Brésil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bresil)
Aller à : navigation, rechercher

14° 10′ S 51° 54′ O / -14.16, -51.9

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brésil (homonymie).

République fédérative du Brésil

República Federativa do Brasil (pt) Prononciation du titre dans sa version originale Écouter

Drapeau
Drapeau du Brésil
Blason
alt=Description de l'image Brazil (orthographic projection).svg.
Devise nationale Ordem e Progresso
Français : « Ordre et progrès »
Hymne national Hino Nacional Brasileiro
Administration
Forme de l'État République présidentielle fédérale
Présidente de la République Dilma Rousseff
Vice-président Michel Temer
Langues officielles Portugais
Capitale Brasilia

15° 47′ S 47° 53′ O / -15.783, -47.883

Géographie
Plus grandes villes São Paulo, Rio de Janeiro, Salvador da Bahia, Brasilia, Fortaleza, Belo Horizonte, Manaus, Curitiba, Recife, Porto Alegre, Belém
Superficie totale 8 514 876 (IBGEkm2
(classé 5e)
Superficie en eau 0,65 %
Fuseau horaire UTC -2 à -5
Histoire
Indépendance Du Portugal
Déclarée 7 septembre 1822
Reconnue 29 août 1825
Démographie
Gentilé Brésilien, Brésilienne
Population totale (2013) 201 032 714 (IBGEhab.
(classé 5e)
Densité 24 hab./km2
Économie
PIB nominal (2012) 2 396 milliards de $[1] (7e)
IDH (2012) 0,730 (élevé) (85e)
Monnaie Réal (BRL​)
Divers
Code ISO 3166-1 BRA, BR​
Domaine Internet .br[2]
Indicatif téléphonique +55

Le Brésil, ou dans sa forme longue République fédérative du Brésil, est le plus grand État d’Amérique latine. Avec une population d'environ 201 millions d'habitants et une superficie de 8 514 876 km2, il couvre la moitié du territoire de l'Amérique du Sud (47,3%)[3], partageant des frontières avec tous les pays du continent à l'exception du Chili et de l'Équateur. Le Brésil est le cinquième plus grand pays de la planète, derrière la Russie, le Canada, la Chine et les États-Unis. Le pays est aujourd'hui le seul héritage du Portugal en terre américaine, ce qui se manifeste par sa langue officielle, le portugais.

En 2013, le PIB du Brésil s'élève à 2 190 milliards de $, ce qui en fait la septième puissance économique mondiale, juste devant la Russie[4]. Considéré comme une grande puissance émergente, le pays est membre notamment de l'Organisation des Nations unies, du Mercosul, du G20 et des BRICS. Sur le plan militaire, l'armée brésilienne est classée parmi les vingt premières puissances militaires et demeure la plus importante du continent américain, derrière celle des États-Unis[5]. En dépit de la taille de son économie,  le Brésil reste un des pays ou les  inégalités sociologiques et économiques sont parmi les plus élevées du monde. Avec la Chine, l'Inde ou la Russie, le Brésil est considéré comme un des rares pays à présenter le potentiel pour devenir un jour une superpuissance mondiale[6],[7] (un titre détenu aujourd'hui uniquement par les États-Unis).

La population brésilienne se caractérise par une importante diversité ethnique et culturelle : selon l'IBGE (Institut brésilien de géographie et statistiques), il y a au Brésil 47,7% de blancs, 43,1% de métis, 7,6% de noirs et environ 2% d'Asiatiques et d'Amérindiens. Un grand nombre de Brésiliens sont descendants de pays européens, principalement d'Italie[8], d'Allemagne[9], d'Espagne et du Portugal. À l'instar de ses voisins, le Brésil est un pays a majorité chrétienne (89%), principalement catholique. Avec 123 millions de fidèles, il s'agit de la deuxième nation chrétienne du monde derrière les États-Unis et de la première nation catholique (les Américains étant majoritairement protestants).

Riche en ressources naturelles, le Brésil a été identifié comme étant une nouvelle puissance pétrolière[10] : d'immenses gisements pétroliers présalifères ont été découverts dans les bassins de Santos et de Campos, au large de Rio de Janeiro. Les réserves récupérables n'ont cessé d'être réestimées à la hausse : elles sont aujourd'hui évaluées à 106 milliards de barils selon l'AIE (l'Agence Internationale de l'Énergie)[11]. « Soit plus de réserves découvertes au Brésil que dans n'importe quel autre pays », souligne l'agence.

Sommaire

Étymologie[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de Rio de Janeiro, une ville du Brésil célèbre dans le monde entier. Elle a été nommée le 1er janvier 1502 par Gaspar de Lemos (un des commandants de la flotte de Pedro Álvares Cabral).

Les racines étymologiques du terme « Brésil » sont difficiles à reconstruire. Plusieurs hypothèses ont circulé au sujet de l'origine de ce mot. En 1500, le navigateur portugais Pedro Alvares Cabral découvre le Brésil et, pensant avoir découvert une île, le nomme « Ilha de Vera Cruz ». L’île se révélant faire partie d'un continent (l'Amérique du Sud), il est plus tard baptisé « Terra de Santa Cruz », qui signifie « Terre de la Vraie Croix ». La théorie la plus communément admise est que le mot « Brésil » tire son origine du « pau-brasil » (bois de braise), que les Portugais auraient découvert pour la première fois en explorant le territoire[12]. Intrigués par cette nouvelle matière, les Portugais nommèrent le pays du bois de l'arbre nouveau qu'ils venaient tout juste de découvrir.

Avant d'arriver à la désignation actuelle, le Brésil a été désigné sous plusieurs formes : Monte Pascoal, l'Île de Vera Cruz, Terra de Santa Cruz, Nova Lusitânia, Caralia, Empire du Brésil, États-Unis du Brésil et enfin, la dénomination actuelle officielle : république fédérative du Brésil[13]. Les habitants du Brésil sont appelés Brésiliens depuis 1706[14] (à l'origine, le terme servait à désigner uniquement les nobles qui commerçaient le pau-brasil[15]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Buste a l'effigie de Dom Pedro II (ou Pierre II), empereur du Brésil de 1831 a 1889. Il hérite d'un pays en pleine crise et en fait une puissance émergente sur la scène mondiale.

Le blason de la république portait, à l'origine, le nom adopté par le pays après l'abolition de la monarchie : Estados Unidos do Brasil (États-Unis du Brésil). La version actuelle, établie par la loi no 5700, du 1er septembre 1971, reflète le changement du nom officiel du pays devenu República Federativa do Brasil (République fédérative du Brésil)[16],[17],[18]. Le drapeau brésilien présente un grand losange jaune sur un fond vert symbolisant l'union impériale lors de la naissance de la maison royale brésilienne. Le vert représente la maison royale de Bragance à laquelle appartenait Pierre Ier (Pedro I), le premier empereur brésilien. Le jaune représente la maison royale autrichienne de Habsbourg car la première impératrice brésilienne, femme de Pierre Ier, était une princesse autrichienne. Au centre du losange, où il y avait le blason de l'Empire du Brésil, a été placé, lors de la République, une sphère bleue qui symbolise le ciel de Rio de Janeiro au jour du coup d’État qui a installé la République au Brésil. Dans ce ciel, on retrouve 27 étoiles pour la capitale du pays et les 26 états fédérés. Au centre de la sphère, il y a une bannière blanche avec l'inscription « Ordem e Progresso », qui signifie « ordre et progrès ». La disposition des étoiles du drapeau reflète celle du ciel de Rio de Janeiro le 15 novembre 1889 à 20 h 30, date de l'institution officielle de la République[19].

Les tentatives de colonisation française au Brésil : la France antarctique et la France équinoxiale.

Période pré-coloniale[modifier | modifier le code]

Nezahualcoyotl, était le seigneur de la ville de Texcoco et un dirigeant amérindien a l'époque de l'Amérique précolombienne.

Avant sa découverte par les Portugais en 1500, on estime que le territoire actuel du Brésil (la côte orientale de l'Amérique du Sud), a été habité[20] par environ deux millions d'amérindiens, répartis au nord et au sud[21]. La population amérindienne a été divisée en grandes nations autochtones composées de différents groupes ethniques parmi lesquels se distinguent les principales familles linguistiques : tupi-guarani , macro-jê et arawak. Les amérindiens étaient répartis dans d'innombrables tribus, dont les Tupiniquims, les Guaranís et les Tupinambas[22]

La tribu des amérindiens tupis a été la première tribu autochtone à avoir été en contact avec les Portugais et celle dont l'héritage culturel est aujourd'hui le plus important. En effet, en raison de l'assimilation des tupis aux colons, des traces de l'ancienne culture amérindienne subsistent encore de nos jours[23], que ce soit dans la culture, la grammaire et le vocabulaire. Les tupis étaient divisés en sept « clans », sept grandes familles principales, et s'étendaient du Rio Grande do Sul au Rio Grande do Norte.

Les clans amérindiens établissaient leurs frontières respectives en faisant la guerre aux autres clans, soit pour protéger leur territoire, soit pour en conquérir de nouveaux[24]. Certaines de ces tribus étaient particulièrement bien organisées, même si aucune d'elle ne l'était autant que d'autres populations amérindiennes des pays voisins, comme les Mayas ou les Aztèques, qui eux avaient façonné de grands empires et bâti des civilisations très avancées[25].

Les guerres entre amérindiens s'inscrivaient dans des campagnes militaires de grandes envergures a la fois sur terre et sur mer, et il arrivait qu'au cours de ces guerres, certaines tribus s'adonnent a des rituels cannibales sur les prisonniers de guerre[26].

Colonisation portugaise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brésil colonial.

En 1500, Pedro Álvares Cabral découvrit les côtes brésiliennes et, revenant au Portugal, annonça avoir découvert de nouveaux territoires[27]. On estime qu'avant 1500, la côte orientale de l'Amérique du Sud était habitée[28] par environ 2 millions d'amérindiens. Selon le traité de Tordesillas, signé en 1494, sous l'égide du pape Alexandre VI, toutes les terres nouvellement découvertes situées à plus de 370 lieues à l'ouest du Cap Vert allaient à l'Espagne, les autres étaient attribuées au Portugal. La pointe orientale du continent sud-américain (le Brésil) revenait ainsi au Portugal[29].

Pedro Álvares Cabral, le découvreur du Brésil.

Des navigateurs retournèrent plus tard au Brésil et en rapportèrent le bois de Brésil, bois de couleur braise qu'ils achetaient aux Indiens, et auquel le Brésil doit son nom actuel[30]. Toutefois, l'entreprise de colonisation ne débuta réellement que dans les années 1530, Lorsque Jean III divisa le territoire en douze capitaineries héréditaires[31],[32]. Cependant, à la suite de nombreux problèmes liés a ce système, le roi du Portugal décida de nommer un gouverneur général chargé d'administrer la colonie entière[32],[33]. Vers le milieu du XVIe siècle, le sucre est devenu la principale richesse commerciale du Brésil[34], ce qui amena les Portugais a développer la traite des esclaves africains[35],[36] afin d'augmenter la production et répondre a la demande internationale croissante[37].

À la suite d'expéditions secrètes menées par le Français Nicolas Durand de Villegagnon, la France parvint a récolter suffisamment d'informations en vue d'établir une colonie dans la baie de Guanabara. Ce fut le début de la « France antarctique », nom donné à l'éphémère colonie française, qui occupa la baie de Rio de Janeiro, de 1555 à 1567, et fut finalement éliminée par l'arrivée de renforts portugais[38]. Par la suite, grâce à plusieurs guerres contre les Français , les Portugais parvinrent a élargir lentement leur territoire du Sud-Est (avec la prise de Rio de Janeiro en 1567), jusqu'au Nord-Ouest, en prenant São Luís en 1615[39].

Le Brésil commença à se développer économiquement et l'exploitation de la population indienne locale n'étant plus suffisante pour la production sucrière, les premiers esclaves furent importés d'Afrique en 1550[40]. La traite négrière dura jusqu'au milieu du XIXe siècle : le Brésil est le pays d'Amérique du Sud qui a reçu le plus d'esclaves noirs, avec environ 5,5 millions d'Africains (majoritairement de l'Afrique de l'Ouest) déportés du XVIe siècle aux années 1850, soit 40 % du total[41]. Les esclaves furent principalement importés par des trafiquants britanniques et français, notamment Bordelais et Nantais. Les esclaves arrivaient sur le continent Américain au moyen d'échanges intercontinentaux basés sur le système du commerce triangulaire[42],[43].

En 1630, les Néerlandais de la compagnie néerlandaise des Indes occidentales (West-Indische Compagnie ou WIC) enlèvent aux Portugais les villes de Recife, Natal et Salvador afin de s’assurer une partie de la production sucrière[44]. Recife devient la capitale de la colonie sous le nom de Mauritsstaad. Les populations locales se révoltent (Insurreição Pernambucana ou « Insurrection de Pernambouc ») contre leur présence à la faveur de la Première Guerre anglo-néerlandaise (1652-1654) et à l’issue de celle-ci le Portugal récupère ces territoires[45]. En août 1661, avec la signature du traité de La Haye, les derniers territoires de Nouvelle-Hollande sont officiellement cédés aux Portugais[46].

À la fin du XVIIe siècle, les exportations de sucre commencèrent à baisser[47] mais en 1693, la découverte de gisements d'or dans la région qui allait devenir le Minas Gerais sauva la colonie de l’effondrement économique imminent[48]. Cette découverte a également permis l'essor de l'activité minière dans la région[49] .

Vice-royaume du Portugal[modifier | modifier le code]

À la fin de l'année 1807, après l'invasion du Portugal par les armées françaises de Napoléon, le prince régent Jean VI de Portugal est contraint, pour échapper a la menace des armées napoléoniennes, de transférer la cour royale de Lisbonne vers le Brésil[50]. La famille royale entreprend alors de développer les institutions brésiliennes : cette période coïncide avec l'émergence des premières places financières locales[51], la création d'une banque nationale , la fin du monopole commercial que le Portugal avait sur le Brésil et l'ouverture du commerce a l'échelle internationale. En 1809, en guise de représailles contre la France qui l'a forcé a l'auto-exil, le prince régent ordonne l'invasion de la Guyane française par l'armée portugaise[52].

Avec la fin de la guerre espagnole en 1814, les tribunaux européens exigent le retour du prince régent et de sa mère, la reine Marie, car ils jugent inapproprié que les représentants d'une monarchie européenne résident dans une colonie. En 1815, désireux de retourner au Brésil, ou la cour royale avait prospéré au cours des six dernières années, le Portugal élève le Brésil au rang de Vice-Royaume et en fait la capitale de son empire. Ainsi, la famille royale pouvait séjourner au Brésil sans avoir a fournir de justifications. Le Brésil devient alors une Vice-Royauté, sous le nom de Royaume uni de Portugal, du Brésil et des Algarves.

Toutefois, cela ne suffit pas a calmer les exigences des instances européennes, qui réclament toujours le retour de la famille royale a Lisbonne[53]. En 1821, les pressions deviennent de plus en plus fortes et Jean VI n'a pas d'autre choix que de retourner a Lisbonne, ou il est contraint de prêter serment a la nouvelle constitution, laissant son fils, le jeune prince Pedro de Alcântara au Brésil en tant que régent du Vice-Royaume[54]. Celui-ci deviendra plus tard le premier empereur du Brésil sous le nom de Pierre Ier.

Indépendance du Portugal et empire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Empire du Brésil et Indépendance du Brésil.
Déclaration de l'indépendance du Brésil par le futur empereur Pierre I, 7 septembre 1822.

En 1821, après le départ de son père le roi Jean VI pour le Portugal, Dom Pedro devient donc le nouveau prince régent du Brésil. Mais les Cortes portugaises désirent mettre un terme à l’autonomie du Brésil et veulent ramener le pays au rang de simple colonie[55],[56]. Les Cortes décident de dissoudre le gouvernement central établi à Rio de Janeiro et ordonnent au prince régent de rentrer à Lisbonne[57],[58]. Les proches des Cortes n'hésitent pas a provoquer le prince en se moquant ouvertement de lui ou en lui manquant publiquement de respect à plusieurs reprises[59].

La lutte entre le prince et les Cortes continue a s'intensifier. La population brésilienne soutient vivement Dom Pedro, si bien que le 9 janvier 1822, celui-ci reçoit une pétition contenant pas moins de 8 000 signatures le priant de ne pas repartir au Portugal[60],[61]. Devant le soutien de la population, Pierre refuse les ordres des Cortes et déclare le même jour : « Si c'est pour le bien de tous et le bonheur général de la Nation, je suis prêt ! Dîtes au peuple que je reste »[62].

À partir de là, Pierre entre en conflit direct avec les portugais. 2 000 soldats portugais, conduits par le général Jorge Avilez, se soulèvent alors pour punir le prince d’avoir défié les Cortes. Ils se rendent sur le mont Castelo, mais sont bientôt entourés par 10 000 brésiliens armés, venus prêter main forte à leur souverain[63],[64],[65],[66].

Vue de Rio de Janeiro prise devant l'eglise de Saint Benedicte, 1822, gravure de Rugendas.

Commence ainsi en 1821 une guerre d'indépendance qui voit la toute nouvelle armée brésilienne s'opposer aux troupes coloniales portugaises encore présentes dans certaines régions du pays. Le 25 août 1822, Pierre se tourne vers ses compagnons, jette son brassard aux couleurs du Portugal, et déclare : « Mes amis, les Cortes veulent nous rendre en esclavage et nous poursuivre. [...]Plus aucun lien ne nous unit désormais. Retirez vos brassards, soldats. Saluez l’indépendance, la liberté et la sécession du Brésil ! » Il dégaine ensuite son épée et lance: « Par mon sang, par mon honneur et par Dieu, je jure de donner sa liberté au Brésil » et crie : « L’indépendance ou la mort ! »[67],[68],[69],[70].

Le conflit durera 3 ans et se terminera en 1824 avec la victoire des troupes brésiliennes et la signature du traité de Rio de Janeiro en 1825. La première constitution brésilienne a été promulguée le 25 mars 1824. Le 12 octobre 1822, l'Empire du Brésil est officiellement proclamé. Dom Pedro est proclamé Empereur sous le nom de Pierre 1er.

Le 7 avril 1831, épuisé par les années de l'exercice du pouvoir impérial, période au cours de laquelle il dut faire face à une tentative républicaine de sécession, mécontent de l’intransigeance de ses adversaires politiques, et devant l'usurpation par Miguel du trône portugais, Pierre 1er abdique finalement[71],[72] et retourne en Europe[73],[74] pour restaurer Marie II, sa fille et reine légitime, sur le trône.

De retour au Portugal, Pierre envahit le Portugal depuis les Açores avec une armée de partisans et déclare la guerre aux troupes de Miguel. Le 24 juillet 1833, Pierre et ses armées entrent dans Lisbonne et chassent Miguel du trône.

Après le départ de son père, Pierre II devient a cinq ans seulement le nouvel empereur du Brésil (bien qu'il ne peut prendre officiellement ses fonctions qu'a sa majorité.) Avant de quitter le Brésil, Pierre 1er avait laissé a son messager une lettre dans laquelle il écrivait : « Vous avez ici mon acte d’abdication, je retourne en Europe et je laisse un pays que j’ai beaucoup aimé et que j’aime toujours »[72],[75].

Période anarchique (1831-1840)[modifier | modifier le code]

Pedro II vers l'âge de 40 ans, devenu un monarque expérimenté et influent.

À la suite du départ puis de la mort de son père, Pierre II hérite d'un empire au bord de la désintégration. Tandis que les dernières années du règne de Pierre Ier avaient été très critiquées (l’empereur avait notamment été accusé par les médias et l'opposition de ne pas s’impliquer assez dans le gouvernement du Brésil[76], en plus de devoir faire face a un scandale conjugal et d’être régulièrement accusé par les journaux de vouloir rétablir l'ancien royaume luso-portugais[77]), la situation de crise prend de l'ampleur durant les douze années suivantes. En effet, l’Empire est confronté à l'absence de véritable exécutif car, en vertu de la constitution, Pierre II ne peut pas gouverner avant sa majorité, le 2 décembre 1843[78]. Dans l'attente de cette date, le pouvoir est confié à une régence élue mais celle-ci se révèle incapable de redresser la situation[79], allant même jusqu’à l'empirer[80].

Dans l'après-midi du 18 juillet 1841, Pierre II est finalement acclamé, couronné et sacré empereur a 16 ans (deux ans avant sa majorité)[81],[82]. Ce sacre avant l'heure s'explique par la volonté des politiques d'aider le jeune souverain à prendre ses fonctions au plus vite dans l'espoir qu'il puisse remédier a l’extrême situation de crise qui sévit alors au Brésil. L'historien Roderick J. Barman déclare que « ils avaient perdu toute confiance en leur capacité à gouverner eux-mêmes le pays. Ils ont accepté Pierre II comme une figure d'autorité dont la présence était indispensable à la survie du pays »[83].

L'âge d'or sous Pierre II[modifier | modifier le code]

L'empereur Pierre II en uniforme d'amiral à l'âge de 44 ans. Il vient de sortir victorieux de plusieurs campagnes militaires, dont une guerre diplomatique contre l'Empire britannique.

D'abord influençable en raison de son jeune âge, Pierre II grandit et mûrit aussi bien physiquement que mentalement[84]. En 1846, date de ses 20 ans, il est décrit comme un homme grand (1,90 m), beau et blond aux yeux bleus[85]. Il parvient a consolider le pouvoir et assoit petit a petit son autorité sur le gouvernement. Pierre doit faire face a plusieurs crises mineures ou majeures entre 1848 et 1852[86]. Une révolte éclate dans la province du Pernambuco le 6 novembre 1848, mais l'empereur parvient a la réprimer. Plus tard, un conflit éclate avec la Confédération argentine[87]. Pierre II conclut alors une alliance avec l'Uruguay et les opposants argentins au régime, ce qui conduit a la guerre de 1851, qui se termine avec la chute du régime argentin en février 1852[88],[89].

Sous Pierre II, le Brésil jouira d'une stabilité intérieure et d'une grande prospérité économique[90]. Le commerce international du Brésil atteint les Rs 472.000:000 $ entre 1886 et 1887, soit un taux de croissance annuel de 3,88 % depuis 1839[91]. En 1850, les exportations placent le Brésil en tête de l'Amérique latine[92] et représentent le triple de celles réalisées par sa rivale, l'Argentine. En 1858, le Brésil atteint le 8e rang des puissances économiques[93]. Sa croissance est alors comparable a celle des États-Unis et de l'Europe[94].

Le Brésil connait également un développement massif sous le règne de Pierre II[95],[96]. En 1850, le pays ne possède qu'une cinquantaine d'usines dont la valeur cumulée est supérieure à sept milliards de réis. À la fin de l'empire, le Brésil comporte 636 usines (ce qui représente une croissance annuelle de 6,74 % depuis 1850) dont la valeur est estimée à plus de quatre cents milliards de réis (ce qui représente une croissance annuelle de 10,94 % entre 1850 et 1889[97].) Des constructions ferroviaires, des usines, des installations téléphoniques et des systèmes de traitement des eaux usées sont installés dans tout le pays. En termes de constructions ferroviaires, seuls huit pays au monde ont créé plus de voies que le Brésil au cours de la décennie 1880. La première ligne de chemin de fer[98] est inaugurée à une époque où de de nombreux pays européens n'ont encore aucun service ferroviaire[95]. Le Brésil entre dans l'ère moderne[95],[96] et devient un des pionniers dans l'installation du téléphone[99], en plus d’être le cinquième pays au monde à installer des égouts et le troisième à avoir un traitement des eaux usées[95]. De même, l'armée du Brésil, et notamment la marine brésilienne, est une des plus importantes et puissantes du monde. En 1889, le pays possède la sixième plus grande marine de guerre de la planète[100], ainsi que les navires les plus puissants de l'hémisphère ouest[101].

Les années de guerres (1860-1870)[modifier | modifier le code]

Pierre II vers la fin de son règne. Sous son autorité, le Brésil a connu un fort développement, devenant une puissance régionale incontestée.

Pendant les premières années de la décennie 1860, le Brésil doit faire face a deux conflits d'envergure : le premier est militaire et commence avec une guerre civile qui éclate en Uruguay[102],[103],[104] (alors une province du Brésil.) Ce conflit interne s'accompagne de l'assassinat de plusieurs brésiliens par les rebelles et du pillage de leurs biens dans tout le pays[105]. Cependant, l'armée brésilienne est envoyée en Uruguay, ou elle réprime rapidement la rébellion, rétablit le calme et pacifie la région. La campagne militaire se termine par une victoire du Brésil en 1865[106],[107],[108].

Toutefois, le vrai danger survient quand l'armée Paraguayenne, profitant de la situation en Uruguay, envahit la province brésilienne du Mato Grosso et, quatre mois plus tard, envahit l'Argentine avant d'attaquer a nouveau le Brésil, signant le début de la guerre du Paraguay[106],[109],[110]. Ce qui s’annonçait comme une guerre brève conduit en fait a un conflit a grande échelle qui embrase tout le sud de l'Amérique latine et mobilise plusieurs puissances militaires de la région : l'Argentine et le Brésil alliés avec l'Uruguay contre les troupes Paraguayennes. Devant l'incapacité de ses généraux a repousser l'armée Paraguayenne, Pierre II décide de monter au front en personne[111], accompagné par un petit groupe de brésiliens volontaires, groupe qui est aujourd'hui connu au Brésil comme les « Volontaires Patriotes ». La guerre se terminera finalement par une victoire totale du Brésil et de ses alliés[112],[113]. Lopez, un des principaux commandants paraguayens, est tué au combat le 1er mars 1870[114],[115].

La seconde crise a lieu entre l'Empire du Brésil et l'Empire britannique. William Christie Dougal, le consul britannique a Rio de Janeiro, envoie au Brésil un ultimatum abusif après deux incidents mineurs en 1861 et en 1862[116],[117]. Mais le gouvernement brésilien refuse de céder : Christie ordonne alors aux navires britanniques de capturer des navires marchands brésiliens[118],[119],[120]. Mais la encore, Pierre II refuse de se ployer a la volonté des britanniques et, au lieu de se soumettre comme l'espère Christie, il ordonne a la marine de guerre brésilienne de se déployer pour faire barrage aux britanniques[121]. Surpris par cette réponse, Christie change de comportement et préfère opter pour un règlement pacifique entre les deux nations[122],[123],[124]. Plus tard, Pierre II reçoit l'ambassadeur britannique Edward Thornton, lequel lui présente publiquement des excuses au nom de la reine Victoria et du gouvernement britannique[125],[126]. L'empereur vient alors de remporter une victoire diplomatique sur la nation la plus puissante du monde. À son retour a Rio de Janeiro, fort de ses deux victoires face au Paraguay et au Royaume-Uni, Pierre II est reçu en héros[127].

Bataille de l'Avaí, Guerre de la Triple Alliance, 1868

Pierre II est également un monarque passionné par les sciences[128],[129], voyageur[130],[131],[132] et décrit comme très humble. C'est aussi un abolitionniste : il déclare ainsi que l'esclavage est « une honte nationale »[133]. Pierre est d'ailleurs un des rares nobles a ne posséder aucun esclave[134]. Après avoir conduit le Brésil a son apogée, son règne prend fin le 15 novembre 1889 à la suite d'un coup d'État. Pierre II passe les dernières années de sa vie a Paris, en France[135],[136], ou il vit des dernières années solitaires et mélancoliques. Il vit dans des hôtels modestes, sans argent et passe ses journées a écrire dans son journal[137],[138],[139]. Après être tombé gravement malade[140],[141], sa santé décline et il meurt le 5 décembre 1891 a 00:35[142],[143], entouré de sa famille[144]. Ses derniers mots sont : « Deus que me conceda esses últimos desejos – paz e prosperidade para o Brasil… » (« Que Dieu m'accorde ces derniers souhaits : paix et prospérité pour le Brésil… »)[145] Tandis qu'on prépare son corps, on trouve un emballage scellé dans la pièce (contenant la terre de toutes les provinces du Brésil) avec un message écrit par l'empereur en personne : « C'est le sol de mon pays, je souhaite qu'il soit placé dans mon cercueil au cas où je mourrais loin de ma patrie »[143],[146],[147].

Les premières républiques oligarchiques et la période fasciste avant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1889, l'armée renversa l'empereur et la République fut proclamée. Le pays ne devint pas une démocratie : il était dirigé par une oligarchie de riches propriétaires et d'élus locaux, les coronels, jusqu'à la Grande Dépression de 1929[148].

Le 4 octobre 1930, Getúlio Vargas devint président après un coup d'État. En 1942, à la suite d'attaques par des sous-marins allemands, le pays s'engagea dans la Seconde Guerre mondiale au côté des Alliés (cf. la Déclaration des Nations unies). Au lendemain de la guerre en 1945, Vargas dut démissionner.

Le Brésil connait alors une vingtaine d'années de relative démocratie pendant sa deuxième république, et le pays ne décolle pas encore économiquement. Cependant, la nouvelle capitale du pays, Brasilia, est construite en moins de 3 ans et les institutions fédérales, qui ne parvenaient pas à se décider entre les deux grandes métropoles de Rio de Janeiro et Saõ Paulo, s'y installent en 1960. C'est le début de l'ère de conquête du territoire par les grands chantiers, mais il s'enfonce progressivement dans les problèmes politiques intérieurs et de conflits d'intérêts entre les régions, les grands propriétaires et surtout avec les forces de sécurité intérieure et l'armée pas encore fidélisées au régime républicain, dans un pays où les inégalités sociales sont encore exacerbées. Le contexte politique et sécuritaire (également troublé dans les pays voisins) et la corruption intérieure finiront par mettre en péril la stabilité des institutions.

La dictature militaire (1964-1985)[modifier | modifier le code]

À partir de 1964, le Brésil connut, comme d'autres pays d'Amérique latine, une dictature militaire de droite. La junte militaire a pris le pouvoir lors d'un coup d'État en 1964, et qui s'y est parfois maintenue de manière autoritaire, voire brutale, pendant deux décennies, a forcé le pays à adopter un nouveau type d'économie.

Dans les années 1970, le gouvernement brésilien participa à l'opération Condor, vaste plan de coordination entre les dictatures militaires latino-américaines, piloté par la CIA, avec comme but de lutter dans tout le continent contre les opposants aux régimes. On compte un grand nombre de groupes révolutionnaires qui, dès 1964, ont organisé la résistance contre le pouvoir militaire. La plupart d'entre eux ont pris forme dans les milieux d'étudiants, dont le MR-8, plutôt basé à Rio de Janeiro, ou l'ALN (Action de libération nationale), basée à São Paulo.

C'est finalement la crise financière qui mine la plupart des pays d'Amérique du Sud, le développement de la pauvreté et de l'insécurité dans les immenses favelas, ainsi que la ruineuse corruption des militaires et les mouvements syndicaux qui feront perdre les derniers soutiens économiques du régime militaire.

Restauration de la démocratie[modifier | modifier le code]

En 1985, Tancredo Neves fut élu à la présidence, mais décéda avant son entrée en fonction. C'est alors le vice-président José Sarney qui devint président. La démocratie s'installa dans un contexte économique et financier difficile. Le Congrès national établit une nouvelle constitution adoptée le 5 octobre 1988.

Le 27 octobre 2002, l'ancien syndicaliste Luiz Inácio Lula da Silva remporta l'élection présidentielle. Il fut réélu le 28 octobre 2006. Il est le premier président du Brésil issu du Parti des travailleurs. Le pays sort du marasme économique, accède au statut de puissant pays émergent, grâce au développement accordé à la classe moyenne qui soutient massivement les réformes démocratiques du président, et la création d'un grand marché intérieur qui attire les capitaux étrangers et les industries d'exportation à la suite du retour de la confiance des banques et la stabilisation de la monnaie du pays. En réussissant en septembre 2010 la plus grande augmentation de capital de l'histoire, le géant pétrolier Petrobras devient le symbole de cette forte croissance.

Dilma Rousseff, première femme présidente du Brésil, élue le 31 octobre 2010, a succédé le 1er janvier 2011 à Luiz Inácio Lula da Silva. Elle est également membre du Parti des travailleurs.

Gouvernement et politique[modifier | modifier le code]

Système politique[modifier | modifier le code]

Dilma Rousseff, présidente depuis janvier 2011 et première femme à présider le Brésil.

Le Brésil est une république fédérative présidentielle, composée de vingt-six États et d'un district fédéral. Sa Constitution a été adoptée le 5 octobre 1988[149].

Le président est élu pour un mandat de quatre ans, et peut être réélu une fois. La présidente actuelle est Dilma Rousseff, née le 14 décembre 1947, officiellement investie le 1er janvier 2011[150]. Il s'agit de l'ancienne chef de cabinet du président Lula, auquel elle a succédé[151].

Le droit de vote est obligatoire pour les citoyens alphabétisés âgés de 18 a 70 ans ; il est facultatif pour les analphabètes et ceux âgés de seize à dix-huit ans ainsi que pour les plus de soixante dix ans. La très grande majorité des Indiens ont le statut de mineur protégé et, à ce titre, ne bénéficient pas des droits civiques[152].

Le pouvoir législatif est exercé par la Chambre des députés, composée de 513 sièges, et le Sénat qui compte 81 membres[153].

Les Églises exercent une forte influence dans la politique brésilienne[154]. Elles interviennent dans le débats des campagnes électorales. Plusieurs partis politiques ont un nom qui évoque une religion : Partido Social Cristão, Partido Social Democrata Cristão ou encore Partido Trabalhista Cristão. Au Parlement brésilien, le groupe évangélique est composé de 63 députés (sur 513) et 3 sénateurs (sur 81)[154].

Le sceau du Brésil à gauche et le Congrès national du Brésil à droite. Il est situé à Brasilia. Le sceau du Brésil à gauche et le Congrès national du Brésil à droite. Il est situé à Brasilia.
Le sceau du Brésil à gauche et le Congrès national du Brésil à droite. Il est situé à Brasilia.


Organisation des pouvoirs[modifier | modifier le code]

La cour suprême fédérale, a Brasília.

La République fédérative du Brésil est formée par l'union indissoluble de trois entités politiques distinctes : les États , les municipalités et le District fédéral[155]. La Fédération est régie par cinq principes fondamentaux: souveraineté, citoyenneté, libre entreprise, pluralisme, valeurs sociales du travail et dignité de la personne. Les 26 États fédéraux sont autonomes pour élaborer leurs propres constitutions d’États et leurs propres lois, mais leur compétence législative est limitée par les principes de la Constitution fédérale. Les pouvoirs établis par la Constitution sont les suivants : exécutif, législatif, et judiciaire[156].

Le chef de l'exécutif est le président de la république, élu par suffrage universel, cumulant tant les attributions de chef de l’État que celles de chef de gouvernement. Le président est également chargé de nommer les ministres qui siégeront au gouvernement.

L'exécutif et le législatif sont organisés indépendamment dans les trois sphères de gouvernement, tandis que le pouvoir judiciaire fonctionne aux échelons fédéral et étatique.

La Chambre haute du sénat fédéral.

Le Congrès national est composé de la Chambre des députés et du Sénat fédéral, tous deux composés de représentants élus par vote populaire[157],[158],[159] . Les juges et autres fonctionnaires de justice sont nommés après avoir passé un examen d'entrée[157]. La composition du Pouvoir judiciaire fédéral est la suivante : la Cour suprême fédérale (STF) ou Cour supérieure de justice (STJ), les Tribunaux régionaux fédéraux (TRF), et la justice fédérale. Il compte, en outre, des tribunaux spécialisés qui s’occupent des questions électorales et militaires[160].

Quinze partis politiques sont représentés au Congrès National. Dans la mesure où il arrive fréquemment qu'un politicien change de parti, la proportion de sièges parlementaires occupés par un parti change régulièrement[161]. Les principaux partis politiques sont les suivants : le PT (Parti des Travailleurs[162]) le parti démocrate[163], le PMDB (Parti du Mouvement Démocratique brésilien[164]), le PSDB (Parti Social Démocrate brésilien[165]) et le PCDOB, le Parti Communiste du Brésil[166]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

En vert le Brésil, en bleu les pays du monde ou il possède une représentation diplomatique (via une ambassade, un consulat, etc.)

Sur le continent latino-américain, le Brésil est une puissance, voire une superpuissance régionale[167],[168],[169] : il exerce un leadership dans presque tous les domaines : économique, militaire, diplomatique, scientifique, culturelle, démographique, etc. Le Brésil est a la fois le pays le plus riche[170], le plus grand[171] et le mieux armé[172] du continent sud-américain. Au niveau international, il s'agit de la 7e puissance économique mondiale[173] et son armée est la 14e plus importante de la planète[174].

Sur le plan économique, le Brésil est toutefois talonné par le Mexique : en effet, le Mexique est également une grande puissance économique (la 14e plus grande du monde), en plus d’être un pays a forte croissance[175]. D'après une étude réalisée par la PricewaterhouseCoopers, le Brésil deviendra en 2050 le 4e pays le plus riche du monde sur la base du PIB a parité de pouvoir d'achat. À cette date, le Mexique aura atteint la 7e place[176]. Le rapport de force entre les deux géants latino-américains sera alors moins déséquilibré.

Les deux rivaux majeurs du Brésil (l'Argentine et le Mexique) se sont déclarés opposés a l'idée que le Brésil obtienne une place permanente au Conseil de sécurité des Nations unies en tant que représentant de la région[177]. La politique étrangère brésilienne actuelle est basée sur la position dominante du Brésil en Amérique latine, sa position en tant que leader des pays émergents et son statut de grande puissance émergente a l'échelle mondiale[178]. Le Brésil adopte une politique de résolution pacifique des conflits et de non-intervention dans les affaires d'autres pays.

Le Brésil n'est en conflit militaire ou frontalier avec aucun pays voisin. C'est une puissance diplomatique représentée a travers tous les continents : en effet, le Brésil possède une ambassade ou un consulat dans 125 pays a travers le monde[179].

À travers son appartenance au BRICS, le Brésil entretient également des relations étroites avec la Russie, l'Inde et la Chine, trois pays qui, comme lui, sont appelés a devenir (ou sont déjà pour certains) des puissances de premier plan dans les décennies a venir[180].

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie du Brésil.

Le Brésil a une superficie totale de 8 547 877 km2, elle s'étend de l'équateur au tropique du capricorne[181]. Le pays occupe une vaste zone le long de la côte est de l'Amérique du Sud et comprend une grande partie de l'intérieur du continent. Le pays est de loin le plus grand d'Amérique latine, couvrant près de la moitié de la surface du continent sud-américain.

Il partage des frontières terrestres avec l'Uruguay au sud, l'Argentine et le Paraguay au sud-ouest, la Bolivie et le Pérou à l'ouest, la Colombie au nord-ouest et le Venezuela, le Suriname, le Guyana et la Guyane française au nord. De par sa taille, le Brésil partage une frontière commune avec tous les pays d'Amérique du Sud, à l'exception de l'Équateur et du Chili[182]. Le territoire brésilien comprend également un certain nombre d'îles ou d’îlots, comme Fernando de Noronha, Atoll das Rocas, les îles de Saint Pierre et Saint Paul ainsi que l'archipel de Trindade et Martim Vaz[183],[184]. Sa taille, son relief, son climat et ses ressources naturelles font du Brésil un pays géographiquement diversifié.

Le Brésil est le cinquième plus grand pays du monde, après (dans l'ordre) : la Chine, les États-Unis, le Canada et la Russie, ainsi que le troisième plus grand en Amérique, derrière les États-Unis et le Canada[185],[186]. Sa superficie totale s'étend sur 8 511 965 km², dont 55 455 km² d'eau[187],[188].

On distingue cinq grandes régions :

Sud[modifier | modifier le code]

Carte de la région Sud.

États : Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul.

La région Sud du Brésil est formée par trois États: Paraná, Rio Grande do Sul et Santa Catarina. Bien qu'il s'agisse de la plus petite des cinq régions du Brésil, sa superficie s'étend sur 576,409.6 km² (6,76% du territoire brésilien), ce qui correspond a la moitié de la surface de la Bolivie[189] et presque a l'ensemble de la surface de l'Uruguay et du Paraguay réunis[190],[191]. Sa population est de 27 384 815 habitants[192].

La région Sud possède de bons indicateurs sociaux : elle est la première région du Brésil en termes d'IDH, celle qui dispose du deuxième plus important PIB par habitants (derrière la région Sud-Est) et celle qui possède le plus haut taux d'alphabétisation du Brésil (94,8%). En outre, le Sud jouit du plus faible taux de mortalité infantile et du meilleur taux de longévité.

La région du Sud est celle qui est la plus marquée par la présence culturelle européenne. En effet, c'est dans le sud que la plupart des migrants européens ont décidé de s'installer, et ce des le XIXe siècle. Aujourd'hui, on estime que les principales origines ethniques de la population dans le Sud du Brésil sont : italienne, portugaise, allemande et polonaise[193]. A partir de 1824 et jusque dans les années 1960, plus de 350 000 Allemands sont venus s’installer dans cette partie du Brésil[194]. En 1898, 300 000 personnes d'origine italienne s'installèrent dans le Rio Grande Do Sul, 50 000 a Santa Catarina et 30 000 a Parana[195].

D'un point de vue climatique, la région Sud est celle où le climat s’apparente le plus à un climat tempéré[196]. En 2013, il a neigé pour la première fois depuis 58 ans a Santa Catarina[197]. Le Sud est la région où la neige est le plus fréquent[198].

Sud-Est[modifier | modifier le code]

États : Espírito Santo, Minas Gerais, Rio de Janeiro et São Paulo

C’est la région la plus urbanisée et la plus industrialisée, avec trois villes très importantes : Rio de Janeiro, Belo Horizonte et São Paulo.

Rio de Janeiro est l’ancienne capitale fédérale, et la capitale de l'État de Rio de Janeiro. Elle est située dans une des plus belles baies du monde, dominée par le Pain de Sucre, et la statue du Cristo Redentor (Corcovado), perchée à une altitude de sept cents mètres. Son carnaval et ses écoles de samba l’ont rendue célèbre, ainsi que ses plages, comme Copacabana, Ipanema, Leblon et Barra da Tijuca. Capitale culturelle du pays, elle est la ville la plus importante sur le plan artistique, avec l'Academia Brasileira de Letras, la plus grande bibliothèque du pays, le Museu Nacional, le Museu de Arte Moderna et le Théâtre Municipal, bâtiment inspiré de l'opéra de Paris. Le Maracanã, le troisième plus grand stade du monde, est aussi à Rio.

Il y a aussi de magnifiques plages autour de Rio : Angra dos Reis, Cabo Frio et Búzios. Dans le sud de l'État se trouve la petite ville de Parati qui offre de splendides façades baroques, de couleur bleue, ocre ou vert, qui se reflètent dans les eaux calmes de sa rade. À la Serra do Mar se trouve la ville de Petrópolis, fondée par l'empereur Dom Pedro II, et l'on peut encore y voir son palace d'été, une très grande attraction touristique[199].

Située au carrefour des routes de l'État du Minas Gerais, « mines générales » en français, où eut lieu, au XVIIe siècle, l'une des plus grandes ruées vers l'or, Belo Horizonte s’étend sur plus de vingt kilomètres.

São Paulo, fondée par les Jésuites en 1554, est aujourd’hui la ville la plus peuplée du Brésil. On y croise une population d’origine européenne ou japonaise qui a fait de cette ville la capitale mondiale du café, un des plus grands centres d’affaires de la planète, et la première ville économique du Brésil. São Paulo est aussi la ville la plus riche du pays.

Nord-Est[modifier | modifier le code]

États : Alagoas, Bahia, Ceará, Maranhão, Paraíba, Pernambuco, Piauí, Rio Grande do Norte et Sergipe

Englobant neuf États, le Nord-Est, ou « Nordeste », a connu, au XVIIe siècle, son heure de gloire avec la culture de la canne à sucre. Par leur précieux héritage d’architecture coloniale et la beauté de leurs façades décorées d’azulejos (faïences bleues), les villes de Salvador, la plus « africaine », São Luís do Maranhão, fondée par des Français en 1612, Recife, « la Venise du Nordeste », ou Olinda, « la hollandaise », témoignent de ce passé fastueux.

Aujourd'hui, la région compte cinquante-quatre millions d’habitants. Elle connaît d'importantes difficultés socio-économiques, malgré la présence de ressources naturelles importantes, dont des gisements de pétrole. Les inégalités sociales sont particulièrement fortes. Les sécheresses cycliques qui frappent le sertão, zone semi-aride de l’intérieur du Nordeste, terre des légendaires cangaceiros, tantôt héros, tantôt bandits, ne facilitent pas la vie des milliers de paysans sans terre, et obligés d’émigrer vers les grandes métropoles du Sud.

Centre-Ouest[modifier | modifier le code]

États : Mato Grosso, Mato Grosso do Sul, Goiás et Brasilia.

Cette région reste peu peuplée, et comprend, à l'extrême est, Brasilia, la capitale du pays depuis 1960, et à l'ouest, l'État du Mato Grosso couvrant la majorité de sa superficie; l'activité agricole y est en expansion et cause une importante déforestation. C'est dans cette région que se trouve la partie brésilienne du Pantanal, la plus grande terre inondée de la planète, et l'une des régions du monde présentant la plus grande biodiversité.

Nord[modifier | modifier le code]

États : Acre, Amapá, Amazonas, Pará, Rondônia, Roraima et Tocantins.

Le Nord est en grande partie couvert par la forêt amazonienne. La densité humaine y est très faible: un peu plus de quatre habitants par km² dans l'État du Pará, dans l'ouest, et deux fois plus dans celui d'Amazonas. Les deux principales villes, Belém dans le Pará et Manaus dans l'Amazonas, se trouvent le long de l'Amazone.

L'Amazonie qui constitue la plus grande réserve biologique, compte environ un dixième des espèces vivantes mondiales[200]. Au cours des années 1970-1980, les différents projets de développement et les migrations intérieures ont entraîné un déboisement préoccupant, et des conflits entre les posseiros, propriétaires des terres, souvent illégitimement, et les Indiens. Actuellement, la protection de la forêt, ainsi que le respect des terres indiennes, sont négligées par le gouvernement brésilien, comme le prouve la construction du barrage de Belo Monte.

Le poids de la richesse de l’Amazonie dans la biodiversité mondiale est variable suivant les groupes zoologiques : 2 % des arachnides mondiaux se trouvent en Amérique, 3 % des myriapodes, 28 % des ricinules, 9 % des schizomides et des scolopendromorphes, 7 % des pauropodes. Ces chiffres peuvent être délicats à interpréter car les inventaires sont encore très incomplets. Une autre façon de comprendre la richesse de cette zone (similaire à l’ensemble des forêts tropicales humides) est de signaler que des inventaires ont découvert 95 espèces de fourmis différentes sur un seul arbre alors que 105 espèces vivent dans l’ensemble de l’Allemagne.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Article détaillé : États du Brésil.
Liste des États
État Capitale
Acre Rio Branco
Alagoas Maceió
Amapá Macapá
Amazonas Manaus
Bahia Salvador
Ceará Fortaleza
Espírito Santo Vitória
Goiás Goiânia
Maranhão São Luís
Mato Grosso Cuiabá
Mato Grosso do Sul Campo Grande
Minas Gerais Belo Horizonte
Pará Belém
État Capitale
Paraíba João Pessoa
Paraná Curitiba
Pernambuco Recife
Piauí Teresina
Rio de Janeiro Rio de Janeiro
Rio Grande do Norte Natal
Rio Grande do Sul Porto Alegre
Rondônia Porto Velho
Roraima Boa Vista
Santa Catarina Florianópolis
São Paulo São Paulo
Sergipe Aracaju
Tocantins Palmas

Frontières terrestres[modifier | modifier le code]

Les frontières terrestres du Brésil s'étendent sur un total de 14 691 km.

Seuls deux pays d'Amérique du Sud n'ont pas de frontière avec le Brésil : le Chili et l'Équateur. Les frontières du Brésil sont le résultat d'une active conquête de l'ouest, entamée dès le XVIIe siècle par les bandeirantes mais non terminée.

La frontière franco-brésilienne (entre la Guyane française et l'État de l'Amapá) est la plus grande frontière terrestre française.

Paysages et environnement[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat du Brésil comprend un large éventail de conditions météorologiques diverses, pouvant varier radicalement d'un État à l'autre. Néanmoins, la plupart du pays est considéré comme tropical. En se basant sur le système de classification de Köppen, le plus précis dans le domaine, on estime que le Brésil ne possède pas moins de cinq principaux types climatiques : tropical, équatorial, semi-aride, tempéré et subtropical. La grande variété des conditions climatiques produit des environnements sensiblement différents en fonction des régions[201],[202] : ces environnement vont des forêts équatoriales situées dans le nord aux déserts semi-arides du nord-est, en passant par les savanes tropicales au centre et les forêts à climat tempéré au sud[203].

  • Au nord du Brésil, où se trouve l'Amazonie, le climat est de type équatorial[204]. Dans ces régions, et notamment dans la jungle amazonienne, la plus vaste forêt du monde, les saisons sont généralement pluvieuses[205]. Les températures oscillent entre 26 °C et 27 °C[206]. Lorsqu'arrive la saison des grandes pluies, période de l'année allant de novembre à mars, les pluies tombent de manière torrentielle sur la forêt presque sans interruption. À la saison sèche[207], qui dure de juillet à septembre/novembre, les températures s’échelonnent plutôt entre 26 et 40 °C[208]. Les averses subsistent mais durent en général moins longtemps[209].
  • Le centre et l'est du Brésil bénéficient d'un climat tropical de savane. Cette région est aussi vaste que le bassin Amazonien, mais possède un climat très différent étant donné qu'elle se situe plus au sud et à une altitude plus élevée. Les températures subissent peu de changements au cours des saisons ; ainsi, les températures se situent entre 27° en septembre et 25,1° en juillet[210].
  • Dans la région du Pantanal, située entre le Mato Grosso et le Mato Grosso do Sul, la diversité géographique et son étendue font que le climat varie considérablement. Au Nord, à Cuiabá, ou le climat est chaud et humide toute l’année, la ville est connue pour être une des plus chaudes du Brésil[211]. Dans le Mato Grosso do Sul, de brusques chutes de température peuvent survenir en hiver. De décembre a mai, l’ensemble du Pantanal connaît une forte saison des pluies[212]. Pendant cette période, les rivières débordent et inondent les grandes plaines du Pantanal avec, dans certains cas, jusqu’à près de 3 mètres d’eau[213]. Les animaux se réfugient alors dans les îlots de terre sèche (cordilheiras). Au mois de mars, les jaguars sortent et se regroupent pour chercher de nouveaux territoires non-inondés.
  • Dans le nord-est du Brésil, le climat varie de de 22 à 30° a l'année. Le climat est semi-aride, chaud et sec à tendance continentale ou océanique, avec de courtes saisons pluvieuses[214].
  • Plus on descend vers le Sud, plus le climat se fait tempéré. Passé le tropique du Capricorne, les quatre saisons sont plus marquées et, alors que la côte a un climat de type méditerranéen (avec des hivers doux et étés chauds), l´extrême sud a des hivers froids avec des températures parfois inférieures à 0°. Au cœur de l’hiver, en juillet- août, les températures varient entre entre 13 et 18° dans les états du Rio Grande do Sul, de Santa Catarina, du Paraná et de São Paulo. Dans certaines villes, il peut même y avoir d’occasionnelles chutes de neige, mais elles sont rares. Le long du littoral, l’été est très chaud[215].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Recouvert en partie par l'Amazonie, le plus grand bassin forestier de la planète[216], le Brésil fait partie des dix sept pays les plus riches du monde par sa biodiversité[217]. Le vaste territoire du Brésil comprend différents écosystèmes, tel que la forêt amazonienne, réputée pour être la plus grande foret tropicale de la planète et celle qui renferme le plus grand réservoir de biodiversité[218]. En plus de la foret amazonienne, le Brésil possède également d'autres importants écosystèmes, comme la forêt atlantique, la savane du Cerrado[219] et la foret de la Caatinga. Deux de ces forets s'étendent sur une superficie au moins égale, voire supérieure a celle de la France. Ainsi, la Caatinga, avec une superficie de près de 731 320 km2, est plus grande que la France (670 922 km2)[220]. Il en est de même pour la savane du cerrado (approximativement 2 000 000 km2)[221]. Mais la forêt atlantique, a cause de l'importante déforestation qu'elle a du subir, s'est grandement réduite, atteignant aujourd'hui une superficie de 95 000 km2 , contre près de 1 360 000 km2 avant l'arrivée de l'activité humaine[222] (soit seulement un dixième de sa superficie encore intacte[223] .)

Vue aérienne de la Forêt amazonienne, la plus grande forêt tropicale du monde.

La riche faune du Brésil reflète la variété des habitats naturels : forêts tropicales de plaines, de montagnes et subtropicales, savanes, pampas, marais, côtes, etc. Les scientifiques estiment que le nombre total d'espèces végétales et animales au Brésil est d'environ quatre millions[219]. Plus de six cents espèces de mammifères sont présentes au Brésil, dont plusieurs de la famille des félins, comme le jaguar, le puma et l'ocelot. Parmi les autres mammifères, on trouve des paresseux, des antas (Tapirus terrestris), des tatous, des dauphins marins, des renards, des capybaras (grands rongeurs aquatiques dont certains peuvent peser jusqu'à 66 kg), et environ trente espèces de singes. Le Brésil, avec ses 1704 espèces connues, possède la plus grande variété d'oiseaux au monde, après la Colombie et le Pérou[224], dont deux cent trente endémiques, parmi lesquels nandous, hoccos, rapaces, perroquets, toucans, pics, coq-de-roche, cotingas, tyrans, etc.

Il y a au moins quarante espèces de tortues au Brésil, cent vingt espèces de lézards, deux cent trente espèces de serpents, cinq espèces d'alligators, trois cent trente espèces d'amphibiens et mille cinq cents espèces de poissons d'eau douce[225]. Les naturalistes ont répertorié plus de 100 000 invertébrés, dont plus de 70 000 insectes. La forêt amazonienne renferme la plus grande concentration d'organismes biologiques[226],[227],[228], et bien que personne n'en connait le nombre exact, les scientifiques estiment qu'elles constituent entre 15 et 30 % de l'ensemble des espèces connues dans le monde[229].

Déforestation et menace sur la biodiversité[modifier | modifier le code]

Exemple d'un feu de foret. Entre 1999 et 2010, 85 500 km2 de la surface de la foret amazonienne a été touchée par ces incendies[230].

Mais le patrimoine naturel du Brésil est gravement menacé par l'activité humaine : élevage et agriculture illégal, déforestation, exploitation minière, anthropisation des milieux naturels, extraction de pétrole et de gaz, pêche excessive, braconnage, commerce illégal d'espèces protégées, construction d'infrastructures polluantes ou inadaptées a l'environnement, contamination de l'eau, feux de forets, etc. Dans de nombreuses régions du pays, l'environnement naturel est menacé par le développement urbain[231]. La construction de nouvelles routes au cœur de la végétation, comme la BR-230 ou la BR-163, a ouvert des zones précédemment isolées (et donc partiellement protégées) a l'agriculture massive et au commerce excessif ; de plus, les barrages ont inondé les vallées et les habitats sauvages, tandis que les mines construites ont pollué le paysage[232].

Le Brésil contient une partie du plus grand biome de forêt tropicale humide au monde, l’Amazonie. Cette région abrite plus de 21 millions d’habitants et contient 1/5 des réserves d’eau douce du monde avec le fleuve Amazone[233]. C’est aussi son importante biodiversité qui lui donne sa valeur[234]. On y retrouve une multitude d’espèces de la flore et de la faune et nombreuses sont encore celles à découvrir[235].

Cependant, la forêt amazonienne connait un taux de déforestation extrêmement rapide qui menace cet écosystème[236]. Les principales causes en sont l’élevage bovin (80 % de la surface déboisée), la coupe de bois destiné à la construction, et l’agriculture[233] dont la culture de café, de canne à sucre et de soja[237]. Déjà 17 % de la forêt a été rasée à ces fins et la destruction continue à une vitesse alarmante[233]. La déforestation cause la fragmentation ou la disparition complète d’habitats et beaucoup d’espèces y sont sensibles. De plus, la forêt tropicale entrepose une quantité importante de carbone. La destruction rapide de ces forêts contribue significativement aux changements climatiques, étant donné qu'une grande partie du dioxyde de carbone est évacuée lorsque la biomasse de ces forêts est brûlée pour la fertilisation des sols. En effet, ceci favorise l’agriculture ou la croissance d’herbacées pour les bovins[238], mais pour une courte durée; ce type d’utilisation des terres entraîne inévitablement la désertification à terme, rendant la terre peu productive et inutilisable[239].

Étant donné la sensibilité d’un grand nombre d’espèces à la déforestation, de grands corridors et des zones protégées doivent être aménagés pour permettre les déplacements de la faune, la dispersion des graines des végétaux et la diversité génétique des espèces de la forêt tropicale de l’Amazonie[239].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Le système éducatif brésilien est régi par la Loi des Directives et des Bases de l’Éducation Nationale (LDB). Elle stipule que le gouvernement fédéral, les États, les municipalités et le district fédéral du pays doivent gérer et organiser leurs systèmes éducatifs respectifs. La Constitution réserve 25% du budget de l'état et 18% des impôts fédéraux a l'éducation[240],[241],

Selon les données de la Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios (Enquête nationale par sondage auprès des ménages) conservées par l'IGBE (institut brésilien de géographie et statistiques), l'analphabétisme touchait encore 8,3% de la population en 2013 (soit 13 millions de personnes[242].) Cependant, ce taux est en baisse puisqu'en 1989, le Brésil comptait 25% d’analphabètes. Aujourd'hui, 17,8% des brésiliens sont classés comme des analphabètes « fonctionnels »[243] (moins de quatre ans de scolarisation) contre 27% en 2012, d'après les données de l'Institut Monténégro Paulo, une branche de l'IBOPE (Instituto Brasileiro de Opinião Pública e Estatística)[244]. Ces taux varient grandement entre les différents États. Ainsi, le taux d’analphabétisme est bien plus élevé dans les États du nord que dans ceux du sud[245].

Dans le programme PISA (« Program for International Student Assessment » en anglais, et « Programme international pour le suivi des acquis des élèves » en français), le pays a été classé en 55e position en lecture, 58e en mathématiques et 59e en sciences parmi les 65 pays évalués par l'enquête[246],[247]. Dans les dernières décennies, la situation éducationnelle brésilienne s'est améliorée significativement. En 2000, 97 % des enfants et adolescents de 7 à 16 ans bénéficient de l'accès universel à l'enseignement primaire[242] et il y a eu une diminution du taux d’analphabétisme, de 20,1 % à 11,8 %. En 2011, la durée moyenne de la scolarité des personnes âgées de plus de 25 ans était de 7,4 années[248].

Actuellement le Brésil se fixe comme objectif d'améliorer la qualité de l'éducation à l'échelle nationale. Les pressions exercées par toutes les parties sur le ministère de l'éducation et son ministre Fernando Haddad commencent (selon les dernière statistiques) à porter leurs fruits[249].

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Vue de la Real Academia de Artilharia, Fortificação e Desenho (Académie royale d’artillerie, de fortification et de conception), la première institution de l'enseignement supérieur au Brésil, créé en 1792.

Dans l'enseignement supérieur, il y a actuellement environ 2400 facultés et 200 universités au Brésil. Selon les données du ministère, ce nombre est en progression[250]. La formation universitaire se divise en : graduação (licenciatura et bacharelado) et pós-graduação (master, doctorat, cours de spécialisation, de perfectionnement et d’extensão universitária). Les cours de « graduação » sont ouverts aux étudiants ayant conclu l’enseignement secondaire (ensino médio) et ayant été admis au concours d’entrée à l’université (vestibular). Les cours de « pós-graduação » sont ouverts aux étudiants possédant une licence ou un baccalauréat (bacharelado). L’année universitaire comprend au moins 200 jours de travail effectif en dehors de la période réservée aux examens. Les institutions publiques sont tenues d’offrir des cours de « graduação » le soir dans les mêmes conditions de qualité et d’exigences que ceux dispensés pendant la journée. L’enseignement supérieur relève de l’autorité du pouvoir fédéral[251].

L' enseignement supérieur offre des options de spécialisations dans les différentes carrières académiques. Selon l'école, les étudiants peuvent améliorer leur formation universitaire avec des cours de troisième cycle pour les élèves diplômés du baccalauréat (stricto sensu ou lato sensu)[252],[253]. Toute personne le désirant peut fréquenter un établissement d'enseignement supérieur, a condition d'avoir le niveau requis[254]. L'étudiant doit également montrer qu'il ne souffre d'aucun handicap, qu'il soit mental, physique, visuel ou auditif[255]. Pour pouvoir refuser l'entrée d'un étudiant, le handicap doit être lourd (suffisamment pour l’empêcher d'étudier en altérant ses capacités intellectuelles - mémorisation, compréhension, etc - moteurs, chroniques, sensorielles ou auditives.) L'étudiant voulant accéder a l'enseignement supérieur doit également avoir réalisé une bonne performance lors de l'examen de l'ENEM (Exame Nacional do Ensino Médio), un des plus importants de l'enseignement supérieur au Brésil[256]. Ce test est effectué par le ministère de l'Éducation et permet a la fois de mesurer le niveau des étudiants tout en faisant office d'examen d'admission pour l'inscription aux universités. Le Enem est le plus grand examen du pays et le deuxième plus grand du monde, juste derrière le Gaokao (Concours national d'entrée d'éducation supérieur) en Chine[257].

La première école d’ingénieurs créée au Brésil fut la Real Academia de Artilharia, Fortificação e Desenho (Académie royale d’artillerie, de fortification et de conception), en 1792. En 1810, elle a été transformée en Academia Real Militar (Académie militaire royale), suivie par la création de l’Escola Militar (1839), l’Escola Central (1858 devenue Escola Politécnica do Rio de Janeiro en 1874) puis par l’Escola de Minas de Ouro Preto (1876). Chacune de ces institutions avait sa propre organisation, les trois premières s’intéressant essentiellement aux techniques militaires et à la stratégie, les suivantes consacrant leurs cours aux sciences appliquées à l’aménagement du territoire, à l’administration de l’État et à l’industrie naissante. l’Escola Politécnica do Rio de Janeiro a été  l’école d’ingénieurs la plus prestigieuse du Brésil à cette époque[258]. La Real Academia de Artilharia, Fortificação e Desenho est l'ancêtre de l'Université fédérale de Rio de Janeiro.

Santé[modifier | modifier le code]

L’hôpital Albert Einstein, a São Paulo.

Le système brésilien de santé publique - le système de santé unifié (SUS) - est administré par tous les niveaux du gouvernement et il s'agit du plus grand système de ce type au monde[259]. Les systèmes de santé privés, eux, jouent un rôle complémentaire au sein du système de santé brésilien[260]. Les services de santé publique sont universels et accessibles gratuitement à tous les citoyens du pays. La construction et l'entretien des centres de santé et des hôpitaux sont financés par les impôts, et le budget alloué aux dépenses de la santé représente 9% du PIB. En 2009, le Brésil possédait 1,72 médecins[261] et 2,4 lits d'hôpital pour 1000 habitants.

Malgré les nombreux progrès réalisés depuis la mise en place du système de santé universel en 1988, il y a encore plusieurs problèmes de santé publique au Brésil. En 2006, les principaux points a résoudre sont les taux élevés de mortalité infantile, de mortalité maternelle[262] et de mortalité provoquée par des causes externes[260][263](accidents de voitures, violence, suicide, etc.)

En 2000, le système de santé brésilien a été classé 125e parmi les 191 pays évalués par l' Organisation mondiale de la Santé (OMS)[264].

La Hospital das Clínicas da Faculdade de Medicina da Universidade de São Paulo, le plus important centre médical du Brésil, a été fondé le 19 avril 1944. Occupant une superficie totale de 352 000 mètres carrés et un total de 2200 lits (le tout répartis entre ses six instituts spécialisées), il s'agit du plus grand complexe hospitalier d'Amérique Latine[265].

Science et technologie[modifier | modifier le code]

fusée-sonde de réplique au Centre de lancement Barreira do Inferno, la première base aérienne à lancer des roquettes à partir de l'Amérique du Sud[266].

Le Brésil a donné au monde un grand nombre de personnalités scientifiques notables. Parmi les inventeurs les plus célèbres du Brésil, on peut citer notamment le prêtre Bartolomeu Lourenço de Gusmão[267], Roberto Landell de Moura[267], Francisco Azevedo[267], Alberto Santos-Dumont[268], Evaristo Engelberg[269] , Manuel Dias[270], Andreas Pavel[271], ou encore Nélio José Nicolai[272]. La science brésilienne est représentée par des noms comme César Lattes (physicien nucléaire, fondateur du Centre brésilien des recherches physiques, connu pour ses recherches sur la particule Pion[273]), Mário Schenberg (considéré comme le plus grand physicien du Brésil[274]), José Leite Lopes (physicien titulaire du prix scientifique UNESCO[275]), Artur Ávila (premier latino-américain lauréat de la médaille Fields[276], la plus prestigieuse récompense en mathématiques), et Fritz Müller (un biologiste germano-brésilien qui prouva en 1864 que la théorie de l'évolution de Charles Darwin était juste[277].)

Plusieurs chercheurs et scientifiques brésiliens se sont illustrés dans le domaine de la médecine, comme Ivo Pitanguy[278], Mayana Zatz[279], Adib Jatene[280], Adolfo Lutz[281], Emilio Ribas[282], Vital Brazil[283], Carlos Chagas[284], Oswaldo Cruz[285], Henrique da Rocha Lima[286], Mauricio Rocha Silva[287] et Euryclides Zerbini[267].

La recherche scientifique brésilienne a commencé dans les premières décennies du XIXe siècle, lorsque la famille royale et la noblesse portugaise, dirigées par le prince régent Dom João de la maison Bragance (qui plus tard est devenu roi sous le nom de Dom João VI), sont arrivées à Rio de Janeiro pour échapper a l'invasion armée du Portugal par les troupes de Napoléon Bonaparte en 1807. Avant cette date, le Brésil était encore une colonie portugaise peu développée dans le domaine, contrairement aux anciennes colonies voisines de l' empire espagnol, qui, elles, jouissaient déjà d'un nombre considérable d'universités scientifiques depuis le XVIe siècle[288].

Laboratoire national de rayonnement synchrotron à Campinas, São Paulo, le seul doté d'un accélérateur de particules en Amérique latine[289]

Aujourd'hui, la situation s'est inversée puisque le Brésil a développé le programme spatial le plus avancé de toute l'Amérique latine. Alors qu'elle était, jusqu’à la décennie 2000, encore sous équipée dans le domaine, l'Amérique latine est devenue un des nouveaux terrains de jeu commerciaux pour tous les constructeurs de satellites d'observation du monde entier[290]. Bien que ce soit le Chili qui ait été le précurseur dans le domaine (en lançant le programme SSOT, un programme de nouvelle génération beaucoup plus performant que ceux qui existaient auparavant dans la région[291]), le Brésil et le Mexique, les deux géants du continent, n'ont pas tardé a suivre la dynamique. Le Brésil a ainsi déclaré vouloir faire l'acquisition de deux satellites optiques (programme Carponis) et un satellite radar (lessonia).

Le programme spatial brésilien possède d'importantes capacités dans le lancement et la production de satellites[292]. Le 14 octobre 1997, l'agence spatiale brésilienne a signé un accord avec la NASA pour la livraison d'une importante quantité de pièces depuis la Station spatiale internationale[293]. Le 30 mars 2006, le colonel Marcos Pontes a été sélectionné pour être le premier astronaute brésilien : a bord du Soyouz, il est ainsi devenu le premier brésilien, le premier lusophone et le troisième latino-américain en orbite autour de notre planète[294].

Les centaines de tonnes d'uranium enrichi contenues dans la Nuclear Fuel Factory(FCN), située a Rio de Janeiro, répondent aux besoins énergétiques du gigantesque pays. En outre, Le Brésil fait partie des trois seuls pays d'Amérique latine a posséder un ou plusieurs accélérateur de particules[295], ainsi qu'un outil de recherche pour la physique, la chimie , la science des matériaux et la biologie[296]. Selon une étude effectuée en 2010 par le Forum économique mondial , le Brésil compte également parmi les 100 plus grands (61e place) développeurs mondiaux dans les technologies de l'information[297].

Transport[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de la Rodovia dos Imigrantes, une autoroute de São Paulo.

Avec un réseau routier s'étendant sur 1,8 millions de kilomètres, dont 96 353 km de routes revêtues, les routes sont les principales voies de transport de passagers et de cargaison

Les premiers investissements dans l'infrastructure routière ont eu lieu dans les années 1920, sous la présidence de Washington Luís , et se sont poursuivis sous Getúlio Vargas et Gaspar Dutra[298]. Le président Juscelino Kubitschek (1956-1961), qui est l'origine de la fondation de Brasilia, la capitale du Brésil, a été responsable de l’installation de grands constructeurs automobiles dans le pays (Volkswagen, Ford et General Motors se sont implantés au Brésil au cours de son mandat). À partir des années 1990, le pays a reçu d'importants investissements étrangers sur son territoire pour permettre l'installation d'autres grands constructeurs, tels que Iveco, Renault, Peugeot, Citroën, Honda , Mitsubishi, Mercedes-Benz, BMW , Hyundai, Toyota, etc[299]. Aujourd'hui, le Brésil détient la septième plus importante industrie automobile du monde[300].

L'aéroport international Gilberto Freyre, a Recife, dans l'état du Pernambuco.

Il y a environ 4000 aéroports et aérodromes au Brésil : parmi ce chiffre, on compte 2500 aéroports (comprenant 721 pistes d'atterrissage), ce qui fait du Brésil le deuxième pays au monde avec le plus d'aéroports, derrière les États-Unis[301],[302] L'aéroport international de São Paulo-Guarulhos, situé dans la région métropolitaine de São Paulo , est le plus grand, le plus important et le plus fréquenté aéroport brésilien avec près de 20 millions de passagers annuels. L'importante fréquentation de l'aéroport São Paulo-Guarulhos est dû au fait qu'il s'agit non seulement du lieu ou transite la grande majorité du trafic commercial national, mais également a la position géographique de l'aéroport : en effet, le São Paulo-Guarulhos permet de relier São Paulo a pratiquement toutes les grandes villes du monde[303]. Outre le São Paulo-Guarulhos, le Brésil dispose de 34 aéroports internationaux et 2464 aéroports régionaux[304].

Le pays possède également un vaste réseau ferroviaire de 28 857 km de long, le dixième plus grand de la planète[301]. Aujourd'hui - et contrairement aux décennies précédentes -, le gouvernement brésilien cherche a encourager ce mode de transport, d'où la construction d'un nouveau train a grande vitesse (TGV), le TAV Rio-São Paulo (Trem de Alta Velocidade Rio-São Paulo en portugais, train à grande vitesse Rio-São Paulo en français), qui reliera les deux plus importantes métropoles du pays. Ce projet, une fois terminé, marquera l'entrée du Brésil dans le cercle restreint des pays ayant ce type de transport.

Le Brésil compte un grand nombre de ports ; parmi les 37 principaux, le plus important est le port de Santos[305]. Le pays dispose également de 50 000 km de voies navigables[301] .

Médias et communication[modifier | modifier le code]

Le journaliste brésilien William Bonner en interview avec Dilma Rousseff, alors candidate pour la présidence.
  • 293 quotidiens presse. Les plus vendus sont Folha de S. Paulo, O Globo, Jornal do Brasil et O Estado de São Paulo.
  • 19 chaînes de télévision publiques, 218 chaînes privées.
  • 1 radio publique, 2 000 radios indépendantes.

La presse brésilienne a vu le jour en 1808 avec l' arrivée de la famille royale portugaise au Brésil. Le premier organe de presse est né a Rio de Janeiro le 13 mai 1808, avec la création de l'imprimerie royale sous la régence du prince Dom João[306],[307].

La Gazette de Rio de Janeiro, le premier journal publié sur le territoire national[308], est diffusé dans le pays à partir du 10 septembre 1808. Aujourd'hui, la presse écrite s'est imposée comme un des plus importants moyens de communication au Brésil : elle a produit plusieurs journaux, dont certains figurent maintenant parmi les plus importants du monde, comme la Folha de S. Paulo , O Globo ou encore Estado de S. Paulo. Les premiers médias radio-visuels sont apparus le 7 septembre 1922[309] lors de la diffusion d'un discours de Epitácio Pessoa, le président de l'époque. Cependant, l'installation de la radio n'a officiellement eu lieu que le 20 avril 1923 avec le lancement de la "Rádio Sociedade do Rio de Janeiro"[310]. Dans les années 1930, la radio s'est développée et est également devenu un outil commercial d'envergure pour la promotion des artistes brésiliens. Mais le véritable « âge d'or » de la radio brésilienne a eu lieu dans les années 1940 : a cette époque, la radio avait une influence et un rayonnement sur la société semblable a celui qu'a la télévision aujourd'hui.

Lorsque vint la création de la télévision, la radio passe par toute une série de transformations et se diversifie en programmant de nouvelles émissions basées sur la critique, l'analyse et le débat. Ainsi, avec les années, elle est de moins en moins axée sur l'information pure et s'ouvre a de nouvelles perspectives. L’avènement de la radio FM survient dans les années 1960, date ou la diffusion de la musique prend une importance capitale au sein de l'audimat[311] La télévision au Brésil commence officiellement le 18 septembre 1950[312] grâce a Assis Chateaubriand, lequel fonde la première chaîne de télévision du pays, la Tupi TV. Des lors, la télévision n'a eu de cesse de gagner en importance dans le pays avec la création de grands réseaux tels que Rede Record, SBT, Bandeirantes et surtout Globo, véritable empire médiatique.

Aujourd'hui, la télévision tient une grande place dans la société brésilienne moderne.La télévision numérique terrestre (TNT) a été lancée le 2 décembre 2007 a 20h39. Aujourd'hui, l'ensemble des capitales d'État du Brésil sont couvertes par la TNT, soit une population estimée à 44,9 millions d'habitants[313].

L'« Empire Globo »[modifier | modifier le code]

Le siège du groupe Globo, a São Paulo.

Le réseau Globo est de loin le premier du pays. C'est l'un des groupes médiatiques les plus puissants au monde, représentant 80% de ce qui est lu, vu ou écouté au Brésil. L'influence autant que les profits du groupe sont immenses : pour l'année 2009, les profits déclarés s’élèvaient à 8,386 milliards de reals (3,567 milliards d’euros)[314]. À titre de comparaison, au 30 septembre 2009, le chiffre d'affaires consolidé du groupe TF1, le plus important en France, était de 1,628 milliards d’euros.

Géré par la famille Marinho[315], le réseau Globo (la Rede Globo en portugais) est également un géant de production. Ses studios – le Projac - installés à Rio de Janeiro, dans le quartier de Jacarepaguá, s’étendent sur près de 1,65 million de mètres carrés et produisent 85% des films et l’ensemble des télénovelas ; les feuilletons tant prisés par les brésiliens.

Détenant cinq stations de télévision à Rio de Janeiro, São Paulo, Belo Horizonte, Brasília et Olinda, et plus de cent stations affiliées[316] , le réseau couvre l'ensemble des États du Brésil. Globo est le deuxième plus important réseau de télévision commerciale du monde, derrière la chaîne américaine ABC Television Network[317]. Il s'agit également du plus gros producteur mondial de telenovelas[318].

Globo est l'une des plus grandes entreprises médiatiques de la planète, produisant environ 2400 heures de divertissement et 3000 heures de journalisme par an au Brésil. Grâce à son vaste réseau, le diffuseur couvre 98,6% du territoire brésilien, atteignant 99,5% de la population. Les opérations internationales de Globo comprennent également une division de production et de distribution internationale qui distribue les sports brésiliens et du contenu de divertissement à plus de 190 pays à travers le monde[319]. Globo est également présent sur internet depuis peu : le domaine Globo.com a attiré près de 1,8 millions de visiteurs par an depuis 2008, d'après une étude de la Compete.com[320], et se classe 105e site le plus consulté dans le monde selon Alexa[321].

Globo est également la cible de plusieurs critiques et controverses. En 2013, tandis que Rio est en proie a des manifestations de grandes ampleurs qui secouent la ville entière, le réseau est accusé par la Folha de Sao Paulo de diffuser des images de Recife, Campo Grande et Belém (villes relativement calmes), ignorant ainsi volontairement la situation a Rio. La même année, la Rede Globo est prise à partie par les manifestants qui l'accusent de manipuler l'information[322]. En effet, 1 million de personnes sont descendues dans la rue pour dénoncer « la couverture médiatique de la Rede Globo, accusée de faire passer les manifestants pour des casseurs ou de taire l’importance de la mobilisation. » Sur les réseaux sociaux, un hashtag est lancé a travers lequel les internautes brésiliens ironisent sur l’attitude des journalistes : #abaixoredegloboopovonaoébobo[323] (en français : à bas la Globo, le peuple n’est pas idiot.) Le groupe est aussi régulièrement au centre de polémiques médiatiques, notamment a cause de la censure dont il est accusé de faire preuve[324].

Forces armées brésiliennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Forces armées brésiliennes.
parade de l'armée brésilienne

L'Armée brésilienne fait partie des 20 armées les plus puissantes au monde (14e rang)[325] et est la première force militaire en Amérique du Sud. En Amérique (nord et sud confondus), il s'agit de la seconde armée du continent (derrière les États-Unis.) Les forces armées brésiliennes se composent de l'armée de terre (Exército), la marine brésilienne (Marinha) dont l'infanterie et l'aviation ainsi que la force aérienne brésilienne (Força Aérea Brasileira, FAB).

Les forces armées se composent de 375 190 soldats actifs. L'armée de terre brésilienne forte de 235 000 hommes et femmes peut mettre en œuvre 470 chars d'assaut, 1 472 véhicules blindés, 726 véhicules blindés lourds, 604 véhicules blindés légers, 913 véhicules et blindés a roues, 6 676 véhicules non blindés et environ 482 pièces d'artillerie[326],[327]. En termes d'effectif, l'armée brésilienne, avec un total de 327 100 soldats actifs et une réserve de plus d'1 340 000 soldats, se classe a la 15e place des armées les plus vastes du monde. En prenant en compte le nombre de militaires permanents, elle se situe juste après la France mais devant des pays comme la Syrie, l'Italie, l'Allemagne ou encore le Japon. À titre de comparaison, la France, elle, possède un total de 352 771 soldats actifs pour 70 300 réservistes. À l'inverse, la Chine, première armée du monde par le nombre de soldats, dispose de 2 285 000 soldats actifs ainsi que 510 000 réservistes.

En revanche, en regroupant l'ensemble des soldats, que ce soit les permanents, les réservistes ou ceux des autres corps militaires, les forces armées du Brésil totalisent plus de 2 060 000 soldats, ce qui les placent loin devant n'importe quelle nation européenne. Ainsi, au nombre total de militaires engagés, l'armée du pays sud-américain fait partie des dix plus grandes de la planète (avec  la Chine, la Corée du Nord, la Corée du Sud, le Pakistan, l'Iran, le Vietnam, la Russie et les États-Unis.)

Avec 27 120 000 $ dépensés en 2010, le Brésil se classe a la 11e place de la liste des pays par dépenses militaires. Le géant d'Amérique latine est devancé par la France (qui occupe la 3e place), le Royaume-Uni (4e place) et la Russie (5e place). A contrario, Il est devant l'Espagne (14e), Israël (16e), l'Iran (24e) et la Corée du Nord (33e). Que ce soit en termes d'effectif ou de dépenses militaires, le Brésil demeure la première puissance militaire sur le continent latino-américain, devant la Colombie (21e armée en nombre de soldats) et le Mexique (22e).

La course aux armements qui a lieu depuis quelques années dans la région (les investissements militaires de l'Amérique du Sud ont augmenté de 50 % en une décennie)[328] a quelque peu changé la donne ; la Colombie a conclu un accord avec les États-Unis qui autorise l’armée américaine à utiliser sept bases colombiennes, le Vénézuela a acheté a la Russie un nombre conséquent de nouveaux engins de combat (dont 24 chasseurs Su-30MK2V, des systèmes antiaériens SA-15 Tor-M1 , 31 hélicoptères Mi-17 et 100.000 Kalashnikov AK-103)[329], et le ministère de la Défense de l'Argentine a annoncé une augmentation du budget de la défense a 9,2 milliards en 2016[330]. Le Chili, lui, dispose des puissants avions de modèle F-16, l'avion de chasse le plus utilisé dans le monde en 2013. Toutefois, cela n'a pas remis en question la suprématie militaire du Brésil, étant donné que le pays a lui aussi engagé un programme de réarmement et de modernisation de son armée en 2008.

Dès l'âge de 18 ans, il existe, pour les hommes, une obligation d'effectuer le service militaire de base lequel dure de 9 à 12 mois. Le budget de la Défense en 2005 s'élevait à 9,94 milliards de dollars américains soit environ 1,3 % du produit intérieur brut, une valeur plutôt inférieure à la moyenne mondiale (l'Allemagne environ 1,6 %).

Réarmement et renforcement des armées[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années, au vu de l'importance grandissante de son rôle sur la scène internationale (le Brésil est devenu en 2011 la 6e puissance économique mondiale devant le Royaume-Uni)[331], le pays s'est lancé dans une nouvelle stratégie nationale de défense avec pour objectif de devenir une puissance militaire a la hauteur de son rôle mondial. C'est dans ce contexte que le Brésil a signé en 2009 un important partenariat militaire de plus de 8 milliards d'euros avec la France[332].

La Marine brésilienne s'est ainsi lancée dans la construction d'un sous marin d'attaque a propulsion nucléaire (l'un des premiers du genre en Amérique latine) et de quatre autres sous-marins de nouvelle génération à propulsion classique (diesel) de type Scorpène. Le Brésil s'est également doté d'un autre Scorpène à propulsion conventionnelle fabriqué par le groupe DCNS-Thales. La technologie de ce dernier permettra au géant sud-américain de construire le prototype d'un sous marin nucléaire[333].

Dans le cadre de l'alliance militaire entre les deux pays, la France aidera le Brésil à fabriquer 51 Super Cougar à Itajuba, dans l'État de Minas Gerais, où le constructeur brésilien Helibras est installé depuis trente ans. Ces appareils sont destinés a équiper les armées de terre, de l'air et la marine. Le pays sud-américain a aussi acheté 50 hélicoptères de transport EC-725 français qui seront assemblés au Brésil et 24 hélicoptères de combat Mi-35M russes. Toutefois, la France n'est pas le seul pays à avoir signé un contrat militaire avec le Brésil puisqu'en juin, ce dernier a signé avec l'Italie un accord portant sur 20 ans pour fabriquer sur le sol brésilien plus de 2.000 transports de troupes blindés. En plus de ça, les forces aériennes disposent de plus de 700 avions dont des Mirage 2000, les fameux Embraer EMB 312 et Embraer EMB 314, les Lockheed C-130 Hercules et les AMX International AMX. Le transport du président du Brésil est aussi assuré par les forces aériennes. En 2001, le ministère de la défense de la République française a vendu son porte-avions Foch aux Brésiliens. Il a été rebaptisé São Paulo lors de la transaction.

Néanmoins, a cause d'une partie de la flotte aérienne jugée obsolète, le Brésil s'est vu dans l'obligation de renouveler d'ici a 2023 ses équipements dans ce domaine. Ce processus de modernisation est symbolisé par la volonté du Brésil d'acheter 36 avions de chasse de dernière génération pour venir compléter les 130 que le pays possède déjà. La encore, la France fait partie des partenaires stratégiques du gouvernement brésilien : en effet, le 1er octobre 2008, l'armée de l'air, qui était alors en négociation avec plusieurs pays pour l'acquisition de nouveaux engins aériens, a annoncé que son choix se portait sur trois avions de toute dernière génération : le F-18 Super Hornet de Boeing, le Gripen de Saab ou le Rafale français de Dassault[334].

De son côté, l'avionneur brésilien Embraer a développé l'avion de transport KC-390, destiné à remplacer l'Hercule C-130 américain. Le troisième constructeur aéronautique mondial prévoit de vendre 700 appareils de ce type, dont une centaine en Amérique du Sud et au Brésil.

Armée de terre[modifier | modifier le code]

Soldat Bresilien pendant un exercice d'entraînement.

En 2008, l'armée de terre dispose d'un effectif de 190 000 militaires, d'un budget de 2,4 milliards de réal brésilien, d'un total de 1 472 véhicules blindés, 6 676 véhicules non blindés et de 482 pièces d'artillerie...

Force aérienne[modifier | modifier le code]

Avec 50 000 militaires et plus de 700 aéronefs dont une centaine d'avions de combat, la Força Aéra Brasileira (Force aérienne brésilienne) est la plus importante force aérienne d'Amérique latine[335]. Dans un processus de modernisation et de renforcement de ses forces aériennes, le Brésil a décidé de lancer un plan de renouvellement de l'armée d'ici 2023[334].36 avions de chasse dernier cri devraient donc venir compléter les 130 avions de combat déjà en service. Conformément à cette nouvelle stratégie de défense adoptée par le gouvernement, et pour remplacer ses engins obsolètes ou déféctueux, le pays sud-américain a déjà acheté près de 50 hélicoptères de transport français et des hélicoptères de combat de type Mi-35M russes. Les forces aériennes brésiliennes possèdent aussi plus de 700 avions dont des Mirage 2000, les fameux Embraer EMB 312 et Embraer EMB 314, les Lockheed C-130 Hercules et les AMX International . En 2001, le gouvernement brésilien a racheté le porte-avions Foch qui appartenait anciennement au ministère de la défense de la République française. Le contrôle aérien civil est sous la responsabilité des forces aéronautiques, ainsi que l'Infraero (organisme qui gère les aéroports), et le Centre de lancement d'Alcântara.

Marine nationale[modifier | modifier le code]

La frégate de la Marine Brésilienne Bosísio (F48) tire sur un véhicule aérien sans pilote lors d'un exercice de drone (DRONEX) avec navire.

La Marine brésilienne (portugais : Marinha do Brasil) est la branche navale des forces armées brésiliennes. Avec 48 000 hommes et femmes (dont 3 200 appelés), elle met en œuvre en 2007 environ 90 bateaux. La marine brésilienne dispose d'une force aéronavale qui est constituée de 1 150 personnes, organisée autour du NAe São Paulo et utilisant des Douglas A-4 Skyhawk. Elle dispose également d'un corps de Marine d'environ 24 000 combattants.

En 2009, cette force a un effectif maximum autorisé selon la loi 9519/97 de 59 600 militaires, en tenant compte des 9 500 marins en formation et des appelés.

Le nombre maximum des officiers est de 7 800 dont 6 amiraux d’escadre, 23 vice-amiraux, 51 contre-amiraux, 3 360 officiers supérieurs, 2 060 officiers intermédiaires et 1 700 officiers subalternes, sans tenir compte des effectifs des aspirants de l’École Navale et les élèves du Collège naval qui atteignent 1 500.

En octobre 2009, le parlement brésilien étudie le projet de loi 5916/09, proposé par le pouvoir exécutif, qui autorise la marine brésilienne à augmenter ses effectifs sur une période de 20 ans de 36 % soit à 80 507, et ne tient plus compte des marins en formation et des appelés dans le calcul des effectifs.

Selon le projet, qui restructure également les grades, les marins de plus haut grade, les amiraux d’escadre, seraient désormais appelés généraux. Le nombre d’officiers passe à 10 707 dont 87 officiers généraux et 10 620 officiers supérieurs, intermédiaires et subalternes.

Rôle des militaires[modifier | modifier le code]

Les militaires sont aussi utilisés en temps de paix à la protection contre les catastrophes et au service de sauvetages, ainsi que pour des services scientifiques (sur la base antarctique Comandante Ferraz). le 1er juin 2004, La Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti), une mission de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies en Haïti, est formée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour faciliter le retour rapide des autorités haïtiennes légitimes, maintenir la sécurité et la stabilité dans le pays et promouvoir l’état de droit[336]. Le Brésil joue un rôle majeur dans cette mission puisque c'est l'armée de terre brésilienne qui est chargée d'en assurer le commandement.

Enfin, l'armée brésilienne n'est pas a confondre avec la police militaire (Polícia Militar), une force para-militaire de la police brésilienne chargée du maintien de l'ordre public au sein des États (et du district fédéral). Contrairement aux troupes de l'armée, les polices militaires font partie de la sécurité publique et sociale brésilienne et interviennent directement sur le territoire.

Économie[modifier | modifier le code]

Complexe commercial dans le quartier de Brooklin Paulista, l'un des principaux centres financiers de la ville de São Paulo

Une crise économique éclate en 1998.

Recife, un des principaux centres économiques et touristiques du nord-est.
Les centres financiers de la ville de Curitiba.
Embraer est le troisième plus grand industriel du secteur dans le monde après Boeing et Airbus.

La fragile croissance économique ne s'est pas faite sans douleur. Les disparités économiques sont fortes et constituent un important enjeu politique.

Le Fonds monétaire international décide alors d'accorder un prêt de 41,5 milliards de dollars américains en novembre 1998, car le Brésil a adopté les réformes imposées (privatisation) et a réduit ses dépenses budgétaires, notamment dans l'éducation. Aujourd'hui, l'économie tend à se stabiliser, mais demeure fragile. Le Brésil a le plus important PIB total d'Amérique latine. Le PIB par habitant en revanche est inférieur à celui de l'Argentine, du Chili et du Mexique. Quoique disposant d'une puissante agriculture commerciale et d'un secteur industriel assez diversifié, le Brésil est largement tertiarisé : en 2006, le secteur des services représentait 64 % du PIB[337].

Le 15 avril 2008, le Brésil entre dans une nouvelle ère de son histoire économique avec l'annonce de la découverte d'immenses gisements pétroliers dans le Bassin de Santos. Ceux-ci seraient de l'ordre de 33 milliards de barils[338]. En 2010, Petrobras[339] a annoncé une prochaine émission d'actions d'environ 50 milliards de dollars, en échange de droits pétroliers sur ce qui serait la plus grosse réserve pétrolière identifiée dans les Amériques depuis les années 1980[340].

Le Brésil est la plus grande économie d'Amérique latine (et le deuxième d’Amérique, juste derrière les États-Unis), la sixième économie au taux de change du marché et le septième en parité de pouvoir d’achat (PPA), selon le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. [259] [260] Son PIB (PPA) par habitant est de: US $ 12,181.341, 75e position selon les données de la Banque mondiale. Les principaux produits d'exportation comprennent les aéronavals, l'équipement électriques, automobiles, l'éthanol, le textile, la chaussure, le minerai de fer, l'acier, le café, le jus d'orange, le soja et la viande. [263] et fait partie du groupe de quatre pays émergents du BRIC.

Propriétaire d’une sophistication technologique, le pays fabrique des avions, des sous-marins, en plus d'être impliqué dans la recherche spatiale, ayant un centre de lancement pour les véhicules légers et d'être le seul pays de l'hémisphère sud à intégrer l'équipe de construction de la Station spatiale internationale (ISS). Il est un pionnier dans la recherche de pétrole en eaux profondes, d'où 73 % de ses réserves, et est le premier pays capitaliste à rassembler sur son territoire, les dix plus grands constructeurs automobiles.

Cinquième pays du monde par sa population et membre du G20, le Brésil a élu, le 31 octobre 2010, une femme : Dilma Rousseff pour succéder au président Lula, qui jouit d'une popularité atteignant les 80 % mais qui n'a pu se présenter pour un troisième mandat, comme le prévoit la Constitution.

Le secteur primaire comprend plus précisément l'agriculture mais aussi les mines ainsi que les hydrocarbures. Le Brésil est un très grand producteur de café car près du quart de la production mondiale de café provient de ses plantations. Également, le Brésil est dans les premiers rangs mondiaux en ce qui concerne la production de la canne à sucre, de ricin, de cacao, de maïs et d'oranges. D'ailleurs, la canne à sucre est utilisée pour la fabrication du sucre mais aussi pour celle de l'éthanol qui est destiné à faire fonctionner un parc automobile (la filière de l'éthanol est un biocarburant). Le pays est aussi un très grand producteur de bananes mais presque toute la production est destinée à la consommation nationale en raison de plusieurs facteurs (faibles exigences du marché local, coûts de production élevés, prix élevés sur le marché intérieur). Finalement, le Brésil produit également de grandes quantités de soja, de tabac, de pommes de terre, de coton, de riz, de blé, de manioc et de bananes.

Le secteur secondaire est basé sur les industries. Le Brésil est le leader industriel en Amérique latine. L'exploitation de sa richesse en minerai a fait de lui le deuxième exportateur mondial de fer et l'un des principaux producteurs d'aluminium et de houille.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Agriculture au Brésil.
Agriculture au Brésil

L'agriculture ne représente qu'environ 5 % du PIB[341], mais si l'on y ajoute le secteur agroalimentaire au sens large, on obtient une part de 20 % du PIB. Toutefois, le Brésil est une grande puissance agricole d'exportation. Certaines cultures commerciales telles que le soja ou la canne à sucre (utilisée en particulier pour l'éthanol qui sert de biocarburant) sont en plein essor. Sur le plan écologique, les progrès de l'agriculture sont liés à une forte déforestation, en particulier en Amazonie. En effet, chaque année, les pâturages sont dans un état avancé de dégradation, les rendements sont de plus en plus faibles, les agriculteurs cherchent de nouvelles terres, ce qui entraîne inévitablement la déforestation.

Malgré son décollage industriel, le Brésil n'a pas renoncé à son développement agricole : il reste l'un des tout premiers exportateurs mondiaux dans ce domaine, juste derrière les États-Unis, les Pays-Bas et la France. Il y est parvenu en s'adaptant rapidement à la demande et en mettant sur le marché de nouveaux produits, qui ont parfois éclipsé les plus anciens.

Ainsi, alors qu'il ne produisait pas de soja avant 1975, il est devenu rapidement le deuxième producteur dans le monde[342]. Profitant d'un hiver rigoureux en Floride, il a pu s'emparer d'une bonne part du marché des jus d'oranges dont il contrôle à présent la moitié des exportations mondiales [réf. nécessaire].

En 1959, le café représentait encore 57 % des exportations [réf. nécessaire] ; aujourd'hui, les annuaires statistiques ne se donnent plus la peine de le distinguer et le noient dans une rubrique « café, thé, épices », bien que le Brésil en soit toujours le premier producteur et exportateur au monde[343]. Comme le tourteau de soja, il divise la position de le plus grand exportateur du monde avec les États-Unis[344].

Le Brésil a aussi fortement augmenté le nombre de champs de canne à sucre, dont la moitié sont consacrés à la production d'éthanol (un « biocarburant »)[345] (en particulier dans la région de Ribeirão Preto et Lençóis Paulista, à 300 km de São Paulo, ou d'Araçatuba). Dans la dernière décennie (2000-2009), sa part dans les exportations mondiales de sucre brut est ainsi passée de 7 % à 62 %[345]. Avec les États-Unis, le Brésil produit à lui seul 70 % de l'éthanol mondial[345], dont la plus grande partie (85 %) est consommée sur le marché intérieur[345].

La production d'éthanol a comme effet de faire radicalement augmenter le prix de la terre (entre 2001 et 2006, la valeur moyenne de l'hectare a augmenté de 113 % dans l'État de São Paulo, principal producteur d'éthanol, selon une étude de l'Institut d'économie agricole[346]) et le coût de production du maïs, du lait, du sucre et de la viande. Les producteurs d'éthanol comme Archer Daniels Midland ou le conglomérat Cosan, propriété du milliardaire pauliste Rubens Ometto Silveira Mello (pt), ont suscité les critiques de chercheurs qui craignent une éventuelle famine en raison d'une hausse probable du prix de la nourriture et de la monoculture du sol, ce qui oblige les producteurs à importer les aliments essentiels[346]. En 2008, le Brésil a produit 22,3 milliards de litres d'éthanol, soit 1/3 de la production mondiale[345].

Le Brésil a pu conserver sa forte position agricole en développant, en aval, un puissant complexe agro-industriel, qui transforme et valorise les denrées agricoles. Ainsi les tourteaux produits à partir du soja sont utilisés dans l'alimentation des volailles vendues jusque sur les marchés du Moyen-Orient où le Brésil concurrence vigoureusement les éleveurs bretons. En outre, le Brésil peut accroître sa production en défrichant de nouvelles terres. Entre 1975 et 1985, les exploitations ont conquis 52 millions d'hectares [réf. nécessaire].

C'est en partie pour ouvrir de nouvelles terres qu'ont été construites certaines routes. La colonisation de l'Amazonie n'a pas résolu les problèmes fonciers du Nordeste et du Sud mais, du moins, les grands axes ont-ils permis la conquête des cerrados, ces savanes arborées du Centre-Ouest (Mato Grosso, Goiás), où se sont développées les cultures mécanisées du riz et du soja. Toutefois, l'érosion des sols est préoccupante dans le Paraná, tandis que la conquête de l'Amazonie a entraîné d'énormes défrichements, rapidement suivis par un fort lessivage des sols.

Énergie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Énergie au Brésil.
Vue aérienne du barrage d'Itaipu le 22/09/2013.

Le secteur énergétique du Brésil est dominé par le pétrole (45,3 % de la production d'énergie primaire et 40,4 % de la consommation d'énergie primaire du pays en 2011) et la biomasse (31,5 % de la production et 28,9 % de la consommation), originalité du Brésil qui a été pionnier dans les agrocarburants, en particulier à base de canne à sucre ; l'hydroélectricité couvre 13,6 % de la consommation[347] ; le Brésil était en 2012 le 9e producteur mondial d'électricité en 2011, dont il était également le 3e importateur mondial et le 2e producteur mondial d'hydroélectricité en 2011 ; les centrales hydroélectriques produisaient 80,6 % de l'électricité du pays en 2011 (2e rang parmi les 10 principaux producteurs mondiaux). Il était également en 2011 le 8e producteur et 7e exportateur mondial de produits pétroliers[348].

La consommation d'énergie primaire du Brésil : 1,37 tep/habitant en 2011 est nettement inférieure à la moyenne mondiale : 1,88 tep/hab mais légèrement au-dessus de celle de l'Amérique latine : 1,28 tep/hab[348].

Ses émissions de CO2 liées à l'énergie : 2,07 tonnes de CO2 par habitant en 2011, sont largement inférieures à la moyenne mondiale : 4,50 t CO2/hab et un peu au-dessous de celle de l'Amérique latine : 2,36 t CO2/hab[348].

Coopération régionale[modifier | modifier le code]

Depuis 1991, le Brésil fait partie du Mercosur (en portugais « Mercosul »), marché commun du « cône sud » de l'Amérique latine incluant l'Argentine, le Paraguay, l'Uruguay et depuis 2005 le Venezuela. C'est un marché commun, tout comme l'Union européenne ou l'ALENA. Le Brésil, par son poids économique, y occupe de facto une position dominante.

Le 1er février 2006, l'Argentine et le Brésil signent, après près de trois ans de négociations, un accord qui doit permettre de protéger les secteurs de production qui pourraient être trop durement affectés par la compétition du pays voisin. Le « Mécanisme d’adaptation compétitive » (MAC) permet de fixer des droits de douane sur les produits « trop compétitifs » du pays voisin pour une période de trois ans, renouvelable.

Sécurité intérieure et forces de police[modifier | modifier le code]

Police militaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Polícia Militar (Brésil).

Le Brésil dispose de deux types de police militaire : la police militaire d'État et la police militaire de l'armée. La première fait a la fois partie de la sécurité publique et sociale brésilienne et du système nationale de défense, ou ses effectifs sont engagés comme troupes de réserve de l'armée de terre[349]. La seconde appartient a l'armée brésilienne, dont chacune des trois composantes (armée de terre, marine et force aérienne) possède sa propre police militaire.

  • Police militaire d'état, Polícia Militar : chaque état du pays dispose de sa police militaire[350]. Les polices militaires se présentent sous la forme de forces de gendarmerie qui ont pour but le maintien de l'ordre public au sein des états. Elles sont organisées en plusieurs bataillons, structures, unités, compagnies et pelotons. Certaines unités d'élite, dont les missions présentent des risques, disposent d'équipements plus puissants que ceux de la police classique. C'est le cas du BOPE, le groupe d'intervention d'élite de la Police Militaire[351]. les missions du BOPE sont principalement axées sur la répression des gangs de narcotrafiquants en milieu urbain[352].

Cette unité d'élite possède également des véhicules blindés[353] lourdement armés : les Pacificador (ou Caveirão[354].) Ils sont équipés de IMBEL MD-2, de fusil FAL en version brésilienne, d'HK G3 et de mitrailleuses de calibre 50[355]. Les unités civiles peuvent aussi compter sur une importante flotte d'automobiles (berlines et utilitaires). La police militaire effectue certaines missions avec des blindés légers ou des hélicoptères lorsque la situation le nécessite[356].

Chacune des composantes des Forces armées brésiliennes possède d'une police militaire :

Criminalité[modifier | modifier le code]

En 2000, São Paulo comptait plus de 50 homicides pour 100 000 habitants. En 2007,le taux d'homicide était de 13, et même 11 si l’on considère l’état de São Paulo et non plus la ville. Selon le petit journal, il s’approcherait, pour l’ensemble du pays, de 15 alors qu’il était de 23,3 en 2000[357]. Pour l'UNODC, celui-ci serait, en 2007 et pour l'ensemble du pays, de 22,4 pour 100.000 habitants[358]. En 2012, avec 56 337 homicides recensés, ce taux remonte à 29 pour 100 000[359]. À titre de comparaison, le taux d’homicide de la France est de 1,3 et il est de 5,7 pour les États-Unis[358]. À l’inverse, il avoisine les 100 au Honduras et atteint les 60 en Côte d'Ivoire[360]. Entre 2000 et 2012, c'est environ 600 000 Brésiliens qui ont été tués par homicides. Un chiffre plutôt élevé, même s'il faut prendre en compte le fait que la population Brésilienne est l'une des plus importantes du monde (près de 200 millions d'habitants).

Rio de Janeiro, 2006

D'après Le Monde du 22 février 2005[361], 50 000 homicides en moyenne, dont 36 000 par arme à feu, sont commis au Brésil chaque année, ce qui le place au troisième rang mondial derrière la Colombie et la Russie. 17 millions d'armes à feu circulent dans le pays[361]. Le dimanche 23 octobre 2005, un référendum proposa aux Brésiliens d'interdire la vente d'armes, mais il fut rejeté par les citoyens à une grande majorité.

Les zones les plus touchées par la délinquance sont aussi les plus pauvres, et bien souvent celles où les trafics en tout genre sont les plus courants. Les 'règlements de compte' semblent bien être la principale cause d’assassinat puisque les statistiques montrent que plus de 70 % des victimes d'homicide ont déjà fait de la prison, ce qui explique en partie le fait que la violence soit concentrée dans certains quartiers. Selon Vasco Furtado, chercheur de l'université de Fortaleza,  ces données pourraient être en partie erronées car, d'après lui, « 50 % des crimes ne font jamais l'objet d'une plainte ».

La Veja de São Paulo a publié en 2008 un classement des quartiers en fonction du nombre d'homicides. Ces statistiques montrent que la violence au Brésil est disparate, et que le risque n'est pas le même dans tout le pays. Ainsi, Il en ressort qu'à eux seuls, les cinq quartiers les plus violents ont comptabilisé 246 homicides[357]. À l'inverse, cinq des plus sûrs ont dénombré moins de 7 homicides sur l’année. Ces quartiers, incluant entre autres la Vila Mariana, Jardins et Mooca, affichent un taux de sécurité encore meilleur que celui de la France[357]

La violence est ainsi très localisée, en fonction des régions, des villes et des quartiers. La capitale fédérale la plus touchée est Brasília avec un taux d'homicide plus important que dans la plupart des autres villes du pays. Mais l'amélioration de la situation du Brésil est indéniable dans certaines régions et elle est même spectaculaire à São Paulo, où le nombre d'homicides a baissé de 79 % en 7 ans[362]. Rio de Janeiro vit la même situation : alors qu'en 2000 la ville affichait 7 337 homicides, en 2010, ce chiffre était passé a moins de 4 193 (sur plus de 6 millions d'habitants), soit une diminution de 42,9 %. Aujourd'hui, le taux d'homicide à Rio (un chiffre globalement en baisse depuis dix ans) tend a passer sous la barre de la moyenne nationale[362].

Néanmoins, comme dans toutes les grandes villes du monde, les risques restent réels et ne doivent pas être écartés. À l'approche des grands événements sportifs mondiaux prévus pour 2014 (Coupe du monde) et 2016 (Jeux Olympiques), le gouvernement brésilien a mis en place une nouvelle politique de sécurité intérieure, basée sur la pacification des régions a risques du pays.

Politique de pacification[modifier | modifier le code]

À l'approche des grands événements qui s’annonçaient (la Coupe du Monde puis les Jeux Olympiques), le gouvernement a fait de la reconquête des favelas une de ses priorités. Depuis 2008, le Brésil s’est lancé dans un vaste programme de pacification de ses favelas, programme ressemblant quelque peu à la politique de la tolérance zéro menée par le maire de le la ville de New York (Rudolph Giuliani) à la fin des années 1990. Une politique qui a porté ses fruits puisque entre 1990 et 2012, le taux de criminalité global de New York a baissé de 78,87 %. Or, à la suite du programme de pacification, 174 favelas de Rio de Janeiro ont déjà été pacifiées au Brésil[363]. Dans son désir de reprendre le contrôle de certaines zones tombées dans le grand banditisme (trafic de drogue essentiellement) le gouvernement brésilien a déployé d'importants moyens militaires dans le but de lutter contre le crime dans les favelas et de chasser les narcotrafiquants qui y opéraient jusqu’à présent sans rencontrer de réelles oppositions policières. En 2010, à la suite d’une vague d’attentats commis dans le complexe do Alemão (on y compte 13 favelas), 2 600 membres de l’UPP (unité de police pacificatrice) ainsi que des blindés avaient envahi cette zone pour lutter contre les trafiquants. Les criminels, exclus des favelas, se sont vus contraints de fuir, libérant ainsi une zone qu'ils occupaient et terrorisaient depuis plusieurs années[364].

Présence militaire dans la favela du Complexo do Alemão à Rio de Janeiro un jour d'élections

Les moyens mis en œuvre pour chasser ces trafiquants étaient des brigades d'intervention rapide organisées et formées à ce genre d'opération, des unités d'élites surentraînées et spécialisées dans ce qu'on appelle le "combat urbain." Parmi elles, l'une des plus réputées est sans doute le BOPE, un groupe d'intervention militaire (équivalent du G.I.G.N. Français), possédant une large expérience dans le combat urbain ainsi que dans la progression dans les environnements confinés et restreints. Cela fonctionne comme une démonstration de force. Les trafiquants qui se trouvaient dans les favelas qui faisaient l'objet d'une reconquête se sont réfugiés dans les favelas voisines. De cette façon, la police militaire est parvenue a les faire reculer et petit à petit, plusieurs favelas ont pu être pacifiées, tandis que les trafiquants perdaient de plus en plus de terrain, permettant aux favelas de retrouver davantage de paix et de sérénité après leur disparition.

Si les favelas du pays sont loin d'avoir été toutes pacifiées, tout porte à croire que l’opération Pacification est une réussite : baisse du nombre d'homicides et des chiffres de la criminalité, flambée du prix des loyers, retour du calme nécessaire aux affaires et aux investisseurs…[365] Les favelas ciblées par l'opération ont globalement été pacifiées et les narcotrafiquants y ont été chassés. Ainsi, selon une étude publiée en 2012 par le Laboratoire d'analyse de la violence, les morts violentes auraient baissé de 70 % dans les quartiers ayant déjà fait l'objet de cette opération[362]. De même, le nombre de vols de voitures a chuté de 44% à Dona Marta, l'une des toutes premières favelas à avoir bénéficié de l'opération de pacification. Dans la Cidade de Deus, une autre favela, le nombre d'homicides s'est effondré de 82%[366].

Mais la plus grande victoire des Unités de Police Pacificatrice reste la prise de la Favela de Rocinha, la plus grande favela du Brésil[367]. À la suite d'une importante opération policière et militaire survenue le 13 novembre 2011, la favela a été pacifiée et les trafiquants en ont été expulsés. Cette opération a marqué le retour de l'État et des services publics dans un lieu auparavant totalement contrôlé par les trafiquants.

En ce qui concerne l'aspect social de cette reconquête, il est a préciser qu'un soutien social et éducatif a vraisemblablement accompagné les opérations policières. Après les nombreuses interventions musclées et les démonstrations de force, il y a eu un ensemble de mesures sociales, de structures municipales et de services sociaux de la mairie qui ont développé des politiques publiques : aide à la scolarité, développement de micro-crèches, structures de micro-crédit pour développer des activités…[362] Étant donné que le pays connait un taux de croissance confortable ces dernières années, les populations des favelas sont confortées dans l'idée d'avoir un emploi et un avenir.

Malgré tout, certaines régions du Brésil (comme les favelas, et notamment celles qui n'ont pas bénéficié de l'opération pacification) demeurent risquées et il est jugé préférable de les éviter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Diversité ethnique du Brésil.
Groupe ethnique (2010)[368]
Blanc 47,7 %
Métis 43,1 %
Noir 7,6 %
Asiatique 1,1 %
Amérindien 0,4 %

Lors du recensement de 2010, la population du Brésil était de plus de 190 millions de personnes[369]. En 2013, elle s'élève a 200 362 000 habitants, ce qui place le Brésil au rang du cinquième pays le plus peuplé du monde[370]. la densité de population est faible, 24 hab./km2(un chiffre comparable aux autres pays d'Amérique du Sud) pour un taux d'urbanisation de 84,90% de la population[371]

En 2010, le taux de fécondité était estimé à 1,81 enfant/femme, ce qui est inférieur au seuil de renouvellement des générations. La population du Brésil a augmenté de manière significative entre 1940 et 1970 en raison d'une baisse du taux de mortalité, tandis que le taux de natalité a également montré une légère baisse sur la même période. Dans les années 1940, le taux de croissance de la population était de 2,4% par an, passant à 3% en 1950 avant de se stabiliser à 2,9% en 1960. Dans le même temps, l'espérance de vie est passé de 44 à 54 ans[372] et jusqu'à 72 ans dans les années 2010[373]. Le taux de croissance de la population a tendance à diminuer depuis 1960, passant de 3,04% en 1950-1960 à 1,13% en 2011. En 2050, on estime que le taux sera a une valeur de -0,29[374], complétant ainsi la Transition démographique.

La chute spectaculaire du taux de fécondité procède des choix faits par les femmes et non d'une politique gouvernementale. Pas de politique de l'enfant unique comme en Chine (aujourd'hui abolie[375], pas de campagne de stérilisation forcée des populations comme en Inde[376].

Le Brésil possède l'une des populations les plus diversifiées au monde sur le plan ethnique[377].

L'immigration européenne au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

l'empereur Pedro II, dernier empereur du Brésil, descendant de la famille royale portugaise.

De la fin du XIXe siècle au milieu du XXe, le Brésil a accueilli des immigrants du monde entier, principalement d'Europe. Les premiers européens a immigrer sont des suisses[378], des allemands et des irlandais. Les allemands s'installent principalement dans les trois grands États du Rio Grande do Sul, de Santa Catarina et du Paraná. L'influence culturelle allemande a eu un grand impact sur la société brésilienne, ce qui se démontre a travers des villes comme Novo Hamburgo dans le Rio Grande do Sul ou Blumenau dans l'État de Santa Catarina qui, encore aujourd'hui, conservent une fort personnalité culturelle allemande.

Cependant, c'est dans les années 1870 qu'a lieu l'explosion du nombre d'immigrants européens a destination du Brésil. Cette période est appelée la « Grande Immigration »[379]. Avant 1872, on comptait environ 10 000 arrivée d'européens par an au Brésil, chiffre qui passe a près de 100 000 par an dans les années 1880[380],[381]. Durant cette période, les quatre principaux groupes d'immigrants sont les portugais (31%), les italiens (25%), les allemands (8%) et les espagnols (2%)[379]. Au 19e siècle, c'est l'immigration italienne qui prédomine, en particulier dans l'Etat de São Paulo. De plus, les italiens dépassent les portugais et deviennent, avec une écrasante majorité (61% de tous les arrivants), le premier groupe de nationalité a s'installer au Brésil[379]. Les données du ministère des Affaires étrangères stipulent que plus de 1,4 millions d'italiens ont accosté au Brésil entre 1884 et 1973, contre 1,2 millions de portugais, 580 000 espagnols et plus de 200 000 allemands[382].

Outre les italiens, portugais, espagnols et allemands, d'autres nationalités sont également arrivées : des polonais, des hongrois[383], des ukrainiens, des scandinaves, des slaves, des grecs... Également, il y eu un nombre non négligeable de russes ; en effet, pas moins de 100 000 russes se sont installés au Brésil, ce qui fait des russes l'un des principaux groupes de nationalité a débarquer sur le sol brésilien.

Cette arrivée massive d'européens a eu une répercussion significative sur la composition ethnique du pays. Le nombre d'européens n'a cessé d'augmenter pendant plus d'un siècle, de 500 000 entre 1808 et 1883[384], près de 880 000 entre 1884 et 1893[384], puis a dépassé le million en 1913[384]. L'apport de l'immigration européenne au patrimoine ethnique brésilien se vérifie dans le nombre de brésiliens blancs, qui passe de 38,1% en 1872 a 44% en 1890[385]. Aujourd'hui, on compte 90 millions de brésiliens caucasiens (47% de la population totale) ce qui représente le premier groupe ethnique du pays, devant les métis (83 millions) et les afro-brésiliens (14 millions[386].) Les allemands et les italiens notamment ont considérablement influencé le paysage ethnique du Brésil : on estime aujourd'hui que près de 33 millions de brésiliens descendent des italiens et que 18 millions de brésiliens ont des origines allemandes[387].

Immigration scandinave[modifier | modifier le code]

Le Brésil a également reçu une importante immigration de citoyens de pays scandinaves. En effet, au cours du 19e siècle, de nombreux scandinaves sont arrivés au Brésil, dont des citoyens suédois et danois à São João da Boa Vista[388], dans l'état de São Paulo. Ces dernières années, de nombreux norvégiens et suédois ont migré vers la zone littorale de l'État de Rio Grande do Norte (dans la ville de Natal) et Ceará, attirés par les plages et le climat tropical[389].

Groupes ethniques[modifier | modifier le code]

Le Brésil accueille de grandes diasporas, :

  • Italie : 33 millions de Brésiliens sont d'origine italienne, approximativement 15 % de la population brésilienne[390]. Cette population italienne est considérée comme la plus importante vivant hors d’Italie. Luiz Felipe Scolari, l'ancien entraîneur de l'équipe de football du Brésil est d'origine italienne.
  • Liban : 6 millions de Brésiliens sont d'origine libanaise, vivant principalement à São Paulo, Belo Horizonte et Rio de Janeiro[391]. Parmi les notables brésiliens d'origine libanaise, on peut citer le nom de Geraldo Alckmin, actuel gouverneur de São Paulo ou Michel Temer, l'actuel Vice-Président du Brésil[392].
  • Allemagne : il existe également une importante communauté germanique au Brésil. On estime que pas moins de 5 à 18 millions de Brésiliens sont d'origine allemande. C'est dans le sud particulièrement que l'on trouve des lieux  d'immigration de populations germanophones[393]. Ainsi, la ville de Blumenau, réputée pour sa forte personnalité culturelle allemande[394], que ce soit dans le folklore, l'architecture ou le paysage, compte une population d'origine allemande de 40%[395],[396]. Le Brésil abrite la plus troisième plus grande communauté d'origine allemande au monde, derrière l'Allemagne et les États-Unis. Parmi les brésiliens d'origine allemande célèbres, on peut nommer Gisele Bündchen, une des mannequins les plus célèbres du monde, Oscar Niemeyer, le fondateur de la ville de Brasilia, Eike Batista, 7e personne la plus riche du monde en 2012[397],[398], ou Dunga, l'actuel entraîneur de l'équipe de football du Brésil.
  • juifs : près de 190 000 personnes sont de confession juive, faisant ainsi du Brésil le huitième foyer diasporique juif (après les États-Unis, Israël, la France, la Russie, l'Ukraine, le Canada, le Royaume-Uni et l'Argentine)[399].Eduardo Saverin, co-fondateur avec Mark Zuckerberg du célèbre réseau social Facebook, est un brésilien d'origine juive.
  • Japon : la plus grande communauté d'origine japonaise du monde (hors Japon) est aussi présente à São Paulo, avec 1,6 million de personnes[400]. On les appelle les nippo-brésiliens. Sabrina Sato, une actrice et mannequin particulièrement connue au Brésil, est d'origine japonaise et européenne (Suisse).
  • Quoique dans une moindre mesure, il existe également un nombre non négligeable de descendants de Français au Brésil. Entre 1850 et 1965, près de 100 000 Français ont immigré au Brésil[401]. C'est le pays qui a reçu le deuxième plus grand nombre d'immigrants français en Amérique du Sud après l'Argentine (239 000). Aujourd'hui, on estime a environ 1 000 000 le nombre de brésiliens ayant des ascendants français[402]. Hercule Florence, un franco-brésilien, a été un des pionniers de la photographie au Brésil.

Afro-brésiliens, blancs et métis[modifier | modifier le code]

La population brésilienne se répartie de la façon suivante[403],[404],[405]:

  • Blancs : 47,3% (90 millions)
  • Métis : 43,1 % (82 millions)
  • Noirs : 7,6% (14 millions)
  • Asiatiques : 2,1% (4 millions)
  • Amérindiens : 0,3% (572 000)

L'arrivée des fondateurs portugais a donné lieu a un important métissage avec les populations amérindiennes autochtones, métissage qui s'est poursuivit avec l'arrivée, plus tard, d'un grand nombre d'européens (autres que portugais) et celle des esclaves importés depuis le continent Africain. La grande majorité des études génétiques menées sur la population brésilienne révèle que le patrimoine génétique des brésiliens est composé principalement par l'apport de trois groupes principaux (européen, amérindien et africain), avec toutefois une domination net de l'ascendance européenne (majoritaire de 65% a 77%), et ce quelles que soient les régions du pays[406],[407],[408],[409].)

Une étude effectuée en 2013 sur la base de plus de 1300 échantillons provenant de toutes les régions du Brésil a démontré que les métissages entre amérindiens, européens et africains ne présentent pas tous le même degré et la même importance en fonction des régions concernées. Selon cette étude, l’ascendance européenne est la plus répandue (allant jusqu’à 74%) dans toutes les populations urbaines. Les populations du Nord présentent un héritage génétique a contribution amérindienne deux fois plus importante que la contribution africaine. En revanche, dans le Nord-Est, Centre-Ouest et Sud-Est, l'ascendance africaine est la deuxième plus répandue (derrière l'ascendance européenne[410].)

Region[411] Européen Africain Amérindien
Nord 51% 17% 32%
Nord-Est 56% 28% 16%
Centre-Ouest 58% 26% 16%
Sud-Est 61% 27% 12%
Sud 74% 15% 11%

De même, une autre étude, basée sur 1000 échantillons venant de tout le pays, a confirmé une ascendance européenne majoritaire, suivie par une une contribution amérindienne et africaine plus ou moins importante[412]

L'étude mentionne que « dans toutes les régions étudiées, l'ascendance européenne était prédominante, avec des proportions allant de 60,6% dans le Nord à 77,7% dans le Sud. »

Redenção de Cam (1895), illustrant l'éclaircissement du lignage familial au fil des générations.
Region[413] Européen Africain Amérindien
Nord 60,6% 21,3% 18,1%
Nord-Est 66,7% 23,3% 10,0%
Centre-Ouest 66,3% 21,7% 12,0%
Sud-Est 60.7% 32.0% 7.3%
Sud 81,5% 9,3% 9,2%
Region[409] Européen Africain Amérindien
Nord 68,80% 10,50% 18,50%
Nord-Est 60,10% 29,30% 8,90%
Sud-Est 74,20% 17,30% 7,30%
Sud 79,50% 10,30% 9,40%

Une autre étude, menée avec des échantillons provenant des cinq régions du pays, a indiqué que, en moyenne, les ancêtres européens sont contributeurs a 80% du patrimoine génétique de la population. L'ascendance européenne est majoritaire dans toutes les régions (entre 60 et 70%) et présente peu de variabilité, a l'exception du Sud, ou elle peut atteindre jusqu’à 90%. Selon une autre étude réalisée en 2008 par l'Université de Brasilia , l'ascendance européenne domine dans l'ensemble du Brésil (dans toutes les régions), ce qui représente 65,9% du patrimoine de la population, suivie par la contribution africaine (24,80%) et la contribution amérindienne (9,3%)[414]

Dans l'état de São Paulo, l'ascendance amérindienne s'élève a 11%[415]. Le gène européen, lui, représente 79% du patrimoine de la population de São Paulo[416]

Region[417] Européen Africain Amérindien
Nord 71,10% 18,20% 10,70%
Nord-Est 77,40% 13,60% 8,90%
Centre-Ouest 65,90% 18,70% 11,80%
Sud-Est 79,90% 14,10% 6,10%
Sud 87,70% 7,70% 5,20%

Les peuples indigènes du Brésil (Amérindiens) comprennent un grand nombre de groupes ethniques qui habitaient la région avec l'arrivée des européens, ils ne représentent plus que 0,3%.

Religions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religions au Brésil.

D'après le recensement de l'année 2010 par l’Institut brésilien de géographie et de statistiques, la répartition religieuse de la population est la suivante[418] :

Le Brésil est un pays laïc, l’Église est officiellement séparée de l’État et la Constitution prévoit la liberté religieuse[419]. Malgré la baisse du nombre de catholiques (de 73,6% en 2000[420] a 64,6% en 2010[421],[422]), la religion catholique demeure la plus importante du pays. Si le catholicisme est en baisse, la religion chrétienne dans son ensemble demeure stable puisque la baisse du nombre de catholiques est nuancée par la hausse croissante du nombre de protestants et d'évangéliques[423],[424]. Le recensement de 2010 stipule que la plus forte proportion de catholiques se trouve dans l'état de Piauí (85,1%) et la plus faible dans l'état de Rio de Janeiro (45,8%.) A l'inverse, l'état qui compte le plus grand nombre de protestants évangéliques est Rondônia (33%) et celui qui en compte le moins est Piauí (9,7%)[425].

D'après le dernier recensement de 2010 , 64,6% de la population est catholique, 22,2% est protestante, 2,7% est d'une autre confession chrétienne, 2% est spirite et 0,4% est d'une confession non-chrétienne (incluant l'Islam, le Judaïsme, le bouddhisme, les religions amérindiennes ou encore les religions afro-brésiliennes, etc). Enfin, 8% se déclare sans religion[426]. Après les États-Unis, le Brésil est le pays avec la plus grande population de chrétiens du monde[427]. C'est également le pays catholique le plus peuplé (les américains étant majoritairement protestants.)

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture du Brésil.
Le lundu, en 1835, gravure de Johann Moritz Rugendas.

Le noyau de la culture du Brésil est le résultat du mélange entre les traditions et les coutumes des trois groupes qui ont contribué a façonner l'identité nationale du pays : les fondateurs portugais, les amérindiens et les immigrants qui vinrent au Brésil au cours des siècles (européens, africains, orientaux, slaves, scandinaves, etc.)

L'influence de la culture européenne sur le Brésil se retrouve dans la langue (portugais), la religion (catholicisme) et l'architecture[428]. La culture brésilienne tient également des cultures africaines, amérindiennes et des pays européens (autres que le Portugal). Plusieurs aspects de la culture brésilienne ont été fortement influencés par l'arrivée des immigrants italiens, allemands et espagnols (trois des principaux groupe en provenance d'Europe) qui se sont installés en grand nombre dans les régions du Sud et du Sud-Est du Brésil[429]. Les amérindiens, eux, ont influencé la langue (plusieurs mots du portugais-brésilien sont dérivés des anciennes langues indigènes), tandis que les africains ont laissé leur empreinte sur la musique, la cuisine et la danse[430] (notamment en donnant naissance a la Capoeira, un art martial inventé par les esclaves venus d'Afrique[431].)

L'art brésilien a été développé depuis le XVIe siècle dans des styles différents qui vont du style baroque (le style dominant au Brésil jusqu'au début du XIXe siècle) a l'art abstrait, en passant par le romantisme, le modernisme, l'expressionnisme, le cubisme, le surréalisme. Le cinéma brésilien remonte à la fin du XIXe siècle et a gagné au cours des dernières années une nouvelle reconnaissance internationale, avec l'avènement de films aujourd'hui connus au-delà des frontières nationales, comme la Cité de Dieu, qui a reçu de nombreux prix internationaux, quatre nominations aux oscars[432] et a été élu parmi les 100 meilleurs films de tous les temps par le TIME magazine[433].

Société[modifier | modifier le code]

Le Brésil fait partie des pays émergents. Les inégalités économiques sont parmi les plus élevées au monde. Les ségrégations sociale et raciale existent de facto entre les pauvres des bidonvilles et les familles les plus riches, qui se retranchent dans des quasi-bunkers pour se protéger de la délinquance, notamment des rapts à Rio de Janeiro et São Paulo.

Même si l'antiracisme et le métissage font partie du nationalisme brésilien, de nombreux préjugés raciaux subsistent. Le Brésil compte la deuxième grande population noire ou métisse au monde après le Nigeria. 49,5 % de la population se dit noire ou métisse selon des sondages IBGE de 2006 (43,7 % métis et 7,6 % noirs.)

Élu en 2002 sur un programme de réduction des inégalités sociales, le président Lula a lancé le 30 janvier 2003 le programme « Faim zéro » afin d'éliminer la faim au Brésil. Dans ce programme s'inscrit la bolsa família, qui lie le versement d'une somme d'argent aux familles pauvres à la scolarisation de leurs enfants. Ce programme est entré progressivement en vigueur et touche en 2006 près de 30 % de la population. Il aurait contribué de manière significative à une baisse récente de la pauvreté au Brésil d'après un rapport de la Banque mondiale[434].

En 2007, on comptait environ 50 000 homicides par an dans le pays[154]. Entre janvier et septembre 2007, la police a tué 1 300 personnes rien que dans l'État de Rio, soit une augmentation de 60 %[154]. Chaque jour, trois jeunes de 15 à 24 ans sont assassinés[154]. Une automobile est volée à Rio de Janeiro toutes les douze minutes[154].

Le mariage entre personnes de même sexe est autorisé depuis une décision du Conseil national de justice du 14 mai 2013.

Langue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Langues au Brésil.

Le portugais est la langue officielle du Brésil[435] depuis la Constitution de 1988 (article 13). Cette langue est parlée par une très grande majorité de la population et est celle qui est utilisée dans les documents administratifs et dans les médias (journaux, radios, télévisions...) La plupart des municipalités officient en portugais mais il existe néanmoins quelques exceptions[436] (détaillée plus bas). Le nheengatu, le tucano et le baniwa, des langues amérindiennes, ont obtenu le statut co-officiel avec le portugais, à São Gabriel da Cachoeira[437].

Le portugais brésilien diffère quelqu'un peu du portugais européen, ce qui s'explique par la rencontre entre les colons portugais et les peuples amérindiens. L'influence que les langues autochtones ont eu sur le portugais originel (tel qu'il a été apporté par les colons) a en effet été relativement significatif : William Schurz, un diplomate, a écrit en 1961 que près de 20 000 mots des langues amérindiennes ont été absorbés par le portugais, dont les plus célèbres (tabac, manioc, jaguar, tapioca, hamac, etc) appartiennent aujourd'hui également au vocabulaire français et anglais.

L'espagnol, l'allemand et l'italien sont également très répandus au Brésil. Les migrants italiens et allemands ayant été nombreux au Brésil, beaucoup de régions, particulièrement au sud, ont l'allemand ou l'Italien comme langue co-officielle[438],[439],[440]. En ce qui concerne l'espagnol, il s'agit de la deuxième langue la plus parlée dans le pays[441].

Portugais brésilien et portugais européen[modifier | modifier le code]

Le portugais a été apporté au Brésil par les fondateurs portugais en 1500. Le portugais-brésilien s'est ensuite développé sous l'influence des peuples autochtones amérindiens, puis, plus tard, avec l'arrivée de nombreuses populations depuis le monde entier. Ainsi, les populations européennes (autres que portugaises) ont également contribué a influencé le paysage linguistique du Brésil, ce qui se démontre par la présence dans le pays d'un grand nombre de dialectes dérivés des langues européennes, principalement italienne et allemande. Les africains venus pendant la période de l'esclavage ont aussi apporté des éléments de leurs langues maternelles[442],[442].

En conséquence, le portugais-brésilien est quelque peu différent, en particulier dans la phonologie, du portugais-européen. Néanmoins, le portugais tel qu'il est parlé aujourd'hui demeure relativement proche du portugais utilisé au Portugal. On estime en effet que les différences entre les deux langues sont de nature comparable a celles qui existent entre l'Anglais américain et l'anglais britannique[443].

Que ce soit dans la partie Nord ou dans la partie Sud, le Brésil est le seul pays de langue portugaise du continent américain, ce qui fait de la langue une part importante de l'identité nationale brésilienne et contribue a lui forger une culture nationale distincte de celle de ses voisins hispanophones[444]. Le poids du Brésil en Amérique du Sud (de par sa taille, il recouvre a lui seul près de la moitié de la région) fait que le portugais possède cependant une influence non négligeable sur les autres pays du continent. Ainsi, le portugais a un statut quasi obligatoire dans les écoles des pays voisins, comme en Uruguay, par exemple, ou la pratique du portugais est enseignée comme une matière obligatoire dès la 6e[445].

Allemand et Italien[modifier | modifier le code]

Plusieurs municipalités, en raison de l'importante présence culturelle allemande et italienne qui y est présente, possèdent l'italien ou l'allemand comme langue co-officielle, avec le portugais. Par exemple, Santa Maria de Jetibá (Espírito Santo) et Pomerode (Santa Catarina),officient en allemand et en talien (un dialecte du vénitien proche de l'italien)[446],[447].

Les états de Santa Catarina et Rio Grande do Sul ont le talien dans leur patrimoine linguistique officiel[448],[449], tandis que l'état d'Espírito Santo, depuis août 2011, inclut dans sa constitution, le poméranien, et l'allemand comme patrimoine culturel[450]. Il y a également d'importantes communautés de locuteurs de ce qu'on appelle l'Hunsrückisch (un dialecte dérivé de l'allemand) dans le sud du pays[451]. L'Italien et l'Allemand, dont sont dérivés l'Hunsrückisch et le talien, ont été apportés au Brésil par les migrants germaniques et italiens qui arrivèrent vers le XIXe siècle[452],[453].

Français[modifier | modifier le code]

L’État brésilien de l'Amapa a rendu en 1999 obligatoire l'enseignement du français dans les écoles publiques, à la suite d'une loi fédérale de 1998 obligeant les écoles publiques du pays à enseigner au moins une langue étrangère[454]. Le choix de l'Amapa pour le français s'explique par une volonté de rapprochement avec la Guyane française, limitrophe, voire d'une volonté de désenclavement, vu l'isolement pour des raisons géographiques de cet État par rapport au reste du Brésil. Un créole à grande base lexicale française est parlé en Amapa : le karipuna, ou louço-francés (ou luso-français, car ce créole comporte du vocabulaire lusophone).

La ville d'Ouro Preto est membre de l'Association internationale des maires francophones[455]. On estime que plusieurs centaines de milliers de brésiliens parlent français (en incluant ceux qui l'étudient spécifiquement et les autres francophones.)[456]. L'Alliance française possède au Brésil son plus vaste réseau dans le monde, avec 40 établissements et quelque 40.000 élèves[457].

Sport[modifier | modifier le code]

Pelé, le meilleur buteur de l'histoire du Brésil.

Le sport le plus populaire au Brésil est le football[458]. Au classement mondial de la FIFA, l'équipe nationale (connue aussi comme la Seleção) a été tout au long de son histoire classée parmi les meilleures équipes au monde. Le football brésilien est réputé dans le monde entier : la Seleção a remporté à cinq reprises la Coupe du monde de football (1958, 1962, 1970, 1994 et 2002), soit plus que n'importe quel autre pays[459]. Le Brésil est aussi connu pour être la seule sélection à n'avoir jamais manqué aucune phase finale de Coupe du monde[460]. Des Brésiliens se sont illustrés dans d'autres sports au niveau international : César Cielo a la natation, Gustavo Kuerten (surnommé « Guga ») au tennis, Ayrton Senna, Emerson Fittipaldi, Rubens Barrichello, Nelson Piquet et Felipe Massa en Formule 1, Alexandra do Nascimento en handball ainsi que Torben Grael et Robert Scheidt pour la voile.

Le Brésil compte une multitude de footballeurs mondialement reconnus a travers le monde, comme Pelé, seul joueur de l'histoire à avoir gagné la Coupe du monde trois fois (entre 1958 et 1970), et généralement considéré, de l'avis unanime, comme le ou l'un des plus grands joueurs de tous les temps[461]. De grands noms du football brésilien se sont illustrés a travers les époques[462] : on peut citer, parmi les plus célèbres, Ronaldo, Ronaldinho, Roberto Carlos, Rivaldo, Romário, Kaká ou encore Zico, surnommé « Le Pelé blanc »[463] .

Aujourd'hui encore, un grand nombre de joueurs brésiliens continuent a évoluer au plus haut niveau et dans les plus grands clubs du monde. Ainsi, parmi les joueurs brésiliens actuels, les plus réputés sont (notamment) : Oscar, évoluant dans le club de Chelsea, Marcelo du Réal Madrid, Dani Alves du FC Barcelone, David Luiz, considéré comme un des meilleurs défenseurs du monde[464] (ayant officié a Chelsea puis aujourd'hui au Paris Saint-Germain), Thiago Silva, qui fait partie des 20 meilleurs défenseurs de la planète[465],[466], et surtout Neymar, lequel évolue au FC Barcelone et fait déjà partie, a seulement 22 ans, des meilleurs joueurs du monde aux côtés des célèbres Cristiano Ronaldo et Lionel Messi[467]. Par ailleurs, Diego Costa, l'international espagnol de Chelsea, est né au Brésil et possède également la nationalité brésilienne[468].

L'équipe du Brésil en 1970, vainqueur 4-1 en finale de la coupe du monde contre l'Italie.

Le Volley-ball, le basket-ball, la formule 1 et les arts martiaux attirent également un large public. À titre d'exemple, l'équipe nationale du Brésil de volley-ball masculine, est, avec la Russie, l'équipe la plus titrée de la Ligue mondiale de volley-ball[469] tandis que l'équipe féminine détient le titre de championne de la World Grand Champions Cup[470]. De plus, l'équipe nationale de volley-ball a détenu successivement de 2002 a 2010 le titre de champion du monde (3 fois de suite.)

La pratique des arts martiaux, en particulier le jiu-jitsu brésilien (ou Gracie jiu-jitsu) est actuellement très développée au Brésil[471]. En plus du Jiu-Jitsu brésilien, les Brésiliens ont développé la célèbre Capoeira[472] et le Vale Tudo[473]. En ce qui concerne le domaine de la course automobile, le Brésil est la aussi particulièrement bien représenté : en effet, trois pilotes brésiliens ont remporté le championnat du monde de Formule 1 à huit reprises[474],[475],[476].

En outre, Ayrton Senna, véritable idole au Brésil, est considéré comme l'un des plus grands pilotes de l'histoire de la Formule 1[477].

Football[modifier | modifier le code]

Neymar, jeune prodige brésilien, considéré comme un des meilleurs joueurs du monde a seulement 22 ans.

Le Football est le sport le plus populaire au Brésil[478]. La Seleção, (l'équipe nationale de football du Brésil) fait partie des 8 nations à avoir remporté la Coupe du monde[479] et est celle qui a gagné le plus de fois le trophée mondial (en 1958, 1962, 1970, 1994 et 2002)[480]. Seul pays à avoir disputé toutes les phases finales de la compétition, le Brésil est par ailleurs l'unique détenteur du Trophée Jules Rimet, mis en jeu à partir de 1930 et qu'il a définitivement conservé à l'issue de sa 3e victoire[481]. Le Brésil a donné au monde une multitude de joueurs mondialement reconnus, dont un grand nombre est considéré comme faisant partie des légendes de l'histoire du football[482].

Le plus connu d'entre tous est très certainement Pelé, considéré comme une figure majeure du football et fréquemment nommé comme le meilleur joueur de tous les temps[483],[484]. Pelé est le seul footballeur à avoir été champion du monde à trois reprises, en 1958, 1962 et 1970[485]. Il possède un palmarès exceptionnel, dont la Coupe intercontinentale, la Copa Libertadores, le championnat des États-Unis, le championnat de São Paulo (à onze reprises)[486] ainsi que plusieurs récompenses individuelles, comme le prix d'athlète du siècle par le CIO[487], le prix du joueur du XXe siècle décerné par la FIFA ou encore le ballon d'or d'honneur, qu'il a reçu le 13 janvier 2014[488]. Il fait partie de l'équipe mondiale du XXe siècle.

Le Brésil a accueilli la coupe du monde deux fois[489],[490], en 1950 et en 2014, devenant ainsi le seul pays d'Amérique du Sud à avoir accueilli deux coupes du monde[491]. Que ce soit en 1950 ou en 2014, le Brésil a été considéré avant le début de la compétition comme étant le favori pour décrocher le titre mondial. Cependant, malgré cela, il a connu deux désillusions : en 1950 en s'inclinant en finale contre l'Uruguay et en 2014 après avoir subi une défaite historique contre l'Allemagne en demi-finale (1-7). Ces deux défaites ont été vécues comme des drames nationaux[492],[493].

Tous les grands noms du football brésilien ont joué un rôle actif dans l'histoire du football. Beaucoup des joueurs de la Seleção ont été élevés au rang de super-stars, atteignant le statut de célébrités planétaires dont la notoriété dépasse largement les frontières nationales. Ainsi, des noms comme Pelé, Garrincha, Cafu, Ronaldo, Roberto Carlos, Romário, Ronaldinho, Kaká, Zico, Rivaldo, Gilberto Silva, Luís Fabiano etc, sont, pour la plupart, connus bien au-delà du monde du football[494].

Capoeira[modifier | modifier le code]

La Capoeira est un art martial afro-brésilien développé a l'époque coloniale par les esclaves africains. Au XVIe siècle, les colons portugais ont séparé et mélangé différentes tribus africaines pour diminuer les risques de révoltes, ce qui fit que plusieurs populations se sont retrouvées en contact[495]. De ce regroupement hétéroclite serait alors née la première forme de capoeira, art mélangeant habilement la danse et les techniques de combat. Les premiers capoeiristes s’entraînaient à lutter en cachant leur art martial sous l'apparence d'un jeu ; ainsi, quand les maîtres approchaient, le caractère martial était déguisé par la musique et les chants, le combat se transformant promptement en une sorte de danse en forme de jeu agile qui trompait leur méfiance et les empêchaient de voir le caractère belliqueux de la capoeira[496]. Les esclaves pouvaient ainsi s’entraîner au combat sans éveiller les soupçons des colons, lesquels pensaient qu'il ne s'agissait que d'une autre « brincadeira » d'esclave (jeu ou divertissement en portugais)[497]. La capoeira aurait été aussi conçue et pratiquée dans les « quilombos », refuges secrets d'esclaves en fuite créés dans des endroits peu accessibles dans le but d'échapper et résister à leurs tortionnaires. Le plus connu, « O Quilombo dos Palmares » a tenu plus d'un siècle et a fait l'objet de nombreux chants et son représentant le plus célèbre, Zumbi dos Palmares, est une des figures de la résistance des esclaves africains[498],[499].

Ce sport est aujourd'hui reconnu comme d'une grande importance culturelle et est pratiqué dans le monde entier[500].

Volley-ball[modifier | modifier le code]

L'équipe nationale de volley-ball du Brésil est l'une des meilleures au monde. Que ce soit avec l'équipe masculine ou féminine, le Brésil est actuellement la nation dominante dans ce sport :

L'équipe nationale de volley-ball masculine du Brésil se classe numéro un dans le classement mondial de la FIVB[501].

Voici une liste des titres et trophées détenus par la sélection nationale masculine de volley-ball[502]

  • 2 médailles d'or olympiques (1992 et 2004) et trois médailles d'argent (1984, 2008 et 2012)
  • 3 médailles d'or aux championnats du monde (2002, 2006, et 2010)
  • 2 médailles d'or en Coupe du monde (2003 et 2007)
  • 9 fois champions de la Ligue mondiale de volley-ball (1993, 2001, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009, et 2010)

L'équipe nationale de volley-ball féminine est classée numéro deux dans le classement mondial[503].

Voici une liste des titres et trophées détenus par la sélection nationale féminine de volley-ball[504]

  • 2 médailles d'or olympiques (2008 et 2012) et deux médailles de bronze (1996 et 2000)
  • 2 médailles d'argent aux championnats du monde (2006, et 2010)
  • 10 fois championne du Grand Prix mondial de volley-ball (1994, 1996, 1998, 2004, 2005, 2006, 2008, 2009, 2013 et 2014)
  • 2 fois championne de la World Grand Champions Cup féminine (2005 et 2013)

De plus, les équipes juniors détiennent le même taux de succès que les équipes seniors. Le 25 mars 2007, le classement mondial de la FIVB classe l'équipe junior féminine du Brésil au premier rang mondial du championnat du monde U20 femmes[505] et l'équipe junior masculine au premier rang mondial du championnat du monde U21 hommes[506].

Le beach-volley est également un sport très populaire au Brésil[507].

Formule 1[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la course automobile, le Brésil compte trois champions du monde de Formule 1 : Emerson Fittipaldi (1972 et 1974)[508], Nelson Piquet (1981, 1983 et 1987)[509], et le plus célèbre : Ayrton Senna (1988, 1990 et 1991)[510]. Au total, le Brésil compte a son palmarès pas moins de 101 courses de formule 1 remportées (dont le Grand Prix d'Italie en 2009), réparties entre 41 pour Senna[511], 23 pour Piquet[512], 14 pour Fittipaldi[513], 11 pour Felipe Massa[514], 11 pour Rubens Barrichello[515] et 1 pour José Carlos Pace[516].

En 1994, le Brésil a annoncé trois jours de deuil national après la mort du triple champion du monde Ayrton Senna, décédé pendant le Grand Prix de Saint-Marin 1994[517]. Ayrton Senna est aujourd'hui reconnu dans le monde entier comme l'une des légendes de l'histoire de la Formule 1 et un héros national[518].

Le Grand Prix du Brésil est inscrit depuis 1972 dans le calendrier de la Formule 1. Les deux circuits hôtes de la course sont le circuit de Jacarepaguá et celui d'Interlagos. Le premier, situé à Rio de Janeiro, a accueilli la course a dix reprises, mais n'existe plus aujourd'hui[519]. Il a été baptisé en l'honneur du pilote brésilien Nelson Piquet, triple champion du monde (1981, 1983, 1987). Le second, connu également comme l'Autodromo José Carlos Pace, tient son nom de l'ancien pilote de F1 José Carlos Pace, décédé en 1977. Depuis 1990, le Grand Prix du Brésil se déroule sur le circuit d'Interlagos, a São Paulo[520].

Le Brésil possède également une écurie de formule 1 fondée en 1975, la Fittipaldi Automotive. Les brésiliens ont remporté 6 fois l'Indianapolis 500 : en 1989 et en 1993 grâce à Emerson Fittipaldi[521], en 2001,2002 et 2009 grâce a Hélio Castroneves[522] et en 2003 grâce a Gil de Ferran[523].

En ce qui concerne les courses de voitures de sport, le pilote brésilien Raul Boesel a remporté en 1987 le Championnat du monde[524] et a terminé deuxième en 1991 aux 24 Heures du Mans[525]. Ricardo Zonta, un autre pilote brésilien, a remporté en 1998 le Championnat FIA GT[526].

Depuis la création en 1987 du championnat d'Amérique du Sud de Formule 3, la très grande majorité des vainqueurs ont été brésiliens.

Dans le domaine des courses de moto, le coureur brésilien le plus important est Alex Barros qui est également le coureur le plus expérimenté de tous les temps dans la catégorie MotoGP, avec 276 départs de course et sept victoires a son actif[527],[528].

Codes[modifier | modifier le code]

Le Brésil a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. PIB nominal, d'après la FMI.
  2. registre
  3. http://www.un.int/brazil/brasil/brazil-land.htm
  4. « Gross domestic product 2013 », sur databank.worldbank.org
  5. « Global Firepower Military Ranks - 2014 », sur globalfirepower.com
  6. « Le Brésil, la superpuissance qui monte », sur ouest-france.fr
  7. « 10 Reasons Why Brazil Will Become A World Super Power », sur chengrob.com
  8. « Encontro analisa imigração italiana em MG », sur italiaoggi.com.br
  9. « Les Allemands et leur migration rapide vers le Brésil », sur nopanda.com
  10. « Le Brésil, nouvelle puissance pétrolière », sur energie.sia-partners.com
  11. « Le Brésil, futur poids lourd pétrolier de la planète », sur lesechos.fr
  12. « Brasil – Origem do nome » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 5 mai 2010
  13. « Constituição brasileira de 1891 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 10 mai 2010
  14. (pt) Antônio Houaiss, Dicionário Houaiss da Língua Portuguesa, Objetiva,‎ 2009
  15. (pt) Jorge COUTO, A construção do Brasil, FORENSE UNIVERSITÁRIA,‎ 1997, 399 p.
  16. site Internet gouvernemental
  17. « Constitución Política de la República Federativa del Brasil, 1988 » (consulté le 17 de diciembre de 2011)
  18. (en) Naciones Unidas - Grupo de Expertos en Nombres Geográficos, « UNGEGN list of country names » (consulté le 12 de diciembre de 2011)
  19. « Ambassade du Brésil en France », sur bresil.org (consulté le 23 mai 2009)
  20. Mercosul Educacional, « A Pré-História do Brasil registrada » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 10 novembre 2011
  21. (pt) « O PAPEL DA MIGRAÇÃO INTERNACIONAL NA EVOLUÇÃO DA POPULAÇÃO BRASILEIRA (1872 A 1972) », sur scielo.br,‎ 1974 (consulté le 19 octobre 2014)
  22. (pt) « Que índios dominavam o litoral do Brasil na época do Descobrimento? », sur mundoestranho.abril.com.br
  23. CASCUDO, Luís da Câmara. Dicionário do folclore brasileiro, vol. II, p. 865.
  24. Fausto, Carlos "Os Índios antes do Brasil" Jorge Zahar Ed. 2000 ISBN 85-7110-543-X páginas 45-46, 55 (último parágrafo)
  25. « IV) Les civilisations précolombiennes ou amérindiennes », sur historia2004.free.fr (consulté le 19 octobre 2014)
  26. Ibidem Fausto 2000, páginas 78 a 80
  27. Boxer 2002, p. 98
  28. Mercosul Educacional, « A Pré-História do Brasil registrada » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), INEP.gov.br, 2006. Consulté le 19 de diciembre de 2011
  29. « Partage du monde à Tordesillas », sur www.herodote.net.
  30. « Brésil », sur la-definition.fr.
  31. Boxer 2002, p. 100-101
  32. a et b Skidmore 2003, p. 27
  33. Boxer 2002, p. 101
  34. Skidmore 2003, p. 36
  35. Boxer 2002, p. 110
  36. Skidmore 2003, p. 34
  37. Skidmore 2003, p. 32-33
  38. « 10 novembre 1555: Le rêve avorté d'une France antarctique », sur herodote.net.
  39. Bueno 2003, p. 80-81
  40. « Un Brésil en sucre », sur brasilazur.com.
  41. Luiz Felipe de Alencastro, « La fusion brésilienne », dans l'Histoire, no 322, juillet-août 2007, p. 45
  42. « Le commerce triangulaire », sur monumerique.bordeaux.fr.
  43. « commerce triangulaire », sur herodote.net.
  44. « From 1624 On: The Dutch Invasions », sur thebrazilbusiness.com.
  45. « The Dutch In Brazil », sur colonialvoyage.com.
  46. « Signature du traité de La Haye », sur linternaute.com.
  47. Boxer, p. 164.
  48. Boxer, p. 168, 170.
  49. Boxer, p. 169.
  50. Boxer, p. 213
  51. Marta Barcellos & Simone Azevedo; "Histórias do Mercado de Capitais no Brasil" - Campus Elsevier 2011 ISBN 85-352-3994-4 Introdução (por Ney Carvalho), Intro. pg. xiv
  52. Bueno, p. 145.
  53. (en) Jeffrey C. Mosher, Political Struggle, Ideology, and State Building: Pernambuco and the Construction of Brazil, 1817-1850, U of Nebraska Press,‎ 2008 (ISBN 978-0-8032-3247-1, lire en ligne), p. 9
  54. Lustosa, p. 109–110
  55. Sousa 1972, p. 264–265
  56. Barman 1988, p. 82
  57. Sousa 1972, p. 264
  58. Barman 1988, p. 81
  59. Lustosa 2006, p. 120
  60. Barman 1988, p. 83
  61. Macaulay 1986, p. 107
  62. En portugais: "Se é para o bem de todos e felicidade geral da Nação, estou pronto! Digam ao povo que fico"
  63. Lustosa 2006, p. 132–134
  64. Barman 1988, p. 78
  65. Barman 1988, p. 84
  66. Macaulay 1986, p. 109–110
  67. Lustosa 2006, p. 150–153
  68. Barman 1988, p. 96
  69. Sousa 1972, p. 31
  70. Macaulay 1986, p. 125
  71. Calmon 1950, p. 192–193
  72. a et b Macaulay 1986, p. 252
  73. Macaulay 1986, p. 254–257
  74. Sousa 1972, p. 117, 119, 142–143
  75. Sousa 1972, p. 114
  76. Macaulay 1986
  77. Macaulay 1986, p. 244
  78. Barman 1988, p. 160
  79. Barman 1988, p. 161–163
  80. Barman 1999, p. 61
  81. Schwarcz (1998), p. 73.
  82. Lyra (v.1, 1977), p. 72.
  83. Barman 1999, p. 317
  84. Barman 1999, p. 109.
  85. Barman 1999, p. 81.
  86. Barman 1999, p. 122
  87. Barman 1999, p. 125
  88. Barman 1999, p. 126
  89. Murilo de Carvalho 2007, p. 102–103
  90. Levine 1999, p. 63–64
  91. Sodré 2004, p. 201
  92. Fausto et Devoto 2005, p. 47
  93. Lyra 1977a, p. 200
  94. Fausto et Devoto 2005, p. 50
  95. a, b, c et d Lyra 1977b, p. 13
  96. a et b Vasquez 2007, p. 38
  97. Vianna 1994, p. 496
  98. Calmon 2002, p. 222
  99. Lyra 1977b, p. 309
  100. Calmon 2002, p. 265
  101. Parkinson 2008, p. 128
  102. Murilo de Carvalho 2007, p. 108.
  103. Lyra (v.1, 1977), p. 219.
  104. Barman 1999, p. 197
  105. Lyra (v.1, 1977), p. 220.
  106. a et b Murilo de Carvalho 2007, p. 109.
  107. Lyra (v.1, 1977), p. 224–225.
  108. Barman 1999, p. 198.
  109. Schwarcz (1998), p. 299.
  110. Lyra (v.1, 1977), p. 227.
  111. Lyra (v.1, 1977), p. 228.
  112. Murilo de Carvalho 2007, p. 114.
  113. Calmon 1975, p. 745.
  114. Barman 1999, p. 229-230
  115. Murilo de Carvalho 2007, p. 121.
  116. Lyra (v.1, 1977), p. 207.
  117. Murilo de Carvalho 2007, p. 103-145.
  118. Lyra (v.1, 1977), p. 208.
  119. Calmon 1975, p. 678-681.
  120. Murilo de Carvalho 2007, p. 104.
  121. Calmon 1975, p. 680.
  122. Calmon 1975, p. 685.
  123. Lyra (v.1, 1977), p. 210.
  124. Murilo de Carvalho 2007, p. 105.
  125. Calmon 1975, p. 748.
  126. Lyra 1977a, p. 237.
  127. Calmon 1975, p. 750.
  128. Lyra (v.2, 1977), p. 104.
  129. Murilo de Carvalho 2007, p. 77.
  130. Barman 1999, p. 227-229.
  131. Murilo de Carvalho 2007, p. 161-170.
  132. Lyra (v.2, 1977), p. 227–240.
  133. Olivieri (1999), p. 44.
  134. Barman 1999, p. 194.
  135. Murilo de Carvalho 2007, p. 235.
  136. Barman 1999, p. 377.
  137. Murilo de Carvalho 2007, p. 237-238.
  138. Besouchet (1993), p. 595.
  139. Lyra (v.3, 1977), p. 156–157.
  140. Murilo de Carvalho 2007, p. 238.
  141. Besouchet (1993), p. 27.
  142. Murilo de Carvalho 2007, p. 238-239.
  143. a et b Schwarcz (1998), p. 489.
  144. Lyra (v.3, 1977), p. 165.
  145. Besouchet (1993), p. 30.
  146. Calmon 1975, p. 1897.
  147. Besouchet (1993), p. 604.
  148. Grand Larousse en cinq volumes Larousse, 1993. (ISBN 978-2-03-101480-5)
  149. « Constitution de la République fédérative du Brésil », sur wipo.int (consulté le 25 octobre 2014)
  150. « Dilma Rousseff devient la première femme présidente du Brésil », sur nouvelobs.com,‎ 1er janvier 2011 (consulté le 25 octobre 2014)
  151. « Dilma Rousseff, l’ex-guérillera en course pour un second mandat à la tête du Brésil », sur lavoixdunord.fr,‎ 6 octobre 2014 (consulté le 25 octobre 2014)
  152. Alain Rouquié, Le Brésil au XXIe siècle, Fayard, Paris, 2006, p. 77.
  153. « Caractéristiques et évolutions récentes du système politique », sur ciesin.org (consulté le 25 octobre 2014)
  154. a, b, c, d, e et f Jean-Pierre Langellier, « Brésil : quand la religion s'immisce dans l'élection présidentielle », Le Monde,‎ 26 octobre 2010 (consulté le 1er novembre 2010)
  155. (pt) IBGE, « Unidades territoriais de nível municipal », IBGE.gov.br, sur sidra.ibge.gov.br,‎ 2008 (consulté le 5 décembre 2011)
  156. « Le cadre politique du Brésil », sur planet-expert.com (consulté le 25 octobre 2014)
  157. a et b (pt) Embajada de Brasil en Ottawa, « Embassy of Brazil — Ottawa », Bras Emb Ottawa.org, sur web.archive.org (consulté le 5 décembre 2011)
  158. (en) Guy Burton et Andrew Stevens, « Brazil’s latest constitution guarantees local government significant autonomy », City Mayors.com, sur citymayors.com,‎ 30 janvier 2011 (consulté le 7 décembre 2011)
  159. (en) Wilson Martins, « Brazilian Politics », Luso-Brazilian Review, sur links.jstor.org,‎ 1964 (consulté le 5 décembre 2011)
  160. « Ordonnancement juridique brésilien », sur oas.org (consulté le 25 octobre 2014)
  161. (en) « Government - Brazil », Southtravels.com, sur southtravels.com,‎ 5 octobre 1988 (consulté le 7 décembre 2011)
  162. (pt) « Partido dos Trabalhadores », sur pt.org (consulté le 25 octobre 2014)
  163. (pt) « Democratas », sur dem.org (consulté le 25 octobre 2014)
  164. « Partido do Movimento Democrático Brasileiro », sur pmdb.org (consulté le 25 octobre 2014)
  165. (pt) « Partido da Social Democracia Brasileira », sur psdb.org (consulté le 25 octobre 2014)
  166. (pt) « PCdob : partido communista do Brasil », sur pcdob.org (consulté le 25 octobre 2014)
  167. « Le Brésil : puissance régionale et:ou puissance globale », sur studyramagrandesecoles.com,‎ 31 mai 2011 (consulté le 25 octobre 2014)
  168. « Le Brésil, puissance mondiale : vers un atlantisme du Sud ? », sur lesechos.fr,‎ 9 mars 2012 (consulté le 25 octobre 2014)
  169. (en) « Brazil: Latin America’s Superpower » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur latintrade.com. Consulté le 25 octobre 2014
  170. (en) « The 10 Richest Economies In The World In 2014 », sur therichest.com (consulté le 25 octobre 2014)
  171. (en) « Largest Countries », sur infoplease.com (consulté le 25 octobre 2014)
  172. (en) « South America Countries Ranked by Military Power », sur globalfirepower.com (consulté le 25 octobre 2014)
  173. (en) « Gross domestic product 2013 », sur worldbank.org (consulté le 25 octobre 2014)
  174. (en) « Countries Ranked by Military Strength », sur globalfirepower.com (consulté le 25 octobre 2014)
  175. « Taux de croissance », sur statistiques-mondiales.com (consulté le 25 octobre 2014)
  176. (en) « World in 2050 The BRICs and beyond: prospects, challenges and opportunities », sur pwc.com (consulté le 25 octobre 2014)
  177. (en) Ayca Ariyoruk, « Players and Proposals in the Security Council Debate », Global Polict.org, sur globalpolicy.org,‎ 3 juillet 2005 (consulté le 12 décembre 2011)
  178. (en) Clare Ribando, « US-Brazil relations » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Wilson Center.org, 28 février 2007, sur wilsoncenter.org. Consulté le 7 décembre 2011
  179. (pt) « Representações do Brasil no exterior », sur itamaraty.gov.br (consulté le 25 octobre 2014)
  180. « En 2050, la Chine sera première puissance économique mondiale devant les Etats-Unis », sur 20minutes.fr,‎ 11 janvier 2011 (consulté le 25 octobre 2014)
  181. (pt) « Posição Geográfica », Web Ciencia.com (consulté le 1 de diciembre de 2011)
  182. « Amériques », sur geopopulation.com.
  183. « Sélection géographique », sur world-of-islands.com.
  184. « Îles atlantiques brésiliennes : les Réserves de Fernando de Noronha et de l'atol das Rocas », sur unesco.org.
  185. « Largest Countries », sur infoplease.com.
  186. « Top 10 Largest Countries in the World by Area », sur mapsofworld.com.
  187. « Brésil », sur cosmovisions.com.
  188. « Superficie des pays en Km2 », sur statistiques-mondiales.com.
  189. « Présentation de la Bolivie », sur diplomatie.gouv.fr.
  190. « Présentation du Paraguay », sur diplomatie.gouv.fr.
  191. « Présentation de l’Uruguay », sur diplomatie.gouv.fr.
  192. (pt)Censo 2010: população do Brasil é de 190.732.694 pessoas
  193. (pt) « Imigração no Brasil: Histórico. Italianos Espanhóis Japoneses Judeus Portugueses Sírios e Libaneses Alemães », sur adv.br.
  194. « Le sud du Brésil, petit bout d’Allemagne à l’autre bout du monde En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/coupe-du-monde/article/2014/07/08/le-sud-du-bresil-petit-bout-d-allemagne-a-l-autre-bout-du-monde_4453258_1616627.html#I1GALGVARZ1M7408.99 », sur Lemonde.fr.
  195. « A Emigração italiana no fim do Sec.XIX ».
  196. « Météo au Brésil ».
  197. « De la neige au Brésil », sur lefigaro.fr,‎ 23/07/2013 (consulté le 03/12/2014).
  198. http://noticias.uol.com.br/meio-ambiente/ultimas-noticias/redacao/2013/07/23/massa-de-ar-polar-provoca-neve-em-mais-de-50-cidades-do-brasil.htm Forte onda de frio provoca neve em mais de 140 cidades do sul do Brasil
  199. « Rue de l'Empereur », sur Bibliothèque numérique mondiale,‎ 1860 1870 (consulté le 24 aout 2013)
  200. Voir page 37 in Change in Amazon Basin (Vol2) - The Frontier After a Decade of Colonisation: (44th International Congress of Americanists, Manchester, 1982), John Henry Hemming (éditeur), Manchester University Press, 1985
  201. « Natural Regions », dans Encarta, MSN (lire en ligne)
  202. « Temperature in Brazil », sur v-brazil.com (consulté le 11 juin 2008)
  203. BBC Weather, « Country Guide » [o], sur bbc.co.uk (consulté le 11 juin 2008)
  204. « Amazonie », sur larousse.fr (consulté le 25 octobre 2014)
  205. « Bresil climat », sur guidevoyages.org (consulté le 25 octobre 2014)
  206. « Le climat amazonien et plus spécialement le climat du Bas Amazone », sur persee.fr (consulté le 25 octobre 2014)
  207. « La forêt des pluies », sur amazonie-indienne.com (consulté le 25 octobre 2014)
  208. « Brésil - Amazonie », sur books.google.fr (consulté le 25 octobre 2014)
  209. « Amazonie climat », sur guidevoyages.org (consulté le 25 octobre 2014)
  210. « Coupe du monde de football : quel climat au Brésil ? », sur lachainemeteo.com,‎ 13 juin 2014 (consulté le 25 octobre 2014)
  211. « Cuiaba », sur ambafrance-br.org (consulté le 25 octobre 2014)
  212. « CLIMAT ET MÉTÉO PANTANAL », sur voyages-au-bresil.fr (consulté le 25 octobre 2014)
  213. « Le pantanal », sur ameriquedusud.org (consulté le 25 octobre 2014)
  214. « http://www.tourisme-bresil.com/infos-bresil/geographie-et-climat.html », sur tourisme-bresil (consulté le 25 octobre 2014)
  215. « Brésil : climat et saisons », sur voyageinedit.com (consulté le 25 octobre 2014)
  216. « AMAZONIE », sur universalis.fr (consulté le 24 octobre 2014)
  217. (en) « Megadiverse Countries : 17 Countries Contain Most of the World's Biodiversity », sur geography.about.com (consulté le 24 octobre 2014)
  218. « One fifth of the world's freshwater », Amazon, sur panda.org,‎ 6 aout 2007 (consulté le 12 juin 2008)
  219. a et b « Plant and Animal Life » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur encarta.msn.com. Consulté le 12 octobre 2008
  220. « Superficie des pays en Km2 », sur statistiques-mondiales.com (consulté le 24 octobre 2014)
  221. « Cerrado », sur tous-les-faits.fr (consulté le 24 octobre 2014)
  222. « Mata Atlántica », sur imfn.net (consulté le 24 octobre 2014)
  223. « Bresil : mata atlantica, une foret en-danger », sur regardsurlemonde.fr (consulté le 24 octobre 2014)
  224. « Etat des populations d'oiseaux dans le monde », sur conservation-nature.fr (consulté le 24 octobre 2014)
  225. « Faune », sur bresil-ht.org (consulté le 24 octobre 2014)
  226. « Faune & Flore Brésil », sur info-voyage.com (consulté le 24 octobre 2014)
  227. « Faune terrestre », sur tangka.com (consulté le 24 octobre 2014)
  228. « La déforestation de l'Amazonie revue à la hausse », sur notre-planete.info (consulté le 24 octobre 2014)
  229. « La superficie de la forêt amazonienne s'est réduite 26.130 km2 en un an », sur actu-environnement.com,‎ 31 mai 2005 (consulté le 24 octobre 2014)
  230. « Feux de forêt: l'Amazonie souffre du changement climatique », sur slate.fr,‎ 10 juin 2013 (consulté le 24 octobre 2014).
  231. « Under threat » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur greenpeace.org. Consulté le 12 juin 2008
  232. « Amazon destruction: six football fields a minute » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur greenpeace.org. Consulté le 12 juin 2008
  233. a, b et c Causes of Deforestation of the Brazilian Amazon, World Bank working paper; no. 22, Margulis, Sergio. 2004. Washington, D.C. 77p. (ISBN 978-0-8213-5691-3)
  234. « La forêt amazonienne, une biodiversité unique au monde », sur la-croix.com,‎ 29/09/11 (consulté le 24 octobre 2014)
  235. « Forêt amazonienne : le grand inventaire », sur lefigaro.fr,‎ 5 novembre 2013 (consulté le 24 octobre 2014)
  236. « Brésil : la déforestation en Amazonie en hausse de 28% sur un an », sur leparisien.fr,‎ 14 novembre 2013 (consulté le 24 octobre 2014)
  237. With Broadax and Firebrand : The Destruction of the Brazilian Atlantic Forest, Berkeley University of California Press, Dean, Warren, 1995, California, États-Unis, 365 p.
  238. « Brésil : déforestation due aux bovins, à la canne à sucre et au soja », sur amisdelaterre.org (consulté le 24 octobre 2014)
  239. a et b WF Laurance, TE Lovejoy et coll., Blackwell Publishing inc., MA 02148 États-Unis, Ecosystem decay of Amazonian forest fragments: A 22-year investigation, Conservation Biology, Volume: 16, Issue: 3 juin 2002, consulté le 23 juin 2009
  240. (pt) « CONSTITUIÇÃO DA REPÚBLICA FEDERATIVA DO BRASIL DE 1988 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur planalto.gov.br. Consulté le 23/10/2014
  241. « Financement obligatoire de l’’Education de la Petite enfance : Une proposition du Brésil », sur unesco.org,‎ octobre 2003 (consulté le 23 octobre 2014)
  242. a et b « Brasil não deve cumprir meta contra o analfabetismo », O Estado de S. Paulo,‎ 29 janvier 2014 (lire en ligne)
  243. « Analfabetismo cai no país, mas ainda atinge 13 milhões », sur agenciabrasil.ebc.com.br,‎ 18 septembre 2014 (consulté le 19 septembre 2014)
  244. « Instituto Paulo Montenegro e Ação Educativa mostram evolução do alfabetismo funcional na última década », sur ipm.org.br,‎ 2011 2012 (consulté le 6 mai 2014)
  245. (pt) « IBGE: analfabetismo cai, mas País está atrás da Bolívia », A Tarde.com.br,‎ 18 septembre 2008 (consulté le 7 décembre 2011)
  246. Frederico Rosas, « A educação brasileira: um longo caminho a percorrer, mas avanços são evidentes », sur brasil.elpais.com,‎ 29 avril 2014 (consulté le 30 avril 2014)
  247. « UOL Educação: No Pisa 2012, Brasil está em 55º no ranking de leitura, 58º no de matemática e 59º no de ciências », sur noticias.uol.com.br,‎ 3 décembre 2013 (consulté le 30 avril 2014)
  248. « Brasil tem a menor média de anos de estudos da América do Sul, diz Pnud », sur g1.globo.com,‎ 14 mars 2013 (consulté le 6 mai 2014)
  249. [1] - Recherche sur l'éducation
  250. Faculdades reconhecidas pelo MEC
  251. « L'enseignement au Bésil », sur free.fr (consulté le 23 octobre 2014)
  252. « Educação », Sistema educacional brasileiro (consulté le 11 juin 2008)
  253. « Sector Study for Education in Brazil », sur jica.go.jp (consulté le 10 juin 2008)
  254. « Sistema Educacional Brasileiro » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 13 décembre 2009
  255. « Discutindo » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 13 décembre 2009
  256. « http://download.inep.gov.br/educacao_basica/enem/downloads/2013/enem2013_confirmados.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-11-30
  257. (pt) « Vestibular chinês tem 2 milhões de candidados a mais do que o Enem », sur globo.com,‎ 25 octobre 2013 (consulté le 23 octobre 2014)
  258. « Formation et diffusion des savoirs entre ingénieurs au Brésil », sur arts-et-metiers.net,‎ décembre 2004 (consulté le 23 octobre 2014)
  259. (pt) « 20 Anos do SUS /Defenda o SUS - o maior sistema público de saúde do mundo » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur saude.gov.br. Consulté le 23/10/2014
  260. a et b (pt) Gobierno de Brasil, « Saúde », Brasil.gov.br (consulté le 9 décembre 2011)
  261. « Nombre de médecins par pays. », sur statistiques-mondiales.com (consulté le 23 octobre 2014)
  262. « Mortalité maternelle pour 100.000 habitants », sur statistiques-mondiales.com (consulté le 23 octobre 2014)
  263. (pt) Ministerio de Planeación, « Saúde », Radar social,‎ 2006 (consulté le 9 décembre 2011)
  264. « Measuring overall health system performance for 191 countries », Organização Mundial da Saúde (OMS),‎ 2000 (consulté le 30 avril 2014)
  265. « HC faz aniversário em meio a reformas que somam R$ 350 milhões », Folha de S. Paulo,‎ 13 avril 2014 (consulté le 11 aout 2014)
  266. National Geographic Brasil - Guerra e paz
  267. a, b, c et d Almanaque Brasil, « Inventores do Brasil para o mundo », sur almanaquebrasil.com.br (consulté le 27 décembre 2010)
  268. r, « M. Santos Dumont Rounds Eiffel Tower." New York Times, 20 octobre 1901. Retrieved January 12, 2009. », sur query.nytimes.com (consulté le 29 décembre 2010)
  269. « Engelberg, Inc » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 17 juillet 2011
  270. Abreu, Manuel de, pag. 17 - Grande Enciclopédia Universal - edição de 1980 - Ed.Amazonas
  271. [2]
  272. Exposição destaca centenário do CEFET-MG Sítio do Cefet-MG, acessado em 13 novembre 2010
  273. Ministério da Ciência e Tecnologia, « 50 anos do Méson-Pi », sur cbpf.br (consulté le 29 décembre 2010)
  274. « Centro Brasileiro de Pesquisas Físicas - Coleção Galileo: Textos de Física », sur cbpfindex.cbpf.br (consulté le 21 octobre 2014)
  275. (en) « ATTA-UR-RAHMAN (PAKISTAN), JOSÉ LEITE LOPES (BRAZIL), AND JUAN MARTÍN MALDACENA (ARGENTINA) RECEIVE UNESCO SCIENCE PRIZES », sur unesco.org (consulté le 24 octobre 2014)
  276. Brasileiro ganha a Medalha Fields, considerada o "Nobel da Matemática".
  277. West, David A. 2003. Fritz Müller: a naturalist in Brazil. Blacksburg: Pocahontas Press
  278. « Ivo Pitanguy » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-10-24. À biblioteca Virtual de Literatura
  279. « Academia Brasileira de Ciências » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur abc.org.brPágina visitada em 6 mars 2008
  280. Comissão Nacional sobre déterminantes da Saúde
  281. « Adolfo Lutz », sur educacao.uol.com.br (consulté le 18 décembre 2012)
  282. « Instituto de Infectologia Emílio Ribas » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 23/12/2012
  283. Museu Vital Brazil, « VITAL BRAZIL: uma apresentação », sur museuvitalbrazil.org.br (consulté le 29 décembre 2010)
  284. Fiocruz, « Carlos Chagas e a descoberta de uma nova tripanossomíase humana », sur fiocruz.br (consulté le 29 décembre 2010)
  285. Fiocruz, « Criação do Instituto Soroterápico », sur fiocruz.br (consulté le 29 décembre 2010)
  286. Fiocruz, « Rocha Lima, o pai das rickettsias », sur invivo.fiocruz.br (consulté le 29 décembre 2010)
  287. « SBPC cuidará do acervo de Maurício Rocha e Silva », sur agencia.fapesp.br (consulté le 14 avril 2011)
  288. (pt) « A universidade no Brasil: pano de fundo histórico e presença cristã », sur abub.org.br (consulté le 24 octobre 2014)
  289. (pt) UOL, « Brasil vai ganhar seu segundo acelerador de partículas de grandes proporções », UOL.com.br,‎ 13 janvier 2009 (consulté le 9 décembre 2011)
  290. « Satellites espions : course à l'armement en Amérique Latine », sur latribune.fr,‎ 27 mars 2014 (consulté le 24 octobre 2014)
  291. « Observation de la Terre de haute résolution pour le Chili », sur space-airbusds.com (consulté le 24 octobre 2014)
  292. « Brazil — The Space Program », Country data,‎ avril 1997 (consulté le 24 mai 2008)
  293. « Clipping », Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (consulté le 26 mars 2010)
  294. « Do cosmonauta ao taikonauta, dezenas de nacionalidades no espaço », sur noticias.terra.com.br (consulté le 18 novembre 2008)
  295. (en) « Particle Accelerators Around the World », sur elsa.physik.uni-bonn.de (consulté le 24 octobre 2014)
  296. (en) « LNLS - Brazilian Synchrotron Light Laboratory », sur lnls.cnpem.br (consulté le 24 octobre 2014)
  297. (pt) « Brasil cai duas posições em ranking mundial », sur Folha de S.paulo,‎ 26 mars 2010 (consulté le 24 octobre 2014)
  298. (pt) Luiz Andrei Gonçalves Pereira, « O PROCESSO DE PLANEJAMENTO E DESENVOLVIMENTO DO TRANSPORTE RODOVIÁRIO NO BRASIL », Caminhos de Geografia,‎ 20 décembre 2011 (lire en ligne)
  299. Sydney Alberto Latini; "A Implantação da Indústria Automobilística no Brasil" ;Editora Alaúde 2007 ISBN 978-85-98497-55-6
  300. « Automotive industry in Brazil and the world » [PDF], sur oica.net (consulté le 14 mai 2010)
  301. a, b et c « Brazil », sur cia.gov (consulté le 18 aout 2010)
  302. « Ociosidade atinge 70% dos principais aeroportos », sur g1.globo.com,‎ 12 août 2007 (consulté le 14 mai 2010)
  303. (en) Guilherme Lohmann Palhares, Tourism in Brazil: Environment, Management and Segments, Routledge,‎ 2012 (ISBN 978-0-415-67432-4, lire en ligne), p. 48
  304. « INFRAERO - Aeroportos Brasileiros » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-10-24
  305. « Sistema Portuário Nacional », sur portosdobrasil.gov.br (consulté le 14 mai 2010)
  306. « 200 anos da Imprensa no Brasil, 50 anos do Jornal Pequeno » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2 décembre 2008
  307. (pt) « A Imprensa Nacional », sur portal.in.gov.br (consulté le 22 octobre 2014)
  308. (pt) « Primeira página da primeira edição da Gazeta do Rio de Janeiro », sur novomilenio.inf.br (consulté le 22 octobre 2014)
  309. « História do Rádio no Brasil », sur infoescola.com (consulté le 2 décembre 2008)
  310. (pt) « A rádio Sociedade do Rio de Janeiro », sur blogspot.fr,‎ 14 avril 2011 (consulté le 22 octobre 2014)
  311. (pt) « História do Rádio no Brasil », sur grupoescolar.com (consulté le 22 octobre 2014)
  312. « História da televisão brasileira », sur microfone.jor.br (consulté le 2 décembre 2008)
  313. « Sinal de TV Digital já chega a todos os estados brasileiros » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-10-23 PC World - Acesso em 26 de julho de 2012
  314. « Brésil. Globo, la chute d'un empire médiatique », sur Marianne,‎ 25 juin 2013 (consulté le 22 octobre 2014)
  315. « Ces tycoons qui contribuent au succès des pays émergents », sur clubpatrimoine.com
  316. (pt) About Rede Globo in the study Media owners.
  317. (pt) « Rede Globo se torna a 2ª maior emissora do mundo », O Fuxico (consulté le 22 mai 2012)
  318. « BRAZIL - The Museum of Broadcast Corporations », sur museum.tv (consulté le 30 mai 2011)
  319. « Globo and Telefe announce agreement » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), International Globo, 30 juin 2014
  320. Globo attracts almost 2 m visitors online yearly
  321. globo.com - Traffic Details from Alexa
  322. « La puissante télévision Globo dans la ligne de mire des manifestants », sur france24.com,‎ 21 juin 2013 (consulté le 22 octobre 2014)
  323. « Brésil : Rien n'arrête la révolte du vinaigre, pas même la FIFA », sur globalvoicesonline.org,‎ 20 juin 2013 (consulté le 22 octobre 2014)
  324. « Brésil : Une vidéo satirique censurée par la chaine Rede Globo », sur globalvoicesonline.org,‎ 24 février 2014 (consulté le 22 octobre 2014)
  325. « Countries Ranked by Military Strength (2014) », sur globalfirepower.com (consulté le 25 juillet 2015)
  326. « Brésil forces terrestres équipements , véhicules et blindés armée brésilienne », sur armyrecognition.com
  327. « Uma nova agenda militar », sur revistaepoca.globo.com
  328. « BRESIL/AMÉRIQUE LATINE – Crainte d’une course aux armements », sur lepetitjournal.com
  329. « La course aux armements en Amérique du Sud, actualité Défense ouverte », sur lepoint.fr
  330. « L'Argentine s'équipe en Mirage d'occasion », sur lalettrea.fr
  331. « Le Brésil devient la 6e puissance économique mondiale », sur lemonde.fr
  332. « Accord militaire historique en vue à l´occasion du passage de Nicolas Sarkozy », sur lepetitjournal.com
  333. « Le Brésil veut devenir la puissance militaire régionale », sur lemonde.fr
  334. a et b « Le Brésil se mue en puissance militaire à la hauteur de son rôle mondial », sur ladepeche.fr
  335. « Forca Aerea Brasileira (FAB) Brazilian Air Force », sur globalsecurity.org
  336. « Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) », sur un.org
  337. Source : Banque mondiale.
  338. Le Monde.fr : Découverte d'un immense gisement de pétrole au large du Brésil.
  339. Canada international.gc.ca : Petrobras, le géant brésilien de l’énergie, rencontre 260 représentants canadiens du secteur pétrolier et gazier.
  340. La Tribune.fr : Petrobras va lever jusqu'à 60 milliards de dollars.
  341. 5,1 % en 2001 selon la Banque mondiale.
  342. Brésil s'apprête à devenir le plus grand exportateur de soja dans le monde en 2013. http://www.estadao.com.br/noticias/impresso,exportacoes-agricolas-em-alta-,1091246,0.htm
  343. Recherche du Institut Brésilien de Géographie et de Statistique (IBGE, en portugais) dans http://g1.globo.com/pr/parana/noticia/2013/10/pesquisa-do-ibge-aponta-que-quase-80-dos-brasileiros-consomem-cafe.html
  344. 2013. http://portogente.com.br/portopedia/farelo-de-soja-79973
  345. a, b, c, d et e Philippe Revelli, « Quand le Brésil joue le « pétrole vert » contre la réforme agraire », Le Monde diplomatique, avril 2009
  346. a et b Au Brésil, la fièvre de l'éthanol fait flamber le prix de la terre, Le Figaro, 21 juin 2007
  347. (en)Données 2011 sur le Brésil, sur le site IEA consulté le 10 novembre 2013.
  348. a, b et c (en) [PDF] International Energy Agency (IEA) - Agence internationale de l'énergie Key World Energy Statistics 2013, consulté le 10 octobre 2013.
  349. (en) « Article 144 of Constitution of Brazil », sur v-brazil.com (consulté le 6 novembre 2014)
  350. « Fonctionnement des forces armées au Brésil et histoire de la police militaire d’Etat », sur latinamericawatch (consulté le 6 novembre 2014)
  351. (pt) « BOPE - site officiel », sur bopeoficial.com (consulté le 6 novembre 2014)
  352. « Le BOPE, le cauchemar des narcotrafiquants de Rio », sur m6.fr (consulté le 6 novembre 2014)
  353. (pt) « Os “Caveirões” da polícia Francesa », sur abordagempolicial.com
  354. (pt) « O “Caveirão” da PMBA », sur abordagempolicial.com (consulté le 6 novembre 2014)
  355. « Rio : la police déploie six chars à l'entrée d'une favela », sur nouvelobs.com
  356. « Forces spéciales, blindés, hélicoptères… A deux mois du Mondial de football, les autorités brésiliennes mobilisent des moyens exceptionnels pour sécuriser les favelas », sur LeParisien,‎ 10 avril 2014
  357. a, b et c « Criminalité - L'insécurité au Brésil, légende ou réalité ? », sur lepetitjournal.fr,‎ 27 février 2008 (consulté le 24 juillet 2014)
  358. a et b « http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/statistics/crime/Homicide_statistics2013.xls » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-10-19 Satistiques de l'UNODC
  359. Paulo Antonio Paranagua, « Brésil, le chiffre qui tue : 56 337 homicides par an », sur America Latina (VO), Le Monde,‎ 28 mai 2014 (consulté le 29 mai 2014)
  360. « Dans quels pays y a-t-il le plus de meurtres ? », sur linternaute.com (consulté le 25 juillet 2014)
  361. a et b A Rio de Janeiro, la coexistence entre la ville et ses favelas est menacée par la guerre des gangs - Le Monde, 22 février 2005
  362. a, b, c et d « Portrait de 5 villes qui sont parvenues à vaincre une violence endémique : l’exemple de Rio de Janeiro », sur Atlantico.fr,‎ 4 janvier 2014 (consulté le 24 juillet 2014)
  363. « Pacification » armée à Rio de Janeiro, l’expérience du Complexo da Maré, sur grotius.fr
  364. « Rio et la reconquête des favelas », sur torredibabel.com
  365. « Brésil : Rio, aux limites du crime », sur france24.com
  366. « Les favelas de Rio "pacifiées" pour de bon ? », sur antonydumas.blogspot.fr
  367. « A Rio, la favela Rocinha officiellement pacifiée », sur liberation.fr
  368. (pt)População que se declara branca diminui, diz IBGE
  369. « População residente, por situação do domicílio e sexo, segundo as Grandes Regiões e as Unidades da Federação », sur ibge.gov.br.
  370. « Brésil : population », sur larousse.fr.
  371. « République fédérative du Brésil », sur populationdata.net.
  372. « Crescimento populacional e estrutura demográfica no Brasil ».
  373. « http://www.ibge.gov.br/home/presidencia/noticias/noticia_visualiza.php?id_noticia=1275&id_pagina=1 », sur ibge.gov.br.
  374. « Projeção da População do Brasil », sur ibge.gov.br.
  375. « Chine : la politique de l’enfant unique officiellement abolie », sur france24.com.
  376. « La stérilisation de masse des femmes, « méthode dominante de contraception » en Inde », sur Le Monde.
  377. « Brésil : un pays de métis », sur monde-diplomatique.fr.
  378. Vianna 1994, p. 512
  379. a, b et c Vainfas 2002, p. 351
  380. (pt) « Imigração total - Períodos anuais » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Institut brésilien de géographie et de statistiques (IBGE). Consulté le 29 avril 2011
  381. (pt) « Imigração por nacionalidade (1884/1933) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Institut brésilien de géographie et de statistiques (IBGE). Consulté le 29 avril 2011
  382. « Persée : Portail de revues en sciences humaines et sociales », sur persee.fr
  383. Vainfas 2002, p. 353
  384. a, b et c Vianna 1994, p. 633
  385. Ramos 2003, p. 82
  386. « Caracteristicas da População e dos Domicílios do Censo Demográfico 2010 — Cor ou raça » [PDF] (consulté le 7 avril 2012)
  387. « Le Brésil, terre d’accueil », sur stephanieabeloos.owni.fr
  388. SPLETTSTOSER JR., Jaime - Alemães, suecos, dinamarqueses e austríacos em São João da Boa Vista. Graph Company Editora, São João da Boa Vista, 2003.
  389. « Rio Grande dos nórdicos - dos espanhóis, portugueses, até islandeses: europeus compram casas com certificado de sol » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-10-19
  390. (pt) Michele Valensise, « Mensagem do Embaixador da Itália » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Italian Embassy in Brazil. Consulté le 10 juin 2008
  391. Intelectuais de origem libanesa no Brasil descrevem o seu luto :: TXT Estado
  392. « Michel Temer, d’origine libanaise, vice-président du Brésil » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur rjliban.com
  393. « Le sud du Brésil, petit bout d’Allemagne à l’autre bout du monde », sur lemonde.fr
  394. « Blumenau, une petite Allemagne au pays de la samba », sur lepetitjournal.com
  395. « Les Allemands du Brésil ont le coeur « auriverde » », sur ladepeche.fr
  396. « A Blumenau, l'accent est allemand mais le coeur brésilien », sur rds.ca
  397. Eike Batista Forbes.com. Retrieved April 2013.
  398. Rogers, Simon. (2010-03-11) Forbes rich list: ten years of top tens: as a spreadsheet | News | guardian.co.uk. Guardian. Retrieved on 2013-07-14.
  399. « American Jewish Committee Archives » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-10-24 [PDF]
  400. Akemi Nakamura, « Japan, Brazil mark a century of settlement, family ties », Brazil emigration centennial in Japan, The Japan Times,‎ 15 janvier 2008 (consulté le 10 juin 2008)
  401. « Vivre à l'étranger », sur vivrealetranger.studyrama.com : « Ils ont été 100 000 à émigrer dans ce pays entre 1850 et 1965. »
  402. « LA FRANCE ET LE BRESIL EN CHIFFRES », sur ambafrance-br.org : « Descendants estimés de Français au Brésil: 1 million. »
  403. (pt) IBGE, « Tendências Demográficas: Uma análise da população com base nos resultados dos Censos Demográficos 1940 e 2000 », IBGE.gov.br,‎ 2001 (consulté le 5 décembre 2011)
  404. (pt) Antonio Carlos Lacerda, « Censo demográfico revela que o Brasil ficou mais velho e menos branco », Pravda.ru
  405. (pt) « População que se declara branca diminui, diz IBGE », Fatima News.com.br
  406. Lilian De Assis Poiares, Paulo De Sá Osorio, Fábio Alexandre Spanhol, Sidnei César Coltre, Rodrigo Rodenbusch, Leonor Gusmão, Alvaro Largura, Fabiano Sandrini et Cláudia Maria Dornelles Da Silva, « Allele frequencies of 15 STRs in a representative sample of the Brazilian population », Forensic Science International: Genetics, vol. 4, no 2,‎ 2010, e61 (DOI 10.1016/j.fsigen.2009.05.006, lire en ligne)
  407. Brazilian DNA is nearly 80% European, indicates study.
  408. NMO Godinho O impacto das migrações na constituição genética de populações latino-americanas. PhD Thesis, Universidade de Brasília (2008).
  409. a et b Sérgio D. J. Pena, Giuliano Di Pietro, Mateus Fuchshuber-Moraes, Julia Pasqualini Genro, Mara H. Hutz, Fernanda de Souza Gomes Kehdy Fde, Fabiana Kohlrausch, Luiz Alexandre Viana Magno, Raquel Carvalho Montenegro, MO Moraes, ME De Moraes, MR De Moraes, EB Ojopi, JA Perini, C Racciopi, AK Ribeiro-Dos-Santos, F Rios-Santos, MA Romano-Silva, VA Sortica et G Suarez-Kurtz, « The Genomic Ancestry of Individuals from Different Geographical Regions of Brazil Is More Uniform Than Expected », PLoS ONE, vol. 6, no 2,‎ 2011, e17063 (PMID 21359226, PMCID 3040205, DOI 10.1371/journal.pone.0017063)
  410. « Revisiting the Genetic Ancestry of Brazilians Using Autosomal AIM-Indels », sur plosone.org.
  411. DOI:10.1002/ajhb.20976
  412. « PLOS ONE: The Genomic Ancestry of Individuals from Different Geographical Regions of Brazil Is More Uniform Than Expected », sur plosone.org.
  413. Forensic Science International: Genetics. Allele frequencies of 15 STRs in a representative sample of the Brazilian population (en) basandos en estudios del IBGE de 2008. Se presentaron muestras de 12.886 individuos de distintas etnias, por regiones, provenían en un 8,26% del Norte, 23,86% del Nordeste, 4,79% del Centro-Oeste, 10,32% del Sudeste y 52,77% del Sur.
  414. (pt) « O IMPACTO DAS MIGRACOES NA CONSTITUICAO GENETICA DE POPULACOES LATINO-AMERICANAS », sur http://bdtd.bce.unb.br/.
  415. (en) « PLOS ONE: Revisiting the Genetic Ancestry of Brazilians Using Autosomal AIM-Indels », sur plosone.org.
  416. (en) « Genomic ancestry of a sample population from the state of São Paulo, Brazil - Ferreira - 2006 - American Journal of Human Biology », sur onlinelibrary.wiley.com.
  417. (en) « Genetic composition of Brazilian population samples based on a set of twenty-eight ancestry informative SNPs », sur American Journal Of Human Biology.
  418. (pt)População residente, por grandes grupos de religião, segundo a situação do domicílio e os grupos de idade
  419. « Brasil: Estado laico e a inconstitucionalidade da existência de símbolos religiosos em prédios públicos » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 30 novembre 2009
  420. « Resultados do Censo 2000 » [PDF], sur ibge.gov.br (consulté le 21 septembre 2013)
  421. « Resultados do Censo 2010 - Tabela 1.4.1 – População residente, por situação do domicílio e sexo, segundo os grupos de religião » [PDF],‎ 2010 (consulté le 21 septembre 2013)
  422. « Pela primeira vez, número de católicos cai », sur secom.gov.br,‎ 30 juin 2012 (consulté le 21 septembre 2013)
  423. « Brésil : le succès des églises évangéliques face à l'église catholique », sur tf1.fr,‎ 20 juillet 2013 (consulté le 19 octobre 2014)
  424. « L'expansion des Évangéliques », sur lefigaro.fr,‎ 23 décembre 2011 (consulté le 19 octobre 2014)
  425. « Censo 2010 - Número de católicos cai e aumenta o de evangélicos, espíritas e sem religião », sur ibge.gov.br (consulté le 21 septembre 2013)
  426. « Censo » [PDF], sur ibge.gov.br,‎ 2010 (consulté le 21 septembre 2013)
  427. (en)Global Christianity
  428. « Períodos históricos », História, sur brasil.gov.br (consulté le 8 juin 2008)
  429. « Les périodes migratoires du peuplement au Brésil, de la fin du XIX eme siècle `a nos jours », sur archives-ouvertes.fr (consulté le 27 octobre 2014)
  430. (en) « Afro-Brazilian History, Beats and Culture », sur huffingtonpost,‎ 4 décembre 2010 (consulté le 27 octobre 2014)
  431. « Les origines de la capoeira », sur routard.com (consulté le 27 octobre 2014)
  432. « NOMINATIONS: les Oscars », sur filmdeculte.com (consulté le 27 octobre 2014)
  433. « Les 100 meilleurs films de l'histoire selon Time », sur nouvelobs.com,‎ 3 juin 2005 (consulté le 27 octobre 2014)
  434. (en) CAS Progress Report - Banque mondiale, 8 mai 2006 [PDF]
  435. « People of Brazil », sur The World Factbook.
  436. Censo 2010: população indígena é de 896,9 mil, tem 305 etnias e fala 274 idiomas
  437. (pt) Uma política patrimonial e de registro para as línguas brasileiras « UMA POLÍTICA PATRIMONIAL E DE REGISTRO PARA AS LÍNGUAS BRASILEIRAS », sur letras.ufscar.br.
  438. (pt) « LEI Nº 14.951 » (consulté le 21 août 2011)
  439. (pt) « Rotary apresenta ações na Câmara. FEIBEMO divulga cultura italiana » (consulté le 21 août 2011)
  440. (pt) « Fóruns sobre o Talian - Eventos comemoram os 134 anos da imigração italiana » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 21 août 2011
  441. (en) « Second Languages Around the World », sur movehub.com.
  442. a et b (en) « Langues du Brésil », sur ethnologue.com.
  443. « Languages of Brazil », Ethnologue (consulté le 9 juin 2008)
  444. « Language », sur countrystudies.us.
  445. Uruguay a récemment adopté le portugais dans son système éducatif comme matière obligatoire http://noticias.uol.com.br/ultnot/lusa/2007/11/05/ult611u75523.jhtm
  446. (pt) Paulo Maurício Pizzolatti, « Pomerode institui língua alemã como cooficial no Município », Leis Municipais.com.br,‎ 1 de septiembre de 2011 (consulté le 5 de diciembre de 2011)
  447. Pomerode institui língua alemã como co-oficial no Município 5 septembre 2010
  448. Legislação estadual, Santa Catarina, PGE,‎ 11 novembre 2009 (lire en ligne), « Lei nº 14.951 ».
  449. (pt) « Aprovado projeto que declara o Talian como patrimônio do RS », sur Ipol, BR (consulté le 21 aout 2011).
  450. (pt) « Plenário aprova em segundo turno a PEC do patrimônio », BR, ROG.
  451. « LEI 14.061 - DECLARA INTEGRANTE DO PATRIMÔNIO HISTÓRICO E CULTURAL DO ESTADO DO RIO GRANDE DO SUL A “LÍNGUA HUNSRIK”, DE ORIGEM GERMÂNICA », sur al.rs.gov.br.
  452. (pt) « O alemão lusitano do Sul do Brasil », sur dw-world.de.
  453. (pt) unicamp.br, « Talian (VÊNETO BRASILEIRO) ».
  454. [3]
  455. [4]
  456. « Quelle est la situation de la langue française au Brésil ? », sur tv5monde.com.
  457. « Le français, "une langue de travail" au Brésil (ministre française) », sur nouvelobs.com.
  458. « Futebol, o esporte mais popular do Brasil, é destaque no Via Legal :: Notícias », Jusbrasil.com.br (consulté le 16 avril 2011)
  459. « Football in Brazil », Goal Programme, International Federation of Association Football,‎ 15 avril 2008 (consulté le 6 juin 2008)
  460. « Coupe du Monde de la FIFA - les chiffres », sur fifa.com
  461. « VIDEOS. Les grands moments de la carrière du «Roi Pelé» », sur leparisien.fr
  462. « http://www.sudouest.fr/2014/06/12/football-les-10-joueurs-mythiques-du-bresil-1582349-6016.php », sur sudouest.fr
  463. « Lionel Messi a battu Gerd Müller, mais pas Zico! », sur 7sur7.be
  464. « David Luiz : pro, zen et religieux », sur lequipe.fr,‎ 7 aout 2014 (consulté le 7 novembre 2014)
  465. « Mercato : Top 5 des meilleurs défenseurs de la planète actuellement », sur le10sport.com,‎ 13 juillet 2014 (consulté le 7 novembre 2014)
  466. « Voici les 100 meilleurs joueurs de foot de 2013, décortiqués par le Guardian », sur slate.fr,‎ 24 décembre 2013
  467. « Cristiano Ronaldo, Messi, Neymar... Qui est actuellement le meilleur joueur du monde ? », sur le10sport.com
  468. « Espagne: première convocation pour Diego Costa, né au Brésil », sur eurosport.fr,‎ 7 novembre 2013 (consulté le 7 novembre 2014)
  469. « Ligue mondiale, semaine 5 : les géants brésiliens et russes sous pression », sur fivb.org
  470. « Le Brésil veut écrire l’histoire en Coupe des Grands Champions féminine », sur fivb.org
  471. « International Brazilian Jiu-Jitsu Federation », International Brazilian Jiu-Jitsu Federation,‎ 20 avril 2008 (consulté le 6 juin 2008)
  472. « The art of capoeira », BBC,‎ 20 septembre 2006 (consulté le 6 juin 2008)
  473. « Brazilian Vale Tudo », I.V.C (consulté le 6 juin 2008)
  474. Gerald Donaldson, « Emerson Fittipaldi », Hall of Fame, The Official Formula 1 Website (consulté le 6 juin 2008)
  475. Gerald Donaldson, « Nelson Piquet », Hall of Fame, The Official Formula 1 Website (consulté le 6 juin 2008)
  476. Gerald Donaldson, « Ayrton Senna », Hall of Fame, The Official Formula 1 Website (consulté le 6 juin 2008)
  477. « La légende Ayrton Senna », sur linternaute.com
  478. « Le pays du futebol », sur routard.com
  479. « Coupe du monde de football : le palmarès depuis 1930 », sur linternaute.com
  480. « Les pays ayant gagné le plus de coupe du monde », sur coupemonde.fr
  481. « La Coupe Jules Rimet », sur eancora.free.fr
  482. « Joueurs de légende », sur fifa.com
  483. « Pelé, meilleur footballeur de l'histoire », sur linternaute.com
  484. « Pourquoi Pelé est le plus grand footballeur de tous les temps », sur metronews.fr
  485. « Pelé : "Difficile d'énumérer les cracks" », sur fifa.com,‎ 1er juin 2014 (consulté le 6 novembre 2014)
  486. « Palmarès de Pelé », sur lequipe.fr
  487. « "Le Roi Pelé" : la jeunesse du génial footballeur en tournage au Brésil », sur francetvinfo.fr,‎ 25 novembre 2013 (consulté le 7 novembre 2014)
  488. « Pelé reçoit le Prix d'Honneur », sur fifa.com,‎ 13 jan. 2014 (consulté le 7 novembre 2014)
  489. « COUPE DU MONDE 1950 BRÉSIL », sur coupedumonde2014.net
  490. « Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014 », sur fifa.com
  491. « Le Brésil organisera la Coupe du monde de football en 2014 », sur LeMonde,‎ 30 octobre 2007 (consulté le 7 novembre 2014)
  492. « Rétro 1950 : et l'Uruguay terrassa le Brésil », sur eurosport.fr,‎ 26 juin 2014 (consulté le 7 novembre 2014)
  493. « Drame national au Brésil après la déroute contre l’Allemagne », sur la-croix.com,‎ 9 juillet 2014 (consulté le 7 novembre 2014)
  494. « LES LÉGENDES DU FOOTBALL BRÉSILIEN », sur bfmtv.com
  495. « La naissance de la capoeira », sur capoeiratarn.jimdo.com
  496. « Histoire - Genèse de la capoeira » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur capoeira-caledonia.com
  497. « HISTOIRE DE LA CAPOEIRA », sur artedabahia.sitew.com
  498. (pt) « O Quilombo dos Palmares », sur suapesquisa.com
  499. « Zumbi dos Palmares », sur macacocapoeira.free.fr
  500. « La capoeira, une philosophie du corps », sur revue-silene.com
  501. « Classement Mondial FIVB - Hommes », sur les-sports.info (consulté le 01/12/14)
  502. « Brésil : Titres, trophées et places d'honneur », sur les-sports.info (consulté le 01/12/2014)
  503. « Classement Mondial FIVB - Femmes », sur les-sports.info (consulté le 01/12/2014)
  504. « Brésil : Titres, trophées et places d'honneur », sur les-sports.info (consulté le 01/12/2014)
  505. « Volleyball - Championnats du monde U20 Femmes : présentation et palmarès », sur les-sports.info (consulté le 01/12/2014)
  506. « Volleyball - Championnats du monde U21 Hommes : présentation et palmarès », sur les-sports.info (consulté le 01/12/2014)
  507. « Au Brésil, beach volley rime avec futebol », sur voxstadium.fr
  508. « WEC SAO PAULO – EMERSON FITTIPALDI, RETOUR EN PISTE ! », sur 24h-lemans.com
  509. « Les 5 pilotes Brésilien qui ont marqué l'histoire de la F1 », sur tf1.fr
  510. « Un thriller sur Ayrton Senna », sur lemonde.fr
  511. « Statistiques F1 - Ayrton Senna da Silva », sur statsf1.com
  512. « Statistiques F1 - Nelson Piquet Souto Maior », sur statsf1.com
  513. « Statistiques F1 - Emerson Fittipaldi », sur statsf1.com
  514. « Statistiques F1 - Felipe Massa », sur statsf1.com
  515. « Statistiques F1 - Rubens Gonçalves Barrichello », sur statsf1.com
  516. « Statistiques F1 - José Carlos Pace », sur statsf1.com
  517. « La mort de Senna, le drame en direct », sur histoiredusport.fr
  518. « Ayrton Senna, 20 ans après sa mort la légende reste intacte », sur france24.com,‎ 02/05/2014 (consulté le 01/12/2014)
  519. « Jacarepagua, mort d'un circuit », sur espnf1.com,‎ 30 octobre 2012 (consulté le 01/12/2014)
  520. « compétition automobile - Les Grands Prix courus depuis la création du championnat », sur larousse.fr
  521. « statsf1.com - Emerson Fittipaldi », sur statsf1.com
  522. « 500 Miles d'Indianapolis 2014 : Hunter Reay vainqueur au finish, Bourdais 7e, Pagenaud 12e », sur tf1.fr,‎ 25 mai 2014 (consulté le 01/12/2014)
  523. « Ferran gagne les 500 miles d'Indianapolis », sur nouvelobs.com,‎ 28-05-2003 (consulté le 01/12/2014)
  524. « Statistiques F1 - Raul de Mesquita Boesel », sur statsf1.com
  525. « Les temps des essais et le classement des 24H du Mans 1991 », sur les24heures.fr
  526. « Ricardo ZONTA - fiche », sur lequipe.fr
  527. « Les tops de la saison 2008 », sur lefigaro.fr,‎ 28/10/2008 (consulté le 01/12/2014)
  528. « Alex BARROS - fiche », sur lequipe.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (pt) Arthur Ramos, A mestiçagem no Brasil, Maceió, EDUFAL,‎ 2003 (ISBN 85-7177-181-2)
  • (pt) Lídia Besouchet, Pedro II e o Século XIX, 2de éd., Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 1993 (ISBN 85-209-0494-7)
  • (pt) Antonio Carlos Olivieri, Dom Pedro II, Imperador do Brasil, São Paulo, Callis, 1999 (ISBN 85-86797-19-7)
  • (pt) Antonio Carlos Olivieri, Dom Pedro II, Imperador do Brasil, São Paulo, Callis,‎ 1999 (ISBN 85-86797-19-7)
  • (pt) Pedro Karp Vasquez, Nos trilhos do progresso: A ferrovia no Brasil imperial vista pela fotografia, São Paulo, Metalivros,‎ 2007 (ISBN 978-85-85371-70-8)
  • (en) Robert M Levine, The History of Brazil, Westport, Greenwood Press,‎ 1999 (ISBN 978-0-313-30390-6)
  • (pt) Nelson Werneck Sodré, Panorama do Segundo Império, Rio de Janeiro, Graphia,‎ 2004, 2e éd. (ISBN 85-85277-21-1)
  • (pt) Boris Fausto et Fernando J. Devoto, Brasil e Argentina: Um ensaio de história comparada (1850–2002), São Paulo, Editoria 34,‎ 2005, 2e éd. (ISBN 85-7326-308-3)
  • (pt) Heitor Lyra, História de Dom Pedro II (1825–1891): Ascenção (1825–1870), vol. 1, Belo Horizonte, Itatiaia,‎ 1977a
  • (pt) Heitor Lyra, História de Dom Pedro II (1825–1891): Fastígio (1870–1880)., vol. 2, Belo Horizonte, Itatiaia,‎ 1977b
  • (pt) Heitor Lyra, História de Dom Pedro II (1825–1891): Declínio (1880–1891), vol. 3, Belo Horizonte, Itatiaia,‎ 1977c
  • (pt) Hélio Vianna, Vultos do Império, São Paulo, Companhia Editora Nacional,‎ 1968
  • (pt) Hélio Vianna, História do Brasil: período colonial, monarquia e república, São Paulo, Melhoramentos,‎ 1994, 15e éd. (ISBN 85-06-01999-0)
  • (pt) Roger Parkinson, The Late Victorian Navy: The Pre-Dreadnought Era and the Origins of the First World War, Woodbridge, Suffolk, The Boydell Press,‎ 2008 (ISBN 978-1-84383-372-7)
  • (pt) Pedro Calmon, História de D. Pedro II, vol. 5, Rio de Janeiro, J. Olympio,‎ 1975
  • (pt) Pedro Calmon, História da Civilização Brasileira, Brasília, Senado Federal,‎ 2002 (OCLC 685131818)
  • (pt) José Murilo de Carvalho, D. Pedro II: ser ou não ser, São Paulo, Companhia das Letras,‎ 2007 (ISBN 978-85-359-0969-2)
  • (en) Roderick J. Barman, Citizen Emperor: Pedro II and the Making of Brazil, 1825–1891, Stanford, Stanford University Press,‎ 1999 (ISBN 0-8047-3510-7)
  • (pt) Lilia Moritz Schwarcz, As barbas do Imperador: D. Pedro II, um monarca nos trópicos, 2de éd., São Paulo, Companhia das Letras, 1998 (ISBN 85-7164-837-9)
  • (pt) Heitor Lyra, História de Dom Pedro II (1825–1891): Ascenção (1825–1870). v.1, Belo Horizonte, Itatiaia, 1977
  • (pt) Heitor Lyra, História de Dom Pedro II (1825–1891): Fastígio (1870–1880). v.2, Belo Horizonte, Itatiaia, 1977
  • (pt) Heitor Lyra, História de Dom Pedro II (1825–1891): Declínio (1880–1891). v.3, Belo Horizonte, Itatiaia, 1977
  • (en) Roderick J. Barman, Brazil : The Forging of a Nation, 1798–1852, Stanford, Californie, Stanford University Press,‎ 1988 (ISBN 978-0-8047-1437-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Adolphe d'Assier, Le Brésil contemporain. Races. Mœurs. Institutions. Paysage, Paris : Durand et Lauriel, 1867 (version numérique)
  • Bartolomé Bennassar et Marin Richard, Histoire Du Brésil (1500-2000) , Paris : Fayard, 2000, 600 pages.
  • Jean-Louis Blanc, Les Grands Fleuves du monde, Aux sources de la vie, Paris, éd. Jacques Glénat, 2003, 194 pages, 206 photos, 21 cartes. Géographie du Brésil. Le troisième tome est écrit par un spécialiste des problèmes de l'eau dans le monde.
  • Michel Braudeau, Le Rêve amazonien, Paris : Gallimard, 2003, 77 pages. Essai composé à partir d'articles parus dans Le Monde.
  • Ivan Frias, Soigner et penser au Brésil, L'Harmattan, collection Questions contemporaines, 2009, (ISBN 978-2-296-08559-6).
  • Mylène Gaulard, L'Économie du Brésil, Éditions Bréal, 2011, 127 p.
  • Alain Rouquié, Le Brésil au XXIe siècle, naissance d'un nouveau grand, Paris : Fayard, 2006 (ISBN 978-2-213-62863-9)
  • Karin Hanta, photographies Christian Heeb, Brésil, traduit de l'allemand par Martine Passelaigue, Paris : Vilo, 2010
  • Hervé Théry, Le Brésil, Paris : Armand Colin, 2000, coll. Géographie. 286 pages 5e édition.
  • Paul Van de Weyer, Le Brésil relève le défi de l'an 2000, Bruxelles, éd. l'Écho de la Bourse, novembre 1971.
  • Manfred Wöhlcke Brasilien. Anatomie eines Riesen (livres en langue allemande)
  • Olivier Compagnon et Martine Droulers (dir.), dossier Le Brésil et la France au XXe siècle, Cahiers des Amériques latines, no 48-49, Paris, 2005/1-2, p. 17-106
  • (pt) Otávio Tarquínio de Sousa, A vida de D. Pedro I, vol. 1, Rio de Janeiro, José Olympio,‎ 1972
  • (pt) Otávio Tarquínio de Sousa, A vida de D. Pedro I, vol. 2, Rio de Janeiro, José Olympio,‎ 1972
  • (pt) Otávio Tarquínio de Sousa, A vida de D. Pedro I, vol. 3, Rio de Janeiro, José Olympio,‎ 1972
  • (en) Neill Macaulay, Dom Pedro : The Struggle for Liberty in Brazil and Portugal, 1798–1834, Durham, Caroline-du-Nord, Duke University Press,‎ 1986 (ISBN 978-0-8223-0681-8)
  • (pt) Pedro Calmon, O Rei Cavaleiro, São Paulo, Edição Saraiva,‎ 1950
  • (pt) Isabel Lustosa, D. Pedro I : um herói sem nenhum caráter, São Paulo, Companhia das Letras,‎ 2006 (ISBN 978-85-359-0807-7)
  • (pt) Ronaldo Vainfas, Dicionário do Brasil Imperial, Rio de Janeiro, Objetiva,‎ 2002 (ISBN 85-7302-441-0)
  • (pt) Hélio Vianna, História do Brasil: período colonial, monarquia e república, São Paulo, Melhoramentos,‎ 1994 (ISBN 85-06-01999-0)
  • (pt) Charles R. Boxer, O império marítimo português 1415–1825, São Paulo, Companhia das Letras,‎ 2002 (ISBN 8535902929)
  • (pt) Eduardo Bueno, Brasil:uma História, São Paulo, Ática,‎ 2003 (ISBN 8508082134)
  • (pt) Thomas E. Skidmore, Uma História do Brasil, São Paulo, Paz e Terra,‎ 2003 (ISBN 8521903138)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]