Brigitte Boisselier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boisselier.
Brigitte Boisselier

Brigitte Boisselier (née en 1956) est une chimiste française, évêque dans la secte des Raëliens et présidente et cofondatrice (avec Raël) de la société Clonaid, créée par la secte pour tenter de cloner des êtres humains.

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Elle fait ses études à l'Université de Dijon où elle obtient un doctorat en chimie analytique en 1985[1].

Elle part ensuite à Houston en tant que chercheur post-doctoral et, à son retour, elle travaille dix ans au Centre de recherche d'Air Liquide, aux Loges-en-Josas, dans les Yvelines, tout en collaborant aux travaux du laboratoire d'ingénierie moléculaire pour la séparation des gaz de l'Université de Dijon[1].

Par la suite elle quitte la France pour vivre au Québec près de Raël.

Le clonage humain[modifier | modifier le code]

En août 2000, elle annonce un premier projet de clonage humain, à partir des cellules d'un enfant de dix mois, mort accidentellement.

Le 27 décembre 2002, elle annonce à la presse du monde entier que Clonaid a cloné avec succès un être humain. La scientifique indique que la mère a accouché par césarienne, quelque part en dehors des États-Unis, et que la mère et la petite fille, nommée Ève (en référence à la première femme dans la Genèse), sont toutes les deux en bonne santé. Brigitte Boisselier n'a présenté ni la mère, ni l'enfant, ni aucun échantillon d'ADN qui aurait pu confirmer ses déclarations, bien qu'elle ait expliqué la procédure utilisée.

Le 2 janvier 2003, elle affirme devant la télévision française que les parents américains du clone supposé hésitent à fournir la preuve par l'ADN que leur bébé est vraiment un clone. Les parents affirment avoir peur que l'État de Floride essaie de leur retirer leur bébé.

Brigitte Boisselier affirme également que cinq femmes ont été enceintes suite à cette première expérience de clonage[2], et le 4 janvier 2003, annonce la naissance d'un autre bébé cloné, appartenant à un couple lesbien hollandais.

Les preuves, qui devaient être apportées une semaine plus tard[2], n'ont jamais été fournies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :