Branche terrestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les douze branches terrestres, également appelées rameaux terrestres (en chinois  : 地支, dìzhī, ou 十二支, shí èr zhī « douze branches ») sont un ancien système chinois de mesure du temps qui fut ensuite associé aux douze animaux du zodiaque chinois. Il était également utilisé comme système de points cardinaux. Ce système se couplait avec les dix tiges célestes pour former le calendrier sexagésimal utilisé encore de nos jours en astrologie chinoise.

Origine[modifier | modifier le code]

On peut retracer les origines du système des branches terrestres et tiges célestes jusqu'à la dynastie Shang. Les Chinois divisèrent le ciel en douze sections suivant l'orbite de Jupiter (qui était appelée 歳星 suìxīng, « étoile annuelle ») et à chaque section associèrent une branche terrestre. L'orbite de Jupiter étant de 11,86 ans, elle fut arrondie à 12 ans, chaque division faisant une année.

Le système fut ensuite étendu aux douze mois et chaque section du cycle de Jupiter vint à identifier un mois. La même association fut faite avec les heures du jour (chaque branche terrestre représentant deux heures, appelée pour des raisons évidentes heure double), mais aussi avec les points cardinaux (chaque branche divisant un cercle en arcs de 30°).

Les douze branches terrestres
  Branche
terrestre
Nom
chinois
Nom japonais
(on et kun)
Nom
coréen
Nom
vietnamien
Signe Direction Saison Mois lunaire Heure double
1 shi
ne
ja () Rat
(Nord)
Hiver 11e mois
(solstice d'hiver)
23h-01h
2 chǒu chū
ushi

chug
sửu Bœuf 30° 12e mois 1h-3h
3 yín in
tora

in
dần Tigre 60° Printemps 1er mois 3h-5h
4 mǎo
u

myo
mão (mẹo) Lapin 90°
(Est)
2e mois
(équinoxe de printemps)
5h-7h
5 chén shin
tatsu

jin
thìn Dragon 120° 3e mois 7h-9h
6 shi
mi

sa
tỵ Serpent 150° Été 4e mois 9h-11h
7 go
uma

o
ngọ Cheval 180°
(Sud)
5e mois
(solstice d'été)
11h-13h
8 wèi mi
hitsuji

mi
mùi Mouton 210° 6e mois 13h-15h
9 shēn shin
saru

sin
thân Singe 240° Automne 7e mois 15h-17h
10 yǒu
tori

yu
dậu Coq 270°
(Ouest)
8e mois
(équinoxe d'automne)
17h-19h
11 jutsu
inu

sul
tuất Chien 300° 9e mois 19h-21h
12 hài gai
i

hae
hợi Porc 330° Hiver 10e mois 21h-23h

Mesure du temps[modifier | modifier le code]

Points cardinaux[modifier | modifier le code]

Les vingt-quatre points cardinaux chinois. Le cercle intérieur montre les douze branches terrestres

Bien que les Chinois aient des mots pour chacun des quatre points cardinaux et utilisent un système identique à celui des Occidentaux, les astrologues et marins privilégiaient un système inspiré des douze branches terrestres, assez semblable à celui des douze heures d'horloge indiquant chacun une direction relative.

Ainsi douze branches terrestres divisent un cercle en douze arcs de 30°. Les branches (), mǎo (), () et yǒu () représentent respectivement les directions nord, est, sud et ouest.

Cependant, comme douze directions ne suffisaient pas pour les besoins des marins, douze directions supplémentaires furent ajoutées aux boussoles. Les directions diagonales de ces nouvelles directions furent nommées d'après quatre trigrammes du Yi Jing selon la « succession du ciel postérieur » : les trigrammes gèn (), xùn (), kūn () et qián () représentant respectivement les directions nord-est, sud-est, sud-ouest et nord-ouest. Les huit autres directions reçurent les noms de tiges célestes en suivant la théorie des cinq éléments :

  • à l'est étant associé l'élément bois, les tiges jiǎ () et () représentant l'élément bois furent donc placés autour de la direction est ;
  • à l'ouest étant associé l'élément métal, les tiges gēng () et xīn () représentant l'élément métal furent donc placés autour de la direction ouest ;
  • au nord étant associé l'élément eau, les tiges rén () et guǐ () représentant l'élément eau furent donc placés autour de la direction nord ;
  • au sud étant associé l'élément feu, les tiges bǐng () et dīng () représentant l'élément feu furent donc placés autour de la direction sud.

Cette nouvelle boussole divisait ainsi le plan en vingt-quatre directions espacées par un arc de 15°. Cependant, certains marins comme Zhang He utilisaient des boussoles encore plus avancées, présentant quarante-huit points cardinaux. Les points cardinaux supplémentaires étaient l'intersection des directions des vingt-quatre points cardinaux déjà existants et les nouvelles directions reçurent pour nom la combinaison des deux caractères qui formaient l'intersection (de même qu'en français on parle de « nord-est » pour l'intersection nord et est). Par exemple, la direction 172,5° qui était l'intersection entre bǐng (165°) et (180°) était appelée bǐngwǔ.

Les vingt-quatre points cardinaux chinois
Point
cardinal
Pinyin Nom
japonais
Nom
coréen
Direction
1 ne
ja

(nord)
2 guǐ mizunoto
gye
15°
3 chǒu ushi
chug
30°
4 gèn ushitora
gan
45°
(nord-est)
5 yín tora
in
60°
6 jiǎ kinoe
gab
75°
7 mǎo u
myo
90°
(est)
8 kinoto
eul
105°
9 chén tatsu
jin
120°
10 xùn tatsumi
son
135°
(sud-est)
11 mi
sa
150°
12 bǐng hinoe
byeong
165°
13 uma
o
180°
(sud)
14 dīng hinoto
jeong
195°
15 wèi hitsuji
mi
210°
16 kūn hitsujisaru
gon
225°
(sud-ouest)
17 shēn saru
sin
240°
18 gēng kanoe
gyeong
255°
19 yǒu tori
yu
270°
(ouest)
20 xīn kanoto
sin
285°
21 inu
sul
300°
22 qián inui
geon
315°
(nord-ouest)
23 hài i
hae
330°
24 rén im
sul
345°

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :