Brémoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brémoy
L'entrée ouest du bourg
L'entrée ouest du bourg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Aunay-sur-Odon
Intercommunalité Communauté de communes Aunay-Caumont-Intercom
Maire
Mandat
Joseph Desquesne
2008-2014
Code postal 14260
Code commune 14096
Démographie
Gentilé Brémontois
Population
municipale
214 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 27″ N 0° 46′ 44″ O / 48.9908333333, -0.778888888889 ()48° 59′ 27″ Nord 0° 46′ 44″ Ouest / 48.9908333333, -0.778888888889 ()  
Altitude Min. 158 m – Max. 358 m
Superficie 12,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Brémoy

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Brémoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brémoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brémoy

Brémoy est une commune française située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 214 habitants[Note 1] (les Brémontois).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord-est du Bocage virois, sur le synclinal bocain, premières hauteurs du Massif armoricain. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la classe de même au cœur de l'unité du synclinal bocain qu'il caractérise par « une alternance de lambeaux boisés sur les crêtes et de paysages semi-ouverts »[1]. Situé à flanc d'une colline qui le sépare de Jurques et du Pré-Bocage, son bourg est à 5,5 km au sud-est de Saint-Martin-des-Besaces, à 15 km au sud-ouest de Villers-Bocage et à 21 km au nord-est de Vire.

Si l'on excepte la route départementale no 577 (ancienne route nationale 177) qui longe sur quelques dizaines de mètres le territoire à l'est, la commune est à l'écart des grands axes routiers. La D 165 qui passe au sud du bourg de Brémoy joint Le Mesnil-Auzouf au sud-est à Saint-Martin-des-Besaces au nord-ouest. Le bourg y est relié par la D 165a qui rejoint la D 577 à l'est. Partant également de la D 165, mais vers le sud, la D 165b permet d'atteindre Saint-Pierre-Tarentaine. L'A84 est accessible à Saint-Ouen-des-Besaces, à 6 km au nord-ouest (sortie 41).

Brémoy est très majoritairement dans le bassin de la Vire, par ses sous-affluents le Courbençon, au sud, et le Roucamps, ou Petite Souleuvre (ruisseaux du Bois d'Allais et du Forduit), au nord-ouest. Une petite partie nord-est est un versant qui alimente la source de la Seulles, autre fleuve côtier, et de son premier affluent la Seulline, sources situées sur la commune voisine, Jurques. Un petit vallon limitrophe à l'est est occupé par un affluent de l'Odon, rivière du bassin de l'Orne[2].

Coté à 358 m — soit quatre de moins que le mont Pinçon, culminant départemental —, le point culminant se situe au nord, dominant l'ancienne carrière du Haut Bosq, près du lieu-dit la Corblaie. Le point le plus bas (158 m) correspond à la sortie du Courbançon (affluent de la Souleuvre) du territoire, au sud-ouest. La commune est bocagère, sauf le nord et l'est couverts par les bois dont le bois de Brimbois au nord.

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : le Moulin de Brémoy, le Coudray, la Tromperie, la Rebourserie, la Monderie, la Fosse, Banvillait (au nord), Cléret, la Corblaie, Sous les Mines, la Cabosse, la Fauvellière, Montifer, la Guesnerie, les Hauts Vents (à l'est), les Maisons, Aigremont, Sous le Mont, le Grand Champ (au sud), la Cour, le Bourg, la Valetaine, la Varablière, l'Arguilly, la Sauvegarde, Beaumont, les Hayes, la Vatelière, le Carrefour des Fosses, le Feugré, le Hamel Vincent (à l'ouest), la Camaillerie et la Vauterie[3].


Communes limitrophes de Brémoy[4]
Saint-Martin-des-Besaces Saint-Martin-des-Besaces Jurques
Le Tourneur Brémoy[4] Jurques,
Le Mesnil-Auzouf
Saint-Pierre-Tarentaine Saint-Pierre-Tarentaine, Montamy Le Mesnil-Auzouf

Toponymie[modifier | modifier le code]

Brémoy, Bremoest, Bremoost au XVIe siècle : l'origine du toponyme est une énigme pour les étymologistes. Albert Dauzat émet une hypothèse francique qu'il conjecture du néerlandais brem (« genêt ») et moos (« boue »)[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Brémoy était un fief de la famille Néel[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1995 Julien Brunet SE  
1995 mars 2008 Marcel Lechanoine SE  
en cours Joseph Desquesne SE Postier
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 214 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Brémoy a compté jusqu'à 591 habitants en 1806.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
588 566 591 561 548 556 540 550 533
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
509 484 494 426 447 418 426 438 367
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
370 374 383 342 353 327 303 281 302
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
261 209 194 183 181 226 217 214 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 7.4.1 : Le synclinal bocain » (consulté le 27 juillet 2013)
  2. Brémoy sur Géoportail.
  3. Brémoy sur Géoportail.
  4. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  6. Le patrimoine des communes du Calvados, vol. 1, Paris, Flohic Éditions,‎ mars 2001 (ISBN 2-84234-111-2), p. 54
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :