Brenne (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 18′ 50″ N 4° 42′ 36″ E / 47.3139, 4.71 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brenne.
Brenne
La Brenne à Montbard dans le département de la Côte-d'Or.
La Brenne à Montbard dans le département de la Côte-d'Or.
Caractéristiques
Longueur 72 km
Bassin 732 km2
Bassin collecteur la Seine
Débit moyen 7,78 m3/s (Montbard)
Régime régime pluvial
Cours
Confluence Armançon
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Bourgogne

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

La Brenne est une rivière abondante de l'est de la France, qui coule dans le département de la Côte-d'Or en Bourgogne. C'est un affluent de l'Armançon, donc un sous-affluent de la Seine par l'Armançon puis par l'Yonne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Brenne prend sa source près de Sombernon, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de la ville de Dijon, en Bourgogne. Elle se jette dans l'Armançon entre Montbard et Buffon, en Côte-d'Or, à plusieurs dizaines de kilomètres du confluent de l'Armançon avec l'Yonne (à Migennes).

Elle alimente le réservoir de Grosbois-en-Montagne, grande retenue d'eau artificielle servant d'une part à alimenter en eau le canal de Bourgogne et d'autre part à l'alimentation en eau potable. Elle passe à proximité du site d'Alésia et de celui de l'Abbaye de Fontenay.

Départements et principales villes traversés[modifier | modifier le code]

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

La Brenne a deux affluents notables :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé durant une période de 21 ans (1988-2008), à Montbard, peu avant son confluent[1].

Le module de la Brenne à Montbard est de 7,87 m3/s pour un bassin versant de 732 kilomètres carrés.

La rivière présente d'importantes fluctuations saisonnières de débit, avec des hautes eaux d'hiver de 12,6 à 15,6 m3 en moyenne mensuelle, de décembre à mars inclus (maximum en février), et des maigres d'été, en juillet-août-septembre, avec une chute du débit moyen mensuel allant jusqu'à 1,69 m3 au mois d'août.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Montbard
(données calculées sur 21 ans)

De plus, à l'étiage, le VCN3 peut chuter sous les 0,15 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, c'est-à-dire 150 litres par seconde.

De même les crues peuvent être importantes, compte tenu de la taille déjà élevée de la rivière et de son bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 83 et 110 m3/s. Le QIX 10 est de 120 m3/s, le QIX 20 de 130 m3, tandis que le QIX 50 n'a pas encore été calculé faute de durée d'observation suffisante.

Le débit instantané maximal enregistré durant cette période de 20 ans, a été de 133 m3/s le 27 avril 1998, tandis que la valeur journalière maximale était de 115 m3/s le lendemain 28 avril. En comparant la première de ces valeurs aux différents QIX de la rivière, il ressort que cette crue était d'ordre vicennal, et donc nullement exceptionnelle.

La lame d'eau écoulée dans le bassin de la Brenne est de 337 millimètres annuellement, ce qui est supérieur à la moyenne de l'ensemble de la France, et nettement plus que dans la partie nord-ouest du bassin parisien (129 millimètres pour le Loir, 206 pour le Thérain, 138 pour l'Eure). Le débit spécifique (Qsp) atteint 10,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Banque Hydro - Station H2442340 - La Brenne à Montbard (Synthèse) (ne pas cocher la case "Station en service")

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]