British Summer Time

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sur cette carte, la ligne rouge verticale représente le méridien de Greenwich

British Summer Time (BST), littéralement l'heure d'été britannique, abrégé en BST, est le temps civil durant les mois d'été au Royaume-Uni, ce qui signifie que les horloges du temps moyen de Greenwich (GMT) sont avancées d'une heure (UTC+1). La période du British Summer Time commence le dernier dimanche de mars et se termine le dernier dimanche d'octobre. Bien que populaire à son apparition en 1916, la pratique est maintenant parfois remise en question.

L'Instigation et les premières années[modifier | modifier le code]

Il a premièrement été établi par le Summer Time Act de 1916, après la campagne par le constructeur William Willet. Sa première proposition était d'avancer les horloges de 80 min, en avançant de 20 min dimanche en avril et de répéter inversement la procédure en septembre. À cette époque, le BST commençait le 21 mai et se terminait le 1er octobre.

Les périodes de déviations[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale les Anglais conservaient l'heure d'avance sur le Temps moyen de Greenwich au début de l'hiver de 1940 et continuaient d’avancer d'une heure pour l'été jusqu'à juillet 1945. Au cours de ces étés l'Angleterre était 2 heures d'avance sur le GMT et fonctionnait sur le British Double Summer Time (Double temps d'été britannique). Les horloges furent remisent au GMT à la fin de l'été de 1945. En 1947, en raison de graves pénuries de carburant, les horloges étaient avancées d'une heure deux fois durant le printemps et étaient reculées d'une heure deux fois durant l'automne, de telle sorte que la Grande-Bretagne était de retour au BDST au fort de l'été.

Une enquête au cours de l'hiver 1959-60 a consulté 180 organisations nationales, et a révélé une légère préférence face à changer pour que le temps sois toujours à GMT+1, mais la période a été prolongé en tant qu’essai plutôt que d'abolir le GMT. Une autre enquête, durant 1966-67 dirigé par le gouvernement d'Harold Wilson pour expérimenter le British Standard Time, avec la Grande-Bretagne restant sur le GMT+1 toute l'année. Cela a eu lieu entre le 27 octobre 1968 et le 31 octobre 1971, lorsqu'il y eu un retour à l'arrangement précédent.

L'analyse des données d'accidents pour les deux premières années a démontré une augmentation du nombre de victimes dans la matinée, et d'une diminution substantielle dans la soirée, avec un total d'environ 2 700 personnes de moins tuées ou grièvement blessées au cours des deux premiers hivers de l'expérience, à une période où environ 1 000 personnes par jour étaient tuées ou gravement blessées sur les routes. Cependant, la période coïncide avec l'introduction de la loi sur l'alcool au volant, et les estimations ont ensuite été modifiées à la baisse en 1989.

L’essai fut l'objet d'un débat le 2 décembre 1970, la chambre des communes vota en faveur de l'arrêt de l'expérience par 366 contre 81 votes.

Débats sur la réforme[modifier | modifier le code]

Des militants, incluant la RoSPA ainsi que les militants de 10:10, firent la suggestion que l'heure d'été britannique soit maintenu au cours de l'hiver et que l'heure soit doublé durant la période actuelle de l'heure d'été, mettant ainsi le Royaume-Uni une heure de plus que le GMT l'hiver et deux de plus l'été. Cette proposition se nomme Single/Double Summer Time­­ (SDST), littéralement « l'Heure d'Été Simple/Double », ce qui voudrait dire que le Royaume-Uni adopterait le même fuseau horaire que des pays d'Europe comme la France, l'Allemagne et comme l'Espagne (HNEC et HAEC)

La Royal Society for the Prevention of Accidents soutenait le fait que ce changement réduirait le nombre d'accidents durant cette période en raison des soirées plus lumineuses. RoSPA demande qu'on répète l'essai de 1968-71 avec des méthodes d'évaluation modernes.

Bien que 10:10 était en accord avec les avantages sur la sécurité, leur campagne était plus axée sur le fait que s'il faisait plus clair le soir, le Royaume-Uni pourrait produire 500 000 tonnes de CO2 chaque année, l'équivalent d'enlever 185 000 voitures des routes de manière permanente.

Les opposants de ces proposition sont des fermiers et d'autres travailleurs en extérieur, ainsi que beaucoup de citoyens d'Écosse et d'Irlande du Nord, car en hiver le soleil ne se lèverait pas avant 11 h ou même plus tard dans ces régions. Néanmoins, en mars 2010 l'Union nationale des Fermiers (Angleterre et Wales) indiqua que finalement qu'ils n'étaient pas contre le changement, mais bien relativement neutre, avec beaucoup de fermiers qui préfèreraient ce changement.

Le journaliste Peter Hitchens, contrairement aux autres, croit qu'il faudrait abolir le BST, favorisant le GMT toute l'année. En fait, plusieurs soutiennent le fait qu'il y ait un manque d'avantages pratiques sur le fait d'ajuster le temps, argumentant que si l'on changeait les heures de travail et/ou d'école on obtiendrait des résultats similaires, sans affecter un standard scientifique.

Statut actuel et tentatives parlementaires de changement[modifier | modifier le code]

L'arrangement actuel est maintenant défini par le Summer Time Order 2002, littéralement « Ordre 2002 de l'heure d'été », selon lequel ce serait « ...the period beginning at one o'clock, Greenwich mean time, in the morning of the last Sunday in March and ending at one o'clock, Greenwich mean time, in the morning of the last Sunday in October. » The Summer Time Order 2002[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]