Brian E. Dalrymple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Brian E. Dalrymple

Description de l'image  briandalrymple.jpg.
Naissance 23 septembre 1947
Domicile Ontario, Canada
Nationalité canadien
Institutions Police provinciale de l'Ontario, Brian Dalrymple & Associates
Renommé pour Utilisation du laser dans le domaine de la criminalistique
Distinctions John A. Dondero Memorial Award, Prix Edward Foster, Lewis Marshall Award

Brian E. Dalrymple est un chercheur en criminalistique ontarien connu pour avoir, pour la première fois, introduit l’utilisation du laser (avec ses collègue Duff et Menzel) comme lumière d’identité judiciaire pour la détection d’empreintes et de preuves matériels, utilisant le laser à l’Argon pour révéler la fluorescence inhérente des empreintes latentes et trouver des preuves fluorescentes[1]. Il s’agissait d’une grande révolution dans le domaine de l’identification judiciaire. Brian Dalrymple est également devenu le premier à utiliser cette technique dans un dossier opérationnel de police[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Brian E. Dalrymple est né à Toronto le 23 septembre 1947. Il obtint son baccalauréat en 1970 du Ontario College of Art[3]. Il a travaillé pendant 28 ans pour la Police provinciale de l'Ontario avant de prendre sa retraite[4]. Il débuta sa carrière à la Police provinciale de l'Ontario à titre d'analyste en empreintes digitales en 1972. Au cours de sa carrière, il contribue à de nombreux articles dans des journaux et des revues renommés du domaine, et donne aussi plusieurs formations à travers le monde. Il est membre de l'International Fingerprint Research Group (IFRG), où ne sont invités que les chercheurs les plus actifs et créatifs du domaine.

Travail[modifier | modifier le code]

En 1977, Brian Dalrymple débute sa collaboration avec le Xerox Research Centre pour développer une nouvelle méthode d'utilisation d'un laser à l’argon pour détecter les empreintes digitales par fluorescence inhérente. La Police provinciale de l'Ontario est devenu le premier service de police au monde à utiliser cette nouvelle technologie sur une base régulière. La technique du laser est une méthode non destructive qui permet l'utilisation d’autres méthodes de détection des empreintes digitales suite à l'observation au laser. Cette utilisation du laser a aussi conduire à l'utilisation de nouveaux produits chimiques (colorant) afin de rendre les empreintes digitales latentes fluorescentes. Cette technique peut également détecter des empreintes digitales qui ne pouvaient être révélées par d'autres méthodes[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Nafte, M; Dalrymple, B. Crime and Measurement: Methods in Forensic Investigation, Carolina Academic Press, Durham, NC, 2011
  • Dalrymple, B. The Skin of Murder Victims: Fingerprints and Other Evidence, Carolina Academic Press, Durham, NC, 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dalrymple BE, Duff JM, Menzel ER. Inherent fingerprint luminescence – detection by laser. Journal of Forensic Sciences, 22(1), 1977, 106-115
  2. Dalrymple BE. Case analysis of fingerprint detection by laser. Journal of Forensic Sciences, 24(3), 1979, 586-590
  3. Newton, DE. Forensic Chemistry, Facts on File, New York, 2007
  4. a et b http://www.encyclopedia.com/doc/1G2-3448300167.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]