Bretigney-Notre-Dame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bretigney-Notre-Dame
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Arrondissement de Besançon
Canton Canton de Baume-les-Dames
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Baumois
Maire
Mandat
Jacques Chaillet
2014-2020
Code postal 25110
Code commune 25094
Démographie
Population
municipale
110 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 49″ N 6° 18′ 11″ E / 47.3136111111, 6.3030555555647° 18′ 49″ Nord 6° 18′ 11″ Est / 47.3136111111, 6.30305555556  
Altitude Min. 359 m – Max. 589 m
Superficie 5,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Bretigney-Notre-Dame

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Bretigney-Notre-Dame

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bretigney-Notre-Dame

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bretigney-Notre-Dame

Bretigney-Notre-Dame est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Britignhey en 1148 ; Bretaigney en 1316 , Bretigny en 1406 ; Bretegney en 1460 ; Breitegney en 1572 ; Bretegney en 1602 ; Bretigney en 1629 - Bretigney-Notre-Dame par déret du 22 février 1923[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ougney-Douvot Esnans Silley-Bléfond Rose des vents
N Saint-Juan
O    Bretigney-Notre-Dame    E
S
Dammartin-les-Templiers Aïssey

Histoire[modifier | modifier le code]

Il faut attendre une trouvaille archéologique faite en 1850, 90 monnaies de l'empereur Magnence enfermées dans deux vases pour faire commencer l'histoire de Bretigney au IVe siècle. Encore que ce trésor, si intéressant soit-il, n'indique d'ailleurs pas forcément un lieu de peuplement. Si une famille y est attestée en 1147, Bretigney existait au XIIIe siècle, relevant de la seigneurie de Passavant. En 1652 Antoine-François Gauthiot d'Ancier dont la famille est propriétaire de la communauté depuis 1529-1530, meurt sans postérité, en léguant tous ses biens aux Jésuites de Besançon qui la conserveront jusqu'à la Révolution.

Prospère jusqu'en 1634, la population souffrit durement des opérations militaires, de l'entretien des troupes, du passage des gens de guerre, des emprunts contractés pendant la Guerre de Dix Ans : elle dut faire appel comme ailleurs aux Suisses, aux Savoyards, voire aux Italiens pour repeupler les campagnes désolées après la cessations des hostilités[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Jean-Marie Cachot[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 110 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
451 412 386 366 360 360 340 310 276
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
266 240 228 214 198 189 185 177 181
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
171 165 165 130 126 116 111 100 100
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
70 69 72 77 95 102 104 106 111
2011 - - - - - - - -
110 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

"(Claude, François, Joseph) Cachot né le 9 mars 1899 à Bretigney-Notre-Dame (Doubs), décédé le 8 décembre 1942 à Sachsenhausen (Allemagne)" (extrait de l'arrêté du 15/09/2005 portant apposition de la mention "Mort en déportation" sur les actes et jugements déclaratifs de décès). François Cachot a été arrêté par la Gestapo en 1941 à son domicile dans le 15e arrondissement de Paris (rue Saint-Charles) et déporté ensuite dans le camp. Il était alors gardien de la paix du 15e arrondissement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, BESANÇON, CÊTRE,‎ 1983
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]