Bracquetuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bracquetuit
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Tôtes
Intercommunalité Communauté de communes du Bosc d'Eawy
Maire
Mandat
Martine Lacomblez
2014-2020
Code postal 76850
Code commune 76138
Démographie
Population
municipale
331 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 00″ N 1° 10′ 08″ E / 49.6666666667, 1.16888888889 ()49° 40′ 00″ Nord 1° 10′ 08″ Est / 49.6666666667, 1.16888888889 ()  
Altitude Min. 133 m – Max. 167 m
Superficie 8,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bracquetuit

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bracquetuit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bracquetuit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bracquetuit

Bracquetuit est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie. Les habitants de Bracquetuit s'appellent les Bracourtuitais.

Généralité[modifier | modifier le code]

La sainte patronne de la commune est sainte Marguerite.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisé dans le pays de Caux aux portes du pays de Bray, Bracquetuit est une commune située à mi-chemin entre Rouen (39 km) et Dieppe (32 km). La commune est situé sur un plateau à une moyenne de 150 m d'altitude. On peut également remarquer l'existence d'une source.

On compte sur les terres de Bracquetuit 127 habitations réparties sur les hameaux comme suit :

  • la Folie
  • le Plix
  • le Bornier
  • le Petit Quesnay
  • le Londel
  • Frémontel
  • le Vinval
  • la Gobbe

Les communes limitrophes de Bracquetuit sont :


Communes limitrophes de Bracquetuit
Montreuil-en-Caux La Crique
Bracquetuit
Saint-Victor-l'Abbaye Étaimpuis Grigneuseville

Histoire[modifier | modifier le code]

Situé sur la voie romaine Rouen-Dieppe, le village de Braquetuit est mentionné pour la première fois au XIIe siècle sous la forme Brachetuit. Le nom est probablement antérieur de plus d'un siècle et demi. On reconnait dans ce composé toponymique, les éléments norrois thveit (vieux normand tuit), essart et norrois brakni, buisson. Ce nom de lieu a pour équivalent Bregentved (dk) (Danemark) et Brackenthwaite (en) (Angleterre).

Cure desservie au XVIIe siècle par le curé Pradon, frère du poète Nicolas Pradon, prêtre lui-même et lauréat des Palinods de Rouen. Aujourd'hui, Bracquetuit fait partie de la paroisse Saint Jean-Baptiste de la Salle de Bosc-le-Hard.

La commune comptait 600 habitants au XIXe siècle.

Transports[modifier | modifier le code]

Routiers[modifier | modifier le code]

La commune de Bracquetuit est traversée par deux axes principaux qui se croisent en un rond-point construit en 2009 pour une meilleure sécurité des riverains. Ses axes majeurs sont :

Ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche est celle de Saint-Victor-l'Abbaye (ligne Rouen-Dieppe). Cette ligne dessert les gares de Rouen, Maromme, Malaunay-Le Houlme, Montville, Clères, Saint-Victor-l'Abbaye, Auffay, Longueville-sur-Scie, Saint-Aubin-sur-Scie et Dieppe.

Cette ligne est commune pour les gares de Rouen, Maromme, Malaunay-Le Houlme avec la ligne Paris-Le Havre et est électrifiée sur ce même tronçon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1842 1866 Félix Ozias Frigot  
         
1983 2001 Moïse Petit DVD exploitant agricole
2001 en cours
(au 22 mai 2014)
Martine Lacomblez DVD Réélue pour le mandat 2014-2020[1]

Vie politique[modifier | modifier le code]

Présidentielles[modifier | modifier le code]

Au 2e tour de l'élection présidentielle de 2012, le taux de participation était de 83,33 %

Au 2e tour de l'élection présidentielle de 2007, le taux de participation était de 87,01 %.

Au 2e tour de l'élection présidentielle de 2002, le taux de participation était de 83 %.

Européennes[modifier | modifier le code]

Aux élections européennes de 2009, le taux de participation était de 40,08 %.

  • UMP 30 %
  • FN 12 %
  • Europe-écologie 10 %
  • Extrême gauche 10 %
  • PS 9 %
  • MODEM 7 %
  • DVD 5 %
  • PCF et partis de gauche 5 %

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Bracquetuit fait partie d'un regroupement scolaire : le SIVOS de Bracquetuit-Etaimpuis-Grigneuseville. Dans le cadre du SIVOS a été mis en place une garderie sur la commune qui se propose de garder des enfants de l'école.

Le transport scolaire du collège René-Coty d'Auffay dessert la commune.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 331 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
649 630 630 570 572 593 596 541 528
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
510 470 464 458 455 444 408 406 358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
379 387 376 323 310 300 286 274 330
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
323 282 248 256 298 304 305 331 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


29.6 % des Bracourtuitais ont moins de 20 ans.

Bracquetuit est par sa population la 21835e ville de France, 908e de Haute-Normandie et 502e de Seine-Maritime. (chiffres 2006)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Points d'intérêts[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le village aurait possédé deux mottes féodales d'après des écrits anciens.

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Marguerite date du XIIe siècle ; le Christ de pierre remonte également au XIIe siècle. L'édifice abrite en outre 2 bannières dignes d'intérêt, aujourd'hui restaurées dont l'une est classée.

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

La piscine à double cuvette date quant à elle du XIIIe siècle.

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Les dalles tumulaires furent posées au XVIe siècle.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

C'est à cette époque que l'église fut remaniée. On peut aussi noter que la cloche a été fondue en 1646.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le château de Bracquetuit est bâti au cours de ce siècle. Il comprend 4 étages au milieu d'un grand parc privé.

Autres informations[modifier | modifier le code]

La commune abrite également un puits remarquable (Dragor).

La mare de Bracquetuit fait partie des aménagement de la commune.

En outre, elle comprend des habitations chargées d'histoire comme le Manoir du Bornier qui fut jusqu'à la fin du XVIe siècle un relais de chasse, puis le Relais du Bornier est transformé dès le XVIe siècle en un haut corps de logis en brique surmonté d’un toit de type Mansart. À la suite d'un incendie, la toiture se trouva complètement ravagée et la propriétaire décida alors de le reconstruire dans un style d'influence néo-palladienne.

Immobilier[modifier | modifier le code]

Il y a à Bracquetuit 130 logements en 2006 soit une progression de 8.3 % par rapport à 1999 parmi lesquels 111 résidences principales. 86,5 % des habitants sont propriétaires de leur logement.

Religion[modifier | modifier le code]

La religion catholique est représentée dans la commune par une église (église Sainte-Marguerite) desservie par la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Bosc-le-Hard, elle-même dans la circonscription archiépiscopale de Rouen, de laquelle dépendent les différents évêchés de Normandie que sont ceux de Bayeux, Évreux, Coutances, Séez et du Havre (Avranches et Lisieux ayant été supprimés à la Révolution), ainsi que par un cimetière où prend place en son centre un crucifix monumental.

Établissements communaux[modifier | modifier le code]

La commune possède une mairie dont la façade est en briques et qui a été récemment restaurée. Elle dispose également d'une école ainsi que d'une garderie. On y trouve de surcroît une salle des fêtes avec un terrain clos agréable pour les familles y organisant des réceptions.

Infrastructures sportives[modifier | modifier le code]

  • 2 boulodromes
  • 1 court de tennis
  • des chemins de randonnées

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est principalement tournée vers l'agriculture, mais Bracquetuit est également le siège d'une entreprise de dépannage ainsi que d'une jardinerie qui possède de beaux aménagements paysagers.

Quelques sociétés[modifier | modifier le code]

  • Jardinerie tous au jardin
  • Fromager dépannage
  • Cybèle
  • crin d'or

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Clochemerle à Bracquetuit : Le maire Martine Lacomblez insultée, sa maison vandalisée », Le Réveil, no 3346,‎ 22 mai 2014, p. 10
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]