Bretteville-l'Orgueilleuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bretteville.
Bretteville-l'Orgueilleuse
L'église Saint-Germain.
L'église Saint-Germain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Tilly-sur-Seulles
Intercommunalité Communauté de communes entre Thue et Mue
Maire
Mandat
Loïk Cavellec
2014-2020
Code postal 14740
Code commune 14098
Démographie
Gentilé Brettevillais
Population
municipale
2 440 hab. (2011)
Densité 395 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 43″ N 0° 30′ 45″ O / 49.2119444444, -0.512549° 12′ 43″ Nord 0° 30′ 45″ Ouest / 49.2119444444, -0.5125  
Altitude Min. 47 m – Max. 72 m
Superficie 6,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Bretteville-l'Orgueilleuse

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Bretteville-l'Orgueilleuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bretteville-l'Orgueilleuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bretteville-l'Orgueilleuse
Liens
Site web www.brettevillelorgueilleuse.fr

Bretteville-l'Orgueilleuse est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 2 440 habitants[Note 1] (les Brettevillais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située le long d'un axe routier RN 13 (normes autoroute A13 en cours de 2008 à 2011), à 12 km de Caen et à 230 km de Paris.

Le TER dessert la gare à raison de seize arrêts par jour, mettant ainsi la capitale régionale, Caen, à 8 minutes. Un complexe culturel baptisé LE STUDIO, disposant d'une salle de spectacle pour 260 personnes assises (fauteuils-gradins rétractables) ou 600 personnes debout ainsi que de nombreuses salles de réunion a été construit lors du mandat 2008/2014 sous le mandat de Loïc Cavellec Maire. Axel Bauer a inauguré cette très belle salle bien équipée en septembre 2013.


Communes limitrophes de Bretteville-l'Orgueilleuse[1]
Sainte-Croix-Grand-Tonne Secqueville-en-Bessin Secqueville-en-Bessin,
Rots
Putot-en-Bessin Bretteville-l'Orgueilleuse[1] Rots
Putot-en-Bessin,
Saint-Manvieu-Norrey
Saint-Manvieu-Norrey Rots,
Saint-Manvieu-Norrey

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Bretti villa en 1077[2].

Comme tous les Bretteville, ce toponyme typiquement normand est issu de l'ancien français brette qui signifie « breton », mais dans son acception ancienne, c'est-à-dire « originaire de l'actuelle Grande-Bretagne »[3]. L'ancien français vile signifiait originellement « domaine rural » (l'adjonction d'un second l latinise d'après l'étymologie VILLA, alors que vilain, du dérivé VILLANU, n'en prend pas).
René Lepelley voit dans le déterminant complémentaire l'Orgueilleuse, une substantivation de l'adjectif orgueilleux, dérivé d’orgueil au sens de « vaillance » ou « force » sans en préciser l'origine[4], mais on peut aussi considérer qu'il s'agit d'une allusion à la fierté de ses habitants, à la suite d'une anecdote dont on a perdu la trace. En tout état de cause ce déterminant complémentaire permet d’éviter la confusion avec les très nombreux autres Bretteville, notamment des quatre autres communes portant ce nom dans le département du Calvados.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a eu fin juin 1944 une bataille entre les Alliés (Britanniques et Canadiens) et les Allemands dans le cadre de l’opération Epsom. Cette offensive ne fut pas un succès. Destinée à contourner Caen par le sud, elle fut ralentie par la dure résistance allemande autour de Bretteville, puis surtout par les contre-attaques allemandes au sud, le long de la route nationale 175 (aujourd'hui départementale 675), et enfin sur la route départementale 8, sur la fameuse « cote 112 », vers le village de Vieux.

Le général de Gaulle, à l'occasion d'une visite officielle en Basse-Normandie en 1960, fit une étape à la mairie de Bretteville-l'Orgueilleuse, il fut chaleureusement accueilli par la population.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2001 Nicole Maugue    
mars 2001 en cours Loïc Cavellec[5] SE Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 440 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. C'est la commune la plus peuplée de la communauté de communes entre Thue et Mue et du canton de Tilly-sur-Seulles. Elle comprenait 980 résidences principales au 31 décembre 2007.

Une politique de l'habitat a été mise en place au cours du mandat 2001-2008 et se poursuit avec le nouveau mandat. Quoique non obligée par la loi sur le pourcentage de logements sociaux rapporté aux nombre de logements totaux, sous l'impulsion du maire et de son conseil municipal, trente logements sociaux ont été réalisés en 2003 et soixante autres sont en cours d'instruction du permis de construire.

La prévision 2013 indique quelque 2 700 habitants. Le PLU révisé en 2008 prévoit et « plafonne » la population à environ 3 000 habitants en 2020

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
706 630 770 818 944 974 944 905 896
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
892 912 873 815 838 763 725 694 700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
641 616 611 579 553 586 598 700 732
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
761 797 1 009 1 287 2 177 2 389 2 316 2 306 2 440
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Un important parc d'activités de 16 hectares (trente-deux lots/parcelles) a renforcé le parc existant saturé qui abritait déjà plus de vingt-cinq entreprises. Ce parc accueille en 2008 cinq nouvelles entreprises. Treize lots sur trente-deux étaient vendus au 31 décembre 2008. La commercialisation est assurée par une filiale de la SHEMA, soit LDA à Hérouville-Saint-Clair.

La compétence économique relève de la communauté de communes entre Thue et Mue. Loïc Cavellec, maire de Bretteville-l'Orgueilleuse, Président de la communauté de communes "entre THUE et MUE"

Le produit taxe professionnelle 2008 représente une somme de 1,3 million d'euros.

Sur le territoire de la communauté de communes, les deux communes de Bretteville et Rots, (plus de 4 000 habitants) sont appelées à se développer et devenir à l'ouest de la capitale régionale Caen un pôle économique et donc de vie important à l'horizon 2012-2015.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]


Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive de Bretteville-l'Orgueilleuse fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et deux autres équipes en divisions de district[10].

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Foire aux greniers en avril avec une marche, le tout au profit des handi-sports,
  • Foire aux greniers également en septembre,
  • Marché de Noël en décembre,
  • Fête du pays le premier week-end de septembre,

Tous les samedi, place des Canadiens, un mini marché commence à prendre du volume (fruits, légumes, poissons, vollailes fermières, charcuterie, boucherie…).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[11].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  3. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-86253247-9), p. 116
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 78
  5. a et b Réélection 2014 : « Loïc Cavellec est élu maire pour un 3e mandat », sur Ouest-france.fr (consulté le 6 avril 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  8. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Site officiel de la Fédération française de football – US Bretteville-l'Orgueilleus » (consulté le 12 février 2013)
  11. « Bretteville-l'Orgueilleuse sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :