Brise-lames

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Brise-lame)
Aller à : navigation, rechercher
Les principales fonctions d'un môle sont l'accostage et la protection contre les vagues
Un brise-lames en construction à Ystad au sud de la Suède.

Un brise-lames est une construction du type digue ou jetée (môle), établie devant un port, une zone aménagée, une plage ou un littoral vulnérable à l'érosion.
Il peut constituer un abri pour protéger une zone de mouillage lors de mauvais temps.

Le brise-lames n'est pas, contrairement à une digue ou une jetée, obligatoirement accessible de la terre. Mais une jetée ou une digue sert fréquemment de brise-lames.

Les ingénieurs maritimes utilisent souvent le terme « digue » pour désigner un brise-lames.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les brise-lames ont été construits depuis la nuit des temps pour créer des abris portuaires. Les moyens utilisés ont bien sûr évolué :

  • Structures en bois sur pieux ou plates-formes en bois sur pile de pierres (plutôt pout les appontements),
  • Structures de blocs de pierre taillée avec remplissage éventuel en enrochements entre les deux parements,
  • Structures en béton sans pouzzolane : blocs massifs coulés à sec dans un coffrage en bois,
  • Structures en béton avec pouzzolane : blocs massifs coulés sous l'eau dans un coffrage en bois

Vitruve est le seul auteur antique à nous donner des explications techniques sur la construction des ouvrages maritimes. Mais ses croquis ne nous sont pas parvenus et son texte fait l'objet de discussions concernant l'interprétation à apporter. Voir aussi l'article Génie maritime.

Typologies de brise-lames[modifier | modifier le code]

Un brise-lames est généralement constitué d'une « digue à talus » qui n'est autre qu'un monticule en enrochements recouvert d'une carapace composée de (très) gros blocs de pierre ou de béton capables de résister aux attaques de la houle. Un certain nombre de blocs artificiels en béton existent. Le premier bloc artificiel en béton, le Tétrapode, a été inventé en 1950 par le Laboratoire Dauphinois d'Hydraulique à Grenoble, France (Sogreah, maintenant Artelia).

Certains brise-lames sont constitués de caissons préfabriqués en béton posés sur un monticule de fondation aménagé sur le fond marin. Ces caissons ont souvent des parois verticales et sont parfois aménagées dans le but de dissiper l'énergie de la houle, par exemple par la présence de trous comme dans le Caisson Jarlan[1].

Un brise-lames peut aussi se présenter sous la forme de lignes de troncs d'arbres, de plusieurs mètres de hauteur, enfoncés dans le sable d'une grève, assurant ainsi une certaine protection à une digue ou à un terrain assailli par la mer. Certains bateaux désaffectés servent également de brise-lames.

En architecture navale[modifier | modifier le code]

brise-lames sur le pont gaillard d'un chalutier, protégeant, en autres, le guindeau

Sur un navire, un brise-lames est une tôle additionnelle généralement en forme de « V » montée sur le pont gaillard et destinée à briser les lames et les détourner lorsqu'elles montent sur le pont[2]. Ce brise-lames a un rôle de déflecteur, il améliore la sécurité des marins, la protection de la cargaison et, sur les petits navires, facilite la conduite de la passerelle.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Caisson Jarlan
  2. Références Termisti

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :