Braille japonais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le braille japonais, appelé tenji (点字?), est un alphabet braille adapté à l'écriture du japonais. Il permet la transcription des kanas japonais et des chiffres par l'intermédiaire de points surélevés. Il fut élaboré par Kuraji Ishikawa[1]. Par opposition au tenji (le braille japonais), les caractères usités par les personnes voyantes sont appelés sumiji (墨字?).

Récemment, des mouvements comme le Barrier Free ou encore l'Universal Design ont demandé via une charte aux industries de travailler au développement de l'accessibilité de leurs produits ou de leurs structures pour personnes souffrant d'un handicap, en encourageant le tenji. Ainsi, des mouvements significatifs ont permis l'introduction de mentions en braille sur les produits alcoolisés telles que les canettes de bière.

L'article 37 des lois de droit d'auteur au Japon autorise la reproduction d'ouvrage traduit en braille Phrase à traduire sur laquelle le doute persiste, en premier argument  ⇔  merci d’apporter votre expertise, et de préciser. Il existe désormais des appareils nommés imprimantes brailles et autres plages brailles qui permettent l'écriture et la reconnaissance de ce type de caractères.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1670, l'italien Francesco Lana de Terzi invente un système transcrivant l'alphabet au moyen de combinaisons de lignes et de points.
  • En 1819, le français Charles Barbier de La Serre invente la "lecture nocturne" à usage militaire qui transcrit l'alphabet au moyen de douze signes.
  • En 1825, Louis Braille développe un système d'écriture se fondant sur l'emploi de caractères formés à partir de 6 points dont on fait varier la disposition. À l'origine employé pour la transcription de partition musicale, ce système ne fut employé qu'un peu plus tard pour la traduction de l'alphabet.
  • En 1854, l'alphabet braille est officiellement adopté en France.
  • En 1890, l'alphabet braille en six points employé pour les caractères japonais et inventé par Kuraji Ishikawa (石川倉次) est approuvé par la section d'enseignement destiné aux individus à déficience visuelle de l'université de Tsukuba, à Tōkyō.
  • En 1901, l'alphabet braille Japonais est officiellement reconnu.
  • En 1922, le journal "Osaka Mainichi" (大阪毎日新聞) publie le Tenji Osaka Mainichi Shimbun considéré comme l'un des premiers journaux employant l'alphabet braille. Il est encore maintenant l'unique journal en braille en activité au Japon.
  • En 1926, vote à la chambre des représentants du Japon sur l'utilisation de l'alphabet braille.
  • En 1940, la Bibliothèque pour Non-Voyant du Japon à Tōkyō est fondée.
  • En 1949, l'université Doshisha de Kyōto permet pour la première fois au Japon des examens en braille.
  • En 1966, inauguration de la "commission du braille japonais" Phrase à traduire sur laquelle le doute persiste, en premier argument  ⇔  merci d’apporter votre expertise, et de préciser en tant qu'organisme chargé de fixer les lois régissant le système d'écriture en braille.
  • En 1975, le 20 janvier, le comité principal du parti communiste japonais publie le bulletin "Tenji Shimbun Akahata" en braille. C'est à ce jour le seul bulletin politique employant le braille au Japon.

Caractères de base[modifier | modifier le code]
















































Autres caractères[modifier | modifier le code]

Kana final Kana indiquant une consonne géminée Marque de prolongation du son (Propre aux katakanas) Virgule Point final Point d'interrogation Point d'exclamation Signe d'espace entre les mots








Caractères composés[modifier | modifier le code]

濁音 濁音符+か
半濁音 半濁音符+は
拗音 拗音符+か
濁音+拗音 濁音符と拗音符 +か
半濁音+拗音 半濁音符と拗音符 +は
濁音

濁音符




















半濁音

半濁音符





拗音

拗音符
きゃ(kya)
→か(ka)
きゅ(kyu)
→く(ku)
きょ(kyo)
→こ(ko)
しゃ(sya)
→さ(sa)
しゅ(syu)
→す(su)
しょ(syo)
→そ(so)
ちゃ(tya)
→た(ta)
ちゅ(tyu)
→つ(tu)
ちょ(tyo)
→と(to)
にゃ(nya)
→な(na)
にゅ(nyu)
→ぬ(nu)
にょ(nyo)
→の(no)
ひゃ(hya)
→は(ha)
ひゅ(hyu)
→ふ(hu)
ひょ(hyo)
→ほ(ho)
みゃ(mya)
→ま(ma)
みゅ(myu)
→む(mu)
みょ(myo)
→も(mo)
りゃ(rya)
→ら(ra)
りゅ(ryu)
→る(ru)
りょ(ryo)
→ろ(ro)
濁音+拗音

濁音符と拗音符
ぎゃ(gya)
→きゃ(kya)
→か(ka)
ぎゅ(gyu)
→きゅ(kyu)
→く(ku)
ぎょ(gyo)
→きょ(kyo)
→こ(ko)
じゃ(zya)
→しゃ(sya)
→さ(sa)
じゅ(zyu)
→しゅ(syu)
→す(su)
じょ(zyo)
→しょ(syo)
→そ(so)
ぢゃ(dya)
→ちゃ(tya)
→た(ta)
ぢゅ(dyu)
→ちゅ(tyu)
→つ(tu)
ぢょ(dyo)
→ちょ(tyo)
→と(to)
びゃ(bya)
→ひゃ(hya)
→は(ha)
びゅ(byu)
→ひゅ(hyu)
→ふ(hu)
びょ(byo)
→ひょ(hyo)
→ほ(ho)
半濁音+拗音

半濁音符と拗音符
ぴゃ(pya)
→ひゃ(hya)
→は(ha)
ぴゅ(pyu)
→ひゅ(hyu)
→ふ(hu)
ぴょ(pyo)
→ひょ(hyo)
→ほ(ho)

Autres caractères composés[modifier | modifier le code]

Voici comment obtenir d'autres caractères composés.

    • « イェ » « キェ » « シェ » « チェ » = + « エ » « ケ » « セ » « テ »
    • « ニェ » « ヒェ » « ミェ » « リェ » = + « ネ » « ヘ » « メ » « レ »
    • « ギェ » « ジェ » « ビェ » (ヂェ) = + « ケ » « セ » « ヘ » (テ)
    • « ピェ » = + « ヘ »
    • « スィ » « ティ » = + « シ » « チ »
    • « ズィ » « ディ » = + « シ » « チ »
    • « ウァ » « ウィ » « ウェ » « ウォ » = + « ア » « イ » « エ » « オ »
    • « クァ » « クィ » « クェ » « クォ » = +« カ » « キ» « ケ» « コ »
    • « ツァ » « ツィ » « ツェ » « ツォ » = + « タ » « チ » « テ » « ト »
    • « ファ » « フィ » « フェ » « フォ » = + « ハ » « ヒ » « ヘ » « ホ »
    • « グァ » « グィ » « グェ » « グォ » = + « カ » « キ » « ケ » « コ »
    • « ヴァ » « ヴィ » « ヴェ » « ヴォ » = + « ハ » « ヒ » « ヘ » « ホ »
    • « トゥ » = + « ツ »
    • « ドゥ » = + « ツ »
    • « テュ » « フュ » « フョ » = + « ツ » «  ユ » « ヨ »
    • « デュ » « ヴュ » « ヴョ » = +« ツ » « ユ » « ヨ »
    • « ヴ » = + « ウ »


Références[modifier | modifier le code]

  1. L'écriture Braille dans le monde, p. 31

Voir aussi[modifier | modifier le code]