Brain-sur-Longuenée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brain.
Brain-sur-Longuenée
La mairie.
La mairie.
Image illustrative de l'article Brain-sur-Longuenée
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Lion-d'Angers
Intercommunalité C.C. région du Lion-d'Angers
Maire
Mandat
Laurent Todeschini
2014-2020
Code postal 49220
Code commune 49043
Démographie
Gentilé Brainois
Population
municipale
993 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 08″ N 0° 45′ 39″ O / 47.5855555556, -0.76083333333347° 35′ 08″ Nord 0° 45′ 39″ Ouest / 47.5855555556, -0.760833333333  
Altitude 78 m (min. : 41 m) (max. : 102 m)
Superficie 22,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Brain-sur-Longuenée

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Brain-sur-Longuenée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brain-sur-Longuenée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brain-sur-Longuenée
Liens
Site web brainsurlonguenee.com

Brain-sur-Longuenée est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune angevine du Segréen, Brain-sur-Longuenée se situe au sud-est de Vern-d'Anjou, sur les routes D101, La Pouëze / Le Lion-d'Angers, et D73, Vern-d'anjou / La Membrolle-sur-Longuenée[1].

Brain-sur-Longuenée est à 7 kilomètres du Lion-d'Angers, à 18 de Segré et à 23 d'Angers. Elle est également située à 5 kilomètres à l'ouest de l'axe Rennes-Angers.

Hameaux et alentours[modifier | modifier le code]

Topographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

Son territoire se trouve sur les unités paysagères du plateau du Segréen et des plateaux du Haut Anjou[2]. Brain est situé en bordure de la forêt de Longuenée sur des anciennes landes et des marécages, d'où l'origine de son nom. La forêt fournissait le pacage, le gibier, le charbon de bois, les petits fruits.

C'était aussi un lieu de commerce et de trafic. Le plateau relativement élevé alimentait le bourg en eau plus ou moins potable.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les origines du nom de Brain-sur-Longuenée : Longuenée est le nom de la forêt la plus proche. Brain se rapproche de mots gaulois et latins tels brennus (nom des chefs gaulois), bren et brenno désignant les landes au XIIe siècle, et de mots régionaux signifiant bois et marais ou toute sorte de résidu (comme la mouture de blé). Ainsi Brain-sur-Longuenée pourrait signifier les landes de la forêt de Longuenée.

[réf. nécessaire].

Formes anciennes du nom : Brainius en 1047, Branus en 1175[3], Brain sur Longuenée en 1793 et Brain-sur-Longuenée en 1801[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Brain-sur-Longuenée est citée au XIe siècle et XIIe siècle dans des documents du chapitre de St Laud (Angers). Le curé Jean Pierre Gourdon (à Brain de 1851 à 1871) raconte dans son manuscrit, l'histoire de Brain à partir des registres paroissiaux. Il parle de la cure (actuelle mairie), de l'ancienne église, fait les généalogies de quelques familles : Les Mergot, les Mauvif de Montergon, les Richou[5]...

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, Brain appartenait en grande partie au fief de la Beuvrière.

L'histoire de Brain reste marquée par des personnages dont il reste les vestiges des lieux-dits qu'ils habitaient.

Le château de Montergon[modifier | modifier le code]

Christophe du Pineau était le fils de Gabriel du Pineau d'Épluchard (Le Pin), maire d'Angers en 1632, il construisit l'ancien manoir de Montergon vers 1673, son fils Nicolas lui succéda jusqu'en 1731.

Le château de la Maison-Blanche[modifier | modifier le code]

Le château de la Maison-Blanche et la maison de Lucrèce de Mergot

La famille de Terves[modifier | modifier le code]

La famille de Terves, leurs sépultures et leurs blasons

Les comtes de Terves, dont l'origine bretonne n'est pas prouvée, habitaient La Pouëze en Maine-et-Loire (manoirs d'Armaillé et de l'Anjouère). Le 11 juin 1765, Pierre Charles de Terves épousa Eulalie Victoire Hullin de la Selle et vint habiter au château de la Beuvrière, alors paroisse de Brain-sur-Longuenée. Les Terves et leurs descendants sont enterrés dans la chapelle du cimetière de cette paroisse, leurs blasons y sont gravés sur des ardoises verticales.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, 32 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, deux habitants sont tués[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 décès en 1790 René Mauvif Syndic,suffrage censitaire Châtelain, Montergon
1792 1809 François Denis Officier d'état-Civil Marchand-Fermier, Châtelain, la Himbaudière
1793 1795 René Allard Officier d'état civil  
1795 1797 Mathurin Poirier délégué  
1797 1799 Pierre Poilièvre délégué  
1800 1817 Jacques Bedouet délégué puis maire  
1817 1830 Marie Mauvif de Montergon maire puis destitué châtelain, Montergon
1830 1834 Gaspard Guillot maire Châtelain, la Maison Blanche
1834 1837 Pierre Delorme maire  
1837 1840 René Richou maire châtelain, la Maison-Blanche
1840 1870 Charles Poidevin nommé par le préfet puis élu par le conseil châtelain, la Houssardière
1870 1879 Eugène Richou maire La Saulaie
1879 1884 François Leroux maire Commerçant
1884 1907 Adolphe Mauvif maire puis révoqué Châtelain, Montergon
1907 1909 Auguste Richou fonction de maire Châtelain, la Maison Blanche
1909 1912 Pierre Dubois maire  
1912 1919 Pierre Ricoult maire  
1919 1945 René Allard maire  
1945 1959 André Carteron maire Châtelain, Montergon
1959 1971 Auguste Olive maire menuisier et facteur
1971 1983 Georges Saulnier maire forgeron
1983 décès avril 2007 Emmanuel Bossé maire Agriculteur
mai 2007 mars 2008 Jean René Vaillant maire Agriculteur
mars 2008 début avril 2014 Jean Poussin maire Enseignant et Technicien agricole retraité
début avril 2014 en cours Laurent Todeschini[7]   Ergonome

Jumelages[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de la région du Lion-d'Angers[8], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique (Source : INSEE[9])
1688 1709
792 550 ~

Les hivers rigoureux, les famines, les épidémies expliquent la première chute de population. À partir de 1717 la reprise démographique est générale en France.

De 1850 à 1890, c'est l'ouverture du chemin vicinal de grande communication Gc 23 (devenu RD73) de La Membrolle-sur-Longuenée à La Chapelle-Glain, les artisans et commerçants s'installent, le bourg se rénove, l'agriculture fait besoin.

De 1900 à 1978, c'est l'industrialisation, la mécanisation de l'agriculture, l'exode rural ; les commerçants s'en vont.

En 1972, nouvelles constructions ; 1974 le premier lotissement : l'effet ne se fait sentir que vers 1980.

Tout en voulant rester un bourg rural avec une vie associative animée, Brain-sur-Longuenée, situé en limite de l'agglomération d'Angers, est en train de voir sa population augmenter à nouveau ; les infrastructures devront continuer à suivre.

L'augmentation de la population de Brain-sur-Longuenée est significative : elle évolue actuellement de 800 habitants vers les 1000 habitants. L'État-Civil de 2006 indique 5 décès (+2 hors commune), 6 mariages, et 26 naissances. La nouvelle école publique, récemment construite, va devoir être agrandie d'une cinquième classe.

Les habitants apprécient les lieux de détente dans le parc de la mairie, près de l'étang de la Cure, les nombreux chemins pédestres, VTC, et équestres, reliés à ceux de la forêt domaniale de Longuenée.

La rénovation de l'habit ancien, la création de lotissements aérés donnent des possibilités de logement tant en locatif qu'en accession à la propriété.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 993 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
928 843 1 002 1 010 1 068 1 053 1 054 1 064 1 010
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 037 1 063 1 101 1 037 1 027 1 043 1 078 978 927
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
866 853 851 774 750 723 675 644 653
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
602 568 513 574 669 768 927 972 993
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 29,3 %, 15 à 29 ans = 18,7 %, 30 à 44 ans = 24,7 %, 45 à 59 ans = 18,5 %, plus de 60 ans = 8,9 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 29,2 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 25,3 %, 45 à 59 ans = 16,1 %, plus de 60 ans = 11,2 %).
Pyramide des âges à Brain-sur-Longuenée en 2008 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,2 
2,9 
75 à 89 ans
4,5 
6,0 
60 à 74 ans
6,5 
18,5 
45 à 59 ans
16,1 
24,7 
30 à 44 ans
25,3 
18,7 
15 à 29 ans
18,2 
29,3 
0 à 14 ans
29,2 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[13].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Associations[modifier | modifier le code]

Brain est animé par de nombreuses[14] ou mouvements coopératifs :

  • un comité des fêtes, qui illumine le bourg à Noël et organise la fête de Brain de Bon Temps le premier week-end d'août ;
  • deux sociétés de pêche, à l'étang de la Cure et à l'étang de la forêt ;
  • une bibliothèque municipale gérée par une association ;
  • des associations sportives, Gymn'Tonic, tennis club ;
  • l'association loisirs et culture :
  • L'association des Danseurs du Thiberge qui anime un atelier de formation aux danses traditionnelles des différentes régions françaises, mais aussi européennes ;
  • la pétanque loisirs Brainoise ;
  • le Club de l'amitié ;
  • des associations école publique et école privée ;
  • des services de garderie, de cantine scolaire, de centre de loisirs ;
  • un foyer des Jeunes ;
  • un relais paroissial ;
  • les amis des chapelles et calvaires ;
  • l'association humanitaire sans frontières ;
  • Brain d'gaz moto-club ;
  • La Cuma de Longuenée, coopérative d'utilisation en commun de matériel agricole ;
  • L'A.S.B.L. Football.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 68 établissements présents sur la commune à fin 2010, 35 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 38 % de celui du commerce et des services et 12 % du secteur de l'administration et de la santé[15].

Commerces, artisanat et services[modifier | modifier le code]

La chute de la démographie vers 1980 a amené le départ de plusieurs artisans et commerçants.

Il reste sur place :

  • une agence postale,
  • un restaurant avec épicerie, journaux, café, et dépôt de pain,
  • un café tabac, jeux,
  • une coiffeuse,
  • un technicien du spectacle,
  • une quincaillerie avec gaz et carburants,
  • deux plâtriers-plaquistes,
  • un photographe aérien.

Mais aussi à sept minutes de Brain : médecins, pharmaciens, secours, alimentations, supermarchés, mécaniciens.

Et à quinze minutes de Brain, une grande surface à la Croix-Cadeau.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La mairie, établie dans l'ancienne cure[modifier | modifier le code]

Presbytère, mairie dite la Cure[16] : L'ancienne cure fut construite vers le XVe siècle, elle était composée d'une longère, encore en partie visible sur la partie droite de la façade est.

En 1762, la nouvelle cure fut ajoutée, en retour d'équerre, par le curé Antoine Simon de la Bénardays. Le rez-de-chaussée de ce bâtiment est aujourd'hui aménagé entièrement en mairie et en agence postale.

De l'ancienne à la nouvelle église[modifier | modifier le code]

L'ancienne église était au même endroit que l'actuelle, le chœur et la basse nef (ancien clocher) se superposent. Sous l'église, une véritable nécropole : en l'absence de cimetière jusqu'en 1650, tous les habitants étaient ensépulturés dans l'église. Maquette de Jean Poussin.

À droite, photographie de Joseph Dubois instituteur prise en 1894 pendant la construction de la nouvelle église, l'ancien clocher est encore debout, on croyait le conserver.

La chapelle Sainte-Anne et la nouvelle église[modifier | modifier le code]

Chapelle funéraire Sainte-Anne[17] : En 1639 une épidémie de dysenterie fait 152 morts à Brain (au lieu de 12 par an), ce sont 25 ou 30 morts qu'il faut enterrer certains mois d'été ; le sol de l'église ne suffit plus, un cimetière est créé en plein champ. La chapelle Sainte-Anne y est construite par le vicaire François Poyfélon en 1640, il y sera le premier enterré en 1651 ; suivront trente-neuf prêtres ou notables du pays et spécialement les familles d'Orvaux, Hullin de la Selle, de Terves, de Mergot et Mauvif de Montergon.

Église Saint-Didier[18] : Construite en 1894, la nouvelle église a la forme d'un octogone, la voute est surmontée d'une statue en fonte de N.D. de Lourdes.

En 2006, la Commission régionale du patrimoine et des sites des Pays de Loire[19] a décidé d'inscrire l'église Saint-Didier de Brain-sur-Longuenée au titre de monument historique.

L'ermitage du Puits Hervé[modifier | modifier le code]

Chapelle du Puits Hervé[20] : Hervé, un pieux ermite, aurait habité cet abri et découvert la source de la fontaine au XIIe siècle, ces vestiges ont été reconstruits ou restaurés au XVIe siècle.

Le curé Gourdon dans son manuscrit de 1851 à 1871 fait la relation avec saint Hervé enterré dans l'île de Chalonnes-sur-Loire (49) au lieu dit Saint-Hervé (vestiges de sa chapelle dans un domaine privé, visibles de la route).

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie,‎ 1965, 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN et BRGM, Géoportail Brain-sur-Longuenée (49), consulté le 9 décembre 2012
  2. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 158 et 98- Données consultables sur WikiAnjou
  3. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, édition révisée de 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt, t. 1 p. 501 à 503
  4. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Brain-sur-Longuenée, consultée le 27 avril 2013
    Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  5. Les RICHOU en Anjou et à Brain-sur-Longuenée, un article de Claire Steimer, conservateur du patrimoine, Conseil général 49
  6. Port 1965, p. 501
  7. « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  8. Insee, Composition de l'EPCI de la Région du Lion d'Angers (244900585), consulté le 14 décembre 2013
  9. Brain-sur-Longuenée sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  12. « Évolution et structure de la population à Brain-sur-Longuenée en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012)
  13. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012)
  14. Histoire de Brain-sur-Longuenée, Les associations
  15. Insee, Statistiques locales du territoire de Brain-sur-Longuenée (49), consultées le 9 décembre 2012
  16. « Notice no IA49009879 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no IA49009880 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Notice no IA49009878 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. commission régionale du patrimoine et des sites des Pays de Loire, Protections
  20. « Notice no IA49009883 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Notice no IA49009884 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Notice no IA49009885 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Notice no IA49009882 », base Mérimée, ministère français de la Culture