1 048 1 035 1 068 1 149 1 159 1 185
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival du voyage et de l'aventure, organisé par l'association « D'un regard à l'autre »[5].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Cimetière contenant le mausolée néoclassique d'Eugène Rouher.
  • Plusieurs châteaux, dont celui de Lafont et celui du Pointet, construit de 1843 à 1855 pour Hippolyte Conchon, beau-père d'Eugène Rouher, et hérité par ce dernier après 1865.
  • L'église romane Saint-Mazeran du XIIe siècle fondée par le sire d'Escolles et siège d'un petit prieuré clunisien. Elle est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques.
  • La chapelle romane d'Aubeterre, transformée plus tard en grange et en habitation. Elle fut fondée par saint Gilbert pour sa femme Pétronille et sa fille Ponce. Elle se situe sur les bords de la Sioule et elle est classée Monument Historique (1977). Elle a été restaurée depuis 1977.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules aux deux crosses d'or passées en sautoir, cantonné en chef d'un rencontre de taureau, en pointe d'une feuille d'orme et aux flancs de deux tours ouvertes du champ, le tout d'argent, au chef cousu d'azur chargé de trois étoiles aussi d'argent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En mai 2010, une commémoration a eu lieu à Broût-Vernet, avec une exposition et la pose d'une plaque aux Morelles, en présence de nombreux anciens pensionnaires ou de leurs descendants, dont certains étaient venus des États-Unis.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Demaegdt et Jean-François Glomet, La maison d'enfants des Morelles 1939-1944, Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation de l'Allier et Azi la Garance, 2010, 130 p.
  2. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 2 septembre 2014).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. Site du festival.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]